Filtrer les résultats :

Tous les secteurs

Toutes les catégories

    2174 nouvelles

    Vous pouvez affiner les résultats en utilisant les filtres ci-dessus.

  • Bridging the ­Procurement Divide

    24 avril 2018 | Information, Aérospatial, Naval, Terrestre, C4ISR

    Bridging the ­Procurement Divide

    CHRIS MACLEAN  © 2018 FrontLine Defence (Vol 15, No 2)   A critically honest and engaged discussion about government and industry engagement, was held recently at the Telfer School of Management as part of the new Complex Project Leadership Programs.   The program participants (mostly federal civil servants who are involved in procurement) interacted with executive-level industry leaders – Joe Armstrong, Vice President and General Manager at CAE; Jerry McLean, Vice President and Managing Director of Thales Canada; Iain Christie, Vice President of AIAC; and Kevin Ford, CEO of Calian – who shared their leadership insights, as well as  what it is really like to do business in Canada.  Through the highlighting of mutual pain points and frustrations, as well as identifying what is being done well and ways to move forward together, efficiently, each party gained insight and understanding that is sure to improve communication and future progress. It was evident that both sides wanted to learn from each other and pinpoint the principles that would help achieve mutual success; ultimately impacting the national economic footprint and saving taxpayer dollars.  From the industry perspective, dependability equals direction. When a company can be assured that it has a fair opportunity to compete for a contract, it can set its sights on that goal and will make the necessary investments to ensure the best possible outcome. When government programs start and stop and change and restart, companies find it difficult to justify the extended costs because they lose their competitive edge and/or any ability to make a profit. Instability does not save the taxpayer, but it does have the potential to impact both quality of product and sustainability of the bidders (therefore employment numbers).  Contracts equal sustainability and confirmation that the company direction is on track for success. Profit equals growth and further investment. Employment and supply chain purchases depend on a profit margin that allows growth. This “number one” business requirement conflicts with the government’s prime directive is to ensure its bidders make a bare minimum of profit. When asked what they need from their government counterparts in order to create a better working relationship and foster a robust industry that can contribute to a strong GDP, the industry panelists identified two key elements. One was “more accuracy in the procurement process” and the other was “predictability”.  Industry must be able to foresee where profits and sustainability could potentially come from. The time it takes to award large projects is also a limiting factor to success. It was noted that, since the beginning of time, a cornerstone of success for industry has always been ensuring the satisfaction of its client. It is believed that trust in the quality of the product and ease of customer service will lead to sustainability in the form of continued business. Not so with government contracts, which seem skewed to ensure previous successes gain no advantage, and must in some cases be hidden from decision-makers. Not taking into account a company’s excellent past delivery performance, was said to contribute to industry’s lack of incentive to perform to the best of its ability at all times. A company’s ability to invest goes beyond individual contracts, which means the prospect of being evaluated for value can be a powerful incentive for going that extra mile – if exploited, not suppressed. Government employees were encouraged to exhibit courage in pursuing ways to truly streamline the procurement process, rather than repeatedly adding more and more layers of approvals and meetings.  Industry leaders across the spectrum have commented on a palpable “lack of trust” on the part of government negotiators. Does this mistrust come from contract negotiators feeling the pursuit of profit is somehow un-Canadian? Or does it mean a company does not care enough about its customers? Neither assumption is accurate, and this may be one area where a culture change could make a world of difference.   As one audience member exclaimed: “This was the best, most transparent conversation regarding the procurement process, I have ever heard.” While large-scale procurements will always be contentious due to the huge dollars and risk at stake, embracing the concept of open and unreserved dialogue, like what was experienced by this small group, has the potential to uncover procurement pitfalls and create a more progressive process.    The Telfer School of Management’s Complex Program Leadership programs focus on the hard and soft skills necessary to successfully deliver inherently complex programs and projects, while emphasizing strategic thinking, creative problem solving, stakeholder engagement, and leadership skills as key building blocks for this goal.  http://defence.frontline.online/article/2018/2/9586-Bridging-the-vast-%C2%ADProcurement-Divide

  • Army researchers are developing a self-aware squid-like robot you can 3D print in the field

    24 avril 2018 | International, Terrestre

    Army researchers are developing a self-aware squid-like robot you can 3D print in the field

