Filtrer les résultats :

Tous les secteurs

Toutes les catégories

    6769 nouvelles

    Vous pouvez affiner les résultats en utilisant les filtres ci-dessus.

  • UK submits bid for Belgium fighter competition, pitting Typhoon against F-35

    16 février 2018 | International, Aérospatial

    UK submits bid for Belgium fighter competition, pitting Typhoon against F-35

    By: Andrew Chuter LONDON — Britain has pitched a range of strategic and industrial tie-ups to the Belgian government as part of a bid to secure a deal to supply Eurofighter Typhoon jets to replace the country’s aging F-16 fleet. “The proposal includes 34 Typhoon aircraft, underpinned by the offer of a deep strategic, defence and industrial partnership between the Governments of Belgium and the U.K.,” the British Ministry of Defence said in a statement. Feb. 14 was the deadline date for the submission of best and final bids for the Belgian air combat capability program. A decision on the winning contractor is expected later this year with the fleet being delivered starting 2023. British Defence Secretary Gavin Williamson, in Brussels for a two-day NATO defense ministers meeting, said the jets offer Belgium a “formidable capability which forms the backbone of European air power, as well as a comprehensive long-term defense and industrial partnership with the U.K. A unique partnership with the RAF and integration with our world-leading support service mean Belgium’s selection of the Typhoon would be a powerful demonstration of us working together to support security across the continent.” The British are leading the Typhoon bid on behalf of the Eurofighter nations in a formal competition with the Lockheed Martin F-35A to replace 54 F-16s. Germany, Italy and Spain are also part of the Eurofighter partnership. The U.S. State Department said last month it had approved a possible foreign military sale of 34 Lockheed Martin F-35 jets to the Belgians in a deal which could be worth up to $6.5 billion. Earlier this month the U.S. confirmed it had responded to the request for final offers. “The F-35 Joint Program Office invested considerable effort to craft an offer that enables our Belgian allies to acquire the F-35’s unmatched capabilities well within the budget specified by the [Belgian] Strategic Vision for Defense 2030,” said the U.S. government. Speaking recently to an audience of alliance and industry partners, US Charge d’Affaires, , Matthew Lussenhop said a F-35 purchase would pay big dividends for Belgium. “Joining the F-35 program provides access to technology that support all of Belgium’s essential security interests and opens the door to related projects with potential returns well in excess of the initial investment — just like the F-16 program has in the past,” he said. Lockheed Martin and engine maker Pratt & Whitney both have memoranda of agreement with a number of Belgian companies. It may not be a two-horse race though. The French government and Dassault are also somewhere in the mix. They declined to formally respond to requests for proposals, claiming they had more to offer than bid requirements which, they said, were too restrictive. Instead the French have been offering Belgium what has been described as a deep and structured economic and military partnership. Dassault Aviation chairman and CEO Eric Trappier on Feb. 13 signed 13 cooperation agreements with Belgian companies as part of an offer of the Rafale in a proposed government-to-government deal. That signing is “part of the proposal of the Franco-Belgian strategic partnership concerning the jet fighter,” Dassault said in a statement. The French proposal of the Rafale falls outside the Belgian tender, as Paris seeks to build a broad bilateral relationship aimed mainly to counter an offer of the F-35 Joint Strike Fighter.Those cooperation agreements bring to more than 30 contracts signed with Belgian partners for activities including service for the Rafale, training of aeronautical engineers and work on drone projects, the company said. Other areas include automating production lines, simulation, research on advanced material and predictive maintenance. Among the local partners were Sabca, Safran Aero Booster and Thales Belgium. The former is the Belgian unit of Dassault Aviation.Following an order, Dassault, Safran and Thales are committed to investing in Belgium at least €20 billion over 20 years, and supporting more than 5,000 high technology jobs, the aircraft builder said. Dozens more agreements with local partners would be signed as part of a campaign by French companies to invest in the Belgian economy, Trappier said. The status of the French bid is unclear at this point. The French decision was not the first left field move by expected bidders. Boeing pulled the F/A 18 E/F Super Hornet from the contest last April citing issues with the fairness of the bidding process. Not long after that Saab unexpectedly withdrew the Gripen E saying they could not meet Belgian operational support requirements without a change of Swedish Government foreign policy. For their part the British are, on the military front, offering to further strengthen co-operation between the two air force, integrate the Belgians into Royal Air Force support arrangements and form a training partnership which involves training and exercising together. The British are also offering to help establish a National Network Cyber Centre, a Cyber Innovation Centre and a Cyber Research Partnership, underpinned by a partnership between the two governments. U.K. Typhoon lead contractor BAE Systems and others, have been signing industrial co-operation deals with Belgian industry. As of Feb. 7 BAE said it had signed agreements with more than 20 Belgian companies to explore potential collaboration opportunities as part of a wide-ranging Eurofighter industrial proposal. Despite the efforts by the Europeans to entice the Belgians with attractive strategic and industrial offers Doug Barrie, the senior air analyst at the International Institute of Strategic Studies reckons the F-35 remains the aircraft to beat. “My money is on the F-35, particularly if the Belgians insist on retaining the ability to deploy B-61 freefall nuclear weapons to match the capability they have on the F-16,” said Barrie. “The F-35 is the only aircraft in the competition presently able to do that. Rafale is wired to deploy nuclear free fall weapons but they are French.” Pierre Tran in Paris contributed to this story. https://www.defensenews.com/air/2018/02/15/uk-submits-bid-for-belgium-fighter-competition-pitting-typhoon-against-f-35/

