21 novembre 2018 | International, Aérospatial

Le futur avion de combat européen va décoller industriellement en janvier 2019

Par Michel Cabirol

La France et l'Allemagne sont tombées d'accord pour lancer l'avion de combat de sixième génération. Airbus et Dassault Aviation vont signer un contrat sur des études d'architecture et de conception du futur système de systèmes. En outre, Paris et Berlin signeront en juin au Bourget deux contrats de démonstrateurs (avion et moteur) sous leadership français (Dassault et Safran).

Décollage imminent du futur avion de combat européen. La France et l'Allemagne se sont mises d'accord pour entamer les études d'architecture et de conception du futur programme SCAF (Système de combat aérien du futur), le futur avion de combat de sixième génération sous le leadership de la France. Une première pierre importante car jusqu'ici aucune étude commune n'avait été lancée par les deux pays. La France avait quant à elle lancé des premières études portant sur l'architecture générale du SCAF.

Berlin et Paris vont également lancer le développement de deux démonstrateurs en juin 2019 (avion et moteur). Ce qui est une véritable bénédiction pour Dassault Aviation. Car l'avionneur a un besoin urgent de donner de la charge de travail à ses bureaux d'études. La Direction générale de l'armement (DGA) sera l'agence contractante pour les trois contrats.

"Nous sommes en train de proposer l'architecture la plus adéquate pour répondre aux menaces", a expliqué mi-octobre à l'Assemblée nationale le chef d'état-major de l'armée de l'air, le général Philippe Lavigne.

Un contrat sous leadership conjoint Dassault et Airbus

Cet accord a été validé lundi à Bruxelles par les deux ministres - Florence Parly et Ursula von der Leyen - à l'issue d'une réunion qui a mis sur les rails de façon effective et d'une manière ferme le programme SCAF, a précisé le cabinet de la ministre. Paris et Berlin ont réussi à définir le contenu technique du programme, le calendrier ainsi que l'organisation industrielle. Cette étude servira à déterminer ce que sera précisément le système de systèmes, notamment l'avion et son escorte de drones qui serviront à leurrer les défenses adverses et à donner de l'allonge aux missions, la connectivité des plateformes. Le délégué général pour l'armement Joël Barre a d'ailleurs souligné dans une audition à l'Assemblée nationale que ce système constituait la partie du programme la plus difficile à définir, car elle n'a guère de précédent.

Play Video

Dans ce cadre, les deux pays vont lancer en janvier - ce qui est d'ailleurs extrêmement ambitieux - un contrat d'études d'architecture et de conception de SCAF d'une durée de deux ans sous un leadership conjoint Dassault Aviation et Airbus. Thales sera également sur la photo... Dassault Aviation et Airbus devront faire de la place à l'électronicien français, qui est considéré comme le champion européen de la connectivité et du système de systèmes. Par ailleurs, la France et l'Allemagne ont également convenu de signer au salon du Bourget (17-23 juin) deux contrats portant sur le développement de deux démonstrateurs : l'un sur l'avion, sous leadership de Dassault Aviation avec comme sous-traitant Airbus, l'autre sur le moteur sous leadership Safran avec comme sous-traitant le motoriste allemand MTU. Le démonstrateur permettra de valider les choix technologiques en vue d'avoir un appareil de sixième génération qui volera en 2035.

Ces trois contrats ne vont pas épuiser toutes les problématiques technologiques du SCAF. Ainsi, Paris et Berlin devront par ailleurs lancer des études sur les senseurs, les radars et la guerre électronique...

L'Espagne va rejoindre le programme

L'Espagne, qui a demandé à être observateur, va rejoindre le programme SCAF, une fois que celui-ci sera stabilisé. D'ici à la fin de l'année, les espagnols vont rejoindre l'accord de haut niveau (HL Coord), qui avait été signé entre la France et l'Allemagne en avril à Berlin. Enfin, Madrid devrait signer au premier trimestre une lettre d'intention pour participer au programme SCAF.

https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/le-futur-avion-de-combat-europeen-va-decoller-industriellement-en-janvier-2019-798120.html

Sur le même sujet

  • No title found

    20 juillet 2022 | International, C4ISR

    No title found

    Its companies are using merged capabilities, from airport operations to air traffic control and inflight operations and maintenance.

  • Opinion: Five Takeaways From Recent Defense Investment Activity | Aviation Week Network

    10 mars 2021 | International, Aérospatial, Naval, Terrestre, C4ISR, Sécurité

    Opinion: Five Takeaways From Recent Defense Investment Activity | Aviation Week Network

    This year, companies large and small will constantly have to assess and reassess where they can best compete.

  • Marines 3-D print replacement parts for F-35, unmanned ground vehicle

    26 avril 2018 | International, Aérospatial, Naval, Terrestre

    Marines 3-D print replacement parts for F-35, unmanned ground vehicle

    By: Daniel Cebul WASHINGTON ― A U.S. Marine Corps pilot has successfully flown an F-35B Lightning II with a 3-D printed part. The Marine Fighter Attack Squadron 121 used 3-D printing to replace a worn bumper on the landing gear of the fighter jet. Marine Corps Sgt Adrian Willis, deployed with Combat Logistic Battalion 31, 31st Marine Expedition Unit, used the 3-D printer as part of a process otherwise known as additive manufacturing. Without a 3-D printing capability, the entire door assembly would have needed to be replaced, a more expensive and more time-consuming repair. Rather than waiting weeks for a replacement the bumper was printed, approved and installed within a few days. The repair demonstrates the value that additive manufacturing technology brings to forward-deployed units. “I think 3-D printing is definitely the future ― it’s absolutely the direction the Marine Corps needs to be going,” Willis said. “As a commander, my most important commodity is time,” according to Marine Corps Lt. Col. Richard Rusnok, the squadron’s commanding officer. “Although our supply personnel and logisticians do an outstanding job getting us parts, being able to rapidly make our own parts is a huge advantage.”  Building off the achievement with the F-35 part, the MEU’s explosive ordnance disposal team requested a modification part to function as a lens cap for a camera on an iRobot 310 small unmanned ground vehicle. Such a part did not exist at the time, but Willis and the 3-D printing team designed and produced the part, which is currently operational and protecting the robot’s lens. https://www.defensenews.com/industry/techwatch/2018/04/25/marines-3-d-print-replacement-parts-for-f-35-unmanned-ground-vehicle/

Toutes les nouvelles