Filtrer les résultats :

Tous les secteurs

Toutes les catégories

    7109 nouvelles

    Vous pouvez affiner les résultats en utilisant les filtres ci-dessus.

  • Turkey provides tax breaks, loans to attract investment in local defense programs

    24 avril 2018 | International, Aérospatial, Terrestre, C4ISR

    Turkey provides tax breaks, loans to attract investment in local defense programs

    By: Burak Ege Bekdil ANKARA, Turkey — In an effort to boost indigenous defense programs, Turkey is providing incentives, which include generous tax breaks, tax reductions and exemptions from import duties. The incentives include additional levies and soft loans. In just the first two months of 2018, the government incorporated 13 defense investment projects submitted by 12 companies into its incentives program. These investments are worth $350 million. The largest investment program benefiting from the incentives during the January/February time frame was Roketsan's new production line. The state-controlled missile maker's investment plan is worth $217 million. Military electronics specialist Aselsan, Turkey's largest defense company, has won incentives support for its new $35 million investment in electronic systems and new $40 million investment in aerial and missile systems. Official figures show a boom in private defense investment, too. According to the Ministry of Economy, $1.9 billion of defense investment by private companies will be subsidized by government incentives this year. These investment plans include a total of $220 million for armored vehicles, a laser gun and unmanned land vehicles; and $125 million in diesel tank engines by armored vehicle producer BMC, a Turkish-Qatari private joint venture. Private firm Most Makina will receive government incentives for its planned $385 million investment in steel equipment for defense systems. Turkish Aerospace Industries, or TAI, will invest $1.2 billion in its TF-X program, an ambitious plan for the design, development and production of Turkey's first indigenous fighter jet. TAI is developing the TF-X with BAE Systems. https://www.defensenews.com/industry/2018/04/16/turkey-provides-tax-breaks-loans-to-attract-investment-in-local-defense-programs/

  • Pentagon creates new position to help guide software acquisition, F-35 development

    24 avril 2018 | International, Aérospatial, C4ISR

    Pentagon creates new position to help guide software acquisition, F-35 development

    By: Valerie Insinna WASHINGTON — The U.S. Defense Department is creating a new position to help formulate its software strategy and ensure it keeps pace with commercial advancements — and the most important resposiblity will be overseeing the F-35 joint strike fighter's agile software strategy. During a Friday roundtable with reporters, Ellen Lord, the undersecretary of defense for acquisition and sustainment, announced that she has tapped Jeff Boleng to the newly created position of special assistant for software acquisition. Boleng, currently the acting chief technology officer at Carnegie Mellon University Software Engineering Institute, will start April 16 as a member of Lord's team. “Jeff Boleng will spend over 90 percent of his time on F-35. He is going to be the individual who is working amongst all of the groups to enable us to bring the right talent onboard,” Lord said. “We have a challenge, I think both within the JPO [F-35 joint program office] as well as Lockheed Martin, in terms of getting a critical mass of contemporary software skill sets to begin to move in the direction we want to.” As the F-35 joint program office embarks on a new strategy called Continuous Capability Development and Delivery, or C2D2, which involves introducing agile software development, Lord wants to ensure that both the JPO and Lockheed have employees with the right training to execute the effort and that they can attract new professionals with additional software expertise. “This is something that [Lockheed CEO] Marillyn Hewson and I have talked about,” she said. “Lockheed Martin has some excellent software capability throughout the corporation. My expectation is that they're going to leverage that on the F-35. And as we within the Department of Defense really increase our capability for software development focused on C2D2, our expectation is that Lockheed Martin will do the exact same thing. “So they have the capability. I'm very energized about the leadership focus that I have seen in the last four to eight weeks, so I have great expectations that that will continue and that Lockheed Martin will keep pace or outpace DoD in terms of modernization for F-35 software development.” Boleng, a former cyberspace operations officer and software engineer who served more than 20 years with the Air Force, last held the position of teaching computer science at the Air Force Academy before moving to the private sector. At Carnegie Mellon, he is responsible for spearheading the institutes research and development portfolio, which includes software development, data analytics and cyber security activities in support of the Defense Department. As the special assistant for software acquisition, he will help develop department-wide software development standards and policies and “advise department leadership on latest best practices in commercial software development.” Boleng will also interface with Pentagon organizations charged with ramping up the department's software prowess such as Defense Digital Services, a small group of former private-sector tech professionals who led the department's “Hack the Pentagon” events and have conducted a few assessments of F-35 software. That starts with a meeting today between Lord, Boleng and a Defense Innovation Board group centered on software acquisition, which has been embedded both with the joint program office and Lockheed Martin, Lord said. https://www.defensenews.com/pentagon/2018/04/13/pentagon-creates-new-position-to-help-guide-software-acqusition-f-35-development/

  • Stimuler la création d’emplois et l’innovation au Canada gr'ce à des investissements en défense

    23 avril 2018 | Local, Aérospatial, Naval, Terrestre, C4ISR, Sécurité

    Stimuler la création d’emplois et l’innovation au Canada gr'ce à des investissements en défense