  • MDA to provide unmanned aircraft systems to Royal Canadian Navy

    16 février 2018 | Local, Naval

    MDA to provide unmanned aircraft systems to Royal Canadian Navy

    MDA, a Maxar Technologies company (formerly MacDonald, Dettwiler and Associates Ltd.), announced it has signed a contract valued at approximately $8 million with Canada’s Department of National Defence (DND) to provide maritime miniature unmanned aircraft systems (MMUAS). The contract also includes services to support training, resource and equipment development activities and development and validation of naval tactics and new capability development. The MMUAS will play a critical role by extending the reach of the communication and sensor capability over contentious or hostile areas during maritime security operations. MDA’s solution is based on the Puma AE (All Environment) unmanned aircraft built by Aerovironment. The Puma AE system will provide the Royal Canadian Navy (RCN) with enhanced intelligence, surveillance and reconnaissance (ISR) capabilities. The Puma has the ability to carry additional payloads as required for specific missions. The MMUAS is the first UAS project that will see the RCN operate and maintain its own capability and provide a sustainable shipborne, near real-time, beyond visual line of sight (BVLOS) ISR capability with an expected introduction to the fleet in the summer of 2018 onboard Kingston-class ships. Capable of both ground and water landings, Puma AE’s innovative fuselage offers an operational flexibility never before available to the RCN. The Puma AE is operated from the same control station as the Raven UAS which has been provided by MDA to the Canadian Army since 2013. MDA’s Canadian-based UAS services group has been providing UAS systems and services to Canada’s DND since 2009. Mike Greenley, group president for MDA, said: “We are very proud to once again, expand our unmanned aircraft systems and services to support Canada’s Department of National Defence needs. https://www.skiesmag.com/press-releases/mda-provide-unmanned-aircraft-systems-royal-canadian-navy/

  • IMP Aerospace & Defence Forms Strategic Partnership with Taiwan’s Air Asia Company Limited

    16 février 2018 | Local, Aérospatial

    IMP Aerospace & Defence Forms Strategic Partnership with Taiwan’s Air Asia Company Limited

