24 décembre 2018 | Local, C4ISR

Trudeau receives review of Canadian Forces intelligence activities and process of establishing national intelligence priorities

DAVID PUGLIESE, OTTAWA CITIZEN

The National Security and Intelligence Committee of Parliamentarians (NSICOP) delivered its first annual report Friday to Prime Minister Justin Trudeau.

The report includes the two substantive reviews conducted by NSICOP in 2018, and its related findings and recommendations.  NSICOP examined the Canadian government’s process for establishing the national intelligence priorities. These priorities serve to direct intelligence organizations in the collection and analysis of intelligence.

NSICOP also conducted a review of the intelligence activities of the Department of National Defence and the Canadian Forces.  The committee examined the scope of these activities, their legal authorities and the existing oversight mechanisms for their control and accountability.

“This annual report marks the first time that Canada has had a committee of Parliamentarians with access to classified material and cleared to examine issues of national security and intelligence,” NSICOP chair David McGuinty said in a statement.

Trudeau will now consider whether there is any information in the report, the disclosure of which would be injurious to national security, national defence or international relations, or which includes solicitor-client information. A declassified version of the report must be tabled in Parliament within 30 sitting days, according to the committee’s news release.

https://ottawacitizen.com/news/national/defence-watch/trudeau-receives-review-of-canadian-forces-intelligence-activities-and-process-of-establishing-national-intelligence-priorities

Sur le même sujet

  • Le Chef d’état-major de la Défense annonce les nominations, promotions et départs à la retraite d’officiers généraux des Forces armées canadiennes

    13 février 2019 | Local, Aérospatial, Naval, Terrestre, C4ISR

    Le Chef d’état-major de la Défense annonce les nominations, promotions et départs à la retraite d’officiers généraux des Forces armées canadiennes

    Le 12 février 2019 – Ottawa – Défense nationale/Forces armées canadiennes Le général Jonathan Vance, Chef d’état-major de la Défense, a publié un CANFORGEN annonçant la liste des nominations, promotions supérieures et départs à la retraite des officiers généraux des Forces armées canadiennes (FAC) qui auront lieu en 2019. Les officiers généraux dirigent les FAC dans la défense des valeurs et des intérêts de notre pays, chez nous et à l’étranger. Ils partagent la responsabilité de la gestion de toute l'institution et de la profession des armes dans son ensemble. En 2019, le nombre total de postes permanents d'officier général requis pour répondre à la demande des FAC était de 116 (105 membres de la Force régulière et 11 membres de la Force de réserve). Le nombre de personnel supérieur d’état-major fluctue en fonction des besoins des forces armées pour répondre aux objectifs du gouvernement du Canada et des institutions, lesquels changent constamment. Certains postes ont été créés pour nous aider à respecter les engagements suivants énoncés dans la politique de défense du Canada, Protection, Sécurité, Engagement : soutien de la santé et de la résilience, investissements dans la Marine royale canadienne, renforcement des capacités cybernétiques, transformation de l'innovation afin d'assurer l'excellence et la sécurité de la défense, et poursuite de l’engagement international en matière de défense. Les biographies des officiers supérieurs peuvent être obtenues sur demande en communiquant avec les Relations avec les médias. Citations « Le rôle d’officier général dans les Forces armées canadiennes comprend d’énormes responsabilités. Les personnes choisies démontrent qu’elles sont capables de surmonter les défis importants relatifs à la direction et à l’amélioration des forces armées du Canada. Ceux et celles qui quittent les Forces devraient le faire avec fierté, car ils et elles témoignent des qualités requises pour que les Forces armées canadiennes demeurent fortes et efficaces.» – Général Jonathan Vance, Chef d’état-major de la Défense Faits en bref Afin d'aligner les autorités, les responsabilités et les obligations de rendre compte avec les autorités américaines du NORAD, le major-général D.W. Joyce sera nommé commandant adjoint de la région continentale américaine du NORAD, à Tyndall, en Floride, à un poste qui a été élevé au grade de major-général. Pour diriger la modernisation et la croissance du Groupe des services de santé des Forces canadiennes, le brigadier-général A.M.T. Downes sera promu au grade de major-général et continuera d'occuper son poste actuel de commandant, Groupe des Services de santé des Forces canadiennes / médecin général des FAC, au QGDN à Ottawa, à un poste qui a été élevé. Colonel J.G.M. Bilodeau sera promu au grade de brigadier-général et nommé à un nouveau poste de directeur général des services cliniques / commandant adjoint du groupe des Services de santé des Forces canadiennes, à Ottawa, et deviendra le conseiller en matière de santé du CEMD. Afin de renforcer le commandement, le contrôle et la coopération maritimes continentaux avec la US Navy, le commodore S.M. Waddell sera promu au grade de contre-amiral et nommé au nouveau poste de commandant adjoint de la 2e flotte de la marine américaine, à Norfolk, en Virginie. Pour élaborer des stratégies et des politiques relatives aux données des FAC et du MDN et de diriger la gouvernance de la gestion des données, le brigadier-général A.T. Benson sera nommé au nouveau poste de directeur général adjoint, Stratégie de données et innovation, à Ottawa. Des capacités supplémentaires sont nécessaires pour se concentrer sur les initiatives ministérielles clés. Le brigadier général S.T. Boyle sera en conséquence nommé au nouveau poste de directeur général adjoint, Politique continental, au QGDN à Ottawa. https://www.canada.ca/fr/ministere-defense-nationale/nouvelles/2019/02/le-chef-detat-major-de-la-defense-annonce-les-nominations-promotions-et-departs-a-la-retraite-dofficiers-generaux-des-forces-armees-canadiennes.html

