9 avril 2018 | International, Aérospatial

Avions de chasse. Les Européens adorent acheter américain. Pourquoi ?

(B2) Quand on regarde l’équipement des Européens, en avions de chasse ou de combat, on remarque une constante. Les pays européens préfèrent acheter américain qu’européen. Mais à y regarder de près, on voit aussi que ceux qui proclament haut et fort qu’ils sont tenants de l’Europe de la défense ne sont pas toujours ceux que l’on croit.

Ce papier a fait l’objet d’une chronique dans l’excellente émission ‘La Faute à l’Europe‘, de FranceTvInfo, animée par mes confrères Yann Antony-Noguès, Kattalin Landaburu, Jean Quatremer et préparée par Hughes Beaudouin.

Combien de pays ne volent pas avec du matériel américain ?

Cela se compte sur les doigts d’une main et un doigt. Seuls six pays ne volent pas américains (en bleu et en vert sur la carte) : France, Allemagne, Suède, Rép. Tchèque, Autriche, Hongrie. Parmi ces pays, il faut distinguer la Suède (Gripen) et la France (Rafale) qui s’équipent uniquement en national  (en vert sur la carte), et l’Allemagne qui vole avec du matériel européen (Eurofigther) certes mais fabriqué sur son sol. Tandis que l’Autriche, la Hongrie et la Tchéquie volent avec du matériel acheté chez un de leurs voisins. Le premier en Eurofighter, les deux autres en matériel suédois.

Certains pays pratiquent-ils un équipement mixte ?

Oui. Le panachage est un procédé typique de plusieurs pays (en jaune sur la carte). C’est le cas de tous les pays du Sud de l’Europe — l’Ejército del aire espagnole, l’Aeronautica italienne, l’Hellenic Air Force —, qui ont jusqu’ici pris grand soin d’avoir au moins deux modèles dans leur flotte aérienne : l’un de fabrication UE, l’autre de fabrication US. A une exception notable près : le Portugal. C’est aussi le cas… du Royaume-Uni.

… le Royaume-Uni aussi ?

Qui l’eut cru ! Ce pays très attaché au lien transatlantique prend bien soin d’équilibrer ses achats entre le made in USA et le made in Europa. Une tradition de la Royal Air Force. Les Britanniques — à la différence des Français — préfèrent fabriquer en multinational que fabriquer en solo. Cela a été le cas du Tornado (un avion fabriqué avec l’Allemagne et l’Italie) puis de l’Eurofighter (renommé Typhoon outre-Manche). Hors de l’aviation de chasse, c’est aussi le cas de l’Airbus A400M. Un pragmatisme qui a un fondement très industriel. Une partie de ces avions (européens) sont fabriqués dans les usines britanniques.

Y-a-t-il des tendances géopolitiques dans l’équipement exclusif made in USA ?

Clairement. Les pays qui ont une frontière avec la Russie s’équipent exclusivement en matériel américain (en orange sur la carte), en général avec du F-16 (fabriqués par General Dynamics, aujourd’hui repris par Lockheed Martin). Il ne s’agit pas alors seulement de performances de l’appareil mais aussi d’avoir une ‘assurance-vie’ américaine… et de bénéficier à moindre prix d’une flotte d’appareils. Ceux-ci étant souvent amortis ou d’occasions.

… et d’autres raisons plus idéologiques ?

Les pays du nord de l’Europe (Norvège, Danemark, Pays-Bas, Belgique) sont aussi équipés en matériel américain. Il s’agit là d’une solidarité euro-atlantique plutôt que d’une solidarité européenne. Assez atypique par rapport à ses voisins, le Portugal a également acheté du matériel américain, pour des raisons idéologiques (et des raisons politiques très personnelles). Hors de l’Union européenne, même la neutre Suisse vole US : avec des F/A 18 Hornet fabriqués par Boeing (1). Décidément, en matière d’équipement d’avions de chasse… ceux qui se prétendent très Européens ne sont pas toujours ceux que l’on croit.

Dans ce panorama, comment se situent les Français ?

La France est totalement isolée. Son aviation de chasse est équipée uniquement de matériel national (2). Mais, à la différence de la Suède, autre producteur national, et du précédent du Mirage, Dassault n’a pas réussi à exporter son Rafale (avion pourtant excellent) dans d’autres pays en Europe. Certes, deux pays figurent aujourd’hui dans la lunette de tir de Paris : la Belgique et la Suisse. Cela nécessitera cependant un sacré effort pour convaincre ces deux pays, francophones, de s’équiper ‘français’. Dans le futur, le Rafale pourrait être ainsi le dernier avion à être produit en ‘national’. L’avion du futur (habité ou non = drone) devra l’être avec un autre pays (Royaume-Uni ou/et Allemagne). Une raison davantage économique que politique. La France ne peut plus suivre en solo.

