Filtrer les résultats :

Tous les secteurs

Toutes les catégories

    7178 nouvelles

    Vous pouvez affiner les résultats en utilisant les filtres ci-dessus.

  • Is a light attack aircraft coming to the Corps?

    11 juin 2018 | International, Aérospatial

    Is a light attack aircraft coming to the Corps?

    By: Shawn Snow The Senate Armed Services Committee plans to dish out millions for a Marine light attack aircraft and the Corps' futuristic sea drone, known as the MUX. The committee voted 25-2 on May 24 to give $100 million for a Marine light attack aircraft and $100 million for the MUX sea drone in its markup of the fiscal year 2019 annual defense legislation. The Air Force is still in pursuit of a light attack aircraft. Two aircraft, Textron Aviation's AT-6 Wolverine and the A-29 Super Tucano, are currently undergoing three months of demonstrations, which kicked off in May at Holloman Air Force Base, New Mexico. So, what will the Corps choose? “The Marine Corps is monitoring the Air Force-led Light Attack Experiment to procure a cost-effective, observation and attack (OA-X) air platform for employment in permissive environments, with the intent to employ such an asset as a joint force capability,” Marine spokesman Capt. Christopher Harrison told Marine Corps Times in an email. “The SASC's decision to authorize $100 million for a light attack platform is only reflected in a policy bill ― nothing has been appropriated to this program yet.” Light attack aircraft are seen as a cost-effective means to deliver close-air support in more permissive environments like Iraq and Afghanistan. The A-29 Super Tucano is already fielded by the Afghan air force. Military officials in the past have come under criticism for using expensive aircraft to destroy low key targets. For instance, on Nov. 20, 2017, an F-22 Raptor was used for the first time in Afghanistan, to destroy a narcotics lab. Gen. John Nicholson, the commander of U.S. forces in Afghanistan, said the F-22 was selected because of its ability to carry the small diameter bomb. As for the MUX, the Corps submitted a request for information in March that spelled out some details the Marine Corps wants in its new futuristic drone. The Corps is looking for a drone to compliment the long distances of some of its other aircraft like the MV-22. According to the March RFI, the Marines want the MUX to be able to fly 700 nautical miles and carry a 9,500-pound payload. The Corps wants its future sea drone to have strike capabilities, surveillance and electronic warfare. Military.com first reported that the Senate Armed Services Committee voted to give $100 million for a Marine light attack aircraft. https://www.marinecorpstimes.com/news/your-marine-corps/2018/06/04/is-a-light-attack-aircraft-coming-to-the-corps/

  • US Navy officially inducts Triton UAV into service

    11 juin 2018 | International, Aérospatial

    US Navy officially inducts Triton UAV into service

    Gareth Jennings, London - Jane's Navy International The US Navy (USN) has officially commenced operations of its Northrop Grumman MQ-4C Triton Broad Area Maritime System (BAMS) unmanned aerial vehicle (UAV), it was announced on 1 June. A ceremony to formally induct the high-altitude long-endurance (HALE) UAV into service with Unmanned Patrol Squadron (VUP)-19 – the navy's first unmanned patrol squadron – was held the previous day at Naval Base Ventura County in Point Mugu, California. VP-19 now has two Triton UAVs, which are housed in specially constructed to facilities designed to accommodate their nearly 40 m wingspans. With this milestone, VP-19 will undertake training and trials ahead of the platform's inaugural overseas deployment, which will be to the Pacific island of Guam later this year. For this and later deployments, the Triton will operate in concert with the manned Boeing P-8A Poseidon maritime multimission aircraft. The MQ-4C Triton has been developed from the Block 30 RQ-4N naval variant of the RQ-4 Global Hawk HALE UAV to provide the USN with a persistent maritime intelligence, surveillance, and reconnaissance (ISR) capability in support of a full range of military operations. Designed for high-altitude, long-endurance ISR tasks, the Triton has a range of about 2,000 n miles and, with an endurance of 24 hours, will be able to cover more than 2.7 million sq miles in a single mission. Its payload primarily comprises the AN/ZPY-3 multifunction active-sensor radar. The USN has established the infrastructure to train its Triton operators at Naval Air Station (NAS) Jacksonville in Florida. Operators undergo training under the supervision of Patrol Squadron (VP) 30 at the 11,600 m2 Integrated Test Center (ITC), which is also used for the training of P-8A Poseidon and P-3 Orion crews. http://www.janes.com/article/80602/us-navy-officially-inducts-triton-uav-into-service