  • Nouveaux camions logistiques livrés à Valcartier

    14 janvier 2019 | Local, Terrestre

    Nouveaux camions logistiques livrés à Valcartier

    Le 14 janvier 2019, Valcartier (Québec) Défense nationale/Forces armées canadiennes Aujourd’hui, le ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social, Jean-Yves Duclos, au nom du ministre de la Défense nationale, Harjit S. Sajjan, a rendu visite aux membres des Forces armées canadiennes (FAC) à la Base de soutien de la 2e Division du Canada Valcartier pour voir les nouveaux camions logistiques canadiens qui y ont été livrés. Ces camions appuient la politique de défense du Canada, Protection, Sécurité, Engagement, en fournissant l’équipement moderne dont dépendent les femmes et les hommes des FAC pour réaliser leur travail. Les véhicules de soutien, comme ces camions, constituent l’épine dorsale du transport terrestre pour notre Force régulière et notre Réserve. Ces véhicules sont au cœur de presque toutes les opérations nationales et internationales des FAC, et transportent du matériel, du personnel et des fournitures essentiels là où ils doivent se rendre. Qu’il s’agisse d’aider les collectivités canadiennes à faire face à de graves inondations ou à d’autres catastrophes nationales, ou d’appuyer les opérations de l’OTAN en Lettonie et dans l’ensemble de l’Europe de l’Est, ces nouveaux camions serviront nos femmes et nos hommes pendant des décennies à venir. Des plus de 1 500 camions achetés, près de 450 seront basés au Québec et seront utilisés par les unités des FAC, y compris la Réserve. Il y aura cinq variantes de ces camions, allant des camions de transport régulier aux camions de transport avec grue de manutention de matériaux. Les cabines peuvent également être remplacées par une cabine blindée pour être utilisée dans des environnements très dangereux. L’achat de ces camions est assujetti à la politique sur les retombées industrielles et technologiques (RIT) du Canada, ce qui signifie que pour chaque dollar que le gouvernement consacre à des achats importants de matériel de défense, l’entrepreneur retenu doit remettre un dollar dans l’économie canadienne. Grâce à cette politique, le pouvoir d’achat du gouvernement est utilisé pour soutenir l’innovation et créer des emplois bien rémunérés dans la classe moyenne. Citations « Grâce à notre politique de défense, Protection, Sécurité, Engagement, nous fournissons aux femmes et aux hommes des Forces armées canadiennes le matériel dont ils ont besoin pour réaliser leur travail. Les camions logistiques sont un élément essentiel de la façon dont les militaires des Forces armées canadiennes effectuent leur important travail. C’est pourquoi je suis heureux de voir ces nouveaux véhicules modernes livrés à Valcartier et à d’autres endroits au Canada pour remplacer et moderniser la flotte actuelle de camions logistiques de poids moyen qui ont atteint la fin de leur vie utile. » – Ministre de la Défense Harjit S. Sajjan « Je suis très heureux de voir que ces nouveaux camions sont livrés à Valcartier pour être utilisés par un nombre d’unités basées au Québec. Que ce soit pour des opérations à l’étranger ou pour fournir un soutien aux collectivités locales pendant les inondations printanières, ces camions aideront les militaires des Forces armées canadiennes à accomplir leur travail. » – Ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social Jean-Yves Duclos  Faits en bref En juillet 2015, le gouvernement du Canada a octroyé deux contrats à Mack Defense, d’une valeur totale de 834 millions de dollars, pour la livraison de nouveaux camions, remorques, systèmes de protection blindée et pour du soutien en service. Au Canada, plus de 1 500 camions, 300 remorques et 150 systèmes de protection blindés devraient être livrés au cours des deux prochaines années.  Les nouveaux camions peuvent transporter jusqu’à 9,5 tonnes. https://www.canada.ca/fr/ministere-defense-nationale/nouvelles/2019/01/nouveaux-camions-logistiques-livres-a-valcartier.html

