2 novembre 2020 | International, Aérospatial

Safran souhaite se renforcer dans la défense

La crise du Covid-19 a montré la grande dépendance de Safran à l'aéronautique civile alors que l'activité hélicoptère et la défense sont en croissance. À cet égard, le groupe souhaite se renforcer dans le secteur militaire. « J’aimerais que le groupe se développe dans la défense. Si des actifs sont à vendre, je regarderai avec intérêt », a déclaré Philippe Petitcolin, son directeur général. Les activités militaires représentent 16% environ du chiffre d'affaires du groupe. Il est présent dans les drones avec le Patroller commandé par l'armée de Terre, les boules optroniques, les centrales inertielles, ainsi que les moteurs de l'avion de combat Rafale, de l'Airbus A400M et de plusieurs hélicoptères, notamment le nouveau H160 M qui doit équiper les forces armées dans les prochaines années. Safran bénéficiera aussi du futur contrat Rafale grec. Athènes négocie avec la France pour acheter 18 avions de combat. « Si de nouveaux contrats Rafale sont pris à l'exportation et en France, ils auront un impact positif en 2022 et 2023 », a précisé le directeur général. 

Le Figaro 30 octobre 2020 

Sur le même sujet

  • How a 221-year-old shipyard is leading a US Navy modernization effort

    13 décembre 2021 | International, Naval

    How a 221-year-old shipyard is leading a US Navy modernization effort

    The Navy is beginning to modernize and optimize a shipyard built in 1800 — and is learning some important lessons already that will shape the 20-year, $21 billion planned effort to overhaul all four naval shipyards.

  • Moderate Democrats rebuke defense budget cuts

    29 juin 2021 | International, Aérospatial, Naval, Terrestre, C4ISR, Sécurité

    Moderate Democrats rebuke defense budget cuts

    Leaders of the House’s Blue Dog Coalition say they oppose calls to fund any less than the requested $753 billion national defense budget.

  • Le Pentagone passe des contrats pour près d’un milliard de dollars pour les futurs F-35

    3 janvier 2019 | International, Aérospatial

    Le Pentagone passe des contrats pour près d’un milliard de dollars pour les futurs F-35

    Le groupe américain Lockheed Martin a obtenu un contrat de plus de 721 millions de dollars pour le développement des futurs avions de combat F-35 Lightning II, le type de chasseur choisi par la Belgique pour remplacer ses F-16 à partir de 2023, a annoncé le Pentagone. Cet avenant à un contrat antérieur doit permettre à Lockheed de développer et de tester ce que le Pentagone qualifie de «Technology Refresh 3 (TR3) System» pour les avions du lot de production (LRIP) 15, des avions à commander en 2021 pour des livraisons prévues en 2023. Le nouveau contrat porte sur un montant de 712,482 millions de dollars. Les travaux concernés par ce contrat seront effectués à Fort Worth (Texas), qui abrite la principale ligne de production du F-35, un chasseur furtif de 5ème génération, et devraient être terminés en mars 2023, a précisé le Pentagone dans un communiqué daté du 27 décembre. Le lendemain, le ministère américain de la Défense a annoncé l’attribution d’un contrat de 230,145 millions de dollars au motoriste Pratt & Whitney Military Engines, filiale de United Technologies Corp., pour les tests des moteurs F-135 qui propulseront le F-35 dans sa version Block 4 et destinés à l’US Air Force, à l’US Navy, au corps des Marines et aux clients étrangers. https://www.sudinfo.be/id93860/article/2019-01-02/le-pentagone-passe-des-contrats-pour-pres-dun-milliard-de-dollars-pour-les

Toutes les nouvelles