16 décembre 2019 | Local, Aérospatial, Naval, Terrestre, C4ISR, Sécurité

Lettre de mandat du ministre de la Défense nationale

Lettre de mandat du ministre de la Défense nationale

Monsieur le ministre :

Merci d'avoir accepté de servir les Canadiens à titre de ministre de la Défense nationale.

Le jour de l'élection, les Canadiens ont choisi de continuer d'avancer. D'un océan à l'autre, les gens ont choisi d'investir dans leurs familles et leurs communautés, de créer de bons emplois pour la classe moyenne et de lutter contre les changements climatiques, tout en maintenant la vigueur et la croissance de notre économie. Les Canadiens ont indiqué qu'ils veulent nous voir travailler ensemble pour faire avancer les dossiers les plus importants, qu'il s'agisse de rendre la vie plus abordable et de renforcer le système de santé, de protéger l'environnement, d'assurer la sécurité de nos communautés ou d'avancer sur le chemin de la réconciliation avec les peuples autochtones. Les gens s'attendent à ce que les parlementaires travaillent ensemble pour obtenir ces résultats, et c'est exactement ce que fera cette équipe.

Il est plus important que jamais pour les Canadiens d'unir leurs forces en vue de b'tir un pays plus fort, plus inclusif et plus résilient. Le gouvernement du Canada est l'institution centrale chargée de promouvoir cet objectif commun et, en tant que ministre de ce gouvernement, vous avez l'obligation et la responsabilité de contribuer à l'atteinte de cet objectif.

Pour y arriver, il faut d'abord s'engager à gouverner d'une manière positive, ouverte et collaborative. Notre plateforme, Avancer : Un plan concret pour la classe moyenne, est le point de départ de notre gouvernement. Je m'attends à ce que nous collaborions avec le Parlement pour donner suite à nos engagements. D'autres questions et idées surgiront ou nous seront communiquées par les Canadiens, le Parlement, les intervenants et la fonction publique. Je m'attends à ce que vous établissiez un dialogue constructif et réfléchi et à ce que vous ajoutiez, au besoin, des priorités au programme du gouvernement. Lorsqu'une mesure législative est requise, vous devrez travailler avec le leader du gouvernement à la Chambre des communes et le Comité du Cabinet chargé des opérations pour établir les priorités au sein du Parlement minoritaire.

Nous continuerons d'obtenir des résultats concrets pour les Canadiens et de mettre à leur disposition un gouvernement efficace. Pour obtenir les résultats que les Canadiens exigent de nous à juste titre, nous devons effectuer un suivi des progrès réalisés par rapport à nos engagements et produire des rapports publics connexes, évaluer l'efficacité de notre travail, aligner nos ressources sur nos priorités et nous adapter aux événements à mesure qu'ils se produisent.

Bon nombre de nos engagements les plus importants nécessitent un partenariat avec les gouvernements provinciaux et territoriaux et les administrations municipales ainsi qu'avec les partenaires, les communautés et les gouvernements autochtones. Même en cas de désaccord, nous garderons à l'esprit que notre mandat nous a été confié par les citoyens qui sont servis par tous les ordres de gouvernement et qu'il est dans l'intérêt de tous de travailler ensemble pour trouver un terrain d'entente. La vice-première ministre et ministre des Affaires intergouvernementales est la responsable de toutes les relations avec les provinces et les territoires à l'échelle du gouvernement.

Il n'y a pas de relation plus importante pour moi et pour le Canada que celle que nous entretenons avec les peuples autochtones. Au cours de notre dernier mandat, nous avons réalisé des progrès considérables en ce qui concerne l'appui à l'autodétermination, l'amélioration de la prestation des services et la progression de la réconciliation. Je vous demande, en tant que ministre, de déterminer ce que vous pouvez faire dans le cadre de votre portefeuille pour accélérer et renforcer les progrès que nous avons réalisés avec les Premières Nations, les Inuits et la Nation des Métis.

Je m'attends également à ce que nous continuions de relever la barre en matière d'ouverture, d'efficacité et de transparence au sein du gouvernement. Autrement dit, je veux que notre gouvernement soit intrinsèquement ouvert et qu'il soit capable d'offrir une meilleure capacité numérique et de meilleurs services numériques aux Canadiens. Notre fonction publique doit être forte et résiliente. Nous devons aussi faire preuve d'humilité et continuer à reconnaître nos erreurs lorsque nous les commettons. Les Canadiens n'exigent pas de nous que nous soyons parfaits; ils s'attendent à ce que nous soyons diligents, honnêtes, ouverts et sincères dans nos efforts pour servir l'intérêt public.