  • Canada’s New Drone Can Better Surveil Its Challenging Arctic Environment

    5 janvier 2021 | Local, Aérospatial

    Canada’s New Drone Can Better Surveil Its Challenging Arctic Environment

    BY KEVIN M. BAERSON After years of experimentation and analysis, the government of Canada has procured a new Hermes 900 StarLiner from Israeli UAV manufacturer Elbit Systems that can withstand and patrol its massive, inhospitable Arctic territory. Extreme weather with high winds and low temperatures, limited and unreliable satellite communication and navigation, and continuous darkness during the winter months make controlling UAVs in the Arctic especially challenging. Combined with a lack of ground infrastructure, both line of sight and satellite control of a UAV can become nearly impossible. The hope is that the Starliner can conquer these harsh Arctic conditions. This version of Elbit’s Medium Altitude Long Endurance (MALE) military UAV is fully certified to operate in civilian airspace and will take off from and land on civilian airfields. It will perform myriad operations to reduce harmful environmental impacts, including detection of oil pollution and wildlife surveying, as well as ice patrol and reconnaissance. It will also support search and rescue, humanitarian efforts and illegal fishing enforcement, and will aid the development and regulation of Canada’s drone industry. The $36.16 million contract includes communication links, ground control stations, sensor packages, training and the optional purchase of spare parts. The Starliner is expected to be delivered by December 2022, but procurement has been years in the making. Arctic Takeoff In 2017, Canadian officials began research and development test flights using a Sea Hunter drone produced by Alabama-based Griffon Aerospace. The data collected, including BVLOS results, contributed to developing requirements for the eventual Hermes purchase. Timothy Choi, a maritime strategy expert and Fellow at the Canadian Global Affairs Institute, has said the Canadian government had limited options in its search for a proven maritime drone with Arctic capabilities. “Large maritime surveillance drones—that is, ones equipped with downward-looking radar and AIS [automatic identification system] receivers to detect shipping—have not been as prevalent in the global drone market as their land-centric counterparts,” Choi told the website Eye On The Arctic. “Of these, there are even fewer that have been tested in Arctic conditions.” The model Canada is acquiring has been undergoing operational trials in Iceland via the European Maritime Safety Agency since summer 2019. At 1.6 tons, the StarLiner includes detect and avoid (DAA) systems, redundant datalinks and an advanced terrain avoidance warning system. Its ability to automatically take off and land in near-zero visibility, and to sustain deicing procedures and direct lightning strikes, makes it ideal for the Arctic’s extreme weather challenges. According to Canadian officials, the new UAV can operate at up to 72 degrees north latitude and has a range of more than 1,400 nautical miles. It comes equipped with back-up command and control and navigation systems, electrical optical infrared camera, synthetic aperture radar and a mapping camera system. For now, the majority of Canada’s Arctic surveillance data will continue to come from RADARSAT, the country’s remote sensing earth observation satellite program. But while the satellites can detect emergencies such as an oil spill, their brief visits over the Arctic make it difficult to identify causes and consequences. The same is true for identifying nefarious activities such as illegal dumping and unpermitted fishing. “The ability of a drone to loiter for long periods of time with higher resolution sensors will help fill this gap,” Choi explained. “Operationally, the new drone will greatly help ‘connect the dots’ when it comes to surveilling Arctic waters and enforcing Canadian regulations.” Drone Diplomacy While this Hermes version will be used in civilian missions, its acquisition is just one part of Canada’s Arctic Unmanned Aircraft System Initiative, and it will join the country’s National Aerial Surveillance Program’s manned aircraft fleet. With 75% of Canada’s coastline and 55% of its landmass located in the Arctic, Canada and its main regional rival, Russia, potentially contest for resources and the new shipping routes being created by global warming. Russia is deploying a fleet of dual-use extreme-weather UAVs featuring a GIRSAM alternative navigation system. China, which is talking about a “Polar Silk Road,” also is developing dual-use UAVs optimized for Arctic conditions. “Canada is committed to protecting our endangered species and our marine environment,” Canadian Transport Minister Marc Garneau said in a statement. “Integrating remotely piloted aircraft into Transport Canada’s fleet will make federal surveillance operations more robust than ever.” https://insideunmannedsystems.com/canadas-new-drone-can-better-surveil-its-challenging-arctic-environment/

Toutes les nouvelles