Back to news

July 3, 2018 | International, C4ISR

DoD stands up its artificial intelligence hub

By:

WASHINGTON – The Defense Department has formally ordered the creation of a new hub for artificial intelligence research with Dana Deasy, the Pentagon's new chief information officer, taking the lead.

Deputy Secretary of Defense Patrick Shanahan ordered the move in a June 27 memo. The Pentagon's goal is to launch a series of AI projects known as National Mission Initiatives within 90 days – as well as taking over the controversial Project Maven.

The office will be known as the Joint Artificial Intelligence Center (JAIC), with the goal of enabling “teams across DoD to swiftly deliver new AI-enabled capabilities and effectively experiment with new operating concepts in support of DoD's military missions and business functions,” according to DoD spokeswoman Lt. Col. Michelle Baldanza.

Put another way, the group will have the “overarching goal of accelerating the delivery of AI-enabled capabilities, scaling the Department-wide impact of AI, and synchronizing DoD AI activities to expand Joint Force advantages,” according to a copy of the memo posted by Breaking Defense.

“This effort is a Department priority. Speed and security are of the essence,” Shanahan wrote. “I expect all offices and personnel to provide all reasonable support necessary to make rapid enterprise-wide AI adoption a reality.”

Deputy Secretary of Defense Patrick M. Shanahan directed the DoD Chief Information Officer to standup the Joint Artificial Intelligence Center (JAIC) in order to enable teams across DoD to swiftly deliver new AI-enabled capabilities and effectively experiment with new operating concepts in support of DoD's military missions and business functions.

The JAIC marks the second major initiative Pentagon leaders handed over to Deasy, a former CIO with JPMorgan Chase who has only been at the Pentagon for a few weeks. Deasy also is in charge of managing the department's JEDI cloud computing contract.

The idea of standing up an AI center was first confirmed by Secretary of Defense Jim Mattis on April 12, but it has been championed by the Defense Innovation Board, a group of outside experts ho advice the secretary on potential updates to how the Pentagon handles evolving technologies.

According to Michael Griffin, the head of Pentagon research and engineering, the department counts 592 projects as having some form of AI in them. However, Griffin said in April 18 testimony that he did not believe every one of those projects makes sense to roll into some sort of AI hub.

That concern appears to be reflected in Shanahan's memo, which orders that any AI project with a budget of $15 million or more should be coordinated with the services in order to ensure “DoD is creating Department-wide advantages.”

In terms of budget, Shanahan ordered the Pentagon's comptroller to find options for funding during the current fiscal year, but the major focus is on driving resources for fiscal year 2019 and beyond. Given the support for artificial intelligence research on the Hill, it is likely the final version of the National Defense Authorization Act for FY19 will include some funding for the new office.

The movement of Project Maven to the JAIC is notable. A DoD initiative to accelerate the integration of big data and machine learning, largely drawing on video feeds from unmanned systems, Maven in the last month has become a poster child for the clash of cultures between the defense department and Silicon Valley.

Google was working hand-in-hand with the Pentagon on the project, until a backlash from the company's employees, who argued in an open letter signed by more than 3,000 workers that it did not want to “build warfare technology.” Moving the program to the JAIC may be an attempt to keep the project underway without Google's participation.

https://www.c4isrnet.com/it-networks/2018/06/29/dod-stands-up-its-artificial-intelligence-hub/

On the same subject

  • Dutch government to spend billions on military procurement

    October 19, 2022 | International, Other Defence

    Dutch government to spend billions on military procurement

    The Dutch government will invest up to 3.5 billion euros ($3.44 billion) in military procurement, the defence ministry said, in a policy turnaround in the wake of Russia's invasion of Ukraine.

  • Le Brexit déjà en marche dans la politique européenne de défense

    January 28, 2019 | International, Aerospace, Naval, Land, C4ISR, Security, Other Defence