  • Army Wants Manned-Aircraft Airworthiness Levels From Future UAS

    11 juin 2018 | International, Aérospatial, Terrestre

    Army Wants Manned-Aircraft Airworthiness Levels From Future UAS

    Graham Warwick | Aviation Week & Space Technology Its appetite Fueled by the wars in Afghanistan and Iraq, the U.S. Army is a big user of unmanned aircraft systems (UAS), from thousands of hand-launched RQ-11 Ravens to hundreds of tactical RQ-7 Shadows and medium-altitude MQ-1C Gray Eagles. And the service has made progress in how it uses UAS, including manned-unmanned teaming between Shadows and AH-64 Apache helicopters in the reconnaissance role. But as it looks to the future, the Army is less than happy with some aspects of its UAS ... http://aviationweek.com/defense/army-wants-manned-aircraft-airworthiness-levels-future-uas

  • NASA’s new administrator says he’s talking to companies to take over the International Space Station

    5 juin 2018 | International, Aérospatial

    NASA’s new administrator says he’s talking to companies to take over the International Space Station

    NASA is talking to several international companies about forming a consortium that would take over operation of the International Space Station and run it as a commercial space lab, NASA Administrator Jim Bridenstine said in an interview. “We're in a position now where there are people out there that can do commercial management of the International Space Station,” Bridenstine said in his first extensive interview since being sworn in as NASA administrator in April. “I've talked to many large corporations that are interested in getting involved in that through a consortium, if you will.” The White House touched off a heated discussion about the future of the orbiting laboratory earlier this year when it said it planned to end direct government funding of the station by 2025, while working on a transition plan to turn the station over to the private sector. Some members of Congress said they would vigorously oppose any plan that ends the station's life prematurely. Sen. Ted Cruz (R-Tex.) said the decision to end funding for it was the result of “numskulls” at the Office of Management and Budget. And it was unclear, who, if anyone, would want to take over operations of the station, which costs NASA about $3 billion to $4 billion a year and is run by an international partnership that includes the United States, Russia, Japan, Canada and the European Space Agency. An orbiting laboratory that flies some 250 miles above the Earth's surface, it has been continuously inhabited by astronauts since 2000. In unveiling its plan to commercialize the station earlier this year, the White House offered few details of how exactly it would work. As it prepares a transition plan, the White House said it “will request market analysis and business plans from the commercial sector and solicit plans from commercial industry.” The international nature of the station could make it tricky, though perhaps there could be an international commercial partnership with some sort of a government role, said Frank Slazer, the vice president of space systems for the Aerospace Industries Association. “It will be very hard to turn ISS into a truly commercial outpost because of the international agreements that the United States is involved in,” he said. “It's inherently always going to be an international construct that requires U.S. government involvement and multinational cooperation.” Bridenstine declined to name the companies that have expressed interest in managing the station, and said he was aware that companies may find it “hard to close the business case.” But he said there was still seven years to plan for the future of the station, and with the White House's budget request “we have forced the conversation.” A former congressman from Oklahoma, Bridenstine, was confirmed by the Senate by a narrow 50-to-49 votethis spring, after the post had remained vacant for 15 months. Democrats had rallied against his nomination, saying he lacked the managerial and scientific background for the job. Many had labeled him a climate-change denier over controversial comments Bridenstine, a conservative Republican, had made in the past. But during a Senate hearing last month, he said his views had evolved, and that he believes human activity is the leading cause of climate change. That earned him plaudits from Democrats, such as Sen. Brian Schatz (D-Hawaii) who had opposed his nomination. “I have come to the conclusion that this is a true evolution,” Schatz said. “That you respect people with whom you work, you respect the science, you want their respect.” In the interview, Bridenstine said there was no single event that cause him to change his thinking. As chairman of the Environment subcommittee, he said he “listened to a lot of testimony. I heard a lot of experts, and I read a lot. I came to the conclusion myself that carbon dioxide is a greenhouse gas that we've put a lot of it into the atmosphere and therefore we have contributed to the global warming that we've seen. And we've done it in really significant ways.” In the wide-ranging interview, Bridenstine also listed a return to the moon and the restoration of human spaceflight from United States soil as two of his top priorities. NASA has proposed building an outpost in the vicinity of the moon that could be inhabited by humans from time to time, with landers that could ferry supplies to the lunar surface. Known as the Lunar Orbiting Platform Gateway, the system would be built by NASA in partnership with industry and its international partners, he said. “I've met with a lot of leaders of space agencies from around the world,” he said. “There is a lot of interest in the Gateway in the lunar outpost because a lot of countries want to have access to the surface of the moon. And this can help them as well and they can help us. It helps expand the partnership that we've seen in low Earth orbit with the International Space Station.” But the first element of the system wouldn't be launched until 2021 or 2022, he said. Perhaps as early as this year, Boeing and SpaceX, the companies hired by NASA to fly its astronauts to the space station, could see their first test flights with people on board, though it's possible they could be delayed to next year. Since the space shuttle was retired in 2011, Russia has flown NASA's astronauts to the station, charging hundreds of millions of dollars over that time. Bridenstine said that it is “a big objective is to once again launch American astronauts on American rockets from American soil.” Both Boeing and SpaceX have had delays and setbacks in their programs. Government watchdogs have said they were concerned about an issue with Boeing's abort system that may cause its spacecraft to “tumble,” posing a threat to the crew's safety. Boeing has said it has fixed that problem, as well as a concern with the heat shield that the Government Accountability Office said last year could disconnect “and damage the parachute system.” John Mulholland, Boeing's commercial crew program manager, told Congress earlier this year that the company's "analyses show that we exceed our requirements for crew safety." As administrator, Bridenstine and his staff will also have to sign off on SpaceX's decision to fuel its Falcon 9 rocket after the crews are on board -- which some have said could put astronauts at risk. But during a recent NASA safety advisory panel, some members said they thought the procedure could be a “viable option” if adequate safety controls are in place. SpaceX founder and CEO Elon Musk told reporters last month that he did not think the fueling process "presents a safety issue for astronauts. But we can adjust our operational procedures to load propellant before the astronauts board. But I really think this is an overblown issue.” In the interview, Bridenstine said no decision had been made yet about the fueling procedures. “I haven't signed off on anything at this point,” he said. “We're going to make sure we test it every which way you can possibly imagine. And that's underway right now. We're not going to put anybody in any undue risk.” https://www.washingtonpost.com/news/the-switch/wp/2018/06/05/nasas-new-administrator-says-hes-talking-to-companies-to-take-over-the-international-space-station/