En tant que ministre, vous êtes responsable de votre style de leadership et de votre capacité à travailler de façon constructive au Parlement. Je m'attends à ce que vous collaboriez de près avec vos collègues du Cabinet et du caucus. Vous devrez également établir un dialogue productif avec les membres du caucus du gouvernement et les députés de l'opposition, le Sénat, qui est de moins en moins partisan, et les comités parlementaires.

Il est également de votre responsabilité d'engager un dialogue fructueux avec les Canadiens, la société civile et les intervenants, y compris les entreprises de toutes tailles, les syndicats, le secteur public en général ainsi que les organismes de bienfaisance ou à but non lucratif. Vous devrez agir de manière proactive pour solliciter des conseils auprès d'un grand nombre de personnes, et ce, dans les deux langues officielles et dans toutes les régions du pays.

Nous nous sommes engagés à prendre des décisions fondées sur des données probantes qui tiennent compte des répercussions des politiques sur tous les Canadiens et qui respectent pleinement la Charte canadienne des droits et libertés. Les décisions que vous prendrez devront s'appuyer sur l'analyse comparative entre les sexes plus (ACS+).

Il est essentiel que vous mainteniez des relations professionnelles et régulières avec les médias canadiens, qui jouent un rôle crucial. La Tribune de la presse parlementaire et, en fait, tous les journalistes canadiens et étrangers, posent des questions pertinentes et contribuent grandement au processus démocratique.

Vous devrez aider le gouvernement à continuer d'honorer son engagement à faire des nominations transparentes et fondées sur le mérite, pour veiller à ce que les personnes de toutes les identités de genre, les peuples autochtones, les personnes racialisées, les personnes handicapées et les minorités soient représentés dans les postes de direction.

En tant que de ministre de la Défense nationale, vous continuerez de veiller à ce que les Forces armées canadiennes forment une force militaire agile, polyvalente et apte au combat, composée de femmes et d'hommes hautement formés et bien équipés, qui ont l'appui de leur gouvernement et de leurs concitoyens. Cette responsabilité se fonde dans la mise en œuvre de Protection, Sécurité, Engagement: la politique de défense du Canada.

Je m'attends à ce que vous travailliez avec vos collègues et dans le respect des lois, règlements et processus du Cabinet établis pour mener à bien vos grandes priorités. Notamment, vous devrez:

  • Veiller à ce que les Forces armées canadiennes disposent des capacités et de l'équipement nécessaires pour s'acquitter de leurs responsabilités par la mise en œuvre du programme Protection, Sécurité, Engagement, y compris les nouvelles acquisitions et les augmentations de financement prévues.
  • Renforcer l'engagement du Canada envers nos partenariats de défense bilatéraux et multilatéraux afin de défendre la souveraineté du Canada, de protéger l'Amérique du Nord et de rehausser la sécurité internationale :
    • Travailler avec le ministre des Affaires étrangères pour veiller à ce que tout déploiement des Forces armées canadiennes soit conforme à l'intérêt national du Canada, à nos engagements multilatéraux et aux objectifs stratégiques du gouvernement;
    • Poursuivre l'importante contribution du Canada à l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord (OTAN) et travailler avec les États-Unis pour veiller à ce que le Commandement de la défense aérospatiale de l'Amérique du Nord (NORAD) soit modernisé afin de surmonter les défis actuels et à venir, conformément à la politique de défense Protection, Sécurité, Engagement;
    • Collaborer avec le ministre des Affaires étrangères pour accroître l'appui du Canada aux opérations de maintien de la paix des Nations Unies, notamment en ce qui a trait aux nouveaux investissements dans le programme pour les femmes, la paix et la sécurité, la prévention des conflits et la consolidation de la paix;
    • Assurer l'efficacité des déploiements des Forces armées canadiennes, y compris dans le cadre de l'opération IMPACT au Moyen-Orient, de l'opération NEON dans la région de l'Asie-Pacifique, de la présence avancée renforcée de l'OTAN en Lettonie, de la mission de l'OTAN en Irak et de l'opération UNIFIER en Ukraine;
    • Élargir le rôle d'assistance et de formation du Canada, notamment en tirant profit de l'expertise des Forces armées canadiennes pour aider d'autres pays exposés à un risque plus élevé de catastrophes liées aux changements climatiques.
  • Collaborer avec la ministre des Services publics et de l'Approvisionnement dans la gestion du processus concurrentiel pour choisir un fournisseur et conclure un contrat pour la construction de la flotte d'avions chasseurs du Canada.
  • Collaborer avec la ministre des Services publics et de l'Approvisionnement pour poursuivre le renouvellement de la flotte de la Marine royale canadienne, afin de poursuivre la revitalisation de l'industrie de la construction navale au Canada, créer des emplois pour la classe moyenne et assurer que la Marine du Canada dispose des navires modernes dont elle a besoin.
  • Appuyer la ministre des Services publics et de l'Approvisionnement dans l'élaboration d'options et d'analyses par rapport à la création d'Approvisionnement de défense Canada, afin de veiller à ce que les projets d'approvisionnement les plus importants et les plus complexes pour la Défense nationale et la Garde côtière canadienne soient livrés à temps et de manière plus transparente à l'égard du Parlement. Cette priorité doit progresser en même temps que les projets d'approvisionnement en cours et dans le respect des échéanciers établis.
  • Comme le prévoit le Cadre stratégique pour l'Arctique et le Nord, collaborer avec le ministre des Affaires étrangères, le ministre des Affaires du Nord et nos partenaires pour augmenter les capacités de surveillance (notamment le renouvellement du Système d'alerte du Nord) de défense et d'intervention rapide dans le Nord et dans les zones d'approche maritimes et aériennes du Canada afin de renforcer la défense continentale, protéger les droits et la souveraineté du Canada, et faire preuve d'un leadership international relativement à l'utilisation et aux règles de navigation dans les eaux de l'Arctique.
  • Continuer d'améliorer le soutien aux membres des Forces armées canadiennes et assurer un milieu de travail professionnel et inclusif qui favorise la diversité :
    • Collaborer avec les haut gradés des Forces armées canadiennes afin d'établir et de maintenir un milieu de travail exempt de harcèlement et de discrimination;
    • Créer une nouvelle prestation libre d'impôt de 2 500 $, destinée aux familles militaires qui doivent déménager afin de couvrir les coûts associés au renouvellement de la formation, de l'accréditation et des autres coûts liés à la recherche d'un nouvel emploi;
    • Faire augmenter à 25 % la proportion de femmes parmi les membres des Forces armées canadiennes d'ici à 2026.
  • Avec l'appui du ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, mettre en place un nouveau cadre régissant la collecte, la gestion et l'utilisation des renseignements de défense par le Canada, comme le recommande le Comité des parlementaires sur la sécurité nationale et le renseignement.
  • Collaborer avec le ministre des Anciens Combattants et ministre associé de la Défense nationale pour renforcer les partenariats entre le ministère de la Défense nationale et Anciens Combattants Canada afin de revoir la prestation des services et réduire la complexité.

Ces priorités sont largement tirées des engagements pris dans notre plateforme électorale. Comme je l'ai déjà mentionné, je vous encourage à chercher des occasions de travailler avec tous les membres du Parlement pour donner suite à ces engagements et cerner d'autres priorités.

Je m'attends à ce que vous travailliez en étroite collaboration avec votre sous‑ministre et ses cadres supérieurs pour veiller à ce que les travaux en cours dans votre ministère soient effectués de manière professionnelle et que les décisions soient prises dans l'intérêt public. Votre sous-ministre vous informera des nombreuses décisions quotidiennes nécessaires pour assurer la réalisation de vos priorités, le bon fonctionnement du gouvernement et la prestation de meilleurs services aux Canadiens. Je m'attends à ce que vous mettiez en pratique nos valeurs et nos principes dans la prise de décisions, afin que ces décisions soient prises en temps opportun, de manière responsable et conformément à l'orientation globale de notre gouvernement.

Pour que notre gouvernement puisse donner suite à ses priorités, il doit tenir compte des conseils professionnels et non partisans des fonctionnaires. Chaque fois qu'un employé du gouvernement se présente au travail, il le fait au service du Canada, dans le but d'améliorer notre pays et la vie de tous les Canadiens. Je m'attends à ce que vous établissiez une relation de travail basée sur la collaboration avec votre sous‑ministre, dont le rôle, tout comme celui des fonctionnaires sous sa direction, est de vous appuyer dans la réalisation de vos responsabilités ministérielles.

