17 juin 2019 | Local, Aérospatial, Sécurité, Autre défense

Cybersécurité dans l'espace : investissement du gouvernement du Canada dans la technologie quantique

Agence spatiale canadienne

LONGUEUIL, QC, le 14 juin 2019 /CNW Telbec/ - Pour protéger l'économie numérique du Canada, il faut empêcher les pirates informatiques d'avoir accès aux données. La cybersécurité est une priorité du gouvernement du Canada. La mission satellitaire canadienne QEYSSat (pour Quantum Encryption and Science Satellite) aura recours à la technologie quantique pour protéger les télécommunications dans l'espace.

L'Agence spatiale canadienne accorde un contrat de 30 millions de dollars à l'entreprise Honeywell pour la conception et toutes les étapes de la réalisation de la mission QEYSSat.

Les méthodes de chiffrement actuelles devraient être dépassées d'ici une dizaine d'années à cause de la puissance de traitement exceptionnelle des ordinateurs quantiques. QEYSSat, dont le lancement est prévu pour 2022, fera la démonstration de la technologie de distribution quantique de clés (DQC) par satellite. Cette technologie de chiffrement en émergence offrira au Canadaune méthode encore plus efficace de sécuriser la transmission d'informations.

Dans le cadre du contrat, l'entreprise Honeywell sera chargée des activités suivantes liées à QEYSSat : construction, tests, livraison, formation des opérateurs et mise en service. Le satellite servira de lien dans l'espace pour transmettre des clés de chiffrement entre les stations terrestres. Le travail de l'entreprise devrait se poursuivre jusqu'à la fin de 2022.

La mission QEYSSat est le point culminant d'une série d'activités de recherche et de développement technologique réalisées par l'Institut d'informatique quantique avec le soutien du gouvernement du Canada. Gr'ce à QEYSSat, le Canada sera de plus en plus près de disposer d'un service de télécommunications quantique opérationnel dans l'espace et d'une technologie de pointe pour l'aider à respecter ses priorités en matière de cybersécurité.

Les leçons tirées de la mission QEYSSat serviront au développement de futurs systèmes opérationnels pour le gouvernement qui assureront aux Canadiens un accès très sûr aux services. La sécurité renforcée autour des activités en ligne et des transactions financières de tous les jours, comme au guichet automatique bancaire, figure parmi les applications commerciales visées.

En plus de respecter le principe de la sécurité de la Charte canadienne du numérique, cette mission s'inscrit dans le Plan pour l'innovation et les compétences et la nouvelle Stratégie spatiale pour le Canada du gouvernement du Canada puisqu'elle permettra de sécuriser les futures télécommunications et de renforcer la sécurité et la souveraineté nationales.

Citation

« La mission QEYSSat constitue une autre étape du plan de notre gouvernement de veiller à ce qu'au Canada, les citoyens soient sûrs que leurs données et leurs renseignements personnels sont protégés. Le développement de ces nouvelles technologies offrira aussi un grand potentiel de transformation des marchés et permettra d'établir une économie solide qui profitera à tous. »

L'honorable Navdeep Bains, ministre de l'Innovation, des Sciences et du Développement économique

En bref

  • Les ordinateurs quantiques seront plusieurs millions de fois plus rapides que les ordinateurs actuels. Ils pourront donc déchiffrer rapidement les mots de passe, les numéros d'identification personnels et les autres mesures de protection actuelles, ce qui accroit la vulnérabilité des renseignements confidentiels et personnels.

  • La technologie actuelle de distribution quantique de clés (DQC) nécessite des c'bles à fibres optiques au sol, où une clé ne peut être distribuée plus loin que 200 kilomètres. QEYSSat vise à démontrer la DQC entre un satellite et un réseau de stations terrestres, ce qui permettrait de surmonter cette limite de distance.

  • En testant et en faisant la démonstration de la DQC dans l'espace, l'Agence spatiale canadienne veut fournir une plateforme spatiale gouvernementale aux intervenants fédéraux et au milieu scientifique canadien.

  • Le budget de 2017 prévoit 80,9 millions de dollars pour l'Agence spatiale canadienne afin de soutenir la réalisation de nouveaux projets et l'utilisation d'innovations canadiennes dans l'espace, comme la mission QEYSSat de chiffrement et de science quantiques. La mission appuiera les capacités émergentes du Canada dans le domaine de la distribution quantique de clés, qui pourrait assurer la sécurité des télécommunications à l'aide de codes de chiffrement impossibles à pirater.