    By: Todd South In case you weren’t already terrified of robots that can jump over walls, fly or crawl, Army researchers are developing your next nightmare — a flexible, soft robot inspired by squid and other invertebrates. And they want soldiers to be able to use 3D printers to make them on the battlefield. The U.S. Army Research Laboratory and the University of Minnesota are developing materials that can be 3D printed based on the flexibility and nimbleness of invertebrates such as a squid, according to an ARL release. Traditional materials are too rigid and limit certain types of movement that robots might require to get into “confined or restricted spaces,” said Ed Habtour, an ARL researcher. The prototypes that Habtour and fellow ARL researchers developed gave 3D-printed actuators three times the movement as what’s been tested before. The material that they’ve used in their testing will bend in any direction when hit with electricity. “In the initial phase of the project, our team began by investigating new methods for emulating the locomotion of invertebrates,” said Michael McAlpine, a professor at the University of Minnesota. That helped researchers learn how to apply the natural movement of invertebrates like squids to produce “high bending motions without skeletal support,” McAlpine said. Because the material doesn’t have to be dried, heated or assembled, it would require little training and could be used for printable robots that soldiers could make and use whenever and wherever they’re needed. “If we can understand these interactions, then we can use those insights to fabricate dynamic structures and flexible robots which are designed to be self-aware, self-sensing and capable of adjusting their morphologies and properties in real time to adapt to a myriad of external and internal conditions,” Habtour said. The material is still in early development stages, so don’t expect to see a robot squid in the foxhole next to you tomorrow. https://www.armytimes.com/news/your-army/2018/04/18/army-researchers-are-developing-a-self-aware-robot-squid-you-can-3d-print-in-the-field/

  • Turkey provides tax breaks, loans to attract investment in local defense programs

    24 avril 2018 | International, Aérospatial, Terrestre, C4ISR

    Turkey provides tax breaks, loans to attract investment in local defense programs

    By: Burak Ege Bekdil ANKARA, Turkey — In an effort to boost indigenous defense programs, Turkey is providing incentives, which include generous tax breaks, tax reductions and exemptions from import duties. The incentives include additional levies and soft loans. In just the first two months of 2018, the government incorporated 13 defense investment projects submitted by 12 companies into its incentives program. These investments are worth $350 million. The largest investment program benefiting from the incentives during the January/February time frame was Roketsan’s new production line. The state-controlled missile maker’s investment plan is worth $217 million. Military electronics specialist Aselsan, Turkey’s largest defense company, has won incentives support for its new $35 million investment in electronic systems and new $40 million investment in aerial and missile systems. Official figures show a boom in private defense investment, too. According to the Ministry of Economy, $1.9 billion of defense investment by private companies will be subsidized by government incentives this year. These investment plans include a total of $220 million for armored vehicles, a laser gun and unmanned land vehicles; and $125 million in diesel tank engines by armored vehicle producer BMC, a Turkish-Qatari private joint venture. Private firm Most Makina will receive government incentives for its planned $385 million investment in steel equipment for defense systems. Turkish Aerospace Industries, or TAI, will invest $1.2 billion in its TF-X program, an ambitious plan for the design, development and production of Turkey’s first indigenous fighter jet. TAI is developing the TF-X with BAE Systems. https://www.defensenews.com/industry/2018/04/16/turkey-provides-tax-breaks-loans-to-attract-investment-in-local-defense-programs/