Quel est l’avantage comparatif du matériel américain ?

On ne peut pas vraiment en vouloir à un pays de choisir un modèle éprouvé, compétent, suffisant pour les besoins nationaux et qui procure un rapport qualité / prix très convenable, voire largement supérieur au prix d’un avion européen. Le F-16 a été produit en grand nombre : environ 4500 exemplaires. Ce qui permet des économies d’échelle. La moitié a été achetée par l’US Air Force, la moitié à l’export. Pour un avion Eurofighter, Rafale ou JAS 39 neuf, vous pouvez vous payer environ quatre F-16 d’occasion.

Outre les raisons politiques, acheter US est-il efficace ?

Oui. Il faut le reconnaitre. L’avantage d’acheter US, c’est appartenir à un club mondial. Le club des pays équipés du F-16 se réunit d’ailleurs régulièrement pour échanger ou demander des modifications. Et quand on interroge des pilotes équipés de ce type d’avions, la liste des avantages est longue. On « bénéficie de l’expérience des autres » m’expliquait ainsi un officier. « Il y a une mise à jour constante des avions». Le « F-16 d’aujourd’hui ne ressemble ainsi plus du tout au F-16 acheté à l’époque ». En déplacement ou en opération, autre atout, il est toujours possible de trouver un voisin qui a une pièce de rechange ou un mécano capable de vous donner un coup de main. Très appréciable. Et, puis, il ne faut pas le nier. L’aura de l’Amérique joue. Le plaisir de côtoyer de près les pilotes américains, d’aller s’entraîner en Arizona que dans la plaine du Pô ou au-dessus de l’Auvergne ?

La tendance pourrait-elle s’inverser ?

Pour l’instant, aucun signe ne le montre. Les derniers pays qui viennent de s’équiper (Roumanie, Croatie, Slovaquie) l’ont fait avec du F-16. Et les Bulgares devraient suivre ce chemin. Les Autrichiens ont remis en cause leur équipement avec l’Eurofighter d’Airbus.

L’accusation américaine du protectionnisme européen est-elle valable ?

Non. C’est un pur mensonge… ou alors cela se révèle d’une incompétence notoire. L’arrivée de l’avion américain de nouvelle génération F-35 (fabriqué par Lockheed Martin) dans la flotte de plusieurs États va siphonner tous les budgets pour de longues années. Il est assez coûteux, son prix réel toujours très incertain. Mais, surtout, l’équipement en avion de chasse est un investissement lourd. Le renouvellement n’intervient que tous les 20 ans (au mieux si achat d’occasion) à 40 ans (si achat en neuf). Autant dire que les acquisitions prévues aujourd’hui vont plomber l’industrie européenne jusqu’à 2060 !

Les Américains sont-ils seuls en cause ?

Non. Accuser les Américains d’être trop puissants, c’est surtout mettre le doigt sur un problème typiquement européen : la dispersion. L’industrie aéronautique européenne est éclatée entre trois constructeurs (Airbus, Dassault, Saab). Ce qui l’empêche d’avoir un modèle unique (quitte à ce qu’il soit décliné en plusieurs versions) et donc des économies d’échelle. Quand il s’agit de choisir un nouvel avion, les petits egos nationaux, tout comme les différences de portée stratégique, empêchent de s’unir.

Pourquoi ne pas s’équiper comme certains le font avec des modèles fabriqués dans différents pays ?

Ce type d’équipement mixte est réservé à des pays qui disposent de certains moyens et d’une certaine flotte. Car il coûte cher. La tendance, aujourd’hui, est plutôt désormais de s’équiper avec un seul modèle ou au moins avec un seul fabricant. Il faut le reconnaître aussi : l’utilité opérationnelle d’un avion (ses qualités requises) diffèrent grandement selon les pays. La plupart des pays (de la Finlande au Portugal, en passant par l’Allemagne ou la Belgique) ont surtout besoin d’une surveillance de leur sol, et éventuellement d’une participation à la police du ciel internationale (en opération multinationale ou sous couvert de l’OTAN). Alors que la France ou la Grande-Bretagne entendent garder une capacité d’intervention offensive.