  • La valeur du contrat (30 millions de dollars) ne comprend pas les taxes.

https://www.newswire.ca/fr/news-releases/cybersecurite-dans-l-espace-investissement-du-gouvernement-du-canada-dans-la-technologie-quantique-884578930.html

Sur le même sujet

  • Rheinmetall lifts curtain on new next-gen combat vehicle with hopes to spark US Army interest

    13 juin 2018 | Local, Terrestre

    Rheinmetall lifts curtain on new next-gen combat vehicle with hopes to spark US Army interest

    PARIS, France — Rheinmetall lifted a curtain, literally, complete with smoke and 80s rock, on its new Lynx KF41 infantry fighting vehicle at Eurosatory June 12, setting its sights on meeting requirements for both European and U.S. future combat vehicles. “Do current fighting vehicles meet the needs of future forces? This was the question that started Rheinmetall on a journey to develop a Lynx family of vehicles,” Ben Hudson, the head of the company's vehicle systems division, said at Eurosatory just ahead of the unveiling. Hudson said militaries around the world are rethinking requirements and it is clear that in order to meet all the demands of future operations and potential peer-on-peer conflict that a vehicle needs “to provide utility across the spectrum of conflict” and have “the ability to conduct peer-on-peer warfare against emerging battlefield threats.” The U.S. Army has set developing a Next-Generation Combat Vehicle (NGCV) as one of its top six modernization priorities. https://www.defensenews.com/digital-show-dailies/eurosatory/2018/06/12/rheinmetall-lifts-curtain-on-new-next-gen-combat-vehicle-with-hopes-to-spark-us-army-interest/

  • New NATO Innovation Hub challenge: Improving space domain awareness//Nouveau défi du pôle d'innovation de l'OTAN: améliorer la connaissance dans le domaine spatial

    6 avril 2021 | Local, Aérospatial

    New NATO Innovation Hub challenge: Improving space domain awareness//Nouveau défi du pôle d'innovation de l'OTAN: améliorer la connaissance dans le domaine spatial

    Similar to IDEaS, the NATO Innovation Hub is a community where experts from around the world collaborate to tackle NATO challenges and design solutions. The Hub has recently launched a challenge seeking innovative solutions that address ways to improve space domain awareness. Solutions will collect and analyze relevant open source information contributing to space domain awareness, assess and prevent disruption or denial of space based capabilities, or visualize and present space domain information in order to facilitate quick and efficient decision making. Compete for an $8,500 prize, stage-time to pitch your idea, and the opportunity to have your solution developed. Register before May 22, 2021. Abstract submissions due May 23, 2021. More info: https://www.innovationhub-act.org/challenge-intro If you have questions, contact the NATO Innovation Hub by email: contact@InnovationHub-act.org Semblable à IDEeS, le Centre d'innovation de l'OTAN est une communauté où des experts du monde entier collaborent pour relever les défis de l'OTAN et élaborer des solutions. Le Centre a récemment lancé un défi recherchant des solutions innovantes qui abordent les moyens d'améliorer la connaissance dans le domaine spatial. Les solutions collecteront et analyseront les informations de sources ouvertes pertinentes contribuant à la connaissance du domaine spatial, évalueront et empêcheront les perturbations ou le déni des capacités spatiales, ou visualiseront et présenteront les informations du domaine spatial afin de faciliter une prise de décision rapide et efficace. Rivalisez pour un prix de 8 500 $, le temps de présenter votre idée et l'opportunité de développer votre solution. Inscrivez-vous avant le 22 mai 2021. Soumission des résumés le 23 mai 2021. Plus d'informations: https://www.innovationhub-act.org/challenge-intro Si vous avez des questions, contactez le Centre d'innovation de l'OTAN par courriel : contact@InnovationHub-act.org

