6 décembre 2021 | International, Aérospatial

Le consortium SAMI (Saudi Arabian Military Industries) signe des accords avec Airbus et Figeac Aéro pour la création de deux coentreprises

DÉFENSE

Le consortium SAMI (Saudi Arabian Military Industries) signe des accords avec Airbus et Figeac Aéro pour la création de deux coentreprises

Saudi Arabian Military Industries (SAMI), consortium d'Etat des industries militaires d'Arabie Saoudite, a annoncé samedi la signature d'un accord avec Airbus pour la création d'une coentreprise spécialisée dans la maintenance de l'aéronautique militaire. La part de SAMI s'élèvera à 51%, celle d'Airbus à 49%. SAMI a également annoncé la création d'une autre coentreprise avec Figeac Aéro, en partenariat avec Dussur (Saudi Arabian Industrial Investments Company). La SAMI FIGEAC AÉRO Manufacturing LLC (SFAM) vise à construire en Arabie Saoudite une usine de production de pièces d'aérostructures de haute précision. La participation de SAMI s'élèvera à 60%, contre 40% pour le groupe français. Cet accord a été signé par Walid Abukhaled, CEO de SAMI, et Jean-Claude Maillard, PDG de Figeac Aéro. La coentreprise a pour objectif de « développer les capacités industrielles de l'Arabie Saoudite en matière d'aérostructures, de former des ingénieurs et des techniciens locaux pour travailler dans le cadre du projet et de favoriser l'implantation d'acteurs du secteur aéronautique militaires et civiles conformément à la Vision 2030 du Royaume. Les premières pièces produites seront des éléments en alliage léger (aluminium) et métaux durs (titane) », indique Figeac Aéro.

L'Usine Nouvelle et Les Echos Investir du 6 décembre


Sur le même sujet

  • Armée de l'Air : vers un dernier retrofit des Gabriel

    2 février 2021 | International, Aérospatial

    Armée de l'Air : vers un dernier retrofit des Gabriel

    Jean-Marc Tanguy Les deux C-160G Gabriel, opérés par l'escadron « Dunkerque » d'Evreux, vont subir un dernier rétrofit avant le retrait de service. En attendant les Dassault Falcon Archange Les deux C-160G Gabriel, opérés par l'escadron « Dunkerque » d'Evreux, vont subir un dernier rétrofit avant le retrait de service. Cette ultime opération est sensée leur permettre de durer au-delà de 2025, la date de retrait qui était initialement envisagée, et qui, on le sait désormais, ne sera pas tenue, à quelques années près. Leur relève doit être assurée par les trois Archange, co-développés par Dassault Aviation et Thales. Les deux appareils recevront des améliorations dans les interfaces homme-machine et les capacités de recueil de l'appareil. Un retrofit confié à l'AIA de Clermont-Ferrand ? C'est l'AIA de Clermont-Ferrand qui est traditionnellement chargé de ces opérations de rétrofit (comme d'entretien). On ignore, à ce stade, si ce sera encore le cas. Il est, en tout état de cause, le dernier industriel à travailler sur les Transall. Les deux Gabriel sont entrés en service en 1989 et tutoieront donc les 40 ans de service, à leur retrait. Ils ont été de toutes les opérations extérieures majeures depuis la guerre du Golfe, notamment dans les Balkans, en Afghanistan. En Libye, ils ont pris une nouvelle dimension, confirmée au Sahel puis au Levant. Des Gabriel aux frontières russes Les C-160G Gabriel sont néanmoins régulièrement aperçu aux frontières russes, comme d'ailleurs les Mirage 2000D qui ont repris la mission ROEM aux Mirage F1CR, en emportant le pod Astac. L'escadron dispose désormais de ses propres Transall ravitailleurs (également utilisables pour d'autres missions) et de quatre ALSR (avions légers de surveillance et de renseignement) dont deux postés à Barkhane. Des ALSR dont certains répondent au doux nom de Vador. https://www.air-cosmos.com/article/arme-de-lair-vers-un-dernier-retrofit-des-gabriel-24148

  • Buy American: Biden sees industry pushback as allies warn of trade consequences

    1 novembre 2021 | International, Aérospatial, Naval, Terrestre, C4ISR, Sécurité

    Buy American: Biden sees industry pushback as allies warn of trade consequences

    President Biden has taken executive action to boost Buy American requirements, but not everyone is happy about it.

  • GDIT Awarded $383 Million U.S. Navy Training Support Services Contract

    19 juin 2023 | International, Naval

    GDIT Awarded $383 Million U.S. Navy Training Support Services Contract

    The contract, awarded on behalf of Surface Combat Systems Training Command (SCSTC), has a one-year base period and four option years.

Toutes les nouvelles