  • How the Army plans to improve its friendly force tracking

    24 avril 2018 | International, Terrestre, C4ISR

    How the Army plans to improve its friendly force tracking

    By: Mark Pomerleau The Army is upgrading how it tracks friendly forces to increase readiness. During the fiscal 2019 budget roll out in February, Army officials at the Pentagon indicated that the service would be accelerating its Joint Battle Command-Platform, which provides friendly forces awareness information known as blue force tracking, as well as encrypted data and faster satellite network connectivity. The change is intended to solve mounted mission command problems across all formations. The new budget request shows the service is serious about the issue. The Army asked for $431 million for the program in FY2019. That’s up from a total of $283 million during the FY2018 budget. Moreover, the Army plans to procure 26,355 systems as opposed to 16,552 from the FY2018 budget. However, officials in the program office were careful to note this was not a “plus-up, so to speak,” but an effort to accelerate the fielding of the tracking systems. C4ISRNET’s Mark Pomerleau recently spoke about the program’s modernization efforts with Col. Troy Crosby, project manager for Mission Command, alongside Lt. Col. Shane Sims, product manager for JBC-P, assigned to Project Mission Command. C4ISRNET: How should we interpret the FY2019 budget request for this program? COL. TROY CROSBY: It’s important to understand that there wasn’t necessarily a plus-up. Really what happened is we shifted already approved authorizations to the left. We’re just expediting sooner. The Army asked us what we could do to modernize faster … essentially, we went back to them and said give us the funding and the resources to move a lot of those units to the left because every year the G-3/5/7 comes out with this priority list and we weren’t able to get down to that priority list because of funding. That’s really what you’re seeing with that movement of money from the out years closer in to the left. C4ISRNET: What led to the decision to baseline the program across formations? CROSBY: The Army’s looking to standardize their baselines not only on the platforms like JBC-P, but also a similar effort in the command post with software baseline reduction. Moving to the standard baseline on the platform-side helps with training, readiness and the physical constraints as we can depreciate the older versions of FBCB2/BFT [Force XXI Battle Command Brigade and Below/Blue Force Tracking] out of sustainment. C4ISRNET: How does standardization help the Army? CROSBY: Any time you’re greatly standardized in a organization the size of the Army, you’re going to get easier interoperability down at the tactical level. If Lt. Col. Sims is Sgt. Sims and he is in a unit at Fort Stewart and we were trained on the current systems in the force and then he gets [a permanent change of station] out to Fort Riley, he already has a base of knowledge when he hits the ground on what those systems are because they’re the same across the force. So, the training burden for his new units greatly reduced. I think it also helps in readiness as units and soldiers move around the battlespace. The other reason the Army really wants to standardize on JBC-P is, like with all systems in the tactical network, we’re always looking to improve cyber posture, and there were multiple improvements in our cyber posturing that the department felt were relevant to try to accelerate so we could get that capability to the entire force as quickly as possible. C4ISRNET: In terms of cyber, what are some modernization efforts you’re undertaking to help this platform perform in the more dynamic environments? CROSBY: I think the best way that we can characterize it is looking to … achieve a cyber posture that allows us to operate both in a counter-insurgency/counterterrorism role and a near-peer adversary role. We’re looking to answer both sides of that coin. Yes, current fight, but we’re also looking to make sure we’re cyber postured for a near-peer. LT. COL. SHANE SIMS: You can probably draw some conclusions from what you know on the commercial side. Imagine having a computer that’s over 20 years old — that’s where some of our platforms are right now when you’re talking about the FBCB2 that was fielded almost two decades ago. C4ISRNET: In terms of your FY19 funding, could it be characterized as investing in standards to help increase readiness and lethality? CROSBY: Very much so. The plus-up kind of touched a couple of areas. On the research and development side, the plus-up helps us in looking at ways to modernize and bring new capability for the blue force tracking network side. We’re really looking to expedite that fielding for better cyber posture. C4ISRNET: It sounds like standardization is very important from an Army readiness and lethality perspective. SIMS: When talking JBC-P, there are really three components: the software, the hardware and then the network. Really, what we’re doing on a couple fronts [is] we’re expediting the fielding to get the hardware out there but that’s going to set the conditions for what we’re doing in the command post with the infrastructure. That same infrastructure is going to reside on our hardware that’s in the platform. The commanders are in environments where they experience something completely different in the command post than you experience on the platforms. You hear repeatedly from the commanders, “Can I have the same type of user experience?” Data’s really what we’re addressing with the modernization of the command post and the mounted computing environment. That user experience is going to be one and the same for the commander when he or she is in the command post and then when they get in the vehicle. That is really what we’re doing with modernization for JBC-P. C4ISRNET: The National Defense Strategy has stressed prioritization on great power competition. How does JBC-P modernization and standardization fit into that strategy? CROSBY: The first one is looking to modernize JBC-P mission command on the move at the platform level. How we continue to modernize and field as fast as we can so that we can maintain both that counter-insurgency/counterterrorism fight and near-peer adversaries is one piece of this. https://www.c4isrnet.com/thought-leadership/2018/04/13/how-the-army-plans-to-improve-its-friendly-force-tracking/

  • Stimuler la création d’emplois et l’innovation au Canada grâce à des investissements en défense

    23 avril 2018 | Local, Aérospatial, Naval, Terrestre, C4ISR, Sécurité

    Stimuler la création d’emplois et l’innovation au Canada grâce à des investissements en défense

