19 mai 2020 | Local, Aérospatial

MDA: All-Domain C2 Key To Countering Hypersonic Missiles

"We'll take anybody's sensors," MDA's John Bier said, "as long as it contributes to the missile warning, missile defense and space domain environment."

By on May 14, 2020 at 2:44 PM

WASHINGTON: Senior Missile Defense Agency officials say Joint All-Domain Command and Control (JADC2) will be fundamental to rapidly and seamlessly integrating future capability to track and intercept hypersonic and cruise missiles into its current architecture focused on ballistic missiles.

“We need the ability to globally see, track and engage the threats in a multispectral environment in real time with persistent capabilities, so that we can provide the right data to the right targets,” MDA's chief architect Stan Stafira said.

MDA has been able to develop its C2 network to link various layers in the overarching US missile defense architecture, but that integration has been achieved largely through “brute force,” John Bier, MDA program director for C2BMC, told a webinar sponsored by the Missile Defense Advocacy Association (MDAA) yesterday. “Where JADC2 is trying to drive the C2 community is: how do you make that easier?”

MDA is working on first assessing how to tie in its current Command and Control, Battle Management and Communications (C2BMC) architecture with JADC2 as it develops, then look at how to integrate its future planned capabilities “when applicable,” a MDA spokesperson clarified in an email.

Toward that end, MDA is planning on participating in the Air Force's second “On Ramp” exercise of the Advanced Battle Management System (ABMS) family of systems initiative aimed at developing a number of critical technologies to underpin JADC2, Bier said.

The exercise, which would have involved a space-oriented scenario, was planned for last month, but has been postponed due to the COVID-19 crisis. After first being slipped to June, it now is slated for Aug. 31-Sept. 4 moved back to A MDA fully expects to be involved in the exercise, although Bier did not elaborate on exactly what role the agency would play or what systems might be involved.

He said that MDA is working on spiral development of new technologies on an every two- to three-year cycle, but hopes to move even faster to integrate new capabilities. Part of that effort will involve moving to open standards, just as the ABMS program is doing now.

“We'll take anybody's sensors,” Bier said, “as long as it contributes to the missile warning, missile defense, and space domain environment.” The ABMS On Ramp exercises are “great integration environments” to test out the new standards, he added.

Bier said that up to now MDA has been successfully able to develop and manage a C2BMC system across the missile defense enterprise — one that links strategic systems such as the Ground-Based Midcourse Defense (GBMD) interceptors in silos in California and Alaska with regionally deployed, tactical systems such as Patriot batteries — in large part because of its special governance structure and flexible contractual authorities.

Although Bier didn't say it, the obvious inference is that DoD and the Joint Chiefs of Staff may want to consider how to centralize authority over various service C2 and battle management programs and projects that will need to connect to make JADC2 a reality.

“The JADC2 environment allows us to bring in multiple services along with MDA and the Intelligence Community and discuss these issues,” he said.

https://breakingdefense.com/2020/05/mda-all-domain-c2-key-to-countering-hypersonic-missiles

