23 janvier 2019 | International, Aérospatial

Les armées lancent le big bang des contrats de maintenance de leurs aéronefs

HASSAN MEDDAH

L'armée vient de choisir la société Helidax comme nouveau prestataire unique pour la maintenance des hélicoptères Fennec avec diminution quasiment par deux des coûts à l'heure de vol. Le contrat Rafale sera notifié d'ici l'été. Avec l'idée de responsabiliser les industriels à travers des contrats globaux et de longue durée.

A l'occasion de ses vœux aux Armées prononcés le 21 janvier, la ministre Florence Parly a fait part d'une réussite : elle a annoncé le premier contrat en matière de maintenance aéronautique (MCO) d'un nouveau type, avec une baisse sensible des coûts à l'heure de vol, en contractualisant avec un seul maître d'œuvre industriel.

"Je viens aujourd'hui même de prendre la décision de notifier le premier contrat de MCO « new look », un MCO « verticalisé » pour les hélicoptères de formation Fennec de l'armée de l'Air. C'est un contrat qui prévoit plus d'activité pour un coût moindre. Je vous donne un

chiffre : avec ce contrat, le coût d'une heure de vol passe de 3 500 à 1 800 euros. C'est presque moitié moins. C'est la preuve que notre stratégie était la bonne".

Même si cet essai doit être confirmé par d'autres contrats pour des flottes d'appareils plus complexes (Rafale, A400M, Tigre,

Cougar...), la ministre est en train de gagner son pari. En décembre 2017, elle frappait du point sur la table concernant la disponibilité calamiteuse des aéronefs militaires : moins d'un appareil sur deux était en situation de voler. Elle annonçait alors la création d'une nouvelle direction de la maintenance aéronautique (DMAé) pour remettre d'équerre le maintien en condition opérationnelle des aéronefs militaires.

Des contrats de longue durée

Depuis sa création en avril 2018, la direction de la maintenance aéronautique vient donc de signer son premier contrat pour attribuer la maintenance de la flotte des 18 FENNEC de l'école de formation des pilotes de de l'armée de Terre, basée au Luc en Provence (83).

L'armée va confier au groupement industriel Helidax les 18 Fennec, le stock de pièces de rechange et également la maintenance de proximité. Le prestataire va s'implanter sur la base et s'engage à fournira les heures de vol demandées. "C'est le premier appel d'offres global de ce type de la DMAé. Notre objectif est désormais de responsabiliser les industriels en exigeant de leur part une véritable obligation de performance et non plus de moyens", explique Monique Legrand-Larroche, directrice de la DMAé. En échange, l'armée s'engage sur des contrats de longue durée, entre 5 à 10 ans, permettant à ses fournisseurs de mieux s'organiser.

Plus précisément, Helidax s'engage à fournir entre 3 000 et 5 600 heures de vol par an. Les années précédentes, les équipages en formation n'avaient pu voler que moins de 3 000 heures sur les 3 500 heures nécessaires. L'armée a fait jouer la compétition. "Nous ferons jouer la compétition dès que c'est possible. Dans le cadre du contrat Fennec, nous avons reçu plusieurs offres pertinentes", se félicite la directrice de la DMAé. Selon nos sources, AirbusHelicopters n'aurait pas candidaté. Le nombre de contrats a été réduit en signant uniquement deux contrats – un pour le moteur et un pour le reste de l'appareil - contre une quinzaine auparavant.

4 contrats pour le Rafale au lieu de 22

La Dmaé finalise désormais le contrat Rafale. La notification devrait intervenir avant l'été. "L'objectif est de consolider la disponibilité sur le long terme quelle que soit la conjoncture comme le chantier d'implémentation du standard F3R qui vise à moderniser l'appareil"explique Monique Legrand Larroche. Il y aura seulement 4 contrats contre les 22 actuellement.

