18 décembre 2019 | International, Aérospatial

BAE Systems to get new CEO in April

WASHINGTON — BAE Systems Chief Executive Jerry DeMuro will hand over leadership to Tom Arseneault next year, the company announced Tuesday.

Arseneault will transition from chief operating officer to CEO of the U.S. subsidiary of U.K.-based BAE Systems plc in April, with DeMuro taking on a newly created role of executive vice president of strategic initiatives. DeMuro will also continue to serve on the board of directors.

“I think it is one of the primary responsibilities you have, as a CEO, to develop the talent,” DeMuro told Defense News when asked about succession planning in an exclusive interview Dec. 7, during the Reagan National Defense Forum. “And leadership succession, in particular CEO succession, isn’t always smooth. I think this is a natural progression, making it smooth for our customers, our shareholders, all stakeholders and our employees.

“It’s just about progressing to that point where we on the board feel it’s time to hand that baton off.”

DeMuro has served as CEO since 2014, when he succeeded Linda Hudson. Among his key priorities during the last five years has been unifying a business primarily born out of acquisition. With Tom’s April appointment, Jerry will transition to an advisory role, providing advice and counsel to leadership with both BAE Systems Inc. in the U.S. and BAE System plc in Europe on a number of priority programs. Within the scope of his responsibilities will be chairing the internal program reviews for several key international pursuits. He will also continue to advance the defense industry’s positioning regarding evolving cybersecurity requirements.

Arseneault, who in May also added “president” to his title and was elected to the company’s board, is currently responsible for delivering business and functional performance across the company’s three sectors. He’s been with BAE for 22 years, having previously served as president of the company’s electronic systems sector and executive vice president of the product sectors.

“If you’ve been watching, we had him as the COO [chief operating officer] for several years. I also had him doing strategy and corporate development, and rounding out his portfolio" across the various business units, DeMuro said. “[I]t’s just about getting him prepared, and making sure our stakeholders are comfortable.”

BAE is currently in low-rate production for the U.S. Army’s Armored Multi-Purpose Vehicle to replace the M113 armored personnel carrier and family of vehicles. It’s also scheduled to deliver its prototype for the Mobile Protected Firepower vehicle program by 2021 — required ultimately to be a 105-120mm cannon and a tracked vehicle that can withstand a classified level of enemy fire.

DeMuro has pointed to electronic warfare as another key priority area for the company, delivering capabilities to the F-35 and all other fifth-generation fighter jets, as well as precision-guided munitions and technologies that support space resiliency.

Parent company BAE Systems in the U.K. ranked seventh on the Defense News Top 100 list of the largest defense companies in the world. Defense revenue has dropped from $25.45 billion in 2015 to $22.48 billion in 2018. The U.S. subsidiary oversees one of the companies largest operations from Arlington, Virginia.

https://www.defensenews.com/industry/2019/12/17/bae-systems-to-get-new-ceo-in-april

 

Sur le même sujet

  • Tigre Mark 3 : un contrat de plus de 4 Md€ en vue pour Airbus Helicopters

    10 janvier 2022 | International, Aérospatial

    Tigre Mark 3 : un contrat de plus de 4 Md€ en vue pour Airbus Helicopters

    Airbus Helicopters va certainement signer en février un nouveau méga contrat de plus de 4 Md€ auprès de l'OCCAr (Organisme conjoint de coopération en matière d'armement) pour le compte de la France (environ 2,8 Md€) et de l'Espagne (1,1 Md€) pour la modernisation de l'hélicoptère d'attaque Tigre. Ce contrat sera vraisemblablement découpé en plusieurs tranches. Le développement du Tigre Mark 3 « est acquis au plan politique avec l'Espagne », a annoncé jeudi dernier le porte-parole du ministère des Armées, Hervé Grandjean. En France, le ministère des Armées a programmé des engagements financiers de plus de 3 Md€ pour le programme Tigre Mark 3. Le calendrier de commandes et de livraisons du programme Tigre Mark 3 a été défini au lancement de la phase de réalisation. Selon les documents budgétaires, la commande de 14 appareils (sur les 67) en tranche ferme était prévue en 2021 mais a été décalée de plusieurs mois en raison de l'attente de la décision de l'Espagne et de l'Allemagne de s'engager sur ce programme. La décision de l’Allemagne n’est pas encore connue : à ce sujet, « le plus tôt sera le mieux » avait déclaré en novembre le PDG d'Airbus Helicopters, Bruno Even. Les Allemands, qui ont une flotte de 53 Tigre opérationnels, ont jusqu'à mi-2022 pour monter à bord d'un hélicoptère de combat, qui « n'aura pas d'équivalent, y compris l'Apache, sur le champ de bataille en 2030 et 2040 » avait estimé Bruno Even en avril 2021.  La Tribune du 10 janvier   

