Back to news

August 30, 2018 | Local, Aerospace

L3 MAS to continue services on CT-114 Tutor aircraft fleet

L3 MAS announced it has been awarded a contract extension from the Canadian government to provide engineering, repair and overhaul, and publication management services on the CT-114 Tutor aircraft fleet.

The company was originally awarded a contract spanning from 2016 to 2018, with three one-year options.

The first one-year option has been exercised, and two additional one-year options are still available.

“L3 MAS is honoured to be selected once again by the Royal Canadian Air Force to offer a cost-effective and technically superior solution to keep the CT-114 fleet airborne over the coming years,” said Jacques Comtois, vice-president and general manager of L3 MAS.

“L3 MAS is proud to continue to support the CT-114 fleet, which it has done for more than 40 years. As the OEM of the aircraft, this contract provides us with the opportunity to demonstrate our exceptional in-service support (ISS) capabilities.”

L3 MAS is a global leader in providing ISS, system upgrade and life-extension solutions on a broad range of aircraft and helicopter types, and has provided ISS support to Canada, Australia, Finland, Spain, Switzerland and the U.S. Navy.

https://www.skiesmag.com/press-releases/l3-mas-to-continue-services-on-ct-114-tutor-aircraft-fleet/

On the same subject

  • RCAF implements new bio-containment capability to transport infectious patients

    March 24, 2021 | Local, Aerospace

    RCAF implements new bio-containment capability to transport infectious patients

    February 1, 2021 Royal Canadian Air Force Public Affairs Click on the photo under “Image Gallery” to see more photos.  With the world still dealing with the threats posed by the COVID-19 pandemic, the Royal Canadian Air Force (RCAF), in collaboration with Canadian Forces Health Services Group, is implementing a new bio-containment capability for the…

  • Une innovation québécoise à l'assaut de l'armée américaine

    October 24, 2018 | Local, Land

    Une innovation québécoise à l'assaut de l'armée américaine

    JEAN-FRANÇOIS CODÈRE   Le rêve d'un exosquelette qui aidera les soldats à transporter leurs lourdes charges sans se blesser approche et c'est une firme de Saint-Jean-sur-Richelieu Mawashi, qui est en pôle position d'un marché évalué à «des milliards et des milliards de dollars». Le tiers des soldats évacués en Afghanistan ou en Irak n'avaient pas subi de «blessures de guerre», avance Alain Bujold, chef de la direction et chef de la direction technologique de Mawashi. Ils avaient plutôt subi les dommages, notamment au dos, du trop grand poids placé sur leurs épaules. «Ça coûte 500 millions de dollars par année à l'armée américaine pour s'occuper des soldats blessés parce qu'ils transportaient trop de poids», ajoute-t-il. Spécialiste de la recherche et de l'ingénierie pour «tout ce qui se met sur le corps humain» depuis des années, Mawashi s'est intéressée de plus près aux exosquelettes en 2013. Elle avait alors été invitée à participer à un projet de l'armée américaine, le projet Talos, qui consistait à créer une sorte d'armure à la Iron Man.   «Ils ont donné de l'argent à un paquet de compagnies, et on les a toutes clenchées», raconte fière M. Bujold. Alléger la charge L'exosquelette Uprise mis au point par Mawashi peut retirer jusqu'à 70% du poids transporté par un soldat de sa propre ossature. La structure épouse les formes du corps, mais n'est pas motorisée, ce qui est un avantage important selon M. Bujold, puisque les soldats peuvent ainsi être affectés à de très longues missions sans crainte d'épuiser leurs piles. Et sans avoir à transporter lesdites piles. Une plaque posée sous le pied du soldat, dans sa chaussure, sert de fondation à l'ensemble. Cette plaque s'arrête avant les orteils, de façon à permettre au soldat de bien ressentir le sol sous ses pieds. Des tiges métalliques articulées longent ensuite les jambes du soldat pour rejoindre une ceinture rigide. De là s'élève une «colonne vertébrale», de laquelle émergent des appendices qui permettent notamment de suspendre un sac à dos ou un plastron sans que le poids ne se dépose sur le squelette du soldat. En situation de combat, un soldat est chargé d'en moyenne une centaine de livres d'équipement protecteur, de munitions, d'armes et d'équipements de communication, entre autres, estime M. Bujold. «De plus en plus, les combats se déroulent dans des zones urbaines, ce qui fait qu'on ne peut utiliser de véhicules pour transporter l'équipement, ajoute-t-il. Et il y a de plus en plus de matériel pour les communications.» «Le but n'est pas de permettre de transporter plus de poids, prévient-il toutefois. C'est de réduire les blessures et d'aider à porter ce poids.» En avance En mars dernier, Mawashi a été invitée par l'OTAN à venir démontrer les bénéfices que pouvait procurer Uprise à des spécialistes du déminage, qui doivent revêtir une combinaison protectrice pesant à elle seule une centaine de livres. L'entreprise se concentre présentement à démontrer de façon claire les avantages de son produit. Elle a reçu un financement de trois ans de l'armée canadienne pour parvenir à cette fin. «Le dernier obstacle est de prouver qu'il y a vraiment un bénéfice, indique M. Bujold. Les tests préliminaires le démontrent.» Sur l'échelle de maturité technologique (Technology Readiness Level), qui va de 1 à 9, l'Uprise est au niveau 7. Aucune solution comparable ne le devance, selon M. Bujold, et l'Uprise est en position pour être le premier exosquelette déployé sur le terrain. «Le premier qui va arriver avec une technologie qui fonctionne, c'est le prochain Apple, croit l'entrepreneur. On ne parle pas de millions, mais de milliards.» C'est qu'au-delà des militaires, il y a une panoplie d'autres secteurs qui pourraient être intéressés à un exosquelette de ce genre, envisage-t-il, à commencer par l'important marché du plein air. Les pompiers, les travailleurs de la construction et les employés de chaînes d'assemblage pourraient eux aussi en bénéficier. L'Uprise pourrait coûter de 3000$ à 20 000$, estime-t-il, selon la configuration choisie. Jusqu'à présent, ce sont surtout des contrats de l'armée américaine qui ont permis à Mawashi d'avancer. «C'est tout récent que de recevoir du financement canadien», dit M. Bujold, qui est actionnaire à 50% de l'entreprise. L'autre moitié est détenue par Louis Bibeau, président de Logistik Unicorp, dans l'édifice de laquelle sont installés les bureaux de Mawashi. «Il y a 99% des chances qu'on finisse par être achetés par une compagnie américaine, estime M. Bujold. C'est triste.» «Il y a ici une mentalité de lenteur, de bureaucratie, alors qu'aux États-Unis, c'est pif, paf, maintenant.» Le volet militaire de son entreprise n'aide pas à approcher des investisseurs québécois ou canadiens, ajoute-t-il, même si son produit « sauve des vies ». Cette tiédeur n'existe pas aux États-Unis. https://www.lapresse.ca/affaires/economie/quebec/201810/18/01-5200809-une-innovation-quebecoise-a-lassaut-de-larmee-americaine.php