    Le Canada, un chef de file mondial dans cinq secteurs de technologies émergentes, continue de mettre à profit ses forces Le 23 avril 2018, Ottawa L'industrie de la défense du Canada est saine et novatrice, alors que plus de 650 entreprises emploient plus de 60 000 Canadiens. Le gouvernement du Canada soutient cette industrie notamment au moyen de la Politique des retombées industrielles et technologiques (RIT), qui exige que, pour chaque acquisition d'importance, les fournisseurs qui remportent un marché de la défense effectuent des investissements au Canada d'une valeur égale à celle du contrat obtenu. Au cours des 30 dernières années, la Politique des RIT a entraîné des investissements de 30 milliards de dollars dans l'économie canadienne, et permet la création d'environ 40 000 emplois annuellement. Gr'ce à la politique de défense du Canada – Protection, Sécurité, Engagement, les milliards de dollars investis dans l'approvisionnement en matière de défense se traduisent par des retombées économiques et la création d'emplois pour la classe moyenne. Afin de tirer profit de cette situation, le ministre de l'Innovation, des Sciences et du Développement économique, l'honorable Navdeep Bains, a annoncé aujourd'hui que le gouvernement se servira de la Politique sur les RIT pour inciter les détenteurs de contrats de défense à investir dans les capacités industrielles clés. Le Canada a de fortes capacités industrielles dans cinq domaines liés aux nouvelles technologies qui présentent un potentiel de croissance rapide. Il existe également 11 domaines où les capacités industrielles sont déjà concurrentielles à l'échelle internationale et des domaines où la capacité industrielle est essentielle à la sécurité nationale. Technologies émergentes Matériaux de pointe Intelligence artificielle Cyberrésilience Systèmes télépilotés et technologies autonomes Systèmes spatiaux Principales compétences et services industriels essentiels Systèmes et composantes aérospatiaux Blindage Intégration des systèmes de défense Systèmes électro-optiques et infrarouges Solutions en matière de véhicules terrestres Soutien en service Systèmes de mission et systèmes de plateforme navales Munitions Services de construction navale, de conception et d'ingénierie Sonars et systèmes acoustiques Formation et simulation Les capacités industrielles clés se marient bien au Plan pour l'innovation et les compétences du gouvernement, car elles permettent le développement des compétences et stimulent l'innovation dans le secteur de la défense au Canada. Citations « Notre industrie de la défense avait besoin de capacités industrielles clés et c'est ce que nous lui avons donné. En favorisant les investissements dans des secteurs présentant un fort potentiel de croissance rapide, nous permettons à nos forces armées d'être mieux équipées, à l'économie d'être plus forte et aux Canadiens de la classe moyenne d'avoir accès à des milliers d'emplois. » — Le ministre de l'Innovation, des Sciences et du Développement économique, l'honorable Navdeep Bains « Pour l'industrie de la défense du Canada, les capacités industrielles clés constituent un important outil stratégique permettant de solidifier le partenariat entre le gouvernement et l'industrie. Ces capacités industrielles clés favorisent les investissements stratégiques dans des secteurs de la défense et de la sécurité, actifs ou émergents, pour lesquels le Canada est un chef de file mondial possédant des technologies concurrentielles. Les capacités présentées aujourd'hui sont le reflet des industries canadiennes de la défense et de la sécurité, industries de classe mondiale axées sur l'innovation. » — La présidente de l'Association des industries canadiennes de défense et de sécurité, Christyn Cianfarani « Par la définition de capacités industrielles clés, le gouvernement offre un autre outil important visant à utiliser les approvisionnements publics pour augmenter les investissements dans des secteurs où le Canada est bien positionné et offre diverses possibilités. L'importance de l'aérospatiale pour ce qui est des capacités industrielles clés définies par le gouvernement aujourd'hui démontre bien la vitalité de notre industrie, tout comme son potentiel à poursuivre sur sa lancée afin de conserver son avantage concurrentiel pour les années à venir. Nous sommes vraiment heureux que le gouvernement ait dévoilé ses capacités industrielles clés et nous félicitons le ministre Bains pour le lancement réussi de cet outil des plus utiles en matière d'approvisionnement. » — Le président et chef de la direction de l'Association des industries aérospatiales du Canada, Jim Quick Faits en bref La composition de la liste des capacités industrielles clés change au fil du temps, afin de tenir compte des avancées technologiques et des besoins changeants en matière de défense. La liste sera revue et mise à jour régulièrement. L'adoption de ces capacités industrielles clés a été proposée dans le rapport de 2013, Le Canada d'abord – Exploiter l'approvisionnement militaire en s'appuyant sur les capacités industrielles clés (aussi connu sous le nom de Rapport Jenkins). L'industrie de la défense est une industrie novatrice où il se fait 4,5 fois plus de R-D que la moyenne de ce qui se fait dans l'industrie manufacturière canadienne. Cette industrie est également axée sur l'exportation, avec 60 % de ses ventes destinées aux marchés internationaux en 2016. De 1986 à 2016, le portefeuille des obligations à l'égard des RIT avait à son actif 137 marchés dont la valeur a atteint 41,5 milliards de dollars, dont 28,3 milliards de dollars pour des projets d'activités commerciales terminés, 9,4 milliards de dollars pour des activités en cours et 3,8 milliards de dollars pour des activités à venir. Liens connexes Politique des Retombées industrielles et technologique (RIT) Capacités industrielles clés du Canada Guide d'acquisition de la Défense 2016 Protection, Sécurité, Engagement Plan pour l'innovation et les compétences Le Canada d'abord – Exploiter l'approvisionnement militaire en s'appuyant sur les capacités industrielles clés Personnes-ressources Suivez le Ministère sur Twitter : @ISDE_CA Renseignements : Karl W. Sasseville Attaché de presse Cabinet du ministre de l'Innovation, des Sciences et du Développement économique 343-291-2500 Relations avec les médias Innovation, Sciences et Développement économique Canada 343-291-1777 ic.mediarelations-mediasrelations.ic@canada.ca https://www.canada.ca/fr/innovation-sciences-developpement-economique/nouvelles/2018/04/stimuler-la-creation-demplois-et-linnovation-au-canada-grace-a-des-investissements-en-defense.html