  • État de l'industrie canadienne de la défense 2018

    25 mai 2018 | Local, Aérospatial, Naval, Terrestre, C4ISR, Sécurité

    État de l'industrie canadienne de la défense 2018

    Innovation, Sciences et Développement économique Canada (ISDE) s'est associé à l'Association des industries canadiennes de défense et de sécurité (AICDS) pour diffuser publiquement un nouveau rapport sur l'industrie canadienne de la défense à l'intention des décideurs. Le rapport aborde notamment le renforcement de la capacité d'analyse par la recherche collaborative, les retombées économiques, l'innovation, les exportations et l'analyse des chaînes d'approvisionnement. https://www.ic.gc.ca/eic/site/ad-ad.nsf/fra/h_ad03978.html

  • Un engagement de longue haleine pour une entreprise à l’OTAN

    18 mai 2018 | International, Aérospatial

    Un engagement de longue haleine pour une entreprise à l’OTAN

    La persévérance et une stratégie à long terme ont porté leurs fruits pour une entreprise canadienne du secteur de la défense et de la technologie spatiale, qui a remporté un contrat de 15 millions de dollars pour créer un nouveau système de commandement et de contrôle des opérations maritimes à l'OTAN. MDA a signé un accord avec l'OTAN en décembre 2017 pour soutenir le projet TRITON de l'alliance militaire. Le contrat offre des possibilités de débouchés importants à l'OTAN et dans plusieurs de ses pays membres, ce qui démontre la valeur de la persévérance dans la poursuite du travail avec l'organisation. « C'est un engagement de longue haleine », déclare M. Mike Greenley, président du groupe MDA, une filiale de Maxar Technologies, qui est une société ouverte cotée au Canada et aux États-Unis anciennement connue sous le nom de MacDonald, Dettwiler and Associates. MDA a commencé à s'intéresser au contrat TRITON il y a près de 10 ans, quand elle a appris que l'OTAN voulait remplacer et mettre à jour le système de commandement et de contrôle, ou C2, dans ses centres d'opérations maritimes. « C'est un gros effort. Nous avions une équipe qui travaillait sur ce projet depuis plusieurs années. » Fondée en 1969 et comptant aujourd'hui 1 900 employés dans plusieurs centres à travers le Canada, MDA est surtout connue pour ses innovations en robotique spatiale, comme le développement du Canadarm (bras canadien). L'entreprise a également des activités dans les domaines des antennes satellites, de la surveillance et du renseignement, des systèmes maritimes et de défense et de l'imagerie radar géospatiale. L'OTAN, ou l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord, est une alliance de défense militaire conclue à Washington en 1949 qui regroupe plusieurs nations nord-américaines et européennes dans la région de l'Atlantique Nord. Le Canada est un membre fondateur de l'OTAN, dont le siège est à Bruxelles. Selon M. Greenley, le contrat de trois ans pour le projet TRITON, qui relève de l'Agence OTAN d'information et de communication (NCIA) à Bruxelles, fait appel à la connaissance du secteur maritime que MDA possède et à son expertise fondamentale en cartographie numérique pour présenter une « image maritime » permettant de déceler les mouvements des navires en mer, de les suivre et de les analyser. Ce projet aidera l'OTAN et ses pays membres à améliorer leur connaissance de la situation et leurs processus décisionnels. Il était essentiel que l'OTAN reconnaisse les capacités de MDA sur le terrain, note-t-il, mais l'entreprise a également dû « tenir bon » pendant longtemps afin d'être retenue à la suite de son offre. « C'est la preuve qu'une entreprise canadienne peut s'imposer dans un processus concurrentiel intégral et ouvert et remporter un contrat pour un programme de l'OTAN », indique M. Greenley. Il ajoute que les entreprises européennes ont moins de difficulté à participer aux concours de l'OTAN que n'en ont les entreprises d'outre-mer. « Il n'y a pas beaucoup de récits d'entreprises canadiennes dont la soumission a été retenue là-bas. » M. Kevin Scheid, directeur général de la NCIA, a déclaré dans un communiqué que « l'Agence est heureuse de pouvoir travailler avec une entreprise canadienne qui apporte à l'OTAN la profondeur et l'étendue de