  • ⚡️ Sommet Chaîne mondiale d'approvisionnement aérospatiale - Réservez votre date pour le 26 octobre 2021 ! ✈️

    September 3, 2021 | Local, Aerospace, Naval, Land, C4ISR, Security

    ⚡️ Sommet Chaîne mondiale d'approvisionnement aérospatiale - Réservez votre date pour le 26 octobre 2021 ! ✈️

    En mai dernier, nous vous proposions de faire le point sur les défis que rencontrait la chaîne d'approvisionnement aérospatiale post-crise de la COVID-19. En octobre prochain, l'équipe d'Aéro Montréal présentera la suite du Sommet Chaîne mondiale d'approvisionnement aérospatiale 2021 en abordant les solutions qui s'offrent à l'industrie pour relever ces défis. Réservez dès maintenant votre mardi 26 octobre 2021, de 8h00 à 17h00, pour assister à la seconde partie du Sommet et retrouver nos conférenciers de renom.  Reconnectez avec les événements en présentiel Nous avons à cœur de vous offrir une participation la plus sécuritaire possible, le tout, en conformité avec les exigences de la Santé publique.  Nous vous proposons un événement présentiel, au Palais des Congrès de Montréal. Des billets pour un accès virtuel à l'événement sont également disponibles. À l'achat de votre billet, vous bénéficierez d'un accès gratuit à notre plateforme de diffusion. En participant à l'événement d'octobre, vous accéderez aux enregistrements des conférences de mai sur cette même thématique.  En complément des conférences, propulsez vos rencontres d'affaires Cette seconde partie du Sommet précédera l'événement de réseautage international incontournable, Aéromart Montréal. Il s'agit là de l'une des plus grandes conventions d'affaires du secteur aérospatial. Participer à cette nouvelle édition du Sommet c'est donc prendre la chance de connecter avec les grands acteurs de l'industrie en provenance de partout dans le monde, ne manquez pas cette occasion !

All news