    13-Feb-2018 Halifax, Canada - As one of the three major air shows in the world, the Singapore Air Show hosts aviation industry participants from all over the world. At this year’s event, Air Asia Company Limited has a delegation led by Chairman Lu Tian-lin to meet with aviation companies to discuss cooperation opportunities. On February 6, Air Asia Company Limited signed an MOU with IMP Aerospace & Defence to form a strategic partnership in the pursuit and sustainment of P-3 and C-130 aircraft modification and maintenance work. IMP Aerospace & Defence is a world-renowned aircraft maintenance and engineering company with operating units from coast to coast in Canada and certifications from numerous aircraft original manufacturers. IMP has a rich history and much experience in maintenance of numerous aircraft types including P-3 and C-130 logistics and engineering support. As a result of this cooperation, Air Asia Company Limited and IMP will be able to better serve customers in the areas of modification engineering, aircraft performance enhancements and material support to improve aircraft maintenance, longevity, and operating efficiency. The President of IMP Aerospace & Defence, Mr. David Gossen, looks forward to this strategic agreement assisting in the promotion of both companies’ world class capabilities in today’s competitive marketplace. About IMP Aerospace IMP Aerospace & Defence, based in Halifax, Nova Scotia, is a full service aerospace and defence organization with over 65 years of experience serving both national and international customers in the aerospace, space, naval, and land sectors. The organization comprises six operations with over 2,400 engineering, technical and support staff across Canada specializing in a diversified line of manufacturing, engineering and In Service Support services. For additional information please contact; Carl Kumpic Vice President International Marketing IMP Aerospace & Defence Direct: (902) 873-2250 e-mail: carl.kumpic@impaad.com Website: www.impaad.com https://www.impgroup.com/newsitem.aspx?mid=E554FA9F-5812-4866-B534-13AE55D4F516

  • Canada joins alliance seeking new maritime surveillance aircraft

    16 février 2018 | International, Aérospatial, C4ISR

    Canada joins alliance seeking new maritime surveillance aircraft

    Posted on February 15, 2018 by Ken Pole Canada has joined an international program which is expected to yield a new generation of maritime surveillance aircraft that will eventually replace platforms such as the extensively-upgraded CP-140 Auroras first deployed by the Royal Canadian Air Force (RCAF) in the early 1980s. The Department of National Defence confirmed in a statement that Defence Minister Harjit Sajjan, in Brussels for the latest North Atlantic Treaty Organization (NATO) defence ministerial meeting, had signed a letter the previous day signalling Canada’s intent to join the Maritime Multi-Mission Aircraft (M3A) forum, where the allies would “share force development resources and knowledge, in the pursuit of maritime patrol aircraft recapitalization.” Poland also confirmed plans to join France, Germany, Greece, Italy, Spain and Turkey on developing follow-on solutions for aging fleets of maritime anti-submarine and intelligence, surveillance and reconnaissance aircraft which are becoming increasingly costly to maintain. The original six began collaborating last June, hoping that a common approach could help to contain the cost of developing new aircraft. “This joint effort recognizes the fact that the majority of allies’ maritime patrol aircraft fleets will be reaching the end of their operational lives between 2025 and 2035,” said NATO Deputy Secretary General Rose Gottemoeller during the signing ceremony. Gottemoeller, a United States career diplomat, said the eight countries now needed to push on to the implementation phase for the M3A. “The goal here isn’t just a drawing board design,” she said. “We need a new generation of aircraft . . . fulfilling what is an increasingly important mission.” https://www.skiesmag.com/news/canada-joins-alliance-seeking-new-maritime-surveillance-aircraft/

  • Le Canada réintègre le programme du système aéroporté d’alerte et de contrôle de l’OTAN

    16 février 2018 | International, Aérospatial, C4ISR

    Le Canada réintègre le programme du système aéroporté d’alerte et de contrôle de l’OTAN