l'expérience canadienne en matière de commandement et de contrôle maritime pour le projet TRITON. » Mme Kerry Buck, représentante permanente du Canada auprès de l'OTAN, a déclaré ce qui suit : « L'OTAN est au cœur de la politique de sécurité nationale du Canada. Nous sommes fiers que l'OTAN mette à profit la technologie et l'expertise canadiennes pour contribuer à l'amélioration des communications et soutenir l'interopérabilité au sein de l'OTAN. » Le lieutenant-colonel Jim Bates, ancien expert national, ou NATEX, pour le Canada à la NCIA, affirme que « MDA a fait tout ce qu'il fallait pour obtenir le contrat TRITON ». M. Bates est retourné à Ottawa en 2017 pour occuper un poste au Quartier général de la Défense nationale. Il considère que l'exemple de MDA est une « excellente étude de cas » pour les entreprises canadiennes qui souhaitent collaborer avec l'OTAN. M. Bates a pris conscience de l'intérêt de MDA pour le contrat TRITON quand il est arrivé à l'OTAN, en 2012. « MDA suivait ce projet depuis les premiers jours, se souvient-il. L'entreprise envoyait régulièrement des représentants à l'OTAN pour qu'ils rencontrent les principales parties prenantes. Elle a recherché et saisi d'autres occasions de plus petits contrats à l'OTAN avant de mettre la main sur le contrat TRITON. Elle avait donc un pied dans la porte et a pu vendre ses services et son expertise au personnel de l'OTAN. Elle a fait bonne impression. » L'entreprise est restée en contact permanent avec M. Bates pour obtenir des renseignements commerciaux. Des représentants de MDA ont assisté à toutes les conférences annuelles de l'industrie de la NCIA, lors desquelles ils ont pu discuter avec le personnel de l'Agence et acquérir une excellente compréhension du processus d'approvisionnement de l'OTAN. « Lorsque nous avons soumissionné, nous n'avons eu aucune surprise », déclare M. Bates, ajoutant que ce n'est pas toujours le cas. « Les entreprises, grandes et petites, ont beaucoup de difficulté à décider si elles devraient soumissionner », car elles savent qu'elles devront déployer des efforts considérables sans aucune garantie. « Lors de mon passage à l'OTAN, j'ai remarqué que les entreprises canadiennes avaient tendance à suivre les offres de l'OTAN, mais soumissionnaient rarement. Or, on ne peut pas gagner si on ne soumissionne pas... MDA était confiante quant au contrat TRITON et elle l'a obtenu. » Selon M. Greenley, il est important de présenter la bonne solution technique au bon prix quand on fait des affaires avec l'OTAN et ses pays membres. « À l'OTAN, toute l'équipe doit être à l'aise avec votre approche. » Il ajoute que, selon lui, il est « très probable » que de futurs contrats liés au projet TRITON prévoient l'ajout de fonctions et de caractéristiques aux systèmes C2 de l'OTAN, et que les pays membres de l'OTAN adoptent la solution TRITON de MDA pour leurs propres centres d'opérations maritimes. « Nous avons toutes les raisons de croire que ce contrat amènera de solides retombées contractuelles, affirme M. Greenley. Pour notre entreprise, ce contrat pourrait facilement devenir une relation de travail continue qui durera une décennie ou plus. » Il attribue le succès de MDA dans l'obtention du contrat aux représentants canadiens à Bruxelles en poste aux différents niveaux de la mission du Canada à l'OTAN, ainsi que dans les principaux pays membres. « Pour obtenir ce contrat, nous avons eu l'aide des bonnes personnes, qui étaient au bon endroit, au bon moment. » MDA exporte régulièrement ses produits et services, et elle a commencé à exercer ses activités à l'étranger, explique M. Greenley. Les activités de développement commercial de l'entreprise sont soutenues par le Service des délégués commerciaux du Canada (SDC), ainsi que par Exportation et développement Canada et la Corporation commerciale canadienne. « Nous utilisons la gamme complète des outils d'exportation à la disposition des Canadiens, dit-il. Pour réussir dans le commerce international, votre entreprise doit avoir une bonne solution; elle doit aussi pouvoir compter sur l'appui de l'ensemble du gouvernement et être établie dans un pays acheteur. » MDA fera appel au SDC pour promouvoir sa technologie