23 mai 2019 | Local, Naval

Renouveler la flotte de la Garde côtière canadienne et offrir d'importants services à la population canadienne

QUÉBEC, le 22 mai 2019 /CNW/ - Toute la population du pays compte sur la Garde côtière canadienne pour protéger les équipages et notre environnement, et pour assurer le mouvement sécuritaire et efficace des navires qui contribuent grandement à la prospérité de notre économie.

Après l'annonce faite par le premier ministre Justin Trudeau plus tôt aujourd'hui, l'honorable Jean-Yves Duclos, ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social et député de la circonscription de Québec, s'est rendu sur le quai de la Reine, à Québec, pour parler des futurs investissements du gouvernement du Canada en vue de renouveler la flotte de la Garde côtière canadienne, et de faire construire jusqu'à 18 nouveaux grands navires dans des chantiers navals canadiens. Gr'ce à ces nouveaux b'timents, la Garde côtière pourra continuer d'offrir aux Canadiens et aux Canadiennes des services de première importance.

Les partenaires du Canada retenus dans le cadre de la Stratégie nationale de construction navale (SNCN), Irving Shipbuilding d'Halifax (Nouvelle-Écosse) et Vancouver Shipyards de Seaspan (Colombie-Britannique), construiront les nouveaux navires.

Irving Shipbuilding d'Halifax construira deux nouveaux navires de patrouille extracôtiers et de l'Arctique, qui seront adaptés aux besoins de la Garde côtière pour accomplir une panoplie de missions essentielles, y compris les patrouilles de l'Organisation des pêches de l'Atlantique Nord-Ouest. Vancouver Shipyards de Seaspan construira jusqu'à concurrence de 16 navires polyvalents devant servir à diverses missions, dont les services de brise-glace léger, d'intervention environnementale et de recherche et sauvetage en haute mer.

De plus, le gouvernement du Canada investira dans la prolongation de vie, le radoub et l'entretien de navires, des travaux qui seront confiés à des chantiers navals partout au Canada, y compris au Québec. Ainsi, la flotte de la Garde côtière actuelle pourra continuer d'assurer les services essentiels de recherche et sauvetage et d'intervention environnementale pendant que les nouveaux navires seront en construction.

Malgré les sommes investies pour entretenir les navires de la Garde côtière, ceux-ci en arriveront néanmoins à la fin de leur vie utile, et il faudra d'autres navires pour renouveler comme il se doit la flotte de la Garde côtière. Afin de répondre aux futurs besoins en construction navale, d'attirer des personnes talentueuses et d'offrir de bons emplois dans diverses collectivités, le gouvernement du Canada ajoutera un troisième chantier naval canadien, à titre de partenaire dans le cadre de la SNCN. Le gouvernement du Canada mettra en œuvre un processus concurrentiel pour sélectionner ce troisième chantier dans les prochains mois.

Citations

« La Garde côtière canadienne sauve des vies en mer, assure la sécurité du transport maritime, soutient une économie autrement paralysée par les emb'cles, protège l'environnement marin et appuie la souveraineté et la sécurité du Canada. Étant donné la croissance du commerce maritime et les changements climatiques dont nous ressentons déjà les effets, la demande pour les services de la Garde côtière canadienne continuera de croître. Le renouvellement de la flotte de la Garde côtière garantit la confiance des Canadiens et des secteurs qui comptent sur les services de la Garde côtière pour demeurer concurrentiels. »

L'honorable Jonathan Wilkinson
Ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne

« La Stratégie nationale de construction navale est la bonne approche à adopter pour garantir le soutien de la Garde côtière, de la Marine et des activités maritimes au moyen de navires modernes. En plus d'assurer une adaptation pour répondre aux besoins changeants du gouvernement fédéral en matière de construction navale, la Stratégie permet de créer des emplois, de générer des avantages et de la prospérité pour les collectivités de tout le Canada, ainsi que d'appuyer un secteur maritime durable. Nous demeurons fermement résolus à suivre la Stratégie et, pour en assurer le succès à l'avenir, nous poursuivrons notre étroite collaboration avec nos partenaires de construction navale. »

L'honorable Carla Qualtrough
Ministre des Services publics et de l'Approvisionnement et de l'Accessibilité

« La Garde côtière canadienne offre des services essentiels en assurant la sécurité de la navigation dans nos cours d'eau, notamment le fleuve Saint-Laurent et le fjord du Saguenay. L'annonce d'aujourd'hui est particulièrement importante, car le gouvernement reconnait que nous devons ajouter un troisième chantier à la Stratégie nationale de construction navale. Il s'agit d'un changement majeur qui permettra au Chantier Davie de participer au processus pour sélectionner ce troisième chantier dans les prochains mois. De plus, l'annonce de 2 milliards de dollars pour la prolongation de vie, le radoub et l'entretien de navires est une excellente nouvelle pour les chantiers navals du Québec, qui pourront obtenir de nombreux contrats. »