    Le Canada, un chef de file mondial dans cinq secteurs de technologies émergentes, continue de mettre à profit ses forces Le 23 avril 2018, Ottawa L’industrie de la défense du Canada est saine et novatrice, alors que plus de 650 entreprises emploient plus de 60 000 Canadiens. Le gouvernement du Canada soutient cette industrie notamment au moyen de la Politique des retombées industrielles et technologiques (RIT), qui exige que, pour chaque acquisition d’importance, les fournisseurs qui remportent un marché de la défense effectuent des investissements au Canada d’une valeur égale à celle du contrat obtenu. Au cours des 30 dernières années, la Politique des RIT a entraîné des investissements de 30 milliards de dollars dans l’économie canadienne, et permet la création d’environ 40 000 emplois annuellement. Grâce à la politique de défense du Canada – Protection, Sécurité, Engagement, les milliards de dollars investis dans l’approvisionnement en matière de défense se traduisent par des retombées économiques et la création d’emplois pour la classe moyenne. Afin de tirer profit de cette situation, le ministre de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique, l’honorable Navdeep Bains, a annoncé aujourd’hui que le gouvernement se servira de la Politique sur les RIT pour inciter les détenteurs de contrats de défense à investir dans les capacités industrielles clés. Le Canada a de fortes capacités industrielles dans cinq domaines liés aux nouvelles technologies qui présentent un potentiel de croissance rapide. Il existe également 11 domaines où les capacités industrielles sont déjà concurrentielles à l’échelle internationale et des domaines où la capacité industrielle est essentielle à la sécurité nationale. Technologies émergentes Matériaux de pointe Intelligence artificielle Cyberrésilience Systèmes télépilotés et technologies autonomes Systèmes spatiaux Principales compétences et services industriels essentiels Systèmes et composantes aérospatiaux Blindage Intégration des systèmes de défense Systèmes électro-optiques et infrarouges Solutions en matière de véhicules terrestres Soutien en service Systèmes de mission et systèmes de plateforme navales Munitions Services de construction navale, de conception et d’ingénierie Sonars et systèmes acoustiques Formation et simulation Les capacités industrielles clés se marient bien au Plan pour l’innovation et les compétences du gouvernement, car elles permettent le développement des compétences et stimulent l’innovation dans le secteur de la défense au Canada.   Citations   « Notre industrie de la défense avait besoin de capacités industrielles clés et c’est ce que nous lui avons donné. En favorisant les investissements dans des secteurs présentant un fort potentiel de croissance rapide, nous permettons à nos forces armées d’être mieux équipées, à l’économie d’être plus forte et aux Canadiens de la classe moyenne d’avoir accès à des milliers d’emplois. » — Le ministre de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique, l’honorable Navdeep Bains   « Pour l’industrie de la défense du Canada, les capacités industrielles clés constituent un important outil stratégique permettant de solidifier le partenariat entre le gouvernement et l’industrie. Ces capacités industrielles clés favorisent les investissements stratégiques dans des secteurs de la défense et de la sécurité, actifs ou émergents, pour lesquels le Canada est un chef de file mondial possédant des technologies concurrentielles. Les capacités présentées aujourd’hui sont le reflet des industries canadiennes de la défense et de la sécurité, industries de classe mondiale axées sur l’innovation. » — La présidente de l’Association des industries canadiennes de défense et de sécurité, Christyn Cianfarani   « Par la définition de capacités industrielles clés, le gouvernement offre un autre outil important visant à utiliser les approvisionnements publics pour augmenter les investissements dans des secteurs où le Canada est bien positionné et offre diverses possibilités. L’importance de l’aérospatiale pour ce qui est des capacités industrielles clés définies par le gouvernement aujourd’hui démontre bien la vitalité de notre industrie, tout comme son potentiel à poursuivre sur sa lancée afin de conserver son avantage concurrentiel pour les années à venir. Nous sommes vraiment heureux que le gouvernement ait dévoilé ses capacités industrielles clés et nous félicitons le ministre Bains pour le lancement réussi de cet outil des plus utiles en matière d’approvisionnement. » — Le président et chef de la direction de l’Association des industries aérospatiales du Canada, Jim Quick Faits en bref La composition de la liste des capacités industrielles clés change au fil du temps, afin de tenir compte des avancées technologiques et des besoins changeants en matière de défense. La liste sera revue et mise à jour régulièrement. L’adoption de ces capacités industrielles clés a été proposée dans le rapport de 2013, Le Canada d’abord –  Exploiter l’approvisionnement militaire en s’appuyant sur les capacités industrielles clés (aussi connu sous le nom de Rapport Jenkins). L’industrie de la défense est une industrie novatrice où il se fait 4,5 fois plus de R-D que la moyenne de ce qui se fait dans l’industrie manufacturière canadienne. Cette industrie est également axée sur l’exportation, avec 60 % de ses ventes destinées aux marchés internationaux en 2016. De 1986 à 2016, le portefeuille des obligations à l’égard des RIT avait à son actif 137 marchés dont la valeur a atteint 41,5 milliards de dollars, dont 28,3 milliards de dollars pour des projets d’activités commerciales terminés, 9,4 milliards de dollars pour des activités en cours et 3,8 milliards de dollars pour des activités à venir. Liens connexes Politique des Retombées industrielles et technologique (RIT) Capacités industrielles clés du Canada Guide d’acquisition de la Défense 2016 Protection, Sécurité, Engagement Plan pour l’innovation et les compétences Le Canada d’abord – Exploiter l’approvisionnement militaire en s’appuyant sur les capacités industrielles clés Personnes-ressources Suivez le Ministère sur Twitter : @ISDE_CA Renseignements : Karl W. Sasseville Attaché de presse Cabinet du ministre de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique  343-291-2500 Relations avec les médias Innovation, Sciences et Développement économique Canada 343-291-1777 ic.mediarelations-mediasrelations.ic@canada.ca https://www.canada.ca/fr/innovation-sciences-developpement-economique/nouvelles/2018/04/stimuler-la-creation-demplois-et-linnovation-au-canada-grace-a-des-investissements-en-defense.html

  • La Défense nationale lance son programme IDEeS visant à résoudre les défis en matière de défense et de sécurité grâce à l’innovation

    9 avril 2018 | Local, Aérospatial, Naval, Terrestre, C4ISR, Sécurité

    La Défense nationale lance son programme IDEeS visant à résoudre les défis en matière de défense et de sécurité grâce à l’innovation