Les autres flottes qui seront traitées en priorité sont pour les avions, l'Atlantique 2 et l'A400M, et pour les hélicoptères, le Cougar, le Caracal, le Dauphin et le Panther.

https://www.usinenouvelle.com/article/les-armees-lancent-le-big-bang-des-contrats-de-maintenance-de-leurs-aeronefs.N796305

Sur le même sujet

  • Command by intent can ensure command post survivability

    29 août 2023 | International, C4ISR

    Command by intent can ensure command post survivability

    The modern battlefield is like the ocean: there is nowhere to hide, so survival depends on the ability to avoid targeting and maintain a stealthy posture.

  • German tank gearbox maker Renk jumps on stock market debut

    7 février 2024 | International, Terrestre

    German tank gearbox maker Renk jumps on stock market debut

  • Dassault Aviation au service des armées

    16 octobre 2020 | International, Aérospatial

    Dassault Aviation au service des armées

    A l'occasion du bilan d'étape dressé par Madame Florence Parly, ministre des Armées, au sujet de la réforme du maintien en condition opérationnelle (MCO), Dassault Aviation tient à rappeler sa fierté de servir les armées françaises en apportant un soutien quotidien aux flottes de Rafale, de Mirage 2000, d'ATL2 et de Falcon de surveillance maritime. Saint-Cloud, le 15 octobre 2020 – A l'occasion du bilan d'étape dressé par Madame Florence Parly, ministre des Armées, au sujet de la réforme du maintien en condition opérationnelle (MCO), Dassault Aviation tient à rappeler sa fierté de servir les armées françaises en apportant un soutien quotidien aux flottes de Rafale, de Mirage 2000, d'ATL2 et de Falcon de surveillance maritime. La décision du ministère des Armées de verticaliser le MCO du Rafale et de l'ATL2, avec les contrats RAVEL et OCEAN, permet d'assurer aux forces aériennes françaises une disponibilité optimale de leurs flottes. Gr'ce à la mise en service de RAVEL depuis 18 mois, Dassault Aviation et ses partenaires industriels, dont Thales, assurent ainsi une disponibilité de 76% des Rafale, soit une valeur supérieure aux 73% prévus contractuellement. La qualité de ce service va encore s'améliorer au fil du temps, comme prévu, avec notamment la mise en place d'un système d'information b'ti en coopération avec les opérationnels par Dassault Aviation ; un outil qui s'appuie sur l'expertise de Dassault Systèmes en matière de gestion/analyse des données et qui sera basé sur sa technologie Cloud et son logiciel EXALEAD. © Dassault Aviation – A. Pecchi « Je m'assure en permanence de la satisfaction de l'armée de l'Air et de l'Espace et de la Marine nationale dans le soutien que leur apportent les équipes de Dassault Aviation. En confiance avec elles et avec la Direction de la maintenance aéronautique, nous recherchons sans cesse toutes les possibilités d'amélioration du soutien qui leur est apporté », a déclaré Éric Trappier, P-DG de Dassault Aviation. Gr'ce à l'étroite coopération avec les personnels des bases aériennes, les équipes de Dassault Aviation sont aussi très fières d'avoir poursuivi efficacement, durant ces derniers mois, le soutien des forces armées, malgré le confinement lié à la crise COVID-19. À PROPOS DE DASSAULT AVIATION Avec plus de 10 000 avions militaires et civils livrés dans plus de 90 pays depuis un siècle (dont 2 500 Falcon), Dassault Aviation dispose d'un savoir-faire et d'une expérience reconnus dans la conception, le développement, la vente et le support de tous les types d'avion, depuis l'appareil de combat Rafale jusqu'à la famille de business jets haut de gamme Falcon en passant par les drones militaires et les systèmes spatiaux. En 2019, le chiffre d'affaires de Dassault Aviation s'est élevé à 7,3 milliards d'euros. Le Groupe compte 12 750 collaborateurs. https://www.dassault-aviation.com/fr/groupe/presse/press-kits/dassault-aviation-au-service-des-armees/

Toutes les nouvelles