17 décembre 2019 | Local, Aérospatial, Naval, Terrestre, C4ISR, Sécurité

Interview de fin d’année avec le Ministre de la Défense nationale, Harjit Sajjan

Interview de fin d’année avec le Ministre de la Défense nationale, Harjit Sajjan

Par Nicolas Laffont 

À l’occasion de la fin d’année et peu après le Discours du Trône, 45eNord.ca a discuté de l’année écoulée et de ses futures priorités avec le ministre de la Défense nationale, Harjit Sajjan.

Processus d’acquisition

 

D’entrée de jeu le ministre Sajjan se dit satisfait cette année des avancées faites dans le domaine de l’approvisionnement. «Nous avons des projets comme celui des navires de combat de surface qui avance très bien, mais on a également le processus en lui-même qui est plus rapide. Le projet des véhicules de soutien devait prendre cinq ans, mais nous avons été en mesure d’annoncer l’attribution d’un contrat cet été». La livraison des premiers véhicules doit intervenir aussi tôt que fin 2020.

«Nous avons aussi le nouvel avion de recherche et sauvetage qui s’en vient [le CC-295 d’Airbus], c’est une autre étape importante pour les Forces armées canadiennes».

Inconduites et extrémisme

Reconnaissant clairement qu’il y a «encore du travail à faire», le ministre de la Défense fait savoir que dès qu’un incident se produit, «il est pris très au sérieux. Les Canadiens doivent comprendre que notre organisation est «focusé» à répondre vigoureusement à ce genre de situation».

«Le travail est en cours et pendant que nous faisons tout notre possible pour créer un environnement de travail plus inclusif, nous voulons aussi nous assurer que notre réponse soit toujours en phase avec la situation».

Réserve en force

Le Canada sera de plus en plus fragile face aux changements climatiques. Déjà les effets s’en font sentir, avec une augmentation sensible d’évènements climatiques de grande ampleur.

En raison de ces changements climatiques, les Forces armées canadiennes se déploient de plus en plus au pays, pour combattre les feux de forêts ou les inondations, «et cela ne fait qu’empirer».

La présence de la Réserve et de ses réservistes sera donc plus forte à l’avenir, en raison évidemment du lien entre les unités et leur communauté.

«À chaque fois que j’ai visité les troupes et que l’on parle de l’intégration des réservistes avec les forces régulières, les opérations LENTUS sortent du lot. Les réservistes amènent en plus leur propre expérience acquise dans le civil. Je me souviens d’un endroit où l’officier commandant connaissait très bien les lieux parce qu’il travaillait dans le coin et il a pu faire des évaluations rapides et efficaces au point où des vies ont clairement été sauvées.»

Les Nations Unies oubliées ?

 

En 2018-2019, le Canada a envoyé une force opérationnelle au Mali pour évacuer des blessés et aider le transport tactique et logistique de la mission des Nations Unies (MINUSMA). La mission s’est achevée à l’été 2019 et s’il se dit «très fier» du travail accompli par les hommes et femmes des Forces armées canadiennes dans la région, le ministre Sajjan reste prudent quand on lui parle de contributions supplémentaires (pourtant annoncées!).

«Nous sommes en Ouganda quelques jours par mois pour fournir un transport aérien tactique aux Nations Unies. Mais nous devons prendre une décision avec en tête où nous pouvons avoir le meilleur impact», explique Harjit Sajjan. «Avant d’aller au Mali, nous nous sommes posés cette question de où avoir le meilleur impact. N’oublions pas que pour être efficace, il est important que les nations apportent des capacités de haute valeur, comme nos hélicoptères d’évacuation médicale».

Le ministre révèle que des discussions sont en cours avec le Secrétaire général des Nations Unies afin de déterminer quelle pourrait être la prochaine contribution canadienne.

«Le travail est en cours, et dès que nous en saurons plus, nous informerons les Canadiens. […] Nous regardons quelles autres capacités nous pouvons fournir, surtout en lien avec l’Initiative Elsie afin d’avoir plus de femmes dans les opérations de paix, et aussi [en lien] avec les Principes de Vancouver initiés par le général Romeo Dallaire, sur la prévention du recrutement et de l’utilisation d’enfants soldats.

L’OTAN, les nouveaux engagements

 

L’analyse réalisée pour établir la nouvelle politique de Défense canadienne a permis d’établir les priorités et l’une d’elle était l’OTAN. Le Canada a donc annoncé de multiples opérations et déploiement sous l’égide de l’alliance transatlantique.

Dans cette perspective, la nouvelle lettre de mandat du premier ministre au ministre de la Défense cite l’opération IMPACT au Moyen-Orient, la présence avancée renforcée de l’OTAN en Lettonie, et la mission de l’OTAN en Irak.

Et, toujours dans le même esprit, le Canada a annoncé le 4 décembre qu’il augmentait son engagement dans le cadre de l’initiative de préparation de l’OTAN en fournissant 6 avions de chasse additionnels et une frégate de plus, à la demande du Secrétaire général.

Par conséquent, la contribution canadienne pourra s’élever au total, si besoin, à 12 avions de chasse CF-18, une force opérationnelle expéditionnaire aérienne, un avion de patrouille maritime, trois frégates, un sous-marin, un bataillon d’infanterie mécanisée, un hôpital mobile et un peloton spécialisé en décontamination chimique, biologique, radiologique et nucléaire.

Par ailleurs, on apprenait cette semaine que le ministre de la Défense Harjit S. Sajjan, accompagné de deux parlementaires de l’opposition, se rendra en Italie et au Koweït, du 15 au 19 décembre 2019, pour assister à la cérémonie de passation de commandement du 2e Groupe maritime permanent de l’OTAN, dont le Canada assure le commandement, et pour rendre visite aux membres des Forces armées canadiennes en déploiement. 

Plus de contributions ? Plus d’argent ?

Revenant sur le fait que le Président américain Donald Trump demande, dès que l’occasion se présente, à ses alliés d’augmenter drastiquement leurs dépenses en matière de Défense, le ministre Sajjan rappelle qu’en réalité la précédente administration demandait déjà cela. «En fait, c’est ce que la précédente administration demandait déjà lorsque j’ai effectué ma première visite en tant que ministre de la Défense lorsque le président Obama était là. C’est d’ailleurs pour cette raison que nous avons réalisé une étude approfondie pour étonner même quelque peu nos alliés avec notre plan, cette première politique de Défense qui avait enfin de l’argent attaché avec elle».

Même si le président Trump répète à outrance que le Canada est «un peu délinquant» en ne respectant pas sa promesse d’atteindre les 2% de son PIB consacré à la Défense, il est clair pour nos voisins du sud que l’argent ne fait pas tout.

«Nous n’avons même pas à leur dire, ce que nous apportons concrètement comme contributions», indique M. Sajjan. «Ils le savent déjà, parce qu’on le fait avec eux. Comme par exemple commander le groupement tactique en Lettonie ou la mission de l’OTAN en Irak. Et n’oublions pas non plus nos contributions en dehors de l’OTAN comme l’Opération NEON où nous aidons au renforcement des sanctions contre la Corée du Nord, avec l’aide des États-Unis. Ils savent aussi la contribution que nous apportons avec l’Opération CARIBBE, cette opération d’interdiction de drogues avec la Garde côtière américaine. Je sais que c’est quelque chose qui est immensément apprécié vu tout ce que est saisi et qui aurait fini aux États-Unis».

Finalement, le ministre Sajjan rappelle de nouveau que même si les chiffres ne font pas tout, ils y sont cependant. La nouvelle politique de Défense promet ainsi une augmentation de 70% d’ici 20 ans du budget de la Défense nationale, et ce, sans inclure le coût des opérations qui vient en plus. «La politique de Défense porte strictement sur les politiques et l’approvisionnement dont ont besoin les Forces armées canadiennes. Les opérations ne font pas parties de la politique de Défense et sont une dépense séparée, en plus de ce que nous avons déjà promis».

Une chose est sûre cependant, «le seul focus qui est et ne changera jamais pour moi est l’emphase à mettre sur nos hommes et nos femmes en uniforme. Les soutenir eux et leurs familles», de conclure le ministre de la Défense.

http://www.45enord.ca/2019/12/interview-fin-annee-ministre-defense-nationale-harjit-sajjan/

Sur le même sujet

  • NORAD asked Canada to review cybersecurity around civilian infrastructure and army bases

    24 septembre 2019 | Local, C4ISR, Sécurité

    NORAD asked Canada to review cybersecurity around civilian infrastructure and army bases

    Three years ago the North American Aerospace Defence Command (Norad) charged the Canadian army with providing an inventory of all military bases and surrounding infrastructure. The Americans were looking to spot vulnerabilities in critical infrastructure that could be used in a potential cyber attack.   The several-year-old request was detailed in a letter sent by former Norad Commander and U.S. Admiral William Gourtney to the Canadian Chief of Defence Staff, Jonathan Vance. In the letter Gourtney requested that Canada “identify and mitigate” potential areas of vulnerability on Canadian bases, specifically those “installations that are critical for accomplishing Norad missions.” The letter was delivered on March 24, 2016. Furthermore, it asked Vance to “advocate developing capabilities to respond to cyber incidents on CAF [infrastructure control systems] and defend CAF if required.” The request also expanded to identifying civilian infrastructure through cooperation with Public Safety Canada and “developing processes for reporting cyber incidents on the identified civilian infrastructure.” According to cyber expert, David Masson, vulnerability arises in “operational technology systems” that run tasks in critical infrastructure. Masson claims that these systems are extremely difficult to secure. “There’s lots of them. Look at it as 50, 60, 70 different bespoke communications systems. There’s no real standardization because they’re so old. Many of them were never expected to be connected to the internet,” said Masson. Despite this, Masson claims that the systems can be reinforced and secured. https://www.thepostmillennial.com/norad-asked-canada-to-review-cybersecurity-around-civilian-infrastructure-and-army-bases/

  • Government of Canada awards contract for inspection, repair and overhaul of service boats

    11 janvier 2021 | Local, Naval

    Government of Canada awards contract for inspection, repair and overhaul of service boats

