3 janvier 2019 | International, C4ISR

Thales inaugure un hub Innovation et un Digital Competence Center à Toulouse

MARINA ANGEL

Dans la foulée de sa Digital Factory, qui après Paris, vient de s'installer à Montréal et Singapour, le groupe Thales vient de se doter à Toulouse d'un nouveau hub d'innovation et d'un Digital Competence Center. De nouveaux outils pour accélérer la transformation digitale du groupe, qui pourraient bientôt être dupliqués au sein d'autres sites du groupe.

Le groupe Thales vient d'inaugurer à Toulouse, ce 19 décembre 2018, un nouveau hub Innovation et un Digital Competence Center. Deux nouveaux outils destinés à accélérer sa stratégie de transformation digitale au plus près de ses équipes de développement et avec une volonté de renforcer ses coopérations avec l'éco-système régional.Les deux structures sont hébergées dans un espace dédié de 1 500 m2, au cœur du site avionique toulousain de Thales, où quelque 950 personnes (principalement des ingénieurs) travaillent notamment sur le développement de systèmes et de solutions pour les cockpits et les cabines des avions du futur.

"L'objectif est de développer en région de nouvelles méthodes d'innovation et d'amplifier une dynamique déjà bien amorcée avec la création de notre Digital Factory", annonce Gil Michielin, directeur général des activités avioniques mondiales de Thales.

PRIORITÉ À L'AVION CONNECTÉ ET PLUS AUTONOME

Créée en juin 2017 à Paris, l'équipe de la Digital Factory de Thales occupe déjà 250 spécialistes principalement en intelligence artificielle, big data et cybersécurité, recrutés à la fois au sein du groupe et en externe, dont la mission est d'accélérer la transformation digitale du groupe en appliquant toutes les recettes de l'open innovation et du travail collaboratif. Des relais, les "Digital Champions", ont été désignés au sein des différents sites du groupe et par métier, pour faire émerger des besoins utilisateurs et les soumettre aux équipes de la Digital Factory qui travaillent ainsi pour le compte de toutes les entités du groupe."Nous montons des équipes très agiles de 3 à 8 personnes, qui s'engagent à livrer des premiers MVP (Minimum Viable Product) dans un délai très court de 4 mois maximum", explique Olivier Flous, directeur de la Digital Factory.

Le concept a déjà fait ses preuves. "Nous avons à notre actif le développement d'une vingtaine de MVP avec pour certains des premiers déploiements en cours", précise Olivier Flous. Dotée d'un budget de 150 millions d'euros sur trois ans, la Digital Factory dispose aujourd'hui de deux nouvelles bases à Montréal, au Canada et à Singapour. Avec son propre hub Innovation et son nouveau Digital Competence Center, le site de Toulouse se dote à son tour de ses propres espaces collaboratifs, avec une spécificité régionale. "A Toulouse, l'accent sera mis tout particulièrement sur l'avion connecté et l'autonomie", précise Gil Michielin.

FAIRE ÉMERGER DE NOUVEAUX PROJETS

Le hub Innovation et le Digital Competence Center ont la même ambition de faire émerger de nouveaux projets, à la fois en s'appuyant sur les expertises de la Digital Factory, en valorisation le savoir-faire des équipes de R&D toulousaines et en favorisant de nouvelles coopérations avec les entreprises du territoire régional, notamment en direction des PME et des start-up. "Nous avons conçu ces nouveaux espaces pour faire émerger de nouveaux projets, mais aussi pour accompagner leur développement et leur déploiement", insiste Gil Michielin.

Il s'agit à la fois de booster les équipes toulousaines du groupe pour développer en interne de nouvelles méthodes d'innovation et de s'ouvrir en direction de clients ou de partenaires, dans une dynamique d'open innovation. Un premier challenge toulousain sur la cybersécurité vient ainsi d'être organisé, associant des équipes de Thales, des ingénieurs d'Airbus et de Latécoère, mais aussi de sociétés régionales, telles que Pole Star ou iTrust. "En parallèle, nos équipes sont allées à la rencontre d'une centaine de startups toulousaines et en ont identifié environ 25, avec lesquelles nous serions susceptibles de développer de nouveaux projets", indique par ailleurs Laurent Lenoir, directeur du site avionique de Thales à Toulouse.