    Communiqué de presse De Défense nationale Le 14 février 2018, Bruxelles (Belgique) — Défense nationale/Forces armées canadiennes Le gouvernement est déterminé à assurer la sécurité et la sûreté de la population canadienne et à en protéger les droits et libertés. Le Canada joue un rôle important et constructif dans le monde en contribuant concrètement à la paix et à la sécurité internationales, y compris au sein de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN). L’OTAN est une pierre angulaire de la politique de sécurité internationale du Canada et, aujourd’hui, le gouvernement a annoncé son intention de réintégrer le programme du système aéroporté d’alerte et de contrôle (AWACS) de l’OTAN. Les programmes comme AWACS, qui effectuent des activités de renseignement, de surveillance et de reconnaissance, sont de plus en plus pertinents dans le contexte actuel de sécurité. En réponse aux défis posés par cet environnement, l’OTAN a considérablement augmenté le recours à AWACS, y compris dans des régions comme l’Europe centrale et l’Europe de l’Est où le Canada dirige un groupement tactique multinational de l’OTAN en Lettonie. Le Canada avait décidé de se retirer du programme AWACS en 2011 à la suite de l’examen stratégique de 2010 du ministère de la Défense nationale.   Citations « L’OTAN est une pierre angulaire de la politique canadienne en matière de sécurité internationale et l’une de nos relations multilatérales les plus importantes. Dans cet esprit, le Canada a décidé de réintégrer le programme du système aéroporté d’alerte et de contrôle qui est une capacité clé de l’OTAN. Nous appuierons ce programme en contribuant à son budget d’opérations et de soutien. Nous sommes résolus à maintenir l’engagement du Canada dans le monde et nous continuerons de soutenir l’OTAN et ses missions : il s’agit d’étapes importantes vers la réalisation de cet objectif. » Harjit S. Sajjan, ministre de la Défense Faits en bref Le système aéroporté d’alerte et de contrôle (AWACS) a été créé en 1978 et comprend une flotte d’aéronefs appartenant à l’OTAN, ce qui donne à l’Alliance les moyens d’effectuer une surveillance aérienne à long rayon et de commander ainsi que de contrôler les forces aériennes. Une partie de l’engagement du Canada envers l’OTAN, comme il est énoncé dans la politique Protection, Sécurité, Engagement, comprend ce qui suit : mener et/ou contribuer des forces aux efforts de l’OTAN et de la coalition pour dissuader et vaincre des adversaires potentiels, y compris des terroristes, afin de soutenir la stabilité mondiale; diriger et/ou contribuer aux opérations internationales de paix et aux missions de stabilisation avec les Nations Unies, l’OTAN et d’autres partenaires multilatéraux. Le système aéroporté d’alerte et de contrôle (AWACS) de l’OTAN compte seize aéronefs E-3A. Ces Boeing 707 modifiés sont facilement identifiables à partir du dôme radar distinctif monté sur le fuselage. L’appareil E-3A fonctionne généralement à une altitude d’environ 10 km. À partir de cette altitude, un seul appareil E-3A peut surveiller en permanence l’espace aérien dans un rayon de plus de 400 km et peut échanger des informations, au moyen de liaisons de données numériques, avec les commandants sur terre, en mer et dans les airs. En utilisant le radar à impulsions Doppler, un appareil E-3A volant dans l’espace aérien de l’OTAN peut faire la distinction entre les cibles et les réflexions au sol et est donc en mesure de donner l’alerte rapide en cas de vol à basse ou haute altitude au-dessus du territoire d’un agresseur potentiel. Personnes-ressources Byrne Furlong Attachée de presse Cabinet du ministre de la Défense nationale Téléphone : 613-996-3100 Courriel : byrne.furlong@forces.gc.ca Relations avec les médias Ministère de la Défense nationale Téléphone : 613-996-2353 Courriel : mlo-blm@forces.gc.ca https://www.canada.ca/fr/ministere-defense-nationale/nouvelles/2018/02/le_canada_reintegreleprogrammedusystemeaeroportedalerteetdecontr.html