L'honorable Jean-Yves Duclos
Ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social

Les faits en bref

  • La Garde côtière canadienne fournit des services essentiels de recherche et sauvetage, d'intervention environnementale et de déglaçage dans la région du Centre et de l'Arctique, avec plus de 1 400 employés et une flotte de 18 navires et 6 hélicoptères.
  • Les centres de commandement en recherche et sauvetage dans la région du Centre et de l'Arctique (secteurs du Saint‑Laurent et des Grands Lacs) reçoivent plus de 5 600 appels par année. En 2018, le Programme d'intervention environnementale du Centre et de l'Arctique de la Garde côtière a reçu 1 370 rapports de pollution, principalement des cas de pollution par un navire.
  • La Garde côtière canadienne supervise également les opérations de déglaçage en hiver le long du fleuve Saint‑Laurent et dans le golfe du Saint-Laurent. Au printemps, la Garde côtière aide à dégager les glaces sur la voie maritime entre Montréal et les Grands Lacs, une opération qui permet aux navires commerciaux d'entrer et de sortir des ports de façon sécuritaire et efficace. Son aéroglisseur aide au déglaçage printanier d'une quinzaine de rivières, principalement au Québec.
  • Le coût total des 18 nouveaux grands navires est de 15,7 milliards de dollars, ce qui correspond à l'estimation préliminaire des budgets de projets, y compris les coûts de construction, de logistique et de soutien, des éventualités, de gestion de projet et d'infrastructure. Le coût de chacun des navires sera annoncé une fois que les contrats auront été négociés.
  • De surcroît, le gouvernement procédera, par l'entremise d'un processus concurrentiel, à la conception d'une nouvelle classe de navires plus petits, le navire semi-hauturier polyvalent, qui sera un complément à la flotte de grands navires, car il servirait à des missions en eau peu profonde et à des activités scientifiques semi-hauturières.
  • Des travaux de réparation, de radoub et de prolongation de la durée de vie des navires seront effectués sur la flotte existante jusqu'à ce que les nouveaux navires soient livrés, et plus de 2 milliards de dollars seront investis sur une base concurrentielle à cette fin.
  • Outre le financement destiné à la construction de navires, le gouvernement du Canada consacre 351,3 millions de dollars pour renforcer, sur une base permanente, les capacités de la Garde côtière canadienne, notamment en améliorant la supervision de la gestion et en faisant la promotion de l'innovation écologique.
  • À ce jour, le gouvernement du Canada a conclu des contrats de plus de 11 milliards de dollars dans le cadre de la SNCN dans l'ensemble du pays. De cette somme, environ 1,6 milliard de dollars, ou 16 %, ont été versés à des entreprises au Québec.

https://www.newswire.ca/fr/news-releases/renouveler-la-flotte-de-la-garde-cotiere-canadienne-et-offrir-d-importants-services-a-la-population-canadienne-870410190.html

Sur le même sujet

  • Canada's WWII-era pistols dangerously unreliable — but the quest to find a replacement drags on

    10 décembre 2018 | Local, Terrestre

    Canada's WWII-era pistols dangerously unreliable — but the quest to find a replacement drags on

    Tristin Hopper The Canadian Army brought 20 pistols to an Arkansas shooting competition. Before events had even officially kicked off, 15 of those pistols had jammed so badly during the warmup they couldn't be used. “It was so bad, the guys coming off (the range) were handing over their (remaining five) pistols to the next team because they couldn't trust the others,” said Ken Pole, who wrote about the incident for a feature in Canadian Army Today. On average, Pole found that the Canadians' handguns has jammed once every 62 shots. Their British competitors, by contrast, squeezed off 5,620 rounds without a hitch. This is all pretty standard for the Browning Hi-Power, the 74-year-old pistol still carried as the primary sidearm of the Canadian Armed Forces. Unlike most pistols carried by G7 militaries, Brownings have a tendency to rattle and soldiers have been advised not to fully load the pistol because it will wear out the springs. When a Canadian soldier is deployed to a war zone such as Afghanistan or Mali, they're issued with whatever Browning Hi-Power is deemed to be least likely to give out. That's why some have joked that if they're ever forced to use their sidearm in combat, they'd be better off throwing it than shooting it. “If you give me a choice of a sharp stick or a Browning, I'll ... sadly take the Browning but will look fondly at the stick,” Bob Kinch, a former competitive marksman with the Canadian Armed Forces, wrote in a September Quora post. Like many times when the Canadian military tries to buy something, however, the quest to replace the Browning is now held up in a years-long procurement limbo. A 2016 statement by the Department of National Defence estimated that soldiers wouldn't be able to get their hands on new pistols until at least 2026. Canada's Hi-Powers are so desperately obsolete, however, that the army has been forced to greenlight a stopgap program to buy up some working pistols in the meantime. Known as the “Army Interim Pistol Program,” it will buy about 7,000 sidearms to immediate plug what the army is calling its “current pistol capability gaps.” Full article: https://nationalpost.com/news/canada/canadas-wwii-era-pistols-dangerously-unreliable-but-the-quest-to-find-a-replacement-drags-on

