Back to news

January 3, 2019 | International, C4ISR

Thales inaugure un hub Innovation et un Digital Competence Center à Toulouse

MARINA ANGEL

Dans la foulée de sa Digital Factory, qui après Paris, vient de s'installer à Montréal et Singapour, le groupe Thales vient de se doter à Toulouse d'un nouveau hub d'innovation et d'un Digital Competence Center. De nouveaux outils pour accélérer la transformation digitale du groupe, qui pourraient bientôt être dupliqués au sein d'autres sites du groupe.

Le groupe Thales vient d'inaugurer à Toulouse, ce 19 décembre 2018, un nouveau hub Innovation et un Digital Competence Center. Deux nouveaux outils destinés à accélérer sa stratégie de transformation digitale au plus près de ses équipes de développement et avec une volonté de renforcer ses coopérations avec l'éco-système régional.Les deux structures sont hébergées dans un espace dédié de 1 500 m2, au cœur du site avionique toulousain de Thales, où quelque 950 personnes (principalement des ingénieurs) travaillent notamment sur le développement de systèmes et de solutions pour les cockpits et les cabines des avions du futur.

"L'objectif est de développer en région de nouvelles méthodes d'innovation et d'amplifier une dynamique déjà bien amorcée avec la création de notre Digital Factory", annonce Gil Michielin, directeur général des activités avioniques mondiales de Thales.

PRIORITÉ À L'AVION CONNECTÉ ET PLUS AUTONOME

Créée en juin 2017 à Paris, l'équipe de la Digital Factory de Thales occupe déjà 250 spécialistes principalement en intelligence artificielle, big data et cybersécurité, recrutés à la fois au sein du groupe et en externe, dont la mission est d'accélérer la transformation digitale du groupe en appliquant toutes les recettes de l'open innovation et du travail collaboratif. Des relais, les "Digital Champions", ont été désignés au sein des différents sites du groupe et par métier, pour faire émerger des besoins utilisateurs et les soumettre aux équipes de la Digital Factory qui travaillent ainsi pour le compte de toutes les entités du groupe."Nous montons des équipes très agiles de 3 à 8 personnes, qui s'engagent à livrer des premiers MVP (Minimum Viable Product) dans un délai très court de 4 mois maximum", explique Olivier Flous, directeur de la Digital Factory.

Le concept a déjà fait ses preuves. "Nous avons à notre actif le développement d'une vingtaine de MVP avec pour certains des premiers déploiements en cours", précise Olivier Flous. Dotée d'un budget de 150 millions d'euros sur trois ans, la Digital Factory dispose aujourd'hui de deux nouvelles bases à Montréal, au Canada et à Singapour. Avec son propre hub Innovation et son nouveau Digital Competence Center, le site de Toulouse se dote à son tour de ses propres espaces collaboratifs, avec une spécificité régionale. "A Toulouse, l'accent sera mis tout particulièrement sur l'avion connecté et l'autonomie", précise Gil Michielin.

FAIRE ÉMERGER DE NOUVEAUX PROJETS

Le hub Innovation et le Digital Competence Center ont la même ambition de faire émerger de nouveaux projets, à la fois en s'appuyant sur les expertises de la Digital Factory, en valorisation le savoir-faire des équipes de R&D toulousaines et en favorisant de nouvelles coopérations avec les entreprises du territoire régional, notamment en direction des PME et des start-up. "Nous avons conçu ces nouveaux espaces pour faire émerger de nouveaux projets, mais aussi pour accompagner leur développement et leur déploiement", insiste Gil Michielin.

Il s'agit à la fois de booster les équipes toulousaines du groupe pour développer en interne de nouvelles méthodes d'innovation et de s'ouvrir en direction de clients ou de partenaires, dans une dynamique d'open innovation. Un premier challenge toulousain sur la cybersécurité vient ainsi d'être organisé, associant des équipes de Thales, des ingénieurs d'Airbus et de Latécoère, mais aussi de sociétés régionales, telles que Pole Star ou iTrust. "En parallèle, nos équipes sont allées à la rencontre d'une centaine de startups toulousaines et en ont identifié environ 25, avec lesquelles nous serions susceptibles de développer de nouveaux projets", indique par ailleurs Laurent Lenoir, directeur du site avionique de Thales à Toulouse.

ACCÉLÉRER LE DÉPLOIEMENT DE NOUVEAUX CONCEPTS

L'objectif est de faire émerger de nouveaux projets, mais aussi d'accompagner des projets issus d'autres sites et de les amener jusqu'au développement commercial. Après une première phase pilote conduite sur son site de Chatellerault (Vienne), le groupe a ainsi décidé de transférer à Toulouse, le projet "PartEdge", issu initialement d'un MVP identifié par les équipes de la Digital Factory. Le projet porte sur le développement d'un nouveau système de gestion de pièces de rechange pour les équipements aéronautiques.

