6 août 2020 | Local, Aérospatial

F-35: Lockheed Martin promet des retombées de 16,9 milliards $ au Canada d’ici 2058

PAUL-ROBERT RAYMOND

Le Soleil

Le Canada est un partenaire de premier plan dans le programme de l’avion de chasse F-35 depuis les débuts de celui-ci, il y a plus de 20 ans. Celui-ci apporterait des retombées économiques se chiffrant à 16,9 milliards $ jusqu’en 2058 et maintiendrait entre 1675 et 2525 emplois annuellement au pays dans des secteurs de pointe. C’est le message qu’a voulu livrer l’avionneur Lockheed Martin jeudi matin.

Lors d’une conférence sur Zoom, Lockheed Martin a signifié que le programme de fabrication de l’avion F-35 implique en ce moment 110 entreprises canadiennes dans 200 projets industriels. Les contrats accordés à celles-ci représentent 2 milliards $ en occasions d’affaires et font travailler 150 000 personnes durant la réalisation du programme.

L’avionneur a procédé à cet exercice de relations publiques presque une semaine après avoir officialisé son intention de participer au processus de remplacement de la flotte de chasseurs du Canada. Rappelons que Boeing, avec son Super Hornet Block III (la version la plus moderne du F-18), et Saab, avec son JAS 39 Gripen, sont dans les rangs dans cet appel d’offres visant à acquérir 88 avions de chasse pour l’Aviation royale canadienne (ARC).

Les retombées économiques ne seront pas uniquement générées par la construction de ces 88 avions, «mais pour l’ensemble des plus de 3000 avions qui seront commandés dans le monde», assure Steve Callaghan, vice-président à la stratégie et au développement des affaires chez Lockheed Martin.

Sachant qu’un autre concurrent pourrait être choisi, il a voulu se faire rassurant. «Si le Canada ne choisit pas le F-35, nous honorerons les contrats avec les entreprises canadiennes jusqu’à leur échéance», a-t-il dit. «Même si le programme du F-35 est mondial, l’industrie canadienne est complètement intégrée dans celui-ci. Nous croyons qu’elle continuera à y contribuer même si le choix de l’ARC est autre que celui du F-35.»

 

Par ailleurs, M. Callaghan assure que les délais encourus en raison de la pandémie de COVID-19 n’affecteraient pas les livraisons des avions pour les Forces armées canadiennes. «Nous commencerons comme prévu la production de vos avions en 2025», a-t-il dit. D’ici la fin de l’année 2020, Lockheed Martin prévoit livrer 141 appareils aux huit forces aériennes qui ont commencé à l’utiliser.

Parmi les entreprises canadiennes qui participent au programme F-35, au Québec, il y a Héroux-Devtek, basée à Laval. Plusieurs autres entreprises sont localisées, dans les provinces maritimes, au Manitoba, en Colombie-Britannique, et en Ontario, notamment.

https://www.lesoleil.com/affaires/f-35-lockheed-martin-promet-des-retombees-de-169-milliards--au-canada-dici-2058-da3dae8df5db9ac1dd4ef7e7e2944e87