  • Trade tribunal puts frigate program back on track

    14 décembre 2018 | Local, Naval

    Trade tribunal puts frigate program back on track

    Murray Brewster · CBC News The federal government's plan to award to a group of companies led by Lockheed Martin Canada the contract to design and support the construction of the navy's new frigates has been — nominally — put back on track. The Canadian International Trade Tribunal (CITT) has rescinded an order, issued late last month, that prevented the signing of the deal. The decision to reverse course was made Monday after Public Services and Procurement Canada "certified in writing that the ... procurement is urgent and that a delay in awarding the contract would be contrary to the public interest," according to a copy of the ruling. The decision opens the way for the government to finalize the contract, which is still under negotiation. The Lockheed Martin Canada-led team was selected in October as the preferred bidder after a nearly two-year-long competition to select an off-the-shelf design for the 15 new warships that eventually will replace the navy's frigates. One of the competitors, Alion, asked the CITT to investigate the procurement deal, saying the preferred warship design will need substantial changes and doesn't meet the navy's requirements as spelled out in the government tender. The company also has asked the Federal Court in a separate filing for a judicial review of the long-awaited decision. That case is still pending. The federal government hopes to be able to sign a contract this winter. The order to postpone implementing a deal could have had a devastating impact on the $60 billion program, which already has suffered a series of delays. One of the biggest concerns involved an anticipated production slowdown at the go-to shipyard for warship construction, Irving Shipbuilding in Halifax. The federal government is expecting gap of, possibly, 18 months between the completion of the Arctic Offshore Patrol Ships and the beginning of construction on the new frigates, known as Canadian Surface Combatants. The Liberal government has attempted to mitigate the slowdown by confirming the construction of six Arctic patrol ships. Further delays to the new frigates would have made that worse. https://www.cbc.ca/news/politics/trade-tribunal-puts-frigate-program-back-on-track-1.4941507

  • Levée de la pause opérationnelle de la flotte d’aéronefs CT-114 Tutor

    21 septembre 2022 | Local, Aérospatial

    Levée de la pause opérationnelle de la flotte d’aéronefs CT-114 Tutor

    Le major-général Iain Huddleston, commandant de la 1re Division aérienne du Canada et autorité de navigabilité opérationnelle de l'Aviation royale canadienne (ARC), a levé la pause opérationnelle de la flotte d'aéronefs CT-114 Tutor à compter du 20 septembre. La pause opérationnelle avait été instaurée à la suite d'un accident impliquant un aéronef CT-114 Tutor du 431e Escadron de démonstration aérienne (connu sous le nom de Snowbirds) le 2 août 2022 à Fort Saint John, en Colombie-Britannique. L'autorité de navigabilité opérationnelle a déclaré la pause opérationnelle le 8 août après avoir consulté les enquêteurs de la Direction - Sécurité des vols (DSV) de l'ARC et les experts de l'autorité de navigabilité technique qui relèvent du sous-ministre adjoint (Matériel) du ministère de la Défense nationale. Une pause opérationnelle signifie que les aéronefs (qu'il s'agisse d'aéronefs spécifiques ou d'une flotte) cessent temporairement de voler jusqu'à ce qu'une évaluation des risques liés à la navigabilité opérationnelle puisse être réalisée et que les opérations de vol puissent reprendre en toute sécurité. Dans le cas présent, l'accident fait toujours l'objet d'une enquête par la DSV, mais l'enquête a permis d'obtenir suffisamment d'informations pour qu'une évaluation approfondie des risques puisse être réalisée. Le rapport initial de l'enquêteur vous informe de la DSV a été publié et a confirmé que la panne du moteur était due à un filtre à huile mal assemblé. L'enquête analyse actuellement les facteurs humains qui pourraient avoir contribué à cet événement. L'équipe reprendra ses vols à sa base d'attache de la 15e Escadre Moose Jaw, en Saskatchewan cette semaine. Peu de temps après, les aéronefs CT-114 des Snowbirds actuellement à Penticton et à Fort Saint John, en Colombie-Britannique, commenceront à retourner à la 15e Escadre Moose Jaw, en Saskatchewan. Le type de vol de précision requis pour les spectacles acrobatiques des Snowbirds exige un très haut niveau de compétence qui, à son tour, nécessite beaucoup de pratique. Étant donné que l'équipe n'a pas volé depuis l'accident du 2 août, il ne lui reste pas suffisamment de temps pour effectuer le nombre d'entraînements nécessaires pour être prêts en vue de ses spectacles prévus. En conséquence, la décision d'annuler les spectacles prévus restants de l'équipe pour 2022 a été prise. https://www.canada.ca/fr/ministere-defense-nationale/nouvelles/2022/09/levee-de-la-pause-operationnelle-de-la-flotte-daeronefsct-114-tutor.html

Toutes les nouvelles