(Nicolas Gros-Verheyde)

(1) Après avoir annulé un premier appel d’offres (suite à une votation populaire hostile), la Suisse a mis en concurrence, pour le renouvellement de sa flotte, cinq avions : le Gripen suédois, l’Eurofighter européen, le Rafale français, le F-18 Super Hornet et le  F-35 américains.

(2) Un mono-équipement qui ne concerne que l’aviation avec pilote (dite ‘habitée’). Pour les avions sans pilote (drones), la France est obligée de recourir à des matériels américains, faute d’avoir développé à temps ce type de matériel.

https://www.bruxelles2.eu/2018/04/08/quand-ils-volent-les-europeens-adorent-acheter-americain-pourquoi/

Sur le même sujet

  • GE awarded $180 million contract to support T700 engines

    25 juin 2020 | International, Aérospatial

    GE awarded $180 million contract to support T700 engines

    Lynn, MA, June 22, 2020 – GE Aviation has been awarded a five-year, $180 million contract by the U.S. Naval Air Warfare Center Aircraft Division (NAWCAD) to repair and overhaul T700 rotorcraft engines in support of the U.S. Navy’s MH-60 Seahawk, and the U.S. Marine Corps’ AH-1Z Viper and Bell UH-1Y Venom/Huey helicopters. “GE is grateful for the opportunity to provide T700 overhaul and repair support to the US Navy and Marine Corps fleets for another five years,” said Harry Nahatis, vice president and general manager of GE Aviation’s Rotorcraft & Turboprop Engines. “This contract will allow GE to work closely with the Navy to improve fleet readiness while reducing cost.” Upon service entry in 1978 in the Sikorsky UH-60 Black Hawk, the T700 quickly proved its mettle in helicopter service, and its operational benefits also made it an ideal derivative as a turboprop powerplant. Today, the T700/CT7 family of turboshaft and turboprop engines power 15 types of helicopters and fixed-wing aircraft with more than 130 customers in more than 50 countries. The T700/CT7 family has surpassed 20,000 units delivered and more than 100 million total flight hours. The T700/CT7 engine line has become increasingly more powerful and reliable during its history. Many technological advances have been incorporated into the subsequent growth versions. Current models in the 2,000-3,000 shaft-horsepower range retain all the proven features and operating characteristics of earlier versions while delivering enhanced performance. The highly reliable T700/CT7 design has proven itself in the harshest environments, logging more than five million flight hours in hot-harsh combat zones like Iraq and Afghanistan. T700/CT7 helicopter engines power a variety of civil aviation and military applications including transport, utility and attack, medical evacuation, air rescue, firefighting, special operations and marine patrol. They serve five branches of the U.S. military, numerous international customers and civil aviation operators. Prime turboshaft applications include the Sikorsky Black Hawk, Seahawk, Jayhawk, Pave Hawk, S-70, S/H-92, CH-148, HH60-W CRH, and VIP transport helicopters; the Boeing AH-64 Apache, Bell UH-1Y Huey, AW-1Z Super Cobra,214ST Super Transport and 525 Relentless, Kaman SH-2G Super Seasprite, NHIndustries NH90, Leonardo AW101 and AW189 and KAI Surion. About GE Aviation GE Aviation, an operating unit of GE (NYSE: GE), is a world-leading provider of jet and turboprop engines, components and integrated systems for commercial, military, business and general aviation aircraft. GE Aviation has a global service network to support these offerings. For more information, visit us at www.ge.com/aviation. Follow GE Aviation on Twitter at http://twitter.com/GEAviation  and YouTube at http://www.youtube.com/user/GEAviation # # # For further information, contact: Nick Hurm 513.484.4450 nick.hurm@ge.com View source version on GE Aviation: https://www.geaviation.com/press-release/military-engines/ge-awarded-180-million-contract-support-t700-engines