TRITON auprès des pays membres de l'OTAN qui cherchent à remplacer et à mettre à jour leurs propres systèmes C2, indique M. Greenley. « Nous allons certainement travailler fort dans les pays de l'OTAN, et le SDC nous aidera en encourageant ces pays à adopter notre solution. » M. Gregory Rust, délégué commercial principal à la tête du programme commercial de l'ambassade du Canada à Bruxelles, a déclaré : « L'une des choses que j'ai observées en suivant le processus de passation de contrats de l'OTAN au fil des années est qu'il est important de persévérer et de faire preuve de patience et de minutie. » M. Rust affirme que MDA avait toutes ces qualités essentielles, et que le SDC « était là pour appuyer les intérêts actuels de l'entreprise en lui offrant les principaux services ». Selon Mme Jane Li, première secrétaire de la Délégation conjointe du Canada auprès de l'OTAN et représentante du Canada au Comité des investissements de l'OTAN, qui supervise le Programme OTAN d'investissement au service de la sécurité, il est important d'être proactif dans ses efforts en vue de déterminer et de comprendre les besoins de l'OTAN. « La patience est aussi un atout », dit-elle, ajoutant que, comme c'est le cas pour de nombreuses grandes organisations, il faut du temps pour apprendre à connaître l'OTAN et son fonctionnement, et l'OTAN a besoin de temps pour comprendre ce que l'industrie a à offrir. « Il est nécessaire d'adopter une vision à long terme. » MDA a choisi une telle approche et « a passé beaucoup de temps à travailler dans ce sens », précise-t-elle. Il est important de « saisir rapidement et souvent les débouchés qui se présentent. Suivre les occasions de soumissionner et demander à recevoir des invitations à cet égard vous permettront de mieux comprendre les besoins de l'OTAN et de vous familiariser avec ses processus, ce qui, par la suite, pourrait vous aider à augmenter vos chances de réussite. » Maintenant que MDA a remporté le contrat TRITON, « nous voulons poursuivre nos relations d'affaires avec l'OTAN », affirme M. Greenley, mais ce ne sera pas plus facile pour autant d'obtenir des contrats avec l'OTAN. « Il faut beaucoup de temps pour qu'un programme à l'OTAN soit organisé et mis en œuvre, il est donc difficile de persévérer », dit-il. La distance qui nous sépare de Bruxelles et l'investissement supplémentaire nécessaire pour assurer une présence là-bas constituent des difficultés supplémentaires pour les entreprises canadiennes. Le Canada se joint à d'autres pays où les gouvernements et les entreprises forment des partenariats pour décrocher des contrats de l'OTAN, ce qui est logique compte tenu des revenus que ces contrats de l'OTAN peuvent rapporter, dit-il. « Nous commençons à prendre des initiatives pour nous assurer d'obtenir notre juste part ». M. Greenley conseille aux entreprises qui veulent obtenir des contrats de l'OTAN de ne pas sous-estimer le temps que peut prendre le processus. « Je ne mettrais pas un projet de l'OTAN dans mon plan d'activités de base, dit-il. Ne tenez pas pour acquis que le projet va se réaliser. Il faut plutôt le voir comme une occasion de croissance commerciale stratégique et marginale. » Il précise qu'il est important de faire preuve d'un « engagement soutenu » auprès du SDC et de travailler avec la délégation canadienne à l'OTAN ainsi que les pays membres. « Par définition, l'OTAN est fondée sur la participation et la collaboration de nombreux participants, explique-t-il. Il faut utiliser les relations du Canada avec plusieurs pays de l'OTAN pour établir une base de soutien pour votre solution. » M. Greeley espère que le succès de MDA « permettra à d'autres entreprises au Canada de voir qu'il est possible de décrocher un contrat et d'être ajoutées à la liste des programmes de l'OTAN au Canada ». Pendant l'exécution du contrat TRITON, « nous allons travailler fort pour profiter pleinement de cette occasion », ajoute-t-il. Ce récit qui nous vient de Bruxelles, en Belgique, est un exemple de la façon dont les délégués commerciaux situés dans plus de 160 villes du monde aident les entreprises canadiennes à réussir. http://deleguescommerciaux.gc.ca/canadexport/0002899.aspx?lang=fra