  • Safran développe des robots pour l'armée de terre

    16 février 2018 | International, Terrestre

    Safran développe des robots pour l'armée de terre

    30/01/2018 à 07h05 Safran travaille avec cinq PME à la création de robots pour l'armée de terre. Parmi ces nouveaux supplétifs, un véhicule autonome développé avec PSA et Valeo. L'armée française aura d'ici quelques années des véhicules robots assistant les unités de combats au sol. Safran a été retenu comme chef de fil industriel dans le cadre du programme dénommé Furious (FUturs systèmes Robotiques Innovants en tant qu'OUtilS au profit du combattant embarqué et débarqué). Les missions assignées à ces futurs robots terrestres seront l'exploration de bâtiments, le transport de charge et de matériels pour fantassins. Les objectifs de ce programme insistent "sur leurs capacités novatrices comme l'autonomie de déplacement en évitant les obstacles dans tous types d'environnements." Ce projet, qui prépare le futur programme d'insertion de robots terrestres au sein des forces armées, consiste à tester trois prototypes de tailles différentes au sein d'une section d'infanterie dès 2019, a précisé la Direction générale de l'armement (DGA) qui a passé ce marché. Le plus gros des trois robots sera le véhicule autonome eRider développé par Safran Electronics & Defense en partenariat avec Valeo et PSA. Cinq PME sont associées au programme mené par Safran Les tests seront effectués au centre d'entraînement aux actions en zone urbaine (Cenzub) hébergé dans le camp militaire de Sissonne, (Aisne). Compte tenu du calendrier serré du projet (18 mois pour la première étape) Safran s'est associé à cinq PME: Effidence, Technical Studio, Kompai et 4D Virtualiz. L'industriel a également sollicité la collaboration de laboratoires robotiques français: le CNRS, l'Institut Pascal, l'IRSTEA, les Mines de Paris et le LORIA notamment.      Le projet Furious s'insère dans le cadre de Scorpion, programme de renouvellement des capacités de combat de l'armée de terre. http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/safran-developpe-des-robots-pour-l-armee-de-terre-1361069.html

  • La France va adapter son « secret-défense » pour mieux échanger avec ses alliés

    16 février 2018 | International, Aérospatial, Naval, Terrestre, C4ISR

    La France va adapter son « secret-défense » pour mieux échanger avec ses alliés

    Le niveau de classification « confidentiel défense » sera supprimé d’ici à fin 2019. LE MONDE | 30.01.2018 à 16h17 • Mis à jour le 31.01.2018 à 11h15 | Par Nathalie Guibert Le « secret-défense » occupe une place centrale dans la démocratie française : 400 000 personnes habilitées dans l’appareil d’Etat en 2017, 4 000 officiers de sécurité dans les entreprises et les administrations, 5 millions de documents classifiés et un accès parcimonieux imposé aux archives historiques. Il va être réformé d’ici à fin 2019, a annoncé le secrétariat général pour la défense et la sécurité nationale (SGDSN) mardi 30 janvier, en dévoilant ces chiffres. Cet organe dépendant du premier ministre publie son deuxième rapport sur le sujet en espérant en faire « la pédagogie auprès du Parlement et de l’opinion ». Une concertation interministérielle est en cours pour satisfaire deux priorités : « Faciliter les échanges de données avec les pays alliés en alignant les niveaux de classification » et « améliorer la protection de l’information classifiée dématérialisée face à la menace cyber ». Les grands alliés de la France, les Etats-Unis et le Royaume-Uni en tête, ont des classifications équivalentes et la réforme aura pour but de faciliter les échanges de renseignement bilatéraux, mais aussi dans l’OTAN et au sein de l’Union européenne (UE), qui ont édicté des cadres communs. De trois à deux niveaux de classification Paris a signé 41 accords généraux de sécurité avec des Etats étrangers, rappelle le SGDSN. Dans le cadre des exportations d’armement, le volet protection du secret est majeur : il a fait l’objet d’un long travail pour aboutir à un accord gouvernemental particulier entre la France et l’industriel Naval Group (ex-DCNS) dans le cadre de la vente de sous-marins à l’Australie. Les autorités de Canberra s’étaient vivement inquiétées après des fuites de données sur le précédent contrat de vente de navires à l’Inde. l s’agit également de simplifier les procédures, afin « d’éviter une inflation inutile de données classifiées », assure le secrétaire général, Louis Gautier, alors que chercheurs, juges d’instruction et associations de défense des droits de l’homme critiquent aujourd’hui les excès du secret-défense. Des trois niveaux de classification – « confidentiel défense », « secret défense » et « très secret défense » – seul les deux derniers subsisteront. Dans les faits, la grande majorité des informations, classées « confidentiel défense » seront intégrées au niveau supérieur « secret défense » (10 % des documents aujourd’hui). Au sein du « très secret », une classification spéciale « X secret » sera apposée sur les informations les plus sensibles, accessibles à des groupes très restreints de personnes (moins d’une dizaine) et bénéficiant de réseaux de transmission particuliers. Entrent dans la classification la plus haute la plupart des documents opérationnels (opérations militaires, de chiffrement, cyber-opérations), ainsi que les données de recherche présentant un risque de prolifération pour des armes de destruction massive et les informations de la dissuasion nucléaire. Faciliter l’accès aux archives historiques Ainsi, « une note informant le président de la République du mode d’action et du pays responsable d’une attaque informatique contre une entreprise, qui pouvait relever du “confidentiel” sera à l’avenir “secret défense” ; le planning de sortie des sous-marins nucléaires sera classé “très secret” ; et les plans de renouvellement des armes nucléaires sera “X secret” », illustre un spécialiste du SGDSN. Le gouvernement « réfléchit » par ailleurs à un moyen de faciliter l’accès aux archives historiques, avec un système d’ouverture semi-automatisé lorsque les dates de prescription (50 ans ou 100 ans selon les cas) sont atteintes. La mandature de François Hollande a été marquée par un « effort de déclassification », assure encore le SGDSN, avec 3 672 documents déclassifiés par le ministère de l’intérieur, 2 569 par celui des armées, et 38 par celui de l’agriculture pour l’année 2016. Le SGDSN cite la promesse d’ouvrir les archives de l’Elysée sur le génocide du Rwanda. Mais cet engagement de 2015 n’a pas été suivi d’effets, avait dénoncé dans Le Monde en août 2017 un collectif d’historiens et d’avocats. Le président de la République Emmanuel Macron a pour sa part promis en novembre 2017 lors de sa visite au Burkina Faso de déclassifier la part française des archives relatives à l’ancien président Thomas Sankara, assassiné lors d’un putsch dans ce pays en 1987. Une dizaine de procédures sont en cours devant la justice pénale pour compromission du secret-défense, dont deux concernent des officiers du ministère des armées. http://www.lemonde.fr/politique/article/2018/01/30/la-france-va-adapter-son-secret-defense-pour-mieux-echanger-avec-ses-allies_5249279_823448.html