Pour répondre aux attentes des compagnies aériennes et contribuer à réduire une des causes d'immobilisation au sol des avions commerciaux, PartEdge veut créer une marketplace où les compagnies pourront trouver en temps réel la bonne pièce, au bon prix et dans les meilleurs délais. L'objectif est maintenant de changer d'échelle et d'accompagner le projet jusqu'à sa maturité commerciale. Le Digital Competence Center est aussi déjà impliqué dans un projet industrie 4.0 visant à améliorer des process de production de calculateurs et de capteurs.

DUPLIQUER L'INITIATIVE SUR D'AUTRES SITES DU GROUPE

Une trentaine d'ingénieurs travaillent déjà au sein du Digital Competence Center de Toulouse, conçu pour accueillir jusqu'à une centaine de personnes. Cet espace sera probablement amené à grandir, mais aussi à être dupliqué sur d'autres sites du groupe. Un Digital Competence Center devrait ouvrir prochainement ses portes à Mérignac, en Gironde. Le concept pourrait ensuite essaimer au sein du groupe.

"En injectant dans notre organisation des structures agiles et en migrant le développant de projets sur des plates-formes conçues pour libérer la capacité de créativité et d'innovation, nous contribuons aussi à l'attractivité de nos sites", remarque aussi Gil Michielin. Le groupe, qui emploie 4 500 salariés à Toulouse, avec, outre l'avionique, des sites et des équipes impliqués dans le spatial, la sécurité et la défense), a recruté cette année 150 personnes et table sur un niveau de recrutement similaire pour 2019.

MARINA ANGEL

https://www.usine-digitale.fr/article/thales-inaugure-un-hub-innovation-et-un-digital-competence-center-a-toulouse.N786814

On the same subject

  • Contracts for November 2, 2021

    November 3, 2021 | International, Aerospace, Naval, Land, C4ISR, Security

    Contracts for November 2, 2021

    Today

  • Japan confirms it’s scrapping US missile defense system

    June 26, 2020 | International, Land

    Japan confirms it’s scrapping US missile defense system

    By: Mari Yamaguchi, The Associated Press TOKYO — Japan's National Security Council has endorsed plans to cancel the deployment of two costly land-based U.S. missile defense systems aimed at bolstering the country's capability against threats from North Korea, the country's defense minister said Thursday. Taro Kono said the country will now revise its missile defense program and scale up its entire defense posture. The council made its decision Wednesday, and now the government will need to enter negotiations with the U.S. about what to do with payments and the purchase contract already made for the Aegis Ashore systems. Kono announced the plan to scrap the systems earlier this month after it was found that the safety of one of the two planned host communities could not be ensured without a hardware redesign that would be too time consuming and costly. “We couldn't move forward with this project, but still there are threats from North Korea,” Kono said at a news conference Thursday. Japan will discuss ways to better protect the country and the people from the North's missiles and other threats, he said. The Japanese government in 2017 approved adding the two Aegis Ashore systems to enhance the country's current defenses consisting of Aegis-equipped destroyers at sea and Patriot missiles on land. Defense officials have said the two Aegis Ashore units could cover Japan entirely from one station at Yamaguchi in the south and another at Akita in the north. The plan to deploy the two systems already had faced a series of setbacks, including questions about the selection of one of the sites, repeated cost estimate hikes that climbed to 450 billion yen (U.S. $4.1 billion) for their 30-year operation and maintenance, and safety concerns that led to local opposition. Kono said Japan has signed contract worth nearly half the total cost and paid part of it to the U.S. He said Japan is trying to get the most out of what it has already paid, though he did not elaborate. Prime Minister Shinzo Abe, who has steadily pushed to step up Japan's defense capability, said last week that in light of the scrapping the government would need to reconsider Japan's missile defense program and do more under the country's security alliance with the U.S. Abe said the government would consider the possibility of acquiring preemptive strike capability, a controversial plan that critics say would violate Japan's war-renouncing Constitution. Kono on Thursday also raised concern about China's increasingly assertive activity in regional seas and skies. He said Chinese coast guard vessels are repeatedly in and out of Japanese waters around disputed East China Sea islands, and a Chinese submarine recently passed just off Japan's southern coast. “China is trying to change the status quo unilaterally in East China Sea, South China Sea and with Indian border and Hong Kong as well,” Kono said. “It is easy to make connections about those issues.” https://www.defensenews.com/land/2020/06/25/japan-confirms-its-scrapping-us-missile-defense-system/

  • Netherlands considers creating tank battalion, but needs funding

    February 6, 2024 | International, Land

    Netherlands considers creating tank battalion, but needs funding

    Furthermore, such a decision would be up to the next government.

All news