  • La création d’emplois par l’approvisionnement en défense

    17 mai 2018 | Local, Aérospatial

    La création d’emplois par l’approvisionnement en défense

    Communiqué de presse Aider l'industrie canadienne à saisir une occasion qui ne se présente qu'une fois par génération Le 16 mai 2018, Ottawa (Ontario) Le Canada prévoit d'acheter 88 chasseurs, ce qui constitue son plus important projet d'approvisionnement dans le domaine de l'aérospatiale en plus de 30 ans. Il s'agit d'une occasion qui ne se présente qu'une fois par génération de créer des emplois et de générer des retombées pour les Canadiens. L'achat de ces chasseurs est assujetti à la Politique des retombées industrielles et technologiques (RIT), selon laquelle l'entrepreneur retenu doit faire au Canada des investissements d'une valeur égale aux dépenses effectuées par le gouvernement dans le cadre de grands projets d'approvisionnement en défense. La Politique permet de tirer parti du pouvoir d'achat du gouvernement pour stimuler l'innovation et créer des emplois bien rémunérés pour la classe moyenne. Voilà le message communiqué lors d'une série de six forums régionaux organisés dans tout le pays par Innovation, Sciences et Développement économique Canada, de concert avec Défense nationale, Services publics et Approvisionnement Canada et des organismes de développement régional. Des représentants de plus de 250 entreprises et 50 universités et instituts de recherche ont pris part à ces séances. Au total, 750 rencontres où ces représentants ont eu la chance de rencontrer les fabricants de chasseurs et de commencer à établir les liens et les partenariats qui les aideront à tirer profit des occasions découlant de ce projet d'approvisionnement d'envergure. En travaillant de près avec les industries canadiennes de l'aérospatiale et de la défense, le gouvernement s'assure que les Canadiens tirent les plus grands avantages possible d'achats majeurs dans le domaine de la défense. Citations « Gr'ce à la Politique des retombées industrielles et technologiques, ce plus important investissement dans l'Aviation royale canadienne depuis des décennies se traduira par des emplois pour la classe moyenne et des retombées économiques pour tous les Canadiens. » — Le ministre de l'Innovation, des Sciences et du Développement économique, l'honorable Navdeep Bains « Notre gouvernement a franchi encore un autre jalon important alors qu'il poursuit la mise en œuvre du remplacement de la flotte de chasseurs du Canada. Ce processus créera des retombées économiques importantes pour la population canadienne, et notre gouvernement s'est engagé à veiller à ce que les industries canadiennes de l'aérospatiale et de la défense soient bien positionnées pour participer au renouvellement de la flotte canadienne de chasseurs. » — La ministre des Services publics et de l'Approvisionnement, l'honorable Carla Qualtrough « Une flotte d'avions-chasseurs modernes est essentielle pour faire respecter la souveraineté du Canada, assurer la sécurité du continent et contribuer à la paix et à la sécurité internationales. Je suis heureux d'entendre parler des conversations productives qui ont eu lieu avec les membres et les partenaires de l'industrie canadienne au cours des dernières semaines. Cette concurrence représente une excellente occasion pour l'industrie canadienne de participer au maintien de la flotte de chasseurs de l'avenir. » — Le ministre de la Défense nationale, l'honorable Harjit S. Sajjan Faits en bref Globalement, les industries canadiennes de l'aérospatiale et de la défense offrent plus de 240 000 emplois de qualité. En 2016, l'industrie de l'aérospatiale a contribué directement au produit intérieur brut pour 13 milliards de dollars et a employé plus de 87 000 travailleurs. Le secteur canadien de la défense compte plus de 650 entreprises qui offrent des emplois de grande qualité à des travailleurs hautement qualifiés. Depuis 1986, la Politique des RIT du Canada, et la Politique des retombées industrielles et régionales qui l'a précédée, ont injecté près de 40 milliards de dollars dans le produit intérieur brut du pays. L'application de la Politique mène annuellement à la création d'environ 40 000 emplois. https://www.canada.ca/fr/innovation-sciences-developpement-economique/nouvelles/2018/05/la-creation-demplois-par-lapprovisionnement-en-defense.html