  • Defense Department halts F-35 deliveries amid repair bill disagreement with Lockheed

    20 avril 2018 | International, Aérospatial

    Defense Department halts F-35 deliveries amid repair bill disagreement with Lockheed

    By: Valerie Insinna WASHINGTON — The Pentagon has suspended acceptance of most F-35 deliveries as manufacturer Lockheed Martin and the F-35 program office debate who should be responsible for fixing jets after a production issue last year. “While all work in our factories remains active, the F-35 Joint Program Office has temporarily suspended accepting aircraft until we reach an agreement on a contractual issue and we expect this to be resolved soon,” a Lockheed spokeswoman confirmed in a statement, adding that the company remains confident that it can meet its delivery target of 91 aircraft for 2018. News of the delivery pause was first reported by Reuters. The dispute is rooted in a quality control issue that caused F-35 deliveries to stop from Sept. 21 to Oct. 20. At the time, corrosion was found in fastener holes of F-35As being repaired at Hill Air Force Base in Utah. Lockheed and the JPO were able to agree on a corrective action plan, one source said, and Lockheed was able to complete planned deliveries of the F-35 for 2017. But sometime after that, a dispute over who should pay for the fix resurfaced and the Defense Department opted to take another production pause, a source said, declining to comment on how long deliveries have been suspended. “Per the direction of the program executive officer, F-35 deliveries have been temporarily paused while the government and Lockheed Martin reach an agreement on a contractual issue regarding repair work to remediate the known aircraft fastener hole primer quality escape,” said a statement from the F-35 joint program office. “This is not a safety of flight issue but rather a contractual resourcing issue that needs to be resolved. The government has implemented this pause to ensure the warfighter receives a quality product from industry. We look forward to a swift resolution of this issue.” Production of the aircraft is ongoing at Lockheed's line in Fort Worth, Texas, and at final assembly and check out facilities in Nagoya, Japan, and Cameri, Italy. A source noted that some customers have accepted planes due to warfighter demands. According to Reuters, two aircraft have been delivered to the Defense Department since it imposed the suspension. Meanwhile, a repair bill for more than 200 jets is on the line. The corrosion issue is just one of several production problems that has plagued the F-35 over the last couple years. Vice Adm. Mat Winter, the F-35 joint program executive officer, spoke Wednesday at the Navy League's Sea Air Space conference but did not disclose the fact that deliveries had stopped. A statement from the F-35 joint program office was added at 9:05EST on April 12. https://www.defensenews.com/breaking-news/2018/04/11/defense-department-halts-f-35-deliveries-amid-repair-bill-disagreement-with-lockheed/

  • Inde: Airbus et Lockheed Martin au coude à coude pour vendre leurs avions de chasse

    20 avril 2018 | International, Aérospatial

    Inde: Airbus et Lockheed Martin au coude à coude pour vendre leurs avions de chasse