  • Boeing still in race to supply Canada with fighter jets: sources

    16 février 2018 | Local, Aérospatial

    Boeing still in race to supply Canada with fighter jets: sources

    DAVID LJUNGGREN OTTAWA REUTERS UPDATED FEBRUARY 15, 2018 Boeing Co, locked in a trade dispute with the Canadian government, has applied to stay in the race to supply Canada with 88 new fighter jets, three well-placed sources said on Thursday. Companies had until Feb. 9 to express an interest in taking part in a competition for planes worth between $15-billion and $19-billion. Ottawa will release its specifications next year, at which point firms can bid. Boeing did let Canada know it was interested, said the sources, who requested anonymity because they were not authorized to speak to the media. The decision does not mean the firm will necessarily put forward its F-18 Super Hornet. Boeing did not immediately respond to a request for comment. The U.S. aerospace company infuriated the Canadian government last year by launching a trade challenge against planemaker Bombardier Inc, accusing it of dumping airliners in the American market. Although a U.S. trade commission dismissed the complaint on Jan. 26, Boeing can still appeal the decision or launch another complaint against the Canadian firm. Well-informed sources said last week Ottawa has made clear to Boeing that its chances of winning the 88-jet deal would be harmed if it pursued the Bombardier case. Defense experts say Lockheed Martin Corp's new F-35 stealth fighter is likely the front runner. Dassault Aviation SA and Airbus SE also are expected to compete, but with planes that first flew in the 1990s. Ottawa says bids will be evaluated in part on the basis of "past and recent economic behavior of potential bidders leading up to the procurement." That test is months away from being finalized, meaning Boeing has no idea whether Ottawa would be satisfied if it did drop the challenge, the sources said. https://www.theglobeandmail.com/news/national/boeing-still-in-race-to-supply-canada-with-fighter-jets-sources/article37993487/