Sur le même sujet

  • La création d’emplois par l’approvisionnement en défense

    17 mai 2018 | Local, Aérospatial

    La création d’emplois par l’approvisionnement en défense

    Communiqué de presse Aider l'industrie canadienne à saisir une occasion qui ne se présente qu'une fois par génération Le 16 mai 2018, Ottawa (Ontario) Le Canada prévoit d'acheter 88 chasseurs, ce qui constitue son plus important projet d'approvisionnement dans le domaine de l'aérospatiale en plus de 30 ans. Il s'agit d'une occasion qui ne se présente qu'une fois par génération de créer des emplois et de générer des retombées pour les Canadiens. L'achat de ces chasseurs est assujetti à la Politique des retombées industrielles et technologiques (RIT), selon laquelle l'entrepreneur retenu doit faire au Canada des investissements d'une valeur égale aux dépenses effectuées par le gouvernement dans le cadre de grands projets d'approvisionnement en défense. La Politique permet de tirer parti du pouvoir d'achat du gouvernement pour stimuler l'innovation et créer des emplois bien rémunérés pour la classe moyenne. Voilà le message communiqué lors d'une série de six forums régionaux organisés dans tout le pays par Innovation, Sciences et Développement économique Canada, de concert avec Défense nationale, Services publics et Approvisionnement Canada et des organismes de développement régional. Des représentants de plus de 250 entreprises et 50 universités et instituts de recherche ont pris part à ces séances. Au total, 750 rencontres où ces représentants ont eu la chance de rencontrer les fabricants de chasseurs et de commencer à établir les liens et les partenariats qui les aideront à tirer profit des occasions découlant de ce projet d'approvisionnement d'envergure. En travaillant de près avec les industries canadiennes de l'aérospatiale et de la défense, le gouvernement s'assure que les Canadiens tirent les plus grands avantages possible d'achats majeurs dans le domaine de la défense. Citations « Gr'ce à la Politique des retombées industrielles et technologiques, ce plus important investissement dans l'Aviation royale canadienne depuis des décennies se traduira par des emplois pour la classe moyenne et des retombées économiques pour tous les Canadiens. » — Le ministre de l'Innovation, des Sciences et du Développement économique, l'honorable Navdeep Bains « Notre gouvernement a franchi encore un autre jalon important alors qu'il poursuit la mise en œuvre du remplacement de la flotte de chasseurs du Canada. Ce processus créera des retombées économiques importantes pour la population canadienne, et notre gouvernement s'est engagé à veiller à ce que les industries canadiennes de l'aérospatiale et de la défense soient bien positionnées pour participer au renouvellement de la flotte canadienne de chasseurs. » — La ministre des Services publics et de l'Approvisionnement, l'honorable Carla Qualtrough « Une flotte d'avions-chasseurs modernes est essentielle pour faire respecter la souveraineté du Canada, assurer la sécurité du continent et contribuer à la paix et à la sécurité internationales. Je suis heureux d'entendre parler des conversations productives qui ont eu lieu avec les membres et les partenaires de l'industrie canadienne au cours des dernières semaines. Cette concurrence représente une excellente occasion pour l'industrie canadienne de participer au maintien de la flotte de chasseurs de l'avenir. » — Le ministre de la Défense nationale, l'honorable Harjit S. Sajjan Faits en bref Globalement, les industries canadiennes de l'aérospatiale et de la défense offrent plus de 240 000 emplois de qualité. En 2016, l'industrie de l'aérospatiale a contribué directement au produit intérieur brut pour 13 milliards de dollars et a employé plus de 87 000 travailleurs. Le secteur canadien de la défense compte plus de 650 entreprises qui offrent des emplois de grande qualité à des travailleurs hautement qualifiés. Depuis 1986, la Politique des RIT du Canada, et la Politique des retombées industrielles et régionales qui l'a précédée, ont injecté près de 40 milliards de dollars dans le produit intérieur brut du pays. L'application de la Politique mène annuellement à la création d'environ 40 000 emplois. https://www.canada.ca/fr/innovation-sciences-developpement-economique/nouvelles/2018/05/la-creation-demplois-par-lapprovisionnement-en-defense.html

  • Du plomb dans l’aile ou plutôt de la rouille sur les ailes et le moral dans les talons…

    13 février 2019 | Local, Aérospatial

    Du plomb dans l’aile ou plutôt de la rouille sur les ailes et le moral dans les talons…