    Airbus et Lockheed Martin tentent de s'implanter en Inde afin de décrocher des commandes d'avions. Objectif, bénéficier des 620 milliards de dollars investis dans la défense sur la période 2014-2022 par l'Inde pour renouveler son armée. La décision de l'Inde de ne pas commander d'avions Rafale à Dassault en 2018, révélée par La Tribune, a enflammé la concurrence chez les principaux avionneurs. Deux géants font figure de favoris : Airbus, producteur de l'Eurofighter Typhoon, et le géant américain Lockheed Martin, qui construit le célèbre F-16, révèle le média économique américain Bloomberg. L'Inde a annoncé en 2014 vouloir investir 620 milliards de dollars en huit ans. Mais derrière ce marché faramineux pour les entreprises, les conditions sont drastiques. New Delhi demande en effet à ce qu'au moins 30% de ses importations en matière de défense soient produites sur son sol. Un transfert de technologie réclamé par la classe politique indienne, qui serait à l'origine de l'annulation de la commande géante de Rafale français (100 à 200 appareils) selon La Tribune. Plusieurs entreprises ont, depuis, décidé de s'implanter sur le territoire indien, dans l'espoir de décrocher une commande. Airbus, qui n'a pas remporté de contrat militaire en Inde depuis plus de cinquante ans, comme le rappelle le média américain, forme notamment des fabricants de pièces pour ses avions commerciaux. Une manière de faire qui permet de s'adapter aux normes et règlements locaux, dont se sont inspirés les concurrents de l'avionneur européen, Lockheed Martin, Saab ou encore Boeing. Chacun a fait le choix de la production locale pour taper dans l'œil de Narendra Modi, le Premier ministre indien. Du commercial au militaire. Limite à cette stratégie, la qualité de formation de la main d'œuvre indienne, cantonnée principalement aux postes de monteurs et ajusteurs. Airbus a compris la situation et a nommé, en 2016, l'homme public indien Ashish Saraf, au poste de chef de la production en Inde. Il s'agit de la seule compagnie étrangère à avoir un tel poste dans son organigramme. Un signal fort émis en direction du gouvernement indien. Airbus entend « adapter au domaine de la défense ce que la compagnie fait déjà pour l'espace commercial afin d'être plus performant, que ce soit pour les hélicoptères ou les avions militaires », a déclaré Pierre de Bausset, directeur d'Airbus Group en Inde, dans un discours prononcé à Hyderabad, ville du sud de l'Inde, en mars. Face à ce positionnement stratégique, Lockheed Martin a contre-attaqué explique Bloomberg. Pour vendre 110 avions de combat F-16, une commande estimée à 15 milliards de dollars, il a promis de migrer la production de ce parc aérien en Inde en cas d'accord. Le pays deviendrait de fait l'un des plus gros producteurs d'avions de combat au monde. https://www.lopinion.fr/edition/international/inde-airbus-lockheed-martin-coude-a-coude-vendre-leurs-avions-chasse-146872

  • MTU Maintenance Canada signs CF6-50 and accessory repair contract with Lockheed Martin

    20 avril 2018 | Local, Aérospatial

    MTU Maintenance Canada signs CF6-50 and accessory repair contract with Lockheed Martin

    Vancouver, April 11, 2018 – MTU Maintenance Canada and Lockheed Martin have signed two contracts covering the maintenance, repair and overhaul of CF6-50C2 engines as well as accessory repair for the engines. MTU Maintenance Canada is the MTU Maintenance group's center of excellence for engine MRO in military applications in North America. “We are delighted to have signed these agreements with Lockheed Martin and hope this is the start of excellent, long-term cooperation,” said Michael Schreyögg, Chief Program Officer and Member of the Executive Board at MTU Aero Engines. “Our location in Vancouver has extensive experience and a great track record in supporting military programs.” Lockheed Martin's Commercial Engine Solutions operates from ist world-class facility in Montreal, which includes two test cells and the capacity to serve up to 25 engines per month. MTU Maintenance Canada employs a highly skilled team of around 400 employees located at Vancouver airport (YVR). A 130,000 square foot facility, complete with full test cell capacity, services military and commercial customers in V2500, CF6 and CFM56 engine programs. As a center of excellence for the MTU group, MTU Maintenance Canada also specializes in accessories repair, providing LRU management for a wide range of engine types, such as GE90. About MTU Aero Engines MTU Aero Engines AG is Germany's leading engine manufacturer, with core competencies in low-pressure turbines, high-pressure compressors, turbine center frames, manufacturing processes and repair techniques. MTU plays a key role in the new engine market through its partnership in many international development, manufacturing and sales programs, to which it contributes its high-tech components. One third of the global fleet of passenger airliners relies on components supplied by MTU. MTU is one of the world's top 5 providers of maintenance services for commercial aircraft engines and industrial gas turbines. These activities are combined under the roof of MTU Maintenance. In the military sector, MTU Aero Engines is the lead industrial partner for almost every type of engine flown by the German armed forces. MTU operates affiliates around the globe; its corporate headquarters are based in Munich, Germany. http://www.mtu.de/news-media/press/latest-press-releases/press-release-detail/mtu-maintenance-canada-signs-cf6-50-and-accessory-repair-contract-with-lockheed-martin/