  • Le gouvernement fédéral investit dans la formation novatrice pour les secteurs de l’aérospatiale et de la défense

    17 mai 2018 | Local, Aérospatial

    Le gouvernement fédéral investit dans la formation novatrice pour les secteurs de l’aérospatiale et de la défense

    Communiqué de presse Cet investissement permettra de créer et de maintenir plus de 200 emplois et de promouvoir l'innovation au Canada atlantique Le 16 mai 2018 — Halifax (Nouvelle-Écosse) — Innovation, Sciences et Développement économique Canada Le gouvernement du Canada crée et protège des emplois bien rémunérés pour la classe moyenne, stimule la croissance économique et veille à la prospérité à long terme en investissant dans l'essor des petites entreprises pour favoriser l'innovation et la compétitivité mondiale. Le président du Conseil du Trésor, l'honorable Scott Brison, a annoncé aujourd'hui, au nom du ministre de l'Innovation, des Sciences et du Développement économique, l'honorable Navdeep Bains, l'octroi d'un investissement remboursable de 7,6 millions de dollars pour soutenir un projet de 19 millions de dollars mené par Bluedrop Performance Learning Inc. (anglais). L'entreprise fournit aux secteurs de l'aérospatiale et de la défense une technologie de simulation, des simulateurs et des programmes de formation. Le financement alloué à Bluedrop l'aidera à créer ou à maintenir plus de 200 emplois. En effet, il permettra de soutenir la conception et la mise au point de produits de simulation et de formation de prochaine génération dans les domaines de l'aérospatiale et de la marine. Dans le cadre du projet, des technologies mobiles et de jeux, comme la réalité virtuelle et la réalité augmentée, seront adaptées afin de permettre une utilisation accrue de l'intelligence artificielle pour la mise au point de nouveaux produits de simulation et de formation à l'intention des équipages d'aéronef et de navire. Ces fonds permettront d'améliorer la pertinence et l'efficience de la formation ainsi que la sécurité des équipages. L'investissement a été octroyé par l'entremise du Fonds stratégique pour l'innovation, un programme qui vise à attirer et à conserver au Canada des investissements d'envergure dans tous les secteurs de l'économie. Ce programme cible les activités de recherche-développement qui accélèrent le transfert des technologies et la commercialisation de produits, de processus et de services novateurs. Il facilite en outre la croissance et l'expansion des entreprises au Canada. Citations « Notre gouvernement investit afin d'aider les petites entreprises de l'ensemble du pays à croître et à jouer un rôle actif dans les secteurs novateurs de l'économie. Cet investissement dans les technologies novatrices de simulation et de formation de Bluedrop permettra de créer des emplois pour la classe moyenne au Canada atlantique et de favoriser l'essor d'une économie dynamique régionale. Il s'agit d'un exemple concret du programme ambitieux de notre gouvernement visant à renforcer la classe moyenne, à créer des emplois et à assurer à la population canadienne un avenir prospère et inclusif. » — Le président du Conseil du Trésor, l'honorable Scott Brison « Bluedrop reçoit avec grand plaisir cet appui du gouvernement du Canada par l'entremise du Fonds stratégique pour l'innovation. Voilà un atout de taille au moment où nous tentons d'améliorer notre position concurrentielle gr'ce à la mise au point de solutions de formation de prochaine génération. » — Le président exécutif du conseil d'administration de Bluedrop Performance Learning Inc., Derrick Rowe Faits en bref Fondée en 2012, Bluedrop Training and Simulation Inc. conçoit et met au point des systèmes avancés de formation et des produits de simulation à la fine pointe de la technologie en vue de former de façon sécuritaire les opérateurs et responsables de la maintenance d'équipement complexe. L'entreprise a son siège à St. John's, à Terre-Neuve-et-Labrador, et possède également des bureaux à Halifax, en Nouvelle-Écosse, où le projet sera mené. Le Fonds stratégique pour l'innovation est un programme polyvalent qui prend en compte la diversité de l'innovation dans tous les secteurs de l'économie. Outre le Fonds stratégique pour l'innovation, des centaines de programmes et de services sont en place pour aider les entreprises à innover, à créer des emplois et à stimuler l'économie du Canada. Gr'ce à son interface utilisateur simple, la nouvelle plateforme Innovation Canada permet aux entreprises de raconter leur histoire et d'accéder, en deux minutes environ, à l'information sur les programmes et les services qui leur conviennent le mieux. https://www.canada.ca/fr/innovation-sciences-developpement-economique/nouvelles/2018/05/le-gouvernement-federal-investit-dans-la-formation-novatrice-pour-les-secteurs-de-laerospatiale-et-de-la-defense.html