Nous nous sommes engagés à être un gouvernement transparent, honnête et redevable envers les Canadiens; un gouvernement qui respecte les normes d'éthique les plus rigoureuses, qui porte une attention soutenue à la gestion des fonds publics et observe la plus grande prudence dans ce domaine. Je m'attends à ce que vous incarniez ces valeurs dans votre travail et que vous ayez une conduite éthique irréprochable dans tout ce que vous faites. Je veux que les Canadiens regardent leur gouvernement avec fierté et confiance.

À titre de ministre, vous devez vous assurer que vous connaissez bien la Loi sur les conflits d'intérêts et les politiques et lignes directrices du Conseil du Trésor, et que vous les respectez à la lettre. Vous recevrez une copie du document Pour un gouvernement ouvert et responsable afin de vous aider à mener à bien vos responsabilités. Je vous demande de le lire attentivement, y compris les parties qui ont été ajoutées pour le renforcer, et de vous assurer que les membres de votre personnel en prennent connaissance également. Je m'attends à ce que vous embauchiez des personnes qui reflètent la diversité du Canada et à ce que vous respectiez les principes de l'égalité entre les sexes, de l'égalité des personnes handicapées, de l'équité salariale et de l'inclusion.

Portez une attention particulière au code d'éthique qui figure à l'annexe A de ce document. Ce code d'éthique s'applique à vous et à vos employés. Comme il est indiqué dans le code, vous devez observer les normes les plus élevées en matière d'honnêteté et d'impartialité, et l'accomplissement de vos t'ches dans le cadre de vos fonctions officielles de même que l'organisation de vos affaires privées devraient pouvoir faire l'objet d'un examen public scrupuleux. On ne s'acquitte pas de cette obligation simplement en se contentant de respecter la loi.

Je souligne qu'il est de votre responsabilité de faire en sorte que votre cabinet respecte les normes les plus élevées en matière de professionnalisme et qu'il constitue un milieu de travail sûr, respectueux, enrichissant et accueillant pour votre personnel.

Je sais que je peux compter sur vous pour exercer ces importantes responsabilités. La vice-première ministre et moi-même sommes là pour vous appuyer dans votre rôle de ministre, et je m'attends à ce que vous communiquiez régulièrement avec nous.

Veuillez agréer, cher collègue, l'expression de mes sentiments distingués.

Le très hon. Justin Trudeau, c.p., député
Premier ministre du Canada

*Cette lettre de mandat a été signée par le premier ministre dans la première langue officielle du ministre.

https://pm.gc.ca/fr/lettres-de-mandat/lettre-de-mandat-du-ministre-de-la-defense-nationale

