29 octobre 2018 | International, Aérospatial

Pourquoi la Belgique (et d’autres pays européens) préfèrent acheter des avions de chasse américains?

La Belgique, tout comme l'Italie et les Pays-Bas, ont préféré acheter américain plutôt qu'européen pour leur défense aérienne. Et ce n'est ni le prix, ni les capacités techniques du F-35 qui les ont convaincu, mais leurs alliances.

Le “contrat du siècle” belge est tombé dans les mains des Américains: jeudi, la Belgique a officialisé le choix de l'avion de chasse F-35 du groupe américain Lockheed Martin pour remplacer sa flotte d'avions de chasse F-16, écartant le Rafale du français Dassault et le Typhoon du consortium européen Eurofighter. Un achat estimé à 3,6 milliards d'euros.

Une décision qui passe mal auprès des partenaires européens de la Belgique. Emmanuel Macron a dit dès le lendemain regretter "la décision du gouvernement belge d'acheter des avions de chasse F-35 américains "plutôt qu'une offre européenne", une décision qui "stratégiquement va a contrario des intérêts européens".

La Belgique a choisi son allié américain

La Belgique n'est pas le premier pays de l'UE a mettre un coup de canif dans l'Europe de la Défense. L'Italie et les Pays-Bas ont déjà fait le choix du F-35 plutôt que d'un avion européen.

Si la Belgique justifie son choix pour des raisons techniques: coordination plus simple avec les pays voisins (comme les Pays-Bas), emport de bombes, interopérabilité au sein de l'Otan... la raison serait surtout diplomatique.

"Le choix de l'avion de chasse fait partie des achats les plus stratégiques pour un pays. C'est une arme de souveraineté et choisir une technologie, c'est s'engager pour 30 ou 40 ans. Vous êtes ensuite pieds et poings liés avec votre fournisseur", affirme Philippe Plouvier, directeur associé au Boston Consulting Group sur les questions de défense et d'aéronautique. "Si vous faites une carte du monde, des achats d'avions de chasse par pays, c'est très révélateur des alliances. Quand la Belgique choisit le F-35, elle choisit un parapluie de défense américain plutôt que franco-allemand", poursuit-il.

Une explication que donne aussi, à demi-mot, ce vendredi le premier ministre belge Charles Michel: "Pour moi les Etats-Unis ne sont pas devenus un ennemi parce que Donald Trump est président". Et malgré les "divergences de vues" avec Washington "la sécurité pour nos petits-enfants sera liée au maintien et au renforcement d'une double alliance, européenne et transatlantique".

Un avion très cher et pas encore opérationnel

Car mieux vaut rester ami avec le pays qui vous vend des avions de chasse. Le choix du F-35 ferre la Belgique: "que se soit en termes de pièces détachés ou de mise à jour logicielle... Sans les Etats-Unis, les F-35 belges n'iront pas très loin”, concède Philippe Plouvier.

Pour justifier leur choix, les Belges ne pourront en tout cas pas brandir l'argument du prix. Le coût du développement du F-35 a explosé les estimations de départ. L'avion collectionne les problèmes techniques et "il n'atteint pas encore les performances prévues initialement, notamment en termes de furtivité", reconnait Philippe Plouvier.

Si 300 appareils ont déjà été livrés (principalement aux Etats-Unis, Canada et Royaume-Uni), les tests opérationnels du F-35 se finiront en 2019. Les pays qui l'ont choisi doivent donc s'attendre à voir la facture s'alourdir pour profiter des améliorations futures. "Ce qui est révolutionnaire dans cet avion, ce ne sont ni ses moteurs, ni sa structure, mais son logiciel embarqué. Les mises à jour auront un prix", promet-il.

La fin de l'Europe de la défense?

Les deux "perdants" du contrat belge n'ont pas tardé à réagir. Le Français Dassault Aviation a évoqué dans un communiqué un "mauvais signal pour la construction de l'Europe de la défense". De son côté d'Airbus, partenaire du programme Eurofighter, regrette "l'opportunité manquée de renforcer la coopération industrielle européenne au moment où l'on demande à l'Union Européenne de s'unir en matière de Défense".

Les deux entreprises continuent en tout cas de travailler en commun pour le projet de Système de combat aérien futur (Scaf), voulu notamment par le président français Emmanuel Macron. "L'Europe doit développer une vraie capacité d'industrie de défense européenne, dans tous les pays qui croient à cette aventure. Ma détermination en sort renforcée", a-t-il déclaré vendredi.

"Tout n'est pas perdu. La France, l'Allemagne et le Royaume-Uni ont la volonté de créer cet avion européen du futur", juge Philippe Plouvier. Pour le spécialiste, c'est peut-être un mal pour un bien que beaucoup de pays européens ne soient pas concernés. "Il faut reproduire l'exemple réussi du missilier européen MBDA, qui est compétitif, technologiquement haut de gamme et où la France et le Royaume-Uni ont un partage équilibré des responsabilités". Et éviter de reproduire les erreurs des programmes de l'avion de transport militaire A400M et celui de l'Eurofighter "avec des surcoûts, et de l'éparpillement industriel".

https://www.bfmtv.com/economie/pourquoi-la-belgique-et-d-autres-pays-europeens-preferent-acheter-des-avions-de-chasse-americains-1552975.html

Sur le même sujet

  • Pentagon grounds some F-35s after ejection on Texas runway

    27 décembre 2022 | International, Aérospatial

    Pentagon grounds some F-35s after ejection on Texas runway

    The F-35 Joint Program Office told services a fuel tube failure may have caused an F-35B's crash, which has now led to some fighters being grounded.

  • New engine for Apache, Black Hawk helicopters passes first test, Army says

    9 juillet 2022 | International, Aérospatial

    New engine for Apache, Black Hawk helicopters passes first test, Army says

    The U.S. Army logs over a hundred hours of run time on the first Improved Turbine Engine Program engine for its current and future helicopter fleet.

  • COVID-19 News: Virus Hurting Army Small Businesses

    1 mai 2020 | International, Aérospatial, Naval, Terrestre, C4ISR, Sécurité

    COVID-19 News: Virus Hurting Army Small Businesses

    By Connie Lee The COVID-19 pandemic is putting particular stress on the Army's second- and third-tier suppliers, said the service's secretary April 30. The Army is racing to ensure its manufacturing supply chain is able to stay afloat amid economic challenges posed by the virus, said Ryan McCarthy. “Some of these are small companies [that have] 15,000 people, and you get a couple people sick, you shut the whole company down,” he said during a virtual event hosted by Brookings Institution. The supply chain will "be a challenge for us months and months ahead.” The pandemic is also hurting overseas manufacturing in areas such as Mexico, Europe and East Asia, where the Army has little influence, he noted. The service is working with the State Department to figure out how to keep overseas workers employed and keep the supply chain running, he said. “We are limited in our ability to affect them and get them back to work,” McCarthy said. “It presents challenges that are far beyond our reach and ... influence, so we're going to have some real heart-to-hearts with manufacturers going forward.” Despite these issues, the Army is continuing to prioritize modernization, he said. Army Chief of Staff Gen. James McConville said the service is moving forward with weapons assessments, noting that it was recently able to conduct a successful hypersonic weapons test. As part of its plan to keep up with great power competition, the service is pursuing 31 new signature systems. “Over half of our procurement budget is going towards these new weapon systems,” McCarthy said. “We've got to put them into formation. Much of our iron is 50 years old. That probably is the prime area where we put the most energy.” Meanwhile, the Army is collaborating with other organizations in search of a vaccine. There are 10 to 15 top potential vaccine candidates worldwide that are in various stages of maturity, McCarthy said during a Pentagon briefing the same day. To speed up the timeline, the service plans on investing in the ones that seem to be moving the fastest, he noted. “We can double down and invest in the fastest horse, if you will, in this 15 candidate race, and then that compresses the timeframe that will ultimately get you to the answer and bring a vaccine to life,” he said. “You'll hear ranges on how fast it can go.” Some of these vaccines are currently in human trials, with the bulk of the work slated for summer and early fall, he noted. “It's moving faster than probably any point in history because of the extraordinary collaboration that's going on today,” he said. However, this may involve accepting some risks in the process, McConville noted at the briefing. “You can save time by taking risks,” he said. “You may get ready to produce something, and that horse may not get to the final race and that may not be the most efficient use of money, but by taking risks, you can really move things very, very quickly.” https://www.nationaldefensemagazine.org/articles/2020/4/30/covid-hurting-army-small-businesses

Toutes les nouvelles