    Communiqué de presse De : Défense nationale Le 9 avril 2018 – Ottawa, Ontario – Défense nationale/Forces armées canadiennes La résolution de problèmes, la créativité et la connaissance sont nécessaires pour affronter et atténuer les menaces en constante évolution en matière de défense et de sécurité. Grâce à l’innovation, nous développerons et maintiendrons des capacités permettant de relever les défis liés à l’environnement mondial actuel de la sécurité.   En vue de transformer notre manière de créer des solutions aux problèmes complexes de défense et de sécurité, le ministère de la Défense nationale (MDN) a lancé aujourd’hui son nouveau programme Innovation pour la défense, l’excellence et la sécurité (IDEeS). Annoncé en juin 2017 au moment de la diffusion de la politique de défense du Canada, Protection, Sécurité, Engagement, le programme IDEeS sera à l’origine d’investissements de 1,6 milliard de dollars dans le milieu canadien de l’innovation au cours des 20 prochaines années. Au moyen d’IDEeS, le MDN se tournera vers les esprits les plus novateurs et les plus créatifs du Canada, qu’il s’agisse d’inventeurs, d’universitaires qui travaillent dans les laboratoires de leur établissement ou de scientifiques attachés à des sociétés de petite ou de grande envergure. Ces penseurs novateurs fourniront aux praticiens des Forces armées canadiennes (FAC) et du Canada en matière de sûreté et de sécurité des solutions inédites aux problèmes d’aujourd’hui. Le programme IDEeS stimulera l’innovation au moyen d’une gamme d’activités, dont des compétitions, des concours, des réseaux et des bacs à sable pour la mise à l'essai de concepts sur le terrain. Le ministre Sajjan a lancé aujourd’hui son premier appel de propositions dans le cadre de l’élément des projets concurrentiels d’IDEeS, dans lequel seize problèmes en matière de défense et de sécurité ont été recensés. Les parties intéressées disposent de six semaines pour présenter leurs propositions de solutions, qui doivent être transmises au plus tard le 24 mai 2018. Cet appel de propositions aborde les difficultés dans certains domaines, comme la surveillance, les cyberoutils de défense, l’espace, l’intelligence artificielle, les systèmes de télépilotage, l’analytique des données et la performance humaine. Les propositions seront examinées et feront l’objet d’un processus d’évaluation rigoureux. Les premiers contrats devraient être attribués à l’automne 2018. Les innovateurs sont invités à consulter le site Web d’IDEeS pour obtenir de plus amples renseignements sur cet appel de propositions et sur les appels subséquents à mesure qu’IDEeS prendra forme.    Citations « Le programme IDEeS présentera aux Canadiens des occasions inédites de faire valoir leurs meilleures solutions aux problèmes de défense et de sécurité et de placer ces solutions entre les mains des femmes et des hommes des Forces armées canadiennes. Cet investissement appuiera la croissance et l’épanouissement du milieu canadien de l’innovation au cours des deux prochaines décennies. » – Harjit S. Sajjan, ministre de la Défense nationale Faits en bref Grâce au programme IDEeS, la Défense nationale : créera des réseaux d’innovateurs (universitaires, industrie, particuliers et autres partenaires) pour mener des travaux de pointe en recherche et développement dans des domaines essentiels aux futurs besoins en défense et en sécurité; organisera des concours et invitera les innovateurs à présenter des solutions viables à des problèmes précis en matière de défense et de sécurité; instaurera de nouveaux rouages d’acquisition qui lui permettront d’élaborer et de mettre à l’épreuve des concepts, dans le cas des idées les plus prometteuses. Le programme IDEeS aidera les innovateurs en appuyant l’analyse, en finançant la recherche et en élaborant des processus pour faciliter l’accès à la connaissance. Il soutiendra également les tests, l’intégration, l’adoption et l’acquisition de solutions créatives pour les milieux canadiens de la défense et de la sécurité. Liens connexes Documentation – Programme Innovation pour la défense, l’excellence et la sécurité (IDEeS) Documentation – Le gouvernement du Canada lance un appel aux innovateurs pour résoudre des défis en matière de défense et de sécurité IDEeS Protection, Sécurité, Engagement Personnes-ressources Byrne Furlough Attaché de presse Cabinet du ministre de la Défense nationale Téléphone : 613-996-3100 Courriel : Byrne.Furlough@forces.gc.ca Relations avec les médias Ministère de la Défense nationale Téléphone : 613-996-2353 Courriel : mlo-blm@forces.gc.ca https://www.canada.ca/fr/ministere-defense-nationale/nouvelles/2018/04/la-defense-nationale-lance-son-programme-idees-visant-a-resoudre-les-defis-en-matiere-de-defense-et-de-securite-grace-a-linnovation.html