ACCÉLÉRER LE DÉPLOIEMENT DE NOUVEAUX CONCEPTS

L'objectif est de faire émerger de nouveaux projets, mais aussi d'accompagner des projets issus d'autres sites et de les amener jusqu'au développement commercial. Après une première phase pilote conduite sur son site de Chatellerault (Vienne), le groupe a ainsi décidé de transférer à Toulouse, le projet "PartEdge", issu initialement d'un MVP identifié par les équipes de la Digital Factory. Le projet porte sur le développement d'un nouveau système de gestion de pièces de rechange pour les équipements aéronautiques.

Pour répondre aux attentes des compagnies aériennes et contribuer à réduire une des causes d'immobilisation au sol des avions commerciaux, PartEdge veut créer une marketplace où les compagnies pourront trouver en temps réel la bonne pièce, au bon prix et dans les meilleurs délais. L'objectif est maintenant de changer d'échelle et d'accompagner le projet jusqu'à sa maturité commerciale. Le Digital Competence Center est aussi déjà impliqué dans un projet industrie 4.0 visant à améliorer des process de production de calculateurs et de capteurs.

DUPLIQUER L'INITIATIVE SUR D'AUTRES SITES DU GROUPE

Une trentaine d'ingénieurs travaillent déjà au sein du Digital Competence Center de Toulouse, conçu pour accueillir jusqu'à une centaine de personnes. Cet espace sera probablement amené à grandir, mais aussi à être dupliqué sur d'autres sites du groupe. Un Digital Competence Center devrait ouvrir prochainement ses portes à Mérignac, en Gironde. Le concept pourrait ensuite essaimer au sein du groupe.

"En injectant dans notre organisation des structures agiles et en migrant le développant de projets sur des plates-formes conçues pour libérer la capacité de créativité et d'innovation, nous contribuons aussi à l'attractivité de nos sites", remarque aussi Gil Michielin. Le groupe, qui emploie 4 500 salariés à Toulouse, avec, outre l'avionique, des sites et des équipes impliqués dans le spatial, la sécurité et la défense), a recruté cette année 150 personnes et table sur un niveau de recrutement similaire pour 2019.

MARINA ANGEL

https://www.usine-digitale.fr/article/thales-inaugure-un-hub-innovation-et-un-digital-competence-center-a-toulouse.N786814