  • L'Espagne doublera ses dépenses militaires

    16 février 2018 | International, Aérospatial, Naval, Terrestre, C4ISR, Sécurité

    L'Espagne doublera ses dépenses militaires

    Par Alejandro López  9 février 2018 Les dépenses de la défense vont doubler d'ici à 2024, a déclaré la ministre de la Défense, María Dolores de Cospedal, au Comité parlementaire espagnol de la défense. Le budget de la défense passera de 0,8% du PIB (8,7 milliards d'euros) à 1,53% (18,47 milliards d'euros). Pour limiter l'opposition populaire à la guerre et la colère contre l'augmentation des dépenses militaires, alors que l'austérité décime les services publics et rend la vie plus précaire pour des millions de travailleurs et de jeunes, Cospedal refuse de publier la lettre adressée à l'OTAN. Elle a affirmé qu'une partie du contenu était classifiée. L'ampleur réelle des dépenses militaires actuelles est aussi gardée secrète. Selon l'organisation pacifiste Centre Delàs d'Estudis per la Pau, toute une série de dépenses militaires sont exclues du budget de la défense. Si l'on inclut la sécurité sociale, les retraites et les assurances pour les militaires, les missions à l'étranger, les aides d'État à la recherche et au développement militaires dans les entreprises privées, le budget des gardes civils militarisés et les redevances de l'OTAN, les dépenses seraient de l'ordre de 18,8 milliards d'euros. D'ici à 2024, ce sera vraiment «le chiffre invraisemblable de 28 milliards d'euros par an», a déclaré le Centre. L'augmentation des dépenses militaires de l'Espagne répond à l'accord conclu au sommet de l'OTAN en mai dernier, sous la pression intense de l'administration Trump, pour que tous les membres de l'OTAN augmentent les dépenses de défense d'ici 2024 à 2% de leur PIB. Cospedal a admis que l'augmentation à 1,53% était en deçà de l'objectif de l'OTAN, mais a insisté sur le fait qu'elle «faciliterait la réalisation de cet horizon dans les années à venir» et qu'elle était conforme aux objectifs fixés par d'autres pays européens. Une idée de l'ampleur de la mise à niveau et du renouvellement de l'armée peut être faite à partir de la liste des nouveaux équipements qui seront achetés. 348 nouveaux véhicules d'infanterie blindée Piranha 5, conçus pour le combat rapproché, cinq frégates F-110, quatre sous-marins S-80, trois avions de de transport de ravitaillement en vol de carburant (MRTT), 23 hélicoptères NH-90, un véhicule aérien sans pilote Reaper (UAV) et un nouvel avion d'entraînement. En outre, l'armée va acquérir un nouveau système de Commandement et de Contrôle et rénover ses casernes, 17 hélicoptères Chinook seront modernisés, et l'Espagne financera le remplacement du chasseur F-18. Cospedal a confirmé que les dépenses militaires dans la participation de l'Espagne à 17 missions militaires dans le monde l'année dernière étaient de 835 millions d'euros, soit 8,2% de plus que l'année précédente. L'Espagne participera à la coopération structurée permanente (PESCO) de l'Union européenne (UE) sur la sécurité et la défense et dirigera le système de commandement et de contrôle pour les missions et opérations de l'UE. Le PESCO a été accepté en novembre dernier par 23 des 28 États membres de l'UE «pour développer conjointement les capacités de défense et les mettre à la disposition des opérations militaires de l'UE». L'engagement de l'Espagne avec PESCO reflète la tentative de l'élite dirigeante en Espagne et en Europe de défendre leurs positions économiques et militaires vis-à-vis des concurrents actuels et potentiels, dans une situation menacée par le Brexit et la politique de l'«Amérique d'abord» de l'administration Trump. Le gouvernement espagnol tente de surmonter la contradiction entre soutenir PESCO, dirigé par l'Allemagne, et l'OTAN, dirigée par les États-Unis, deux projets militaristes incompatibles à long terme. Cela a été reflété dans une résolution proposée par le gouvernement qui sera débattue lors d'une prochaine session parlementaire, qui appelle à améliorer les relations UE-É.