  • Major players pitch solutions for Navy’s next training helicopter

    20 avril 2018 | International, Aérospatial, Naval

    Major players pitch solutions for Navy’s next training helicopter

    By: Jen Judson NATIONAL HARBOR, Md. — Several major players in the helicopter industry pitched possible solutions at the Navy League's Sea-Air-Space conference for the Navy's next initial-entry, rotary-wing training helicopter as the service signals stronger intentions to replace its aging TH-57 Sea Ranger fleet. The Navy has announced during recent congressional hearings that it plans to buy a new training helicopter in fiscal 2020. For years, the service has put out requests for information asking industry for training helicopter options with the latest coming out in October 2017. That RFI left some requirements open-ended such as whether the aircraft should have one or two engines, but has asked for the helicopter to be Instrument Flight Rules (IFR) certified, an obvious requirement when flying over sea or in reduced visibility environments. It's also assumed the Navy wants a commercial off-the-shelf aircraft. The TH-57 is more than reaching the end of its life, having first been fielded to the Navy's training fleet in the 1970s. So three companies — Airbus, Bell and Leonardo — all brought examples of possible training helicopters to the Navy's biggest trade show. Airbus H135 Airbus is keeping all of its options on the table for a Navy trainer because the service has yet to define all of its requirements, according to John Roth, senior director of business development for Airbus Helicopters Inc. “We have a broad product range that goes from light, single-engine into light, twin-engine to medium and heavy twin-engine platforms,” Roth told Defense News at Sea-Air-Space. “Our approach is we will evaluate those requirements and offer based on those requirements. However, given the nature of training and how the complexity of training has evolved over time, we do have recommendations for the Navy as it relates to having the best possible solution to accomplish all of their missions.” And one recommendation is the H135 light, twin-engine helicopter Airbus had on display at the show. “We believe this is certainly a very capable potential solution that meets all the Navy requirements as a commercial off-the-shelf product,” Roth said. The H135 is similar to the EC-145 helicopter that the Army now uses for its trainer, replacing its TH-67 Creek helicopters with LUH-72A Lakota light utility helicopters already in the service's inventory beginning in 2014. The Army's decision to retire the TH-67s and replace them with Lakotas was met with much debate as to whether it made sense to teach helicopter pilots basic skills in a more complex digital glass cockpit helicopter with twin engines. And the decision was even met with a lawsuit. Leonardo — then known as AgustaWestland — sued the Army over its decision not to compete for a new trainer but to instead sole-source a helicopter already fielded by the service. Leonardo initially won the lawsuit but the decision was overturned in the appellate court. The Army is still filling out its Lakota training fleet, but, Roth said, “from a qualitative perspective, we've got some very positive feedback that talks to capability of the aviators when they complete the training and having them more prepared for the advanced aircraft once they arrive at their advanced training stations.” The fact that both the Lakota and the H135 have advanced digital glass cockpits, four-axis autopilot and twin-engine capability with Full Authority Digital Engine (FADEC) controls “all prepared them for the type of vehicle that they are going to get in when they get into their advanced training,” Roth said. The Army has taken tasks normally taught in the more expensive advanced aircraft and brought those down to basic training, he added. “There has been a lot of advantages realized from that decision that we think the Navy will be able to take advantage of as well,” Roth said. The H135s, if purchased by the Navy, would be built at its Columbus, Mississippi, production line where commercial EC135s and Lakotas are built. The helicopter pitched to the Navy is also used by approximately a dozen countries with nearly 130 aircraft serving as a primary trainer worldwide, Roth said. Bell 407 GXi Bell would be the incumbent in a competition for a new Navy trainer, being the current manufacturer of the TH-57. The company plans to offer up its 407 GXi, according to Steve Mathias, Bell's vice president for Global Military Business Development. Bell has already built and sold 1,500 407s worldwide which have flown over 4.75 million hours, he said, so the helicopter is “very reliable, sustainable, maintainable glass cockpit, just a great overall aircraft,” Mathias said. And from a programmatic perspective, he said, choosing Bell's trainer offers “a lot less risk because it's very similar to the TH-57 that the Navy currently has, so a transition from a Bell product to a Bell product would be a lower risk, I would think, to the customer.” Bell also provides many of the helicopters the Navy and Marine Corps fly today such as the UH-1Y Venom, the AH-1Z Viper and the V-22 Osprey tiltrotor and therefore has a high level of experience working with the services on a day-to-day basis “so we very closely understand what the Navy requirements are,” Mathias argued. The company is hoping the Navy chooses to go with a single-engine aircraft because it would “be less costly to operate” and less complex to train, according to Mathias. He added that he believes the choice would offer the best value to the service. Leonardo TH-119 Italian company Leonardo is making a play for the trainer with plans to submit its TH-119, which puts them, like Bell, into the single-engine camp, according to Andrew Gappy, who is in charge of the company's government sales and programs. The helicopter is a variant of the AW119Kx, a single-engine, full-spectrum training aircraft and can be used for training from the basics like learning how to hover above the ground all the way to advanced tactics. And while Leonardo is a foreign company, all of the 119s worldwide are manufactured in Philadelphia, Pennsylvania. The 119 is also IFR certified to meet that Navy requirement. The helicopter is known for its significant power, which means the aircraft's training mission sets can grow and change over time without affecting its performance, Gappy said. It's important for the Navy to buy a new trainer now because, Gappy said, he trained on the TH-57 “a long time ago.” The aircraft averages roughly 70,000 flight hours a year and will become more and more costly to operate as it continues to age. “When I went through, the TH-57 had a lot in common with combat aircraft, how the aircraft flew and instrumentation training was really relevant,” he said. “It's so disparate now with glass cockpits and all of them are multi-bladed rotor systems that fly differently than the twin rotor system, so it's really resetting the baseline,” which allows the service to incorporate more advanced training into the basic courses that has migrated away from that training due to the loss in power margin, Gappy said. https://www.defensenews.com/digital-show-dailies/navy-league/2018/04/11/major-players-pitch-solutions-for-navys-next-training-helicopter/