  • Missile Defense Review expected in May

    9 avril 2018 | International, Aérospatial, Terrestre

    Missile Defense Review expected in May

    By: Aaron Mehta WASHINGTON ― The Trump administration’s review of America’s missile defense capabilities is now expected to be released in May. The Missile Defense Review, a strategy document designed to take a holistic view of America’s missile defense posture, was expected to be released in February. But finally, it appears the document is nearing completion. Pentagon spokesman Tom Crosson, in response to an inquiry by Defense News, said that the review is “currently in development” and that “we expect to release the review sometime next month.” The review is expected to be unclassified. The review is part of a series of big-picture strategic documents that started with the December release of the National Security Strategy, followed by the January release of the National Defense Strategy, and continued with February’s Nuclear Posture Review. Notably, the review was originally positioned as a “ballistic missile defense review,” but the term ballistic has since been dropped by the Trump administration ― something Tom Karako, a missile defense expert with the Center for Strategic and International Studies, said was a wise choice. “The fact that the administration has dropped ‘ballistic’ from the review’s title indicates the document will probably employ a wider lens,” Karako wrote in a CSIS analysis Friday. “This could include a robust effort to better defend against Russian and Chinese cruise missiles, other maneuvering endo-atmospheric threats like hypersonic boost-glide vehicles (HGVs), and advanced short-range ballistic missiles.” Although no one has spelled out the direction of the review, there have been some hints given about where the administration intends to take missile defense. The FY19 budget request for the Missile Defense Agency, for instance, increased by $2 billion from previous funding levels, with an express focus on defeating a missile threat from North Korea. And Michael Griffin, the Pentagon’s new head of research and engineering, has expressed support for investing in airborne missile defense capabilities. Jen Judson in Washington contributed to this report. https://www.defensenews.com/space/2018/04/06/missile-defense-review-expected-in-may

  • Military Times Crash Database

    9 avril 2018 | International, Aérospatial, Naval, Terrestre, C4ISR

    Military Times Crash Database

    Through multiple Freedom of Information requests, Military Times obtained data for every Class A through Class C aviation mishap that has occurred since fiscal year 2011. More than 7,500 records were obtained. An analysis of the data shows manned warplane accidents have spiked nearly 40 percent since 2013, the year the mandated budget cuts known as sequestration took effect. The records can be searched by aircraft type, base, fiscal year and location. Military Times has published a searchable database that includes more than 7,500 individual records for military aviation mishap reports for the fiscal years 2011 through 2017. An analysis of the data shows that manned warplane accidents have spiked nearly 40 percent since 2013, the year the mandated budget cuts known as sequestration took effect. The data was obtained through multiple Freedom of Information requests and includes every Class A through Class C aviation mishap. The records can be searched by aircraft type, base, fiscal year and location. https://www.militarytimes.com/news/your-military/2018/04/06/military-times-aviation-database/

  • Dépasser la politique des petits pas. Pour une défense européenne vraiment assumée

    5 avril 2018 | International, Aérospatial, Naval, Terrestre, C4ISR, Sécurité

    Dépasser la politique des petits pas. Pour une défense européenne vraiment assumée