-U. dans le domaine de la défense, tout en concluant que «nous Européens devons assumer plus que jamais la responsabilité de notre propre sécurité». La croissance du militarisme espagnol, comme ailleurs dans le monde, est la réponse de la classe dirigeante à l'augmentation des inégalités, à l'aggravation de la crise économique et aux conflits croissants entre les grandes puissances. Son objectif, récemment exprimé dans la nouvelle Stratégie de sécurité nationale des États-Unis, est la conquête de nouvelles sphères d'influence, de marchés et de matières premières – surtout en conflit avec la Russie et la Chine – et de détourner les tensions sociales vers l'extérieur. Le principal obstacle pour la classe dirigeante espagnole est l'hostilité traditionnelle de la population envers l'armée. Cela a été récemment révélé dans la tentative d'ouvrir un débat pour réimposer la conscription, à l'instar de la France sous le président Emmanuel Macron. Tous les principaux quotidiens ont publié des articles et des commentaires déplorant l'hostilité de la population à une telle mesure. Le principal chercheur promilitariste du Real Instituto Elcano, Félix Arteaga, s'est plaint à El Mundo: «Soulever ici la conscription serait un suicide politique, d'abord parce qu'il n'y a pas de besoin militaire pour le justifier, et ensuite parce que le concept d'obligation n'est pas aimé par la société espagnole. Il n'y a pas de mentalité ou de culture d'identité nationale et, bien sûr, personne ne croit qu'on devrait donner sa vie pour défendre le pays.» La capacité de l'élite dirigeante espagnole à poursuivre ses ambitions militaires est en grande partie due au rôle de Podemos, le parti de la pseudo-gauche, qui a été pratiquement silencieux sur ces développements ou bien les a ouvertement approuvés. Le mois dernier, Podemos a dissimulé une intervention espagnole accrue au Mali, où une «mission de formation» de l'UE se poursuit encore cinq ans après que des groupes djihadistes ont envahi le nord du pays en 2012, provoquant une vague de réfugiés, dont des milliers ont tenté de traverser la Méditerranée vers l'Europe, et beaucoup d'entre eux se sont noyés. Le 24 janvier, Cospedal a comparu devant la Commission de défense pour obtenir l'autorisation tardive d'approuver la prise de contrôle de la mission par l'Espagne et l'envoi de plus de troupes le 9 janvier. Elle a averti la commission qu'une participation accrue à l'intervention de l'UE était «fondamentale» et que l'Afrique du Nord était «un endroit stratégique» pour l'Espagne. Juan Antonio Delgado, le porte-parole de Podemos pour les affaires militaires, s'est plaint du fait que Cospedal eût «enfreint la loi» en envoyant les troupes avant l'approbation parlementaire. Il a révélé: «J'étais au Mali il y a trois mois et j'ai appris que l'Espagne reprendrait l'opération», avant de demander à Cospedal: «Durant tout ce temps, n'a-t-on pas eu le temps de demander une autorisation?» La question évidente est pourquoi Delgado lui-même n'a pas insisté sur la question... et quand est venu le vote [sur l'autorisation] à la commission il s'est simplement abstenu. Le secrétaire général de Podemos, Pablo Iglesias, a été plus explicite: il a attaqué Cospedal de la droite après la mort d'un pilote tué dans un accident d'avion en octobre dernier. Il lui a dit: «Le patriotisme est la défense des droits des professionnels de nos forces armées. Il est honteux que dans ce pays, certains qui parlent de notre patrie ne respectent pas les droits des travailleurs qui sont là pour nous protéger tous et dont la vie ne peut être mise en danger.» De telles déclarations prouvent que Podemos est un parti proguerre, se proposant comme une plate-forme politique fiable pour le militarisme espagnol. Depuis sa fondation, Podemos a créé des cellules dans l'armée et a fait un effort explicite pour articuler ses principales revendications. L'ancien chef d'état-major de la Défense, Julio Rodríguez Fernández, a été candidat de Podemos lors des récentes élections législatives et est le secrétaire général de Podemos dans la municipalité de Madrid, où il sera le principal candidat du parti aux élections de l'année prochaine. https://www.wsws.org/fr/articles/2018/02/09/spml-f09.html

Partagé par les membres

  • Partager une nouvelle avec la communauté

    C'est très simple, il suffit de copier/coller le lien dans le champ ci-dessous.

Abonnez-vous à l'infolettre

pour ne manquer aucune nouvelle de l'industrie

Vous pourrez personnaliser vos abonnements dans le courriel de confirmation.