  • La Défense nationale lance son programme IDEeS visant à résoudre les défis en matière de défense et de sécurité gr'ce à l’innovation

    9 avril 2018 | Local, Aérospatial, Naval, Terrestre, C4ISR, Sécurité

    La Défense nationale lance son programme IDEeS visant à résoudre les défis en matière de défense et de sécurité gr'ce à l’innovation

    Communiqué de presse De : Défense nationale Le 9 avril 2018 – Ottawa, Ontario – Défense nationale/Forces armées canadiennes La résolution de problèmes, la créativité et la connaissance sont nécessaires pour affronter et atténuer les menaces en constante évolution en matière de défense et de sécurité. Gr'ce à l'innovation, nous développerons et maintiendrons des capacités permettant de relever les défis liés à l'environnement mondial actuel de la sécurité. En vue de transformer notre manière de créer des solutions aux problèmes complexes de défense et de sécurité, le ministère de la Défense nationale (MDN) a lancé aujourd'hui son nouveau programme Innovation pour la défense, l'excellence et la sécurité (IDEeS). Annoncé en juin 2017 au moment de la diffusion de la politique de défense du Canada, Protection, Sécurité, Engagement, le programme IDEeS sera à l'origine d'investissements de 1,6 milliard de dollars dans le milieu canadien de l'innovation au cours des 20 prochaines années. Au moyen d'IDEeS, le MDN se tournera vers les esprits les plus novateurs et les plus créatifs du Canada, qu'il s'agisse d'inventeurs, d'universitaires qui travaillent dans les laboratoires de leur établissement ou de scientifiques attachés à des sociétés de petite ou de grande envergure. Ces penseurs novateurs fourniront aux praticiens des Forces armées canadiennes (FAC) et du Canada en matière de sûreté et de sécurité des solutions inédites aux problèmes d'aujourd'hui. Le programme IDEeS stimulera l'innovation au moyen d'une gamme d'activités, dont des compétitions, des concours, des réseaux et des bacs à sable pour la mise à l'essai de concepts sur le terrain. Le ministre Sajjan a lancé aujourd'hui son premier appel de propositions dans le cadre de l'élément des projets concurrentiels d'IDEeS, dans lequel seize problèmes en matière de défense et de sécurité ont été recensés. Les parties intéressées disposent de six semaines pour présenter leurs propositions de solutions, qui doivent être transmises au plus tard le 24 mai 2018. Cet appel de propositions aborde les difficultés dans certains domaines, comme la surveillance, les cyberoutils de défense, l'espace, l'intelligence artificielle, les systèmes de télépilotage, l'analytique des données et la performance humaine. Les propositions seront examinées et feront l'objet d'un processus d'évaluation rigoureux. Les premiers contrats devraient être attribués à l'automne 2018. Les innovateurs sont invités à consulter le site Web d'IDEeS pour obtenir de plus amples renseignements sur cet appel de propositions et sur les appels subséquents à mesure qu'IDEeS prendra forme. Citations « Le programme IDEeS présentera aux Canadiens des occasions inédites de faire valoir leurs meilleures solutions aux problèmes de défense et de sécurité et de placer ces solutions entre les mains des femmes et des hommes des Forces armées canadiennes. Cet investissement appuiera la croissance et l'épanouissement du milieu canadien de l'innovation au cours des deux prochaines décennies. » – Harjit S. Sajjan, ministre de la Défense nationale Faits en bref Gr'ce au programme IDEeS, la Défense nationale : créera des réseaux d'innovateurs (universitaires, industrie, particuliers et autres partenaires) pour mener des travaux de pointe en recherche et développement dans des domaines essentiels aux futurs besoins en défense et en sécurité; organisera des concours et invitera les innovateurs à présenter des solutions viables à des problèmes précis en matière de défense et de sécurité; instaurera de nouveaux rouages d'acquisition qui lui permettront d'élaborer et de mettre à l'épreuve des concepts, dans le cas des idées les plus prometteuses. Le programme IDEeS aidera les innovateurs en appuyant l'analyse, en finançant la recherche et en élaborant des processus pour faciliter l'accès à la connaissance. Il soutiendra également les tests, l'intégration, l'adoption et l'acquisition de solutions créatives pour les milieux canadiens de la défense et de la sécurité. Liens connexes Documentation – Programme Innovation pour la défense, l'excellence et la sécurité (IDEeS) Documentation – Le gouvernement du Canada lance un appel aux innovateurs pour résoudre des défis en matière de défense et de sécurité IDEeS Protection, Sécurité, Engagement Personnes-ressources Byrne Furlough Attaché de presse Cabinet du ministre de la Défense nationale Téléphone : 613-996-3100 Courriel : Byrne.Furlough@forces.gc.ca Relations avec les médias Ministère de la Défense nationale Téléphone : 613-996-2353 Courriel : mlo-blm@forces.gc.ca https://www.canada.ca/fr/ministere-defense-nationale/nouvelles/2018/04/la-defense-nationale-lance-son-programme-idees-visant-a-resoudre-les-defis-en-matiere-de-defense-et-de-securite-grace-a-linnovation.html

  • Avions de chasse. Les Européens adorent acheter américain. Pourquoi ?