Sur le même sujet

  • La Chine perfectionne son premier drone militaire autonome

    7 octobre 2020 | International, C4ISR, Sécurité

    La Chine perfectionne son premier drone militaire autonome

    THOMAS ROMANACCE Le drone autonome Wing Loong-2 a réussi de nouveaux essais de communication d'urgence en zone montagneuse, démontrant les progrès de Pékin dans le développement technologique des appareils de combat. Une fois n'est pas coutume, la Chine a diffusé via ses chaînes de télévision officielles des nouvelles images de son premier drone militaire autonome : le Wing Loong-2. Habituellement très secrète sur son appareil dernier cri, la République populaire a fait une exception pour fêter l'accomplissement d'une nouvelle étape décisive de son développement. Le drone vient en effet de passer une série de tests, qui prouvent sa capacité à envoyer des images même lorsque les réseaux de communication classiques sont coupés. Afin de s'assurer que le Wing Loong-2 ne pouvait capter aucun signal lors des essais, les militaires l'ont déployé au dessus de la commune de Muli. Il s'agit d'une zone très montagneuse, située au coeur de l'administration autonome tibétaine du Sichuan, dans le Sud-Ouest de la Chine. Sur place, le drone a effectué un vol ininterrompu d'une vingtaine d'heures, pendant lesquelles il a été capable de se diriger sans aide extérieure à travers les récifs et tout en relayant informations sur son environnement aux soldats restés au sol. L'engin a notamment pu répérer la localisation de sites de catastrophes simulées ou encore des routes endommagées. Même si cet exercice visait surtout à évaluer l'intérêt du Wing Loong-2 pour des missions d'aide humanitaire, le drone n'en reste pas un moins un appareil militaire avant tout. Dotés de similitudes évidentes avec son cousin américain, le MQ-9, il a déjà été utilisé dans les zones de conflits. Les Émirats arabes unis ont notamment acheté plusieurs exemplaires de ces drones à la République populaire. Actuellement, ces appareils sont toujours déployés en Libye, où leur efficacité a été démontrée lorsqu'ils ont abattu plusieurs drones adverses. Les appareils chinois prouvent donc encore leurs capacités sur le terrain et montrent l'avancée technologique de la République populaire dans ce domaine. https://www.capital.fr/economie-politique/la-chine-perfectionne-son-premier-drone-militaire-autonome-1382445

  • Turkey’s defense, aerospace exports rose by 25% last year

    8 janvier 2024 | International, Aérospatial

    Turkey’s defense, aerospace exports rose by 25% last year

    The sector's foreign sales totaled $5.5 billion in 2023, according to a report by the Turkish Exporters Assembly.

  • Here’s why Boeing is getting $55.5M to fix a problem with the Air Force’s new tanker

    7 août 2019 | International, Aérospatial

    Here’s why Boeing is getting $55.5M to fix a problem with the Air Force’s new tanker

    By: Valerie Insinna WASHINGTON — The Air Force will pay up to $55.5 million for Boeing to redesign the KC-46's boom, but it will cost more than that to field a fix to the problem. According to a Aug. 2 contract announcement, the award will pay for a “system level hardware and software critical design review of the boom telescope actuator redesign,” and Boeing will receive $21 million of the proposed award value immediately. But because the contract has yet to be definitized, Boeing could receive up to $55.5 million once terms of the deal are cemented. And since initial award only covers the redesign of the boom — not the costs of testing, fabricating and retrofitting the new booms on existing aircraft — it stands to reason that the Air Force will owe additional money to Boeing to completely fix the issue. Unlike the other remaining critical deficiencies on the KC-46 program, the Air Force has agreed to foot the cost of fixing the boom problem, as it is a change in the service's initial requirements. Boeing's current boom design meets international standards for thrust resistance, and the Air Force accepted that design at Milestone C in 2016, when the KC-46 was cleared for production. But later flight tests demonstrated that the boom produces too much thrust resistance to refuel the A-10, necessitating a change in design. In January, an Air Force official told Defense News the process of redesigning and manufacturing the new booms could take about two years. The Air Force plans to buy 179 KC-46s over the life of the program. After years of delays due to technical issues, the service signed off to accept the first tanker in January, which was then delivered to McConnell Air Force Base, Kan., later that month. The KC-46 made its first flight for the initial operational test and evaluation phase on June 4 at McConnell AFB. Boeing is on the hook to pay for the other major critical deficiency: a redesign of the Remote Vision System, a collection of cameras and sensors that allow the boom operator to steer the boom into the fuel receptacle of the receiving aircraft. The service became aware of this problem after pilots experienced difficulties directing the boom during refueling, sometimes scraping the surface of the receiver aircraft — a mistake that could compromise the low observable coating of stealth aircraft. Despite this issue, the Air Force has decided to accept KC-46 tankers so that pilots can begin training with the new aircraft. However, the service is withholding up $28 million per plane in order to incentivize Boeing to move quickly on a redesigned RVS. About $360 million has been withheld so far, according to Defense One. https://www.defensenews.com/air/2019/08/06/heres-why-boeing-is-getting-555m-to-fix-a-problem-with-the-air-forces-new-tanker/

Toutes les nouvelles