    Le Brexit déjà en marche dans la politique européenne de défense

    (B2 – exclusif) Peu importe les émois à Westminster et les tourments de Downing Street, ou la conduite sans ceinture du Prince Philippe, dans le domaine des opérations de stabilisation menées par l'Union européenne (au titre de la PSDC), le départ des Britanniques est désormais bien engagé et devrait se terminer bientôt Un mouvement engagé Le transfert du QG de l'opération anti-piraterie Première concernée, la plus emblématique, l'opération anti-piraterie de l'UE (alias EUNAVFOR Atalanta) va déménager de Northwood (près de Londres) à la Rota et à Brest, le commandant britannique cédant sa place au commandant espagnol avec un second français. Le QG de La Rota est en pleine préparation, le QG secondaire de Brest — qui accueille la liaison avec la marine marchande — également. Les officiers ont commencé à rejoindre leur poste. Le « tuilage » est en cours, selon nos informations (lire : La revanche de Trafalgar). Le changement de commandement en Bosnie-Herzégovine Deuxième concernée, l'opération EUFOR Althea en Bosnie-Herzégovine. Plus discrète, après avoir été l'opération phare (de l'OTAN sous le nom IFOR) et de l'Union européenne, elle ne rassemble plus aujourd'hui que 600 hommes maximum. Elle n'en est pas moins importante, car un « poste d'observation » important de ce qui se passe dans les Balkans, notamment en matière de retour des combattants étrangers. Un Français va prendre la tête de l'opération, à partir du QG de l'OTAN à Mons (le SHAPE). Un petit noyau de Français est aussi prévu à Sarajevo au sein de l'état-major de la force (lire : Le retour de la France dans l'opération de l'UE en Bosnie-Herzégovine). L'abandon d'un poste de numéro 2 en Somalie Enfin, au sein de la mission civile EUCAP Somalia chargée d'assurer le conseil et la formation des Somaliens pour la sécurité maritime, le poste de numéro 2 assuré par un Britannique est en voie de changer de main, selon nos informations. Les Britanniques ne pouvant assurer de poste de commandement des opérations européennes. Le retrait du planning des battlegroups De même, en matière de force de réaction rapide de l'UE, les Britanniques se sont retirés du tour d'astreinte des battlegroups (lire : La prise d'astreinte française au battlegroup 2019 se prépare). Du personnel détaché au titre d'un pays tiers Des Britanniques resteront dans quelques unes de ces missions et opérations qu'ils estiment ‘stratégiques', en particulier celles déployées en Somalie et dans l'Océan indien. Mais en tant que pays tiers, dès que le Brexit sera consommé. Un officier britannique de la marine marchande devrait ainsi être positionné à Brest, chargé d'assurer le lien (précieux) avec toutes les structures britanniques de la marine marchande. Et dans la mission EUCAP Somalia, Londres entend détacher un de ses officiers pour occuper le poste de chef des opérations. Une transition en douceur Dans toutes ces opérations et missions, le départ des Britanniques est désormais non seulement acté, mais leur remplacement est assuré, sans difficulté. Il est difficile désormais, voire quasi impossible, de faire machine arrière. Les Britanniques ont perdu leur tour. Difficile de faire machine arrière Si le Brexit devait être repoussé, il ne changera pas les changements opérés dans les commandements : la relève est déjà en place. Les Britanniques qui occupaient ces positions ont déjà (ou vont) retrouver d'autres fonctions dans l'armée britannique, l'OTAN ou d'autres opérations multinationales. Et dans les générations de force actuelles, ce serait un pari insensé pour les planificateurs britanniques de miser sur une possible annulation ou prolongation longue du Brexit pour faire de nouvelles offres de participation importante. Quelques leçons du départ A cette transition en douceur, si en douceur qu'elle passe inaperçue, on peut tirer d'ores-et-déjà quelques leçons. Premièrement, contrairement à ce qu'avaient affirmé certains dignitaires britanniques, assis confortablement dans leurs sièges en cuir dans des ministères londoniens, et quelques observateurs, peu au fait du fonctionnement réel de l'Union européenne, l'apport britannique dans les missions et opérations de l'Europe de la défense reste modeste. Il peut être facilement compensé, avec juste un peu de bonne volonté de quelques pays membres. Deuxièmement, le départ britannique consacre en fait le retour français dans des opérations et missions qu'ils avaient, ces dernières années, un peu délaissées. Au final, il reste tout de même un pincement au cœur. Les officiers de sa Royale Majesté, croisés durant ces années, m'ont toujours fait bonne impression, avec ce mélange de courtoisie, de rudesse, d'ironie et d'enthousiasme qui fait le charme et l'efficacité de l'armée outre-Manche. Dommage... (Nicolas Gros-Verheyde) https://www.bruxelles2.eu/2019/01/28/le-brexit-deja-en-marche-pour-la-defense/

  • Lockheed challenges US Army’s helicopter award

    December 28, 2022 | International, Aerospace

    Lockheed challenges US Army’s helicopter award

    Lockheed Martin officially objects to the U.S. Army's decision to choose Bell to build its Future Long-Range Assault Aircraft, to be fielded in the 2030s.

All news