Sur le même sujet

  • SNC-Lavalin's legal woes are putting a $500M federal defence contract at risk

    29 mars 2019 | Local, Naval

    SNC-Lavalin's legal woes are putting a $500M federal defence contract at risk

    Murray Brewster · CBC News A SNC-Lavalin contract with the Department of National Defence (DND) worth half a billion dollars comes up for renewal next year — when the Montreal-based engineering giant is expected to be on trial over corruption charges. The pending expiry of the $507 million contract to support the servicing of minor warships and auxiliary vessels, signed in 2011, sharpens the debate over what a guilty verdict would mean for the Quebec-based engineering giant and whether a conviction actually would mean subjecting the company to a 10-year ban on bidding for federal contracts. The stakes are high for DND. In addition to holding an important defence contract, SNC-Lavalin has access to a range of secret military drawings, equipment and intellectual property. Although its agreements are periodically reopened to new bids, the embattled corporation has been a reliable contractor for National Defence. A survey of active federal government contracts shows DND and Public Services and Procurement Canada (PSPC) were the two biggest users of SNC-Lavalin services and construction during the current fiscal year. Across the whole of the federal government, SNC-Lavalin holds 53 'active' federal government contracts — 25 of them with DND — with a combined value of $670 million. A company with a big federal footprint The firm signed roughly $68 million in new or renewed agreements with the federal government ($23.7 million with DND and PSPC alone) in the current budget year up to the end of December. That figure excludes what could be a large number of smaller contracts worth less than $25,000 — contracts the federal government can award without competition. An inventory of those agreements is extremely difficult to track down, but PSPC acknowledged it awarded $146,522 in minor work to SNC-Lavalin in the current fiscal year. The RCMP laid corruption charges against SNC-Lavalin and some of its units in February 2015. All the charges relate to the company's operations in Libya. The charges allege that the company offered officials in that country $47 million in bribes and accuse SNC-Lavalin and two of its subsidiaries of defrauding various Libyan public agencies of approximately $129.8 million over 10 years, starting in 2001. The company has been at the centre of a political firestorm since early February, when The Globe and Mail reported that former justice minister Jody Wilson-Raybould felt pressured by the Prime Minister's Office to grant the company a deferred prosecution agreement (DPA) — a legal tool which would have allowed the company to avoid a criminal trial by acknowledging fault and paying a fine, among other conditions. In defending their interest in a DPA for SNC-Lavalin, Prime Minister Justin Trudeau and others in his government have pointed to the scale of the engineering firm's business, the possibility it could be banned from federal government work and the number of people it employs. Scott Newark, a former Crown prosecutor who teaches at Simon Fraser University, said it's been clear from the outset that avoiding the federal contract ban has been SNC-Lavalin's main objective. The question of what would happen to those federal contracts should the company be convicted is a subject of debate, however. There are policy provisions that allow federal officials to cancel existing contracts and ban future bids from a company convicted of serious crimes, such as bribery. PSPC would only say the federal government would "assess the situation" if "a supplier becomes ineligible during the life of a contract" due to a conviction. The power to terminate or suspend a contract rests with federal bureaucrats, according to PSPC's Ineligibility and Suspension Policy. A company convicted of serious crimes can avoid being fired by the feds by signing an undertaking stating "that it will conduct business with Canada in an ethical and responsible manner." But there's never a guarantee that such an undertaking will be offered to a convicted company. Just three companies are currently banned from carrying on business with the federal government — all relatively small firms in Ontario, Quebec and Newfoundland. No ban on bidding during trial A spokesman for DND said there's nothing stopping SNC-Lavalin from continuing to bid on federal contracts as they appear, even during its trial. "These contracts were issued pursuant to Government of Canada contracting regulations, particularly as it concerns open, fair and transparent competitions," said Dan Le Bouthillier in an email. "Those regulations also stipulate that any company eligible to bid on Government of Canada contracts may continue to do so, so long as they meet the necessary requirements for the work." In an analysis piece for the Macdonald-Laurier Institute, Newark said PSPC is working on a revision of its 'integrity regime' policy to give federal officials more discretion to waive bans of individual companies contracting with the federal government. Public Services Minister Carla Qualtrough has said her department is looking at eliminating fixed bidding disqualification periods and replacing them with a wholly discretionary determination — which would include the option of imposing no contracting ban at all. Even under the current system, Newark said, an order cancelling a company's federal contracts and banning it from future contracts following a conviction is far from a slam-dunk. "I checked on the Criminal Code and the Corruption of Public Foreign Officials Act and, of course, it's not in those statutes. It's not a mandatory consequence." he said. The integrity regime review has been underway in Qualtrough's department since 2017. Newark said he's amazed that nobody with the company or the federal government seems to have realized that a conviction for SNC-Lavalin could lead to something other than a 10-year contracting ban. "Why didn't anybody say, 'Hey wait a minute. We know what about this. We're changing our policy,'" he said. The head of procurement at DND attempted to reassure members of the all-party House of Commons defence committee during a hearing last month that SNC-Lavalin's "secret" work for the federal government does not pose an unacceptable risk. "We hold the intellectual property, the drawings and everything," Pat Finn testified on Feb. 28. "Irrespective of the circumstances in which the contract is terminated, we hold the material." https://www.cbc.ca/news/politics/snc-lavalin-s-legal-woes-are-putting-a-500m-federal-defence-contract-at-risk-1.5073996

