8 juillet 2019 | International, Aérospatial, Autre défense

DARPA Funding Brings Machine Learning to BAE Systems’ Signals Intelligence Capabilities

HUDSON, N.H.--(BUSINESS WIRE)--BAE Systems has been awarded funding from the Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA) to integrate machine-learning (ML) technology into platforms that decipher radio frequency signals. Its Controllable Hardware Integration for Machine-learning Enabled Real-time Adaptivity (CHIMERA) solution provides a reconfigurable hardware platform for ML algorithm developers to make sense of radio frequency (RF) signals in increasingly crowded electromagnetic spectrum environments.

The up to $4.7 million contract, dependent on successful completion of milestones, includes hardware delivery along with integration and demonstration support. CHIMERA's hardware platform will enable algorithm developers to decipher the ever-growing number of RF signals, providing commercial or military users with greater automated situational awareness of their operating environment. This contract is adjacent to the previously announced award for the development of data-driven ML algorithms under the same DARPA program (Radio Frequency Machine Learning Systems, or RFMLS).

RFMLS requires a robust, adaptable hardware solution with a multitude of control surfaces to enable improved discrimination of signals in the evolving dense spectrum environments of the future.

“CHIMERA brings the flexibility of a software solution to hardware,” said Dave Logan, vice president and general manager of Command, Control, Communications, Computers, Intelligence, Surveillance, and Reconnaissance (C4ISR) Systems at BAE Systems. “Machine-learning is on the verge of revolutionizing signals intelligence technology, just as it has in other industries.”

In an evolving threat environment, CHIMERA will enable ML software development to adapt the hardware's RF configuration in real time to optimize mission performance. This capability has never before been available in a hardware solution. The system provides multiple control surfaces for the user, enabling on-the-fly performance trade-offs that can maximize its sensitivity, selectivity, and scalability depending on mission need. The system's open architecture interfaces allow for third party algorithm development, making the system future-proof and easily upgradable upon deployment.

Other RF functions, including communications, radar, and electronic warfare, also can benefit from this agile hardware platform, which has a reconfigurable array, front-end, full transceiver and digital pre-processing stage. Work on these phases of the program will take place at BAE Systems' sites in Hudson and Merrimack, New Hampshire, and Dallas, Texas.

https://www.businesswire.com/news/home/20190708005199/en

Sur le même sujet

  • US FAA wants new planes to capture more cockpit data to boost safety probes | Reuters

    30 novembre 2023 | International, Sécurité

    US FAA wants new planes to capture more cockpit data to boost safety probes | Reuters

    The Federal Aviation Administration (FAA) on Thursday said it is proposing to extend the cockpit voice-recording requirement to 25 hours for all new airplanes from the current two-hour loop.

  • Ce qu’est l’Europe de la défense. Ce qu’elle n’est pas

    7 novembre 2018 | International, Aérospatial, Naval, Terrestre, C4ISR, Sécurité

    Ce qu’est l’Europe de la défense. Ce qu’elle n’est pas

    (B2) Alors que le serpent de mer de l'armée européenne ressurgit par la gr'ce d'Emmanuel Macron (*), il n'est pas inutile de revenir sur terre. Ce qui existe aujourd'hui ... et ce qui n'existe pas en matière de défense au niveau européen. La réalité inscrite dans les Traités européens actuels est la politique (européenne) de sécurité et de défense commune (PeSDC). Ou en langage commun, l'Europe de la défense. Elle n'est cependant pas comparable à ce qui se définit au plan national comme une politique de défense. Que ce soit dans le langage des pro ou des anti-intégrations européennes, cet aspect est bien souvent gommé. Or, il est primordial d'avoir une vue ‘honnête' et ‘objective' de la situation actuelle. Une politique nationale de défense D'un point de vue national, une politique de défense se définit tout d'abord par une autorité qui imprime sa marque et un circuit décisionnel court (comme en France avec un président de la république acteur principal) ou plus long (comme en Allemagne avec une décision du gouvernement, une approbation du parlement). Elle répond à une stratégie de défense, qui est élaborée par strates successives, en répondant à des antécédents historiques et une logique politique. Elle se développe ensuite dans un budget d'investissement d'une armée, des équipements militaires, des troupes, une logique d'action et une légitimité dans l'opinion publique qui accepte, plus ou moins, un engagement militaire intérieur ou extérieur, à risque ou non. L'Europe de la défense : un projet politique L'Europe de la défense est tout d'abord un projet politique, qui vise à affirmer la place de l'Europe dans le monde, au service d'une politique étrangère. Elle ne consiste pas ainsi à assurer la défense du territoire ni la protection des citoyens (malgré les déclarations politiques en ce sens). Elle ne procède que d'une coordination des efforts des États membres. Son circuit décisionnel repose ainsi toujours, à toutes les étapes, de l'initiative à l'approbation puis au commandement et au contrôle, sur un accord de tous les États membres, de façon collégiale. Mettre tout le monde d'accord au même moment sur un enjeu commun est un véritable ‘challenge'. Elle a comme objectif unique d'avoir une capacité d'intervention, limitée, dans des missions ou opérations de paix ou de consolidation de l'état de droit. Elle n'est pas ainsi une force d'intervention tout azimut, n'a pas de commandement militaire direct (national) ou intégré (comme l'OTAN), ni de troupes ou de forces disponibles en permanence ni en propre. Elle ne peut intervenir qu'à l'extérieur des frontières, avec le consentement des États concernés (ou au moins de leurs gouvernements) et de la communauté internationale. On est ainsi très loin des ‘fondamentaux' d'une armée européenne. Quand on met face à face ainsi les principes d'une défense nationale et ceux de l'Europe de la défense, il est inévitable que la seconde soit moins efficace que la première. On peut considérer qu'il s'agit d'une faiblesse temporaire, due aux personnalités politiques du moment. Ce peut être le cas parfois. Mais il ne faut pas minorer les faiblesses structurelles dû à un fait principal : l'Europe n'est pas un État mais une structure juridique et économique de concertation et de coopération avant tout. Si on veut donner un aperçu plus mathématique, j'ai évalué, sous forme d'une note — sur une échelle de 0 à 3 — quels points remplit l'Union européenne, une fois mis en place tous les projets évoqués ces derniers temps. On va ainsi d'une note de 0 à 3 selon les thèmes : de 0 pour les équipements et les forces disponibles à 2 pour le budget de recherche, en passant par le mode de décision et le consensus politique que je cote à 1 sur 3. Article complet: https://www.bruxelles2.eu/2018/11/07/ce-quest-leurope-de-la-defense-ce-quelle-nest-pas/

  • General Dynamics to begin building US Army's new light tank next month

    10 octobre 2022 | International, Terrestre

    General Dynamics to begin building US Army's new light tank next month

    GDLS will initially deliver 26 vehicles, but the contract allows the Army to buy 70 more.

Toutes les nouvelles