    9 avril 2018 | International, Aérospatial

    Avions de chasse. Les Européens adorent acheter américain. Pourquoi ?

    (B2) Quand on regarde l'équipement des Européens, en avions de chasse ou de combat, on remarque une constante. Les pays européens préfèrent acheter américain qu'européen. Mais à y regarder de près, on voit aussi que ceux qui proclament haut et fort qu'ils sont tenants de l'Europe de la défense ne sont pas toujours ceux que l'on croit. Ce papier a fait l'objet d'une chronique dans l'excellente émission ‘La Faute à l'Europe‘, de FranceTvInfo, animée par mes confrères Yann Antony-Noguès, Kattalin Landaburu, Jean Quatremer et préparée par Hughes Beaudouin. Combien de pays ne volent pas avec du matériel américain ? Cela se compte sur les doigts d'une main et un doigt. Seuls six pays ne volent pas américains (en bleu et en vert sur la carte) : France, Allemagne, Suède, Rép. Tchèque, Autriche, Hongrie. Parmi ces pays, il faut distinguer la Suède (Gripen) et la France (Rafale) qui s'équipent uniquement en national (en vert sur la carte), et l'Allemagne qui vole avec du matériel européen (Eurofigther) certes mais fabriqué sur son sol. Tandis que l'Autriche, la Hongrie et la Tchéquie volent avec du matériel acheté chez un de leurs voisins. Le premier en Eurofighter, les deux autres en matériel suédois. Certains pays pratiquent-ils un équipement mixte ? Oui. Le panachage est un procédé typique de plusieurs pays (en jaune sur la carte). C'est le cas de tous les pays du Sud de l'Europe — l'Ejército del aire espagnole, l'Aeronautica italienne, l'Hellenic Air Force —, qui ont jusqu'ici pris grand soin d'avoir au moins deux modèles dans leur flotte aérienne : l'un de fabrication UE, l'autre de fabrication US. A une exception notable près : le Portugal. C'est aussi le cas... du Royaume-Uni. ... le Royaume-Uni aussi ? Qui l'eut cru ! Ce pays très attaché au lien transatlantique prend bien soin d'équilibrer ses achats entre le made in USA et le made in Europa. Une tradition de la Royal Air Force. Les Britanniques — à la différence des Français — préfèrent fabriquer en multinational que fabriquer en solo. Cela a été le cas du Tornado (un avion fabriqué avec l'Allemagne et l'Italie) puis de l'Eurofighter (renommé Typhoon outre-Manche). Hors de l'aviation de chasse, c'est aussi le cas de l'Airbus A400M. Un pragmatisme qui a un fondement très industriel. Une partie de ces avions (européens) sont fabriqués dans les usines britanniques. Y-a-t-il des tendances géopolitiques dans l'équipement exclusif made in USA ? Clairement. Les pays qui ont une frontière avec la Russie s'équipent exclusivement en matériel américain (en orange sur la carte), en général avec du F-16 (fabriqués par General Dynamics, aujourd'hui repris par Lockheed Martin). Il ne s'agit pas alors seulement de performances de l'appareil mais aussi d'avoir une ‘assurance-vie' américaine... et de bénéficier à moindre prix d'une flotte d'appareils. Ceux-ci étant souvent amortis ou d'occasions. ... et d'autres raisons plus idéologiques ? Les pays du nord de l'Europe (Norvège, Danemark, Pays-Bas, Belgique) sont aussi équipés en matériel américain. Il s'agit là d'une solidarité euro-atlantique plutôt que d'une solidarité européenne. Assez atypique par rapport à ses voisins, le Portugal a également acheté du matériel américain, pour des raisons idéologiques (et des raisons politiques très personnelles). Hors de l'Union européenne, même la neutre Suisse vole US : avec des F/A 18 Hornet fabriqués par Boeing (1). Décidément, en matière d'équipement d'avions de chasse... ceux qui se prétendent très Européens ne sont pas toujours ceux que l'on croit. Dans ce panorama, comment se situent les Français ? La France est totalement isolée. Son aviation de chasse est équipée uniquement de matériel national (2). Mais, à la différence de la Suède, autre producteur national, et du précédent du Mirage, Dassault n'a pas réussi à exporter son Rafale (avion pourtant excellent) dans d'autres pays en Europe. Certes, deux pays figurent aujourd'hui dans la lunette de tir de Paris : la Belgique et la Suisse. Cela nécessitera cependant un sacré effort pour convaincre ces deux pays, francophones, de s'équiper ‘français'. Dans le futur, le Rafale pourrait être ainsi le dernier avion à être produit en ‘national'. L'avion du futur (habité ou non = drone) devra l'être avec un autre pays (Royaume-Uni ou/et Allemagne). Une raison davantage économique que politique. La France ne peut plus suivre en solo. Quel est l'avantage comparatif du matériel américain ? On ne peut pas vraiment en vouloir à un pays de choisir un modèle éprouvé, compétent, suffisant pour les besoins nationaux et qui procure un rapport qualité / prix très convenable, voire largement supérieur au prix d'un avion européen. Le F-16 a été produit en grand nombre : environ 4500 exemplaires. Ce qui permet des économies d'échelle. La moitié a été achetée par l'US Air Force, la moitié à l'export. Pour un avion Eurofighter, Rafale ou JAS 39 neuf, vous pouvez vous payer environ quatre F-16 d'occasion. Outre les raisons politiques, acheter US est-il efficace ? Oui. Il faut le reconnaitre. L'avantage d'acheter US, c'est appartenir à un club mondial. Le club des pays équipés du F-16 se réunit d'ailleurs régulièrement pour échanger ou demander des modifications. Et quand on interroge des pilotes équipés de ce type d'avions, la liste des avantages est longue. On « bénéficie de l'expérience des autres » m'expliquait ainsi un officier. « Il y a une mise à jour constante des avions». Le « F-16 d'aujourd'hui ne ressemble ainsi plus du tout au F-16 acheté à l'époque ». En déplacement ou en opération, autre atout, il est toujours possible de trouver un voisin qui a une pièce de rechange ou un mécano capable de vous donner un coup de main. Très appréciable. Et, puis, il ne faut pas le nier. L'aura de l'Amérique joue. Le plaisir de côtoyer de près les pilotes américains, d'aller s'entraîner en Arizona que dans la plaine du Pô ou au-dessus de l'Auvergne La tendance pourrait-elle s'inverser ? Pour l'instant, aucun signe ne le montre. Les derniers pays qui viennent de s'équiper (Roumanie, Croatie, Slovaquie) l'ont fait avec du F-16. Et les Bulgares devraient suivre ce chemin. Les Autrichiens ont remis en cause leur équipement avec l'Eurofighter d'Airbus. L'accusation américaine du protectionnisme européen est-elle valable ? Non. C'est un pur mensonge... ou alors cela se révèle d'une incompétence notoire. L'arrivée de l'avion américain de nouvelle génération F-35 (fabriqué par Lockheed Martin) dans la flotte de plusieurs États va siphonner tous les budgets pour de longues années. Il est assez coûteux, son prix réel toujours très incertain. Mais, surtout, l'équipement en avion de chasse est un investissement lourd. Le renouvellement n'intervient que tous les 20 ans (au mieux si achat d'occasion) à 40 ans (si achat en neuf). Autant dire que les acquisitions prévues aujourd'hui vont plomber l'industrie européenne jusqu'à 2060 ! Les Américains sont-ils seuls en cause ? Non. Accuser les Américains d'être trop puissants, c'est surtout mettre le doigt sur un problème typiquement européen : la dispersion. L'industrie aéronautique européenne est éclatée entre trois constructeurs (Airbus, Dassault, Saab). Ce qui l'empêche d'avoir un modèle unique (quitte à ce qu'il soit décliné en plusieurs versions) et donc des économies d'échelle. Quand il s'agit de choisir un nouvel avion, les petits egos nationaux, tout comme les différences de portée stratégique, empêchent de s'unir. Pourquoi ne pas s'équiper comme certains le font avec des modèles fabriqués dans différents pays ? Ce type d'équipement mixte est réservé à des pays qui disposent de certains moyens et d'une certaine flotte. Car il coûte cher. La tendance, aujourd'hui, est plutôt désormais de s'équiper avec un seul modèle ou au moins avec un seul fabricant. Il faut le reconnaître aussi : l'utilité opérationnelle d'un avion (ses qualités requises) diffèrent grandement selon les pays. La plupart des pays (de la Finlande au Portugal, en passant par l'Allemagne ou la Belgique) ont surtout besoin d'une surveillance de leur sol, et éventuellement d'une participation à la police du ciel internationale (en opération multinationale ou sous couvert de l'OTAN). Alors que la France ou la Grande-Bretagne entendent garder une capacité d'intervention offensive. (Nicolas Gros-Verheyde) (1) Après avoir annulé un premier appel d'offres (suite à une votation populaire hostile), la Suisse a mis en concurrence, pour le renouvellement de sa flotte, cinq avions : le Gripen suédois, l'Eurofighter européen, le Rafale français, le F-18 Super Hornet et le F-35 américains. (2) Un mono-équipement qui ne concerne que l'aviation avec pilote (dite ‘habitée'). Pour les avions sans pilote (drones), la France est obligée de recourir à des matériels américains, faute d'avoir développé à temps ce type de matériel. https://www.bruxelles2.eu/2018/04/08/quand-ils-volent-les-europeens-adorent-acheter-americain-pourquoi/

Partagé par les membres

  • Partager une nouvelle avec la communauté

    C'est très simple, il suffit de copier/coller le lien dans le champ ci-dessous.

Abonnez-vous à l'infolettre

pour ne manquer aucune nouvelle de l'industrie

Vous pourrez personnaliser vos abonnements dans le courriel de confirmation.