    NEWS PROVIDED BY Public Services and Procurement Canada  Jan 08, 2021, 14:11 ET GATINEAU, QC, Jan. 8, 2021 /CNW/ - Through the National Shipbuilding Strategy, the Government of Canada is committed to providing members of the Canadian Armed Forces (CAF) with safe and effective vessels required to protect Canadian sovereignty, while creating jobs and generating economic benefits for communities across Canada. Following an open and competitive process, Public Services and Procurement Canada, on behalf of National Defence, has awarded a $16.5-million contract to Zodiac Hurricane Technologies Inc., from Delta, British Columbia, for inspection, repair and overhaul work, on an as-required basis, on inflatable rubber boats and rigid (hull) inflatable boats. Inflatable boats provide a critical operational capability to all elements of the CAF. They are used to support a wide range of missions, including search and rescue, dive support, fishery patrols, boarding party operations, and the transfer of personnel and equipment. The essential maintenance and support services provided by this contract will ensure the CAF's fleet of inflatable boats remains capable of meeting current and future operational demands. This contract was awarded under the repair, refit and maintenance component of the National Shipbuilding Strategy, which provides economic opportunities for shipyards and suppliers across Canada. The contract will help create or maintain up to 23 jobs. Quotes "The Government of Canada remains firmly committed to the National Shipbuilding Strategy, and we are working hard to ensure that it continues to deliver important benefits for Canada. The strategy continues to provide meaningful opportunities for the Canadian marine industry, generating jobs and opportunities from coast to coast to coast." The Honourable Anita Anand Minister of Public Services and Procurement "The Canadian Armed Forces fleet of inflatable boats increases our reach and effectiveness during a wide range of operations at home and abroad. This contract will provide critical maintenance and support services to ensure our members remain well equipped to do the important job we ask of them, including emergency evacuations and transportation of personnel and equipment, while also investing in Canada's growing marine industry." The Honourable Harjit S. Sajjan Minister of National Defence "Canada's growing marine industry plays an important role in protecting Canadians and supporting Canadian workers. This investment, under the Government of Canada's National Shipbuilding Strategy, will help the hard-working members of the Canadian Armed Forces do their job, while also creating jobs in Delta." The Honourable Carla Qualtrough Minister of Employment, Workforce Development and Disability Inclusion Quick facts Work under this contract is expected to run from January 1, 2021, to December 31, 2023, with options to extend the contract up to three years. Work will also include tests and trials, disposal, storage, shipping and transport, as well as field maintenance and engineering support. The scope of work will be on an as-required basis, depending on the condition of the boats throughout their serviceable life. This contract will support the CAF's current fleet of inflatable rubber boats and rigid (hull) inflatable boats, the CAF's future dive boats, the Canadian Army's 12-man assault boats, and the new multi-role boats being acquired by the Royal Canadian Navy. National Defence currently operates a fleet of approximately 1,000 inflatable rubber boats and 260 rigid (hull) inflatable boats. Since the launch of the National Shipbuilding Strategy, approximately $7.95 billion in contracts has been awarded under the repair, refit and maintenance pillar of the strategy. Associated links National Shipbuilding Strategy  Royal Canadian Navy  Follow us on Twitter  Follow us on Facebook SOURCE Public Services and Procurement Canada For further information: Cecely Roy, Press Secretary, Office of the Honourable Anita Anand, 343-549-7293, cecely.roy@canada.ca; Media Relations, Public Services and Procurement Canada, 819-420-5501, media@pwgsc-tpsgc.gc.ca Related Links www.tpsgc-pwgsc.gc.ca https://www.newswire.ca/news-releases/government-of-canada-awards-contract-for-inspection-repair-and-overhaul-of-service-boats-841786125.html

  • Quebec defends $30 million Flying Whales investment

    18 février 2020 | Local, Aérospatial

    Quebec defends $30 million Flying Whales investment

    The Quebec government is defending its decision to invest $30 million in a project to build blimps or airships to transport heavy equipment and supplies to remote areas of the province that lack roads. In June, the government announced it was buying a minority stake in French blimp manufacturer Flying Whales that plans to build a production facility in the Montreal area within five years. The French company is developing a 150-metre-long airship capable of carrying up to 60 tonnes of cargo. Terms of the agreement were not disclosed. Quebec will join France and China as shareholders in the company founded in 2012. Flying Whales is working with Pratt & Whitney Canada (PWC) on a propulsion system that would be adapted from existing helicopter turbines. A spokesperson for PWC confirmed the company is a partner in the project, but said it is still too early in the process to add further comment. “I’m not even sure we’ve signed a contract with Flying Whales, but it’s something very different than what’s out there and we’re always looking to be involved in advanced projects,” said Catherine Cunningham, assistant director, Public Relations and Communications at PWC. However, Quebec opposition parties are demanding access to a study that supports the project, claiming it’s not economically feasible. In 2017, the previous Liberal government declined to partner with Flying Whales for a similar project. But the current Quebec government claims the new project is better laid out and is supported by many sources that were not identified. This isn’t the first time a company has tried to build airships in the province. In 2015, LTA Aerostructures, a Montreal-based company with American and Canadian backers, announced plans to build a $60 million production facility in Mirabel to build airships capable of transporting up to 70 million tonnes of cargo. However, the plant was never built and the company’s website is no longer active. https://www.skiesmag.com/news/quebec-defends-30-million-flying-whales-investment

Toutes les nouvelles