    par Dave Blackburn La décision du gouvernement de Justin Trudeau de procéder à l'achat de 25 avions de combat F-18 à l'Australie est fortement discutable sur de multiples facettes. Dans quelques semaines, le Canada commencera à prendre possession de ces « nouveaux » appareils. Personnellement, je suis d'avis que notre nation est une fois de plus la risée mondiale. Quel autre pays du G7 irait dépenser 500 millions de dollars pour faire l'achat de 25 avions de combat qui ont plus de 30 ans de service ? Pourront-ils (au moins) voler de Mirabel à Cold Lake ? Le comble du comble, Radio-Canada nous apprenait que le gouvernement Trudeau considère sérieusement de rapporter au Canada ces vieux appareils à l'aide... d'un avion-cargo de type Antonov. C'est quoi le problème ? Les F-18 australiens ne sont pas en mesure de parcourir la distance entre Canberra en Australie et Mirabel au Canada ? Si cela est le cas, c'est rassurant, car ce sont ces mêmes appareils qui assureront la défense aérienne de notre pays. Pourront-ils voler de Mirabel à Cold Lake ? Si le Canada décide de rapporter les 23 avions par avion-cargo (2 avions sont déjà aux États-Unis), une fortune sera dépensée en transport, car les frais de fonctionnement d'un Antonov sont très élevés. Ils n'ont pas pensé à les transporter par bateau ? Pourquoi ne pas acheter un porte-avion usagé ? Avec nos sous-marins et nos « nouveaux » F-18, un porte-avion usagé ferait aussi l'affaire ! Vous savez quoi, ça me donne l'impression que tout est improvisé ! Technologie désuète Fondamentalement, avons-nous besoin de F-18 dont la technologie est désuète et qui selon toute vraisemblance ne feraient aucunement le poids contre des avions de chasse de 5e génération ? Dans le contexte des guerres modernes et urbaines, quelle est la valeur ajoutée, l'utilité, de procéder à l'achat de ces appareils ? Les gouvernements libéraux ont une f'cheuse habitude d'acheter du matériel militaire usagé. Personne (et surtout pas les contribuables) n'a oublié la désastreuse transaction du gouvernement de Jean Chrétien avec la Grande Bretagne dans les années 1990 pour l'achat de 4 sous-marins, au diesel, technologie qui était déjà dépassée depuis longtemps au moment de l'achat. Ces sous-marins ont coûté jusqu'à présent plus de 3 milliards de dollars et ont passé 91% du temps en cale sèche ou à quai. Mais au-delà de tous ces éléments de discussion, ma réflexion porte sur les répercussions sur le moral des troupes lorsque notre gouvernement fait l'achat d'équipement qui est bon pour la ferraille, pour le musée ou pour être installé en avant d'une filiale de la Légion royale canadienne. Et le moral des troupes ? Si je prends le temps de me mettre dans la tenue de vol d'un pilote de l'Aviation royale canadienne, j'aurais sans doute le moral dans les talons. Je me questionnerais sérieusement. J'aurais sans doute des craintes pour ma propre vie si jamais je devais être impliqué dans un combat aérien. Je me demanderais si notre gouvernement est véritablement sérieux dans sa stratégie de défense. En fait, je serais assez confus et déprimé. De mon point de vue, l'achat d'équipement militaire usagé ne peut qu'avoir un impact négatif sur le moral des troupes et un impact sur l'attrition du personnel. Par de fait même, cela doit aussi affecter le recrutement des personnes qui auraient un intérêt pour la carrière de pilote de chasse. J'ai tenté de rejoindre deux pilotes de chasse que je connais, mais je n'ai pas eu de retour. De toute manière, je doute fortement qu'ils aient commenté cet achat, ils sont trop professionnels. Nous avons l'une des meilleures forces militaires au monde sur le plan des ressources humaines. Une force qui est professionnelle, très bien entraînée et qui a démontré à maintes reprises son excellence lors de conflits ou d'opérations locales ou de maintien de la paix. Toutefois, pour demeurer parmi les meilleurs, nos soldats, marins et aviateurs doivent pouvoir bénéficier d'un équipement militaire à la fine pointe de la technologie. C'est aussi simple que ça ! Il est impossible de séparer le soldat de l'équipement militaire pour obtenir de bons résultats. Une fausse bonne affaire Bien évidemment, l'équipement militaire moderne est extrêmement cher et comme pays, nous avons des moyens financiers limités en matière de défense (budget de +/- 25 milliards en 2017). Comme nation, nous devons faire des choix en matière d'investissements dans les différentes sphères de la société. Conséquemment, avant d'acheter n'importe quoi dont des sous-marins au diesel qui devraient être stationnés à Pointe-au-Père en Gaspésie ou des F-18, il faudrait possiblement avoir une réflexion de fond sur nos intentions en matière de défense, sur nos alliances et sur notre capacité financière. Entretemps, le gouvernement de Justin Trudeau pourra continuer de penser qu'il a fait une bonne affaire et se réjouir d'avoir obtenu 7 avions F-18 sur les 25 qui seront utilisés par leurs pièces. À une échelle moins considérable il va sans dire, c'est comme le gars, très fier de son coup, qui s'achète deux Bombardiers ski doo Tundra 250cc 1988 dont l'un sera utilisé pour les pièces ! Il doit aller les chercher à Chibougamau et il habite en banlieue de Montréal. Il pense faire une bonne affaire ! Le Tundra à quand même 30 ans, il doit parcourir des centaines de kilomètres pour aller le chercher et son moral risque d'en prendre un coup lorsqu'il sera « stallé » dans les bois à des kilomètres de chez lui ! Une bonne affaire vous dites ