Back to news

October 15, 2018 | International, Aerospace

Air2030: A la rencontre de SAAB et du Gripen E

Alexis Pfefferlé

Lancement des rencontres BtoB

Jeudi 11 octobre 2018, Lausanne.

Première journée incontournable pour l'industrie suisse de la défense.

A l'initiative du Groupe romand pour le matériel de Défense et de Sécurité (GRPM) , de Swissmem, l'association faîtière des PME et des grandes entreprises de l'industrie suisse des machines, des équipements électriques et des métaux (industrie MEM) et du Bureau des affaires compensatoires à Berne, se tenait la première journée BtoB (Business to Business) dans le cadre de l'appel d'offre du programme Air2030.

Pour rappel, le programme Air2030 est en substance le projet d'acquisition par l'armée suisse de nouveaux jets de combat et d'un nouveau système de défense sol-air de longue portée sous la forme d'un arrêté de planification pour un coût maximal de 8 milliards de francs.

Au contraire de la votation de 2014 sur le Gripen, le peuple ne se prononcera cette fois pas sur le modèle d'avion mais uniquement sur l'enveloppe budgétaire souhaitée par le Département de Guy Parmelin.

Suite à l'appel d'offre lancée par Armasuisse en juillet 2017 pour la partie avions de combats, cinq constructeurs sont entrés dans la course.

Saab et son Gripen E, Dassault et son Rafale, Boeing et son FA 18 Super Hornet, Lookheed Martin et son F-35A et Airbus avec l'Eurofighter.

Particularité de cet appel d'offre, l'achat de nouveaux avions de combat devra faire l'objet d'une compensation industrielle à 100%, à savoir que le pays vendeur devra compenser l'achat de la Suisse par des achats d'un montant équivalent auprès de l'industrie suisse.

Dans le jargon, on appelle cela les affaires compensatoires ou l'offset industriel.

C'est ainsi que dans le cadre de l'acquisition des nouveaux avions de combat, les cinq constructeurs sont appelés à rencontrer les sociétés suisses avec lesquelles ils pourront potentiellement conclure des contrats.

L'enjeu est de taille, ces affaires compensatoires représentent près de CHF 8mia pour l'industrie suisse (dont 30% espérés en Romandie) et des possibilités très intéressantes de partenariats à long terme.

Par le biais de ce blog, j'ai décidé de partager avec vous quelques détails de ces journées incontournables pour l'industrie suisse de la défense.

SAAB en première ligne

Retour donc à Lausanne le 11 octobre, à 0800 comme disent les militaires.

L'ambiance est sobre, voire médicale, bien loin de l'image d'Épinal de la foire aux canons avec hôtesses slaves en pantalon treillis et kalachnikov.

Les femmes, j'en compte 2 sur 200, sont en tailleur et ça parle beaucoup suisse-allemand, quand bien même la même réunion s'est tenue la veille à Berne.

Après une introduction par le Président du Groupe romand pour le matériel de Défense et de Sécurité, c'est au Président du Switzerland Business Unit de SAAB d'entrer en scène.

Le discours est rodé, court, impactant.

Le Gripen E, version monoplace, est un avion de dernière génération, économique et facile à manœuvrer et à manutentionner.

Il peut notamment être ravitaillé en essence et munitions en 10 minutes par une équipe réduite et décoller sur une piste de 800 mètres. Pour une présentation en Suisse, l'exemple est parfait.

On en vient ensuite directement à la question des affaires compensatoires. On est là pour faire des affaires, ce n'est pas aujourd'hui que l'on vend l'avion.

Sur ce point, le discours est stratégique avec deux concepts martelés tout au long de la présentation, implantation à long terme et partenariats plutôt qu'achats.

Et SAAB soutient le discours par du concret, 25% des sociétés suisses présentes dans la salle sont déjà des fournisseurs de SAAB, et ce malgré l'échec de 2014, et un autre 20% est en cours de négociation.

De plus, SAAB possède des participations dans au moins quatre sociétés suisses actives dans l'industrie de défense et comme SAAB produit, en plus de ses avions, des voitures, des tanks, des bateaux et même des sous-marins, le potentiel de collaboration est énorme.

Sur l'aspect partenariat, les promesses sont alléchantes. Les sociétés suisses qui participeront au développement du Gripen E, si celui-ci était retenu, verront leurs technologies et produits intégrés au programme Gripen E et donc vendus aux autres pays intéressés par l'avion.

Avec 60 avions en commande pour la Suède, 36 pour le Brésil et trois appels d'offres en cours en au Royaume-Uni, en Finlande et en Bulgarie, le “contrat suisse” pourrait faire des petits.

Fin de la présentation, nous sortons boire un café ou un jus de pommes.

Je vois s'activer les représentants des sociétés suisses qui, dans quelques minutes, débuteront leur BtoB avec l'avionneur. Quinze minutes par société en tête à tête pour conclure, dans une sorte de speed-dating technique en col blanc.

GRIPEN E, points forts et points faibles

Pour conclure sur le Gripen E, j'ai retenu quelques points forts/faibles au terme de cette première présentation.

Points forts

  • Forte implantation suisse de SAAB, tant en matière industrielle qu'en terme de lobbyisme ;
  • Fort potentiel de partenariats en matière industrielle, militaire et civile ;
  • Investissements historiques en Suisse et accroissement souhaité sur le long terme ;
  • Transparence accrue dans les pays du Nord, notamment en matière de défense.

Points faibles

  • Faible poids de la Suède au sein de l'Europe dans une perspective géopolitique ;
  • Marché de la défense à l'export plus petit et plus faible que d'autres concurrents, notamment dans la perspective d'affaires compensatoires dans d'autres domaines que l'aviation.

Et si le Souverain disait non ?

Avant de quitter les lieux, voyant toutes ces personnes peaufiner leur speech et les organisateurs régler les derniers détails, me vient à l'esprit cette réflexion : Et si tout ça n'aboutissait à rien ?

En effet, ces rencontres BtoB, fruits de plusieurs mois de travail acharné des organisateurs et des industriels présents précèdent l'analyse des offres par l'armée et plus encore, le probable référendum.

Au bout du compte, il se pourrait bien que tout ce temps et cet argent investis ne servent à rien en cas de nouvel échec devant le peuple. Ce qui m'amène à la réflexion suivante, pourquoi diable le Département fédéral de la défense et des sports n'a-t-il pas pressé pour que l'on vote avant l'appel d'offre ?

Venir en 2020 devant le peuple avec l'argument que tout est déjà réglé et qu'il ne manque que la signature du souverain, c'est prendre un énorme risque. Espérons qu'il soit calculé.

ABE

Bon baiser de Suisse.

https://blogs.letemps.ch/alexis-pfefferle/2018/10/15/air2030-a-la-rencontre-de-saab-et-du-gripen-e/

On the same subject

  • La rapidité du traitement de données, clé des combats aériens futurs

    September 14, 2021 | International, C4ISR

    La rapidité du traitement de données, clé des combats aériens futurs

    Le Figaro a recueilli les propos du général Lavigne, chef d'état-major de l'armée de l'Air et de l'Espace (CEMAAE), récemment nommé commandant suprême «Transformation» de l'OTAN, ainsi que du général Brown, chef d'état-major de l'US Air Force. Les deux généraux ont confié leur vision du futur des conflits armés, qui implique « rapidité » et « imbrication » accrues. Que ce soit dans des zones soumises à un « déni d'accès » compte tenu de l'étendue des défenses sol-air, ou dans un conflit de « haute intensité », l'aviation « aura toujours un rôle clé à jouer », insiste le général Lavigne. « Nous devons être prêts individuellement, technologiquement supérieurs et certains d'aller plus vite que nos adversaires», ajoute-t-il, avant d'indiquer: « nous devons travailler notre boucle OODA (Observer, Orienter, Décider, Agir) ». En compressant toujours plus les quatre temps de la tactique militaire, les armées occidentales ont progressivement acquis une supériorité sur leurs adversaires. Mais dans des armées toujours plus technologiques, l'enjeu se complexifie. « Nous devons gérer les données plus rapidement », souligne le général Lavigne. Le Figaro du 14 septembre

  • Peraton to acquire SATCOM for US Africa Command

    March 4, 2020 | International, C4ISR

    Peraton to acquire SATCOM for US Africa Command

    By: Nathan Strout Peraton will receive $219 million to provide satellite communications fpr US Africa Command, the company announced. Mar. 3. Under the five-year contract, Peraton will be expected to rapidly acquire commercial satellite services to meet the needs of AFRICOM and its mission partners in the region. The company will utilize communications services from multiple satellite communications companies. “As an independent service integrator, Peraton takes a neutral, vendor-agnostic approach to leverage the best technologies available from across the entire commercial satellite industry,” said David Myers, president of Peraton Communications sector, in a statement. “As a result, customers like AFRICOM are assured a solution tailored to prioritize consistent mission performance, without being dependent on any particular satellite fleet or vendor assets.” Peraton has a longstanding relationship with AFRICOM, acting as a consultative mission partner to the command for more than 10 years and currently supporting it through other task orders. The contract was awarded via a blanket purchase agreement issued by Air Force Space Command in coordination with the Defense Information Systems Agency. The task order is the first of its kind to be awarded under the Future Commercial SATCOM Acquisition program. https://www.c4isrnet.com/battlefield-tech/c2-comms/2020/03/03/peraton-to-acquire-satcom-for-us-africa-command

  • CAE USA continues Fixed-Wing Flight Training Service with U.S. Army

    January 18, 2023 | International, Aerospace

    CAE USA continues Fixed-Wing Flight Training Service with U.S. Army

    CAE announced today that CAE Defense & Security has been awarded the competitive re-compete for Fixed-Wing Flight Training Service by the United States Army. The contract provides comprehensive initial and recurrent training for more than 600 U.S. Army and U.S. Air Force fixed-wing pilots annually. The firm-fixed-price award has an approximate total value of US$250 million through 2032 distributed from an initial base period and seven single-year options. “We are honored that the U.S. Army has once again selected the CAE Dothan Training Center to support the readiness of their future fixed-wing aviators,” said Dan Gelston, Group President, CAE Defense & Security. “The training center is a prime example of delivering live, virtual and constructive training with adaptive technologies and agile learning to deliver the highest quality instructional solutions to our military customers.”  CAE Defense & Security has provided Army Fixed-Wing training at the company-owned company-operated Dothan Training Center in Alabama since the initial contract award in 2016.  The state-of-the-art facility, near the U.S. Army’s Aviation Center of Excellence (USAACE) at Fort Rucker supports initial and recurrent training for transitioning Army rotary-wing aviators and Army initial-entry fixed-wing students. “CAE provides a world-class training program that balances academics, simulation, and aircraft flight training,” said Merrill Stoddard, Vice President and General Manager, CAE Defense & Security Readiness Solutions. “We leverage modern training solutions to deliver scenario-based training specific to the Army’s fixed-wing requirements.” The Fixed-Wing Flight Training Service program features academic, simulation and aircraft flight training, including the CAE Trax Academy which augments the current ground-based training assets with self-paced virtual and augmented reality (VR/AR) training in both the C-12 and Grob G-120TP.  CAE also provides Grob G120 TP flight training devices and a suite of desktop trainers and courseware in addition to a fleet of C-12U King Air aircraft owned and maintained by the U.S. Army and operated by CAE instructors to deliver C-12 King Air aircraft flight training.

All news