  • Loi de programmation militaire 2019-2025: les failles du Budget des armées

    12 février 2018 | International, Aérospatial, Naval, Terrestre, C4ISR, Sécurité

    Loi de programmation militaire 2019-2025: les failles du Budget des armées

    Par Vincent Lamigeon La loi de programmation militaire 2019-2025 marque une remontée en puissance inédite depuis 25 ans, avec une priorité à la régénération des hommes et au renouvellement des matériels. Mais une bonne partie de l’effort financier est reportée au-delà du quinquennat. Et des manques persistent. Près de 300 milliards d'euros en sept ans pour les armées. La loi de programmation militaire 2019-2025 présentée le 8 février marque une remontée en puissance financière inédite depuis la fin de la Guerre froide. Le budget militaire doit ainsi passer de 34,2 milliards d'euros en 2018 à 50 milliards d'euros en 2025, pour atteindre les fameux 2% du PIB promis par Emmanuel Macron lors de sa campagne. L'augmentation se fera en deux temps : 1,7 milliard d'euros de plus par an jusqu'à 2022, puis 3 milliards par an de 2023 à 2025, avec un ajustement possible des deux dernières annuités en fonction de la situation économique. Que penser de cette "LPM de renouveau", selon les termes du ministère des armées ? A l'évidence, il s'agit d'un effort majeur. Sur la période 2019-2023, le budget moyen du ministère atteindra 39,6 milliards d'euros, soit 23% de plus que la moyenne 2014-2019. Les effectifs des armées vont repartir à la hausse, avec 6.000 postes en plus, dont 3.000 d'ici à 2023. L'hémorragie qui avait vu la défense perdre 60.000 postes de 2005 à 2015 est donc stoppée, avec une priorité marquée pour le renseignement (+ 1.500 postes et 4,6 milliards d'euros investis d'ici à 2025) et la cyberdéfense (+ 1.000 postes, 1,6 milliard d'euros). Même le général Pierre de Villiers, qui avait démissionné en juillet à la suite d'un désaccord budgétaire avec l'Elysée, a salué sur France 3 "une dynamique réelle", tout en se disant vigilant sur le respect des engagements. Renouvellement des équipements La force de cette LPM est d'avoir su trancher sur un point majeur : plutôt que de lancer des grands programmes, type second porte-avions, à forte résonance médiatique mais répondant moins aux besoins opérationnels immédiats, la loi se concentre sur la régénération des hommes et des matériels. Ceux-ci ont été durement éprouvés par des opérations extérieures et intérieures qui dépassent de 30% le niveau prévu par le Livre blanc de 2013. Priorité est donc donnée à la condition de vie des militaires et de leurs familles : 530 millions dans le cadre du "plan familles", et 11 milliards d'euros prévus pour les infrastructures de défense. L'effort est aussi sensible sur les petits équipements, peu médiatisés mais essentiels à la mission des soldats : treillis ignifugés, gilets pare-balles, casques, protection NRBC (nucléaire, radiologique, bactériologique et chimique). La maintenance, talon d'Achille des armées fraises est également soignée, avec 22 milliards d'euros consacrés à l'entretien des matériels d'ici à 2023. L'autre grande priorité de la LPM est le renouvellement d'équipements hors d'âge. Le programme Scorpion de renouvellement des blindés de l'armée de terre voit ainsi ses livraisons accélérées : 50% des véhicules multi-rôles Griffon et des engins de combats Jaguar seront livrés d'ici à 2025. Ceux-ci remplaceront les antiques VAB et autres AMX 10RC, même si plusieurs centaines de ces machines seront toujours en service en 2025. La Marine ? Elle se verra livrer quatre pétroliers ravitailleurs au lieu de trois, et aura droit à trois avions de patrouille maritime Atlantique 2 rénovés en plus (18 au lieu de 15). Côté armée de l'air, la commande d'avions ravitailleurs A330 MRTT passe de 12 à 15 exemplaires, dont une douzaine livrée d'ici à 2023. Ces appareils remplaceront les antiques C135FR, livrés en 1965. La dissuasion choyée Conformément au souhait d'Emmanuel Macron, le renouvellement de la dissuasion, dans ses deux composantes océanique et aéroportée, est aussi acté, un investissement de 25 milliards d'euros en cinq ans à la clé. Cette accélération permettra de financer le renouvellement du missile ASMP/A embarqué sur Rafale, le lancement du développement des nouveaux sous-marins lanceurs d'engins (SNLE 3G) et du futur missile balistique M51-3. Le coût annuel de la dissuasion va ainsi passer de 3,9 milliards à environ 6 milliards en 2025. La LPM marque enfin un effort important sur le segment spatial : 3 satellites d'observation CSO et un satellite d'écoute électromagnétique CERES seront mis sur orbite d'ici à 2025. L'effort financier énorme de la LPM a convaincu les industriels. "Ce projet de LPM marque un effort important de la nation pour ses armées", se félicite Eric Trappier, PDG de Dassault Aviation et président du Cidef (Conseil des industries de défense françaises), rappelant que cet investissement est le garant de l'"autonomie stratégique française", et de la santé d'une filière "compétitive, innovante, exportatrice et créatrice d'emplois stables à forte valeur ajoutée technologique (200.000 emplois environ)". Essentiel de l'effort après 2022 A bien y regarder, la LPM laisse quand même quelques questions ouvertes. D'abord, une bonne part de l'effort financier est reportée 2023 et 2025, soit hors quinquennat. La hausse annuelle du budget de défense devra alors quasiment doubler, passant de +1,7 milliard par an à +3 milliards. "Cela crée un certain flou : où en sera la situation économique en 2023 ?, s'interroge le député LR François Cornut-Gentille, rapporteur spécial sur le budget défense au sein de la commission des finances de l'Assemblée nationale. Il aurait fallu une montée en puissance plus progressive, avec une plus grande part focalisée sur le quinquennat actuel." De fait, la LPM ne précise pas le niveau exact des budgets militaires 2024 et 2025, qui devront prendre en compte "la situation macroéconomique à cette date". Cette précision ressemble fort à une porte ouverte à Bercy, qui n'en demandait pas tant. Autre faiblesse de la LPM : de nombreuses commandes et livraisons d'équipements sont prévues après 2022, voire après 2025, ce qui jette un doute sur leur confirmation. C'est le cas du programme dit HIL (hélicoptères interarmées légers) : ce nouvel appareil, basé sur le H160 d'Airbus Helicopters, devait remplacer trois flottes d'hélicoptères hors d'âge (Fennec, Alouette III…). Les armées devront attendre : le lancement du programme n'est annoncé qu'en 2022, pour de premières livraisons en 2028. Peu de livraisons de Rafale La LPM semble avoir aussi fermé la porte à une demande de l'armée de l'air de passer de 185 avions de chasse à 215 appareils. Le projet de loi prévoit un format qui restera à 185 appareils à l'horizon 2030. Cette prudence se retrouve dans les faibles livraisons de Rafale prévues : seulement 28 appareils destinés à l'armée de l'air et à la marine seront livrés en 7 ans, soit seulement 4 par an en moyenne. L'armée de l'air pourra un peu se consoler avec la rénovation de 55 Mirage 2000D. Une autre grosse déception concerne le financement des études amont. Le montant annuel doit passer de 730 millions à 1 milliard d'euros, mais cette augmentation sera étalée sur cinq ans. Cet effort apparaît trop modeste au vu des enjeux des armées à l'horizon 2030, notamment sur l'intelligence artificielle et la robotisation. Une DARPA à la française (ou à l'européenne), du nom de la cellule d'innovation avancée du Pentagone, ne serait pas de trop pour faire face aux ambitions américaines, russes ou chinoises. https://www.challenges.fr/entreprise/defense/loi-de-programmation-militaire-2019-2025-les-failles-du-budget-des-armees_566354