  • Saab Held Today its Annual Gripen Seminar

    16 mai 2018 | International, Aérospatial

    Saab Held Today its Annual Gripen Seminar

    Seminar can be viewed at: http://saab-seminar.creo.se/180516/annual_gripen_seminar_2018 Article on Skies Magazine: Saab positions Gripen E as Canada's next-generation fighter Saab Group is confident that its single-engine Gripen E remains a viable contender for Canada's next generation fighter aircraft fleet, even though there are currently no immediate plans for Royal Canadian Air Force (RCAF) pilots to actually fly the aircraft. This was according to Richard Smith, head of Gripen marketing and sales during a May 16 briefing on Gripen market opportunities worldwide. He confirmed the planned visits included “site surveys and also some more senior visits as well, but at the moment, no plans for a flight evaluation.” He offered no details on who specifically would be visiting, but welcomed a suggestion that Prime Minister Justin Trudeau could be on the list. Canada is one of a number of countries Saab is targeting as a customer for the Mach 2 delta wing/canard fighter, the first variation of which entered service with the Swedish Air Force in 1997. Development of the Gripen E, featuring a General Electric F414G engine and an upgraded electronic warfare system (EWS), began about 2014 and it was first flown in June 2017. It is now said to be on track for delivery to the Swedish and Brazilian air forces. Smith said he expected that “continued dialogue so far this year” with Canadian government representatives was setting the stage for an early draft proposal, possibly in the third quarter of 2018, followed by the government's request for proposal for 80 aircraft early next year. He said the Gripen is suitable for all RCAF operations, including the high north, the Arctic and forward operating bases, which he said are “very similar to what we have in Sweden.” He later added that Saab would “tailor” its offering to Canada, as it would to other prospective customers with different operating environments. “Value for money, the industrial packages, that's what makes the Gripen rather unique and rather attractive.” On the seminal Canadian question about the reliability of a single-engine aircraft in Arctic and maritime missions, Gripen test pilot Mikhal Olsson said it had never been an issue. “I've been flying fighter aircraft since 1996 and I've been stationed . . . up in the Arctic,” he said. “I've been flying over the Atlantic, I've been flying across the sea eastbound to India (Saab is proposing the Gripen for the India Air Force), and every time I've been in a single-engine jet. I've never, ever, been worried about the engine [due to built-in redundancies]. “We have a really reliable system.” Olsson also said that as a “smart fighter” with net-centric technologies, a new sensor suite and long-range weapons, the E model is tailored to an “much more hostile and . . . much more unpredictable” operational environment where “new conflicts arise and disappear much quicker that we've seen before.” Gripen EWS sales director Inga Bergstrom added that electronic warfare was not the aircraft's primary function. Rather, EWS was “an enabler to . . . a successful mission” and because it was upgradeable software, it could deal with evolving threats. Asked about having to compete in some markets with used aircraft, Smith said these were, at best, an interim solution. “We're going to operate it for 30 to 40 years,” he replied. “Second-hand fighters . . . need to be replaced after maybe 10 years, and the capability that we bring is somewhat different to those old fighters. . . . Even though there has been, as you say, some headwind recently, I remain very optimistic about the outlook for Gripen both short term and longer term.” Jonas Hjelm, head of Aeronautics at Saab, acknowledged that although the company can't compete with used fighters because of the price difference, he agreed that the upgradeable Gripen could be operated for potentially more than 40 years without having to go through a new acquisition process, so the total package “makes sense for very many of the countries that are now in process of actually selecting a new fighter system.” Asked how the Gripen could compete with “stealth” platforms, Hjelm declined comment on competitors' aircraft but conceded that it was a difficult challenge. Calling stealth a “fashion word,” he said that while the newest Gripen variants have “stealth features,” Saab has chosen “different paths to have a low signature.” Besides, with “every smart technique you come up with to defend yourself, there will be a pushback from the other side to detect you . . . . We continue all the time to see what we can develop . . . to become more invisible.” https://www.skiesmag.com/news/saab-positions-gripen-e-canadas-next-generation-fighter/

Partagé par les membres

  • Partager une nouvelle avec la communauté

    C'est très simple, il suffit de copier/coller le lien dans le champ ci-dessous.

Abonnez-vous à l'infolettre

pour ne manquer aucune nouvelle de l'industrie

Vous pourrez personnaliser vos abonnements dans le courriel de confirmation.