  • Budget de l'UE : Bruxelles propose une enveloppe conséquente pour la défense

    14 mai 2018 | International, Aérospatial, Naval, Terrestre, C4ISR

    Budget de l'UE : Bruxelles propose une enveloppe conséquente pour la défense

    La Commission européenne propose un budget de 20 milliards d'euros pour la défense entre 2021 et 2027, dont 7 milliards pour le Fonds européen de défense. SOURCE AFP Publié le 29/04/2018 à 10:07 | Le Point.fr L'Union européenne de la défense se concrétise financièrement avec une dotation conséquente de près de 20 milliards d'euros dans le projet de budget préparé par la Commission européenne pour la période 2021-2027, selon des documents de travail vus par l'Agence France-Presse. Sans surprise, le Fonds européen de défense se taille la part du lion avec une dotation pour l'ensemble de la période de 7 milliards pour l'industrie de la défense et une autre de 3,5 milliards pour la recherche et le développement conjoints de technologies et d'équipements. Une seconde enveloppe de 6,5 milliards d'euros est consacrée à la mobilité militaire en Europe. L'espace n'est pas en reste avec un financement programmé de 13 milliards d'euros pour les systèmes de navigation par satellites Galileo et EGNOS. « Cela correspond exactement à ce qui est annoncé depuis le lancement du Fonds de défense avec une dotation de 1,5 milliard d'euros par an », a déclaré à l'Agence France-Presse l'eurodéputé français Arnaud Danjean, spécialiste des questions militaires. Le Fonds doit permettre de financer des projets montés en coopération, a souligné Arnaud Danjean. Lire aussi - Pourquoi l'Europe de la défense ne parvient pas à décoller La dotation pour la mobilité vise pour sa part à renforcer les capacités logistiques avec des infrastructures routières et ferroviaires utilisables pour déplacer des unités et des équipements militaires de l'Italie à la Pologne, de la France à l'Estonie. « Tout cela relève du symbole plus que d'une capacité crédible », a toutefois jugé sous couvert de l'anonymat un eurodéputé membre de la commission des Budgets. L'objectif de l'Union européenne est de se renforcer en tant qu'acteur mondial, mais également de se préparer à un éventuel désengagement des États-Unis. Des économies potentielles L'effort financier demandé est aussi justifié par les économies potentielles. « En procédant à des acquisitions communes, nous pouvons économiser près d'un tiers des dépenses actuellement consacrées à la Défense », soutient le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker. « L'UE compte actuellement 178 systèmes d'armes différents contre 30 seulement aux États-Unis », se plaît-il à rappeler. « Lorsque les chefs d'État et de gouvernement déclarent que l'Europe doit à l'avenir se mobiliser encore plus fortement pour protéger la population et assurer sa sécurité, ils doivent traduire leurs paroles en actes, répondre aux questions par des moyens financiers concrets », a estimé M. Juncker en février. Compétence des États membres, la Défense est un poste budgétaire nouveau dans le budget européen. Aucun euro n'avait été budgétisé pour la mobilité militaire sur l'exercice 2014-2020 et la dotation du Fonds européen de Défense était de 590 millions d'euros. http://www.lepoint.fr/europe/budget-de-l-ue-bruxelles-propose-une-enveloppe-consequente-pour-la-defense-29-04-2018-2214420_2626.php

  • Raytheon, Missile Defense Agency sign landmark $2 billion Standard Missile-3 contract

    1 avril 2020 | International, Aérospatial

    Raytheon, Missile Defense Agency sign landmark $2 billion Standard Missile-3 contract

    Tucson, Ariz., March 30, 2020 /PRNewswire/ -- Raytheon Company (NYSE: RTN) will produce and deliver SM-3(®) Block IB interceptors under a $2.1 billion, multi-year U.S. Missile Defense Agency contract. It is the first multi-year contract for the SM-3 program, and covers fiscal years 2019-2023. SM-3 is the only ballistic missile interceptor that can be launched on land and at sea. It is deployed worldwide and has achieved more than 30 exoatmospheric intercepts against ballistic missile targets. "This procurement deal is a win-win for government and industry," said Dr. Mitch Stevison, Raytheon Strategic and Naval Systems vice president. "Efficiencies gained from this contract will allow us to reduce costs, continue to improve the SM-3 and deliver an important capability to our military." The Block IB variant achieved full-rate production in 2017. The company has delivered more than 400 SM-3 rounds over the lifetime of the program. About Raytheon Raytheon Company, with 2019 sales of $29 billion and 70,000 employees, is a technology and innovation leader specializing in defense, civil government and cybersecurity solutions. With a history of innovation spanning 98 years, Raytheon provides state-of-the-art electronics, mission systems integration, C5I(®) products and services, sensing, effects, and mission support for customers in more than 80 countries. Raytheon is headquartered in Waltham, Massachusetts. Follow us on Twitter. Media Contact Doug Shores +1.256.527.5196 rmspr@raytheon.com View original content to download multimedia:http://www.prnewswire.com/news-releases/raytheon-missile-defense-agency-sign-landmark-2-billion-standard-missile-3-contract-301031740.html SOURCE Raytheon Company

Toutes les nouvelles