  • Airbus se retire de la course pour remplacer les CF-18 canadiens

    3 septembre 2019 | Local, Aérospatial

    Airbus se retire de la course pour remplacer les CF-18 canadiens

    Par LEE BERTHIAUME La division Airbus Defence and Space, en partenariat avec le gouvernement britannique, était l'une des quatre entreprises qui devaient selon toute vraisemblance soumissionner pour ce contrat de 19 milliards portant sur la construction des 88 nouveaux avions de chasse qui doivent remplacer les CF-18 vieillissants de l'Aviation royale canadienne. Mais dans un communiqué publié vendredi, Airbus annonce qu'elle a informé le gouvernement canadien de sa décision de retirer de la course son « Eurofighter Typhoon » pour deux motifs — déjà évoqués par ailleurs avant même le lancement officiel de l'appel d'offres en juillet. Le premier motif concerne l'obligation pour les soumissionnaires de préciser comment ils comptent s'assurer que leurs avions pourront s'intégrer au réseau canado-américain ultra-secret de renseignement, connu sous le nom de « Two Eyes », qui est utilisé pour coordonner la défense commune de l'Amérique du Nord. Airbus conclut que cette exigence fait peser « un coût trop lourd » sur les avions qui ne sont pas américains. Le géant européen explique qu'il aurait été tenu de démontrer comment il envisageait d'intégrer son Typhoon au système « Two-Eyes » sans même connaître les détails techniques de ce système ultra-secret de renseignement. Le deuxième facteur a été la décision du gouvernement libéral de modifier la politique qui obligeait traditionnellement les soumissionnaires à s'engager légalement à investir autant d'argent dans des produits et activités au Canada que ce qu'ils tirent des contrats militaires décrochés. En vertu du nouveau mécanisme, les soumissionnaires peuvent plutôt établir des « objectifs industriels » et signer des accords non contraignants promettant de tout mettre en œuvre pour les atteindre. Ces soumissionnaires perdent des points dans l'appel d'offres, mais ils ne sont plus écartés d'emblée de la course. Les États-Unis soutenaient que la politique précédente violait un accord signé par le Canada en 2006 pour devenir l'un des neuf pays partenaires dans le développement du F-35 de Lockheed Martin. Or, cet accord prévoit que les entreprises des pays partenaires se feront toutes concurrence pour obtenir des contrats en sous-traitance. Deuxième retrait Dans son annonce, vendredi, Airbus soutient que la nouvelle approche ne valorise pas suffisamment les engagements contraignants qu'elle était prête à offrir et qui constituaient l'un de ses principaux arguments. La ministre des Services publics et de l'Approvisionnement, Carla Qualtrough, a défendu à nouveau l'approche de son gouvernement dans ce dossier. Dans une déclaration écrite publiée après l'annonce du retrait d'Airbus, elle a estimé que cette nouvelle approche « assurera une participation maximale des fournisseurs ». « Notre gouvernement priorise les retombées économiques solides dans ce projet, a soutenu Mme Qualtrough. Nous sommes convaincus que cet investissement soutiendra la croissance de la main-d'œuvre canadienne hautement qualifiée dans les industries de l'aérospatiale et de la défense pour les décennies à venir et créera d'importantes retombées économiques et industrielles dans l'ensemble du pays. » Airbus devient la deuxième entreprise à retirer son chasseur de l'appel d'offres canadien, après le retrait du « Rafale » de la société française Dassault en novembre dernier. Il ne reste plus maintenant comme prétendants que le « F-35 » de Lockheed Martin, le « Super Hornet » de son concurrent américain Boeing et le « Gripen » du suédois Saab. Boeing et Saab ont déjà exprimé leurs préoccupations au sujet de la nouvelle politique en matière d'exigences industrielles, affirmant que ces changements ne profiteront pas aux contribuables et à l'industrie canadienne de l'aérospatiale et de la défense. Les entreprises devraient soumettre leurs offres l'hiver prochain et le contrat final doit être signé en 2022 ; le premier avion ne sera pas livré avant au moins 2025. Les gouvernements fédéraux successifs s'emploient à remplacer les CF-18 depuis plus de dix ans. Selon le porte-parole conservateur en matière de défense, James Bezan, le retrait d'Airbus prouve que le gouvernement libéral a mal géré tout ce dossier pendant son mandat — notamment en attendant quatre ans avant de lancer l'appel d'offres promis en campagne électorale en 2015. « Alors que d'autres pays ont choisi des avions de combat en moins de deux ans, le bilan du premier ministre Justin Trudeau en matière d'achats militaires en est un de retards et d'échecs », a estimé M. Bezan. Le gouvernement conservateur précédent avait annoncé en 2010 un plan pour acheter des F-35 de Lockheed Martin sans appel d'offres, mais il y a renoncé deux ans plus tard à la suite de préoccupations concernant les coûts et les capacités de ce chasseur furtif. https://www.lapresse.ca/affaires/entreprises/201908/30/01-5239279-airbus-se-retire-de-la-course-pour-remplacer-les-cf-18-canadiens.php

Toutes les nouvelles