  • Ace Electronics nabs $64.4M for Tomahawk control system upgrades

    8 janvier 2020 | International, Naval

    Ace Electronics nabs $64.4M for Tomahawk control system upgrades

    By Christen McCurdy Jan. 7 (UPI) -- Ace Electronics received a five-year, $64.4 million contract for an upgrade of the Tactical Tomahawk Weapons Control System for the Navy, the Pentagon has announced. The deal, announced Monday by the Department of Defense, funds production and delivery of manufacturing kits, spare parts and testing for the Tactical Tomahawk Weapons Control System, or TTWCS, for the Maritime Strike Tomahawk. The Tomahawk Land Attack Missile is a subsonic cruise missile. The TTWCS allows commanders to redirect the missile to an alternative target if required, and to send data about its status back to the commander. According to the Pentagon's announcement, this upgrade will offer new offensive capabilities to upgraded ships in support of the Maritime Strike Tomahawk, which allows the Tomahawk to engage a moving target at sea and upgrades the system hardware. Work on the contract will be performed at Aberdeen Proving Ground, Md., with the ordering period ending in January 2025. Navy funds in the amount of $259,118 were obligated at the time of the award. Ace Electronics Defense Systems specializes in electronic manufacturing and engineering support services for military branches throughout the world, according to its website. https://www.upi.com/Defense-News/2020/01/07/Ace-Electronics-nabs-644M-for-Tomahawk-control-system-upgrades/2311578432639

Toutes les nouvelles