    5 AVR 2018 BITDE, Fonds européen de la défense, Livre blanc, OTAN-UE (B2) Eurodéfense, une association qui regroupe de nombreuses personnalités militant en faveur d’une autonomie européenne de défense, estime que l’Europe doit changer de braquet, passer à la vitesse supérieure, affirmer réellement une politique de défense européenne, l’assumer et s’attaquer aux questions non résolues depuis des années. Dans cette tribune, signée par plusieurs officiers supérieurs dont les lecteurs de B2 reconnaitront certainement plusieurs noms, différents principes sont posés dont, en tant qu’observateur, nous pouvons partager plusieurs des constats. Une Europe de la défense, parent pauvre de la construction européenne L’époque enthousiaste des pères fondateurs, au lendemain de la Guerre, a posé les bases de l’Union européenne. Si l’Europe économique est devenue une réalité, même imparfaite, l’Europe de la défense a vécu plusieurs échecs. Le traité instituant la Communauté européenne de défense en 1950 n’a jamais été ratifié. L’Union de l’Europe occidentale, de 1954 à 2011, est restée une coquille vide. Ce n’est qu’en 1999, après le sommet franco-britannique de Saint Malo, que furent posées les bases d’une politique de défense au plan européen, avec de premiers fruits en 2003, où deux opérations militaires furent lancées sous la bannière bleue étoilée. Des résultats positifs mais à l’échelle d’un laboratoire La politique de sécurité et de défense commune (PSDC), bras armé de la Politique étrangère et de sécurité commune (PESC), était née. Elle a donné des résultats plus que positifs, malheureusement insuffisamment connus. En 15 ans, près de 80 000 hommes ont été engagés avec succès dans les opérations de l’Union européenne. Nous avons ainsi célébré le 30 mars les 15 ans de la PSDC opérationnelle, avec l’anniversaire du lancement de la première opération, Concordia, dans l’Ancienne République yougoslave de Macédoine (FYROM). Toutefois, à l’échelle européenne et au regard des besoins, c’est peu. Nous restons à un degré d’engagement de portée limitée, que l’on peut qualifier de « niveau de laboratoire ». De plus, les actions du haut du spectre, envisagées parmi les types de missions élaborées à Petersberg en 1992, n’ont été que très rarement menées. Ces missions, dont l’objectif est le rétablissement de la paix, comportent des modes d’action robustes, incluant l’usage de la force. Continuer ainsi ne suffira pas. Pire, le modèle s’épuisera. Un monde plus dangereux… ou juste différent Les besoins ont évolué, face à un monde plus dangereux. Il devient difficile de dissocier action extérieure et sécurité intérieure dans la lutte anti-terroriste. Une défense européenne digne de ce nom se doit de garantir la sécurité de ses citoyens où qu’ils se trouvent, de protéger ses infrastructures et de défendre ses intérêts partout dans le monde. Elle doit pouvoir s’appuyer sur une « base industrielle et technologique de défense européenne » (BITDE) qui soit apte à garantir l’autonomie stratégique européenne, en particulier l’emploi des matériels sans contrainte venant de l’extérieur de l’Europe. Cette BITDE est hélas insuffisante aujourd’hui, en raison notamment du périmètre réduit de la PSDC, maints domaines capacitaires n’étant pas couverts par celle-ci. Il y a là une véritable incohérence. La complémentarité nécessaire même pour les petits pays Peu d’États ont la capacité de répondre seuls à l’ensemble des besoins de défense. La complémentarité au niveau européen s’impose. Même la France, qui, en théorie, dispose des moyens d’assurer son autonomie stratégique, fait régulièrement appel à des soutiens extérieurs pour combler ses lacunes, principalement dans les domaines du renseignement et du transport stratégique. Les limites de la politique des petits pas La politique des petits pas a montré ses limites, malgré les récentes avancées concrètes que sont le fonds européen de défense, le processus annuel de revue coordonnée des plans nationaux de défense et la coopération structurée permanente. Il faut élever le niveau d’ambition inutilement censuré lors de la création de la PSDC et passer la vitesse supérieure. Une approche globale et collective de la sécurité de l’Europe par les pays européens est désormais indispensable, une approche qui englobe les aspects intérieurs et extérieurs, et qui soit partagée si possible par l’ensemble des États membres de l’UE et à défaut par le plus grand nombre. Revoir la complémentarité OTAN-UE Cela implique notamment une réflexion sur la complémentarité entre l’OTAN et l’UE. L’actuelle répartition des rôles entre une OTAN garante de la sécurité collective et une PSDC tournée exclusivement vers l’action extérieure n’est à l’évidence plus pertinente : elle ne permet pas aux Européens d’exercer collectivement leurs responsabilités de défense, en dépit des dispositions volontaristes prises récemment par ceux-ci pour resserrer leur coopération. Même la mesure phare de la complémentarité entre les deux organisations, l’accord dit de Berlin Plus, signé en 2003, qui donnait à l’Union un accès aux moyens de commandement de l’OTAN, n’est plus opérante en raison notamment du différent turco-chypriote. Assumer une défense européenne Il est temps de s’engager dans une défense européenne vraiment assumée. La simple relecture des documents européens – le traité de Lisbonne de 2007, la Stratégie européenne de sécurité intérieure 2015-2020, la Stratégie globale pour la politique étrangère et de sécurité de l’UE de 2016 – fournit suffisamment d’éléments pour faire émerger une telle défense. La capacité d’agir sur l’ensemble du spectre des opérations, de l’assistance humanitaire à l’engagement de haute intensité, comprend, avec les opérations de projection, des opérations de solidarité et d’assistance mutuelle sur le théâtre européen. Ces dernières qui font partie de la défense collective, sont menées en cohérence avec les engagements pris au sein de l’Alliance Atlantique par les États qui en sont membres. Par ailleurs, les textes autorisent un niveau de flexibilité original : l’article 44 du traité de Lisbonne donne aux instances européennes la possibilité de déléguer la conduite d’une opération à un groupe d’États membres. Et la Coopération structurée permanente, récemment décidée, est le support adapté pour le développement de capacités nouvelles. Rééquilibrer le pacte atlantique C’est une politique de défense européenne complète, affirmée, active et opérationnelle qui peut alors se mettre en place. Grâce à des Européens stratégiquement plus autonomes, elle devrait avoir pour première conséquence une évolution du lien transatlantique qui, tenant compte de l’histoire et de nos valeurs communes, devra être rénové. Rééquilibré et assumé, le nouveau pacte atlantique devra permettre à l’Europe de devenir un partenaire fiable, crédible et écouté. Restent à définir les voies permettant cette évolution. Revoir les processus de décision nationale et le financement en commun Il faudra pour cela affronter les sujets de discordance ou de blocage entre Européens, plutôt que de les passer sous silence, de peur de détruire un hypothétique équilibre obtenu à force de concessions. Les règles d’engagement et les spécificités juridiques, notamment pour l’usage de la force, seront à harmoniser. Les processus décisionnels nationaux nécessiteront dans certains cas la définition de boucles courtes, permettant la réaction dans l’urgence, comme dans les catastrophes humanitaires. Il faudra travailler sur les contributions budgétaires des États pour les opérations, les rendre plus équitables et renforcer l’importance du fonds européen de défense. Avoir une politique claire vis-à-vis des citoyens Les principes suivants inspireraient la démarche. D’abord, les citoyens européens doivent recevoir des réponses simples et compréhensibles à leurs besoins de sécurité et de défense. Aujourd’hui, si, selon l’Eurobaromètre de l’automne 2017, les trois quarts d’entre eux continuent à plébisciter l’Europe de la Défense, ils n’ont pas une idée claire de sa réalisation, tant les discours sur les rôles partagés entre l’Alliance Atlantique, la PSDC et la défense nationale sont complexes et indigestes. Quand nos dirigeants se seront engagés résolument pour une défense européenne souveraine, ils pourront apporter de telles réponses. Tenir compte des différences et de la souveraineté des États Le principe de la subsidiarité et de la complémentarité avec les États doit être préservé. La subsidiarité est incontournable, le domaine de la défense restant de la responsabilité des États et la souveraineté européenne ne pouvant s’exercer que grâce aux contributions de ceux-ci en troupes aguerries et en équipements. Si les menaces et les risques sont perçus avec un degré d’intensité différent selon les États, ils doivent conduire à la complémentarité des actions, basée sur les savoir-faire spécifiques de chacun. Par exemple, certains pays ont une culture de projection développée, comme la France ou l’Espagne, autorisant notamment l’intervention en Afrique. D’autres, comme l’Allemagne ou la Pologne, sont plus tournés vers la défense collective. Cela n’empêche pas chacun d’entre eux de participer aux missions, mais avec des degrés d’engagement différents. Les clauses de solidarité et d’assistance mutuelle entre les États, notamment en cas d’attaque terroriste, telles qu’elles sont décrites dans le traité de Lisbonne, ne doivent pas rester lettre morte ; elles doivent être assumées. Avoir réellement une autonomie stratégique C’est à ce titre que cette défense gagnera en souveraineté. Les initiatives lancées par le Président de la République dans son discours de la Sorbonne de septembre 2017, comme le développement d’une capacité d’action autonome, autoriseront la continuité entre les États et l’Europe, comme celle entre missions extérieures et intérieures. L’autonomie stratégique d’une défense aux contours élargis pourra alors être soutenue dans le même périmètre par une BITDE ayant des capacités de recherche et développement complètes et autonomes. Il s’agira de gagner alors la bataille des normes industrielles. Dernier principe, cette Europe de la défense souveraine devra multiplier les partenariats, notamment avec ses voisins immédiats. Elle renouvellera le lien transatlantique, rééquilibré grâce à un meilleur partage du fardeau. Un livre blanc européen nécessaire Pour tout cela, un Livre blanc, dont EuroDéfense-France est un ferme partisan, s’avère nécessaire, avec l’établissement d’une feuille de route ambitieuse. Ainsi, pourra être construite la défense d’une « Europe souveraine, unie, démocratique » pour reprendre les termes du Président de la République. Les membres du bureau de l’association EuroDéfense-France : Patrick Bellouard (président d’EuroDéfense-France, IGA 2S), Maurice de Langlois (général 2S, ancien directeur de recherche IRSEM), Jean-Didier Blanchet (ancien DG d’Air France), Jean-Charles Boulat (directeur des affaires UE et OTAN du groupe industriel Naval Group), François Bresson (général 2S, ancien directeur de l’Institut des hautes études de défense nationale-IHEDN), Patrick de Rousiers (général d’armée aérienne 2S, ancien président du comité militaire de l’Union européenne), Michel Desmoulin (président d’honneur de l’Union des associations d’auditeurs de l’IHEDN), Jacques Favin-Lévêque (général 2S, ancien délégué général du Groupement des industries de défense et de sécurité terrestres et aéroterrestres), Patrick Hébrard (vice-amiral d’escadre 2S), Jean-Loup Kuhn-Delforge (ancien ambassadeur), François Laumonier (ancien ambassadeur), Jean-Paul Palomeros (général d’armée aérienne 2S, ancien chef d’état-major de l’armée de l’air, ancien commandant allié transformation de l’OTAN), Jean-Paul Perruche (général 2S, ancien directeur général de l’état-major de l’Union européenne), Claude Roche (ancien directeur de la stratégie défense d’EADS, Vice-président de l’Académie de l’air et de l’espace), Philippe Roger (IGA 2S), Cyrille Schott (ancien directeur de l’Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice) et Denis Verret (président, DV Conseil). Les propos ci-dessus n’engagent que leurs auteurs. Les intertitres sont de la rédaction. Cette opinion a été publiée également dans le quotidien français La tribune https://www.bruxelles2.eu/2018/04/05/depasser-la-politique-des-petits-pas-pour-une-defense-europeenne-vraiment-assumee/

Partagé par les membres

  • Partager une nouvelle avec la communauté

    C'est très simple, il suffit de copier/coller le lien dans le champ ci-dessous.

Abonnez-vous à l'infolettre

pour ne manquer aucune nouvelle de l'industrie

Vous pourrez personnaliser vos abonnements dans le courriel de confirmation.