  • Ottawa Airport Authority to test drone detection technology

    8 octobre 2019 | Local, Aérospatial, Sécurité

    Ottawa Airport Authority to test drone detection technology

    The Ottawa Macdonald-Cartier International Airport Authority has partnered with NAV Canada and QinetiQ Canada to trial drone detection technology at Ottawa International Airport (YOW). Named Obsidian Counter UAS System, the technology is equipped to accurately recognise drone features and avoid classifying non-drone activity such as wildlife movement. NAV Canada and QinetiQ will work with the airport authority to install and deploy the Obsidian micro-Doppler radar unit, determining the compatibility of the system in a civilian airport environment. Ottawa Macdonald-Cartier International Airport Authority president and CEO Mark Laroche said: “The trial with QinetiQ's Obsidian Counter UAS System will provide all parties the opportunity to test a viable detection and mitigation system at an active airport. “The trial dovetails perfectly with both the Airport Authority's Drone Incident Protocol and the recommendations in the BRTF's Interim and Final reports.” The trial will evaluate the accurate and timely detection of drones or remotely piloted aircraft systems (RPAS). It will assess the effectiveness of the system in initiating the right response to drone / RPAS detection between the airport authority and NAV Canada. The trial will also assess the system compatibility in an international airport environment, which is prone to interference by other partner systems. QinetiQ Canada MD Robert Aubé said: “Obsidian Counter UAS is specifically designed to meet the current and forecast threat of drone incursion upon critical national infrastructure, including daily operations in complex environments such as the Ottawa Macdonald-Cartier International Airport.” NAV Canada is a non-profit corporation that owns and operates the country's civil air navigation system. Last month, two flights were diverted to nearby airports due to suspected drone activity in the surroundings of Dubai International Airport. London's Gatwick Airport closed for approximately 36 hours in December 2018 due to threats posed by illegal drones flying near its runway. It caused widespread disruption and led to the cancellation of approximately 1,000 flights. https://www.airport-technology.com/news/ottawa-airport-authority-drone-detection/

  • New air defences needed in wake of Iran attack, Canadian Army says

    9 janvier 2020 | Local, Aérospatial

    New air defences needed in wake of Iran attack, Canadian Army says

    BY LEE BERTHIAUME THE CANADIAN PRESS The launching of Iranian missiles against a base housing Canadian soldiers in Iraq has highlighted a long-standing deficiency for the Canadian Army: the inability to defend against air attacks such as aircraft, rockets and drones. Iran on Tuesday fired missiles at two military bases in Iraq, including one near the northern city of Irbil that has housed Canadian troops for more than five years as part of the fight against the Islamic State of Iraq and the Levant. No one was injured in the missile attack, which was in retaliation for the killing of Iranian Maj.-Gen. Qassem Soleimani by a U.S. drone last week. Prime Minister Justin Trudeau confirmed Wednesday that Canadian soldiers were at the base at the time of the Iranian attack. Canadian troops in Iraq and elsewhere are routinely deployed with allies who have what are called “ground-based air defences,” or GBADs in military parlance, which can include everything from missile interceptors and anti-aircraft guns to electronic jamming devices and lasers. But Canadian Army spokesperson Karla Gimby said the Iranian missile attack nonetheless demonstrated why a new air-defence system is one of the army's top procurement priorities. “Iran launching missiles underscores the need for militaries — and the Canadian military — to have GBADs,” Gimby said Wednesday, though she added: “It is too early to tell if recent events will impact the GBAD procurement timeline.” Successive Canadian Army commanders have raised the lack of air defences for front-line troops since the military retired the last of its anti-air weapons in 2012. However, efforts to acquire a new system have been stuck in neutral for years. The Department of National Defence is not expecting delivery of a new system until at least 2026, which is projected to cost between $250 million and $500 million. Officials have previously suggested that part of the problem is trying to figure out exactly what threats the system will be designed to counter, particularly given rapid advances in technology. In a recent interview with The Canadian Press, Canadian Army commander Lt.-Gen. Wayne Eyre referenced Iran's use of drones to attack Saudi Arabia's largest oil facility in September as one new airborne threat on the battlefield. “No army in history has gone to war with all of the resources that it wanted, all the capabilities that it wanted,” Eyre said. “That being said, GBAD is one of the ones that I am most concerned about because it is not just a capability shortfall, it's a capability gap. We don't have it.” When the Canadian military put away the last of its anti-air weapons in 2012, it was on the assumption that Canada and its allies would have air superiority in any battle and not have to worry about airborne attacks, said defence analyst David Perry of the Canadian Global Affairs Institute. “The Taliban never had any of that kind of stuff. (ISIL) really didn't have any of that kind of stuff,” Perry said. “So we've been deploying in places where it hasn't been a problem.” The Iranian attack demonstrates the importance of Canadian troops on the ground being able to protect against airborne threats, he said. https://globalnews.ca/news/6382675/iran-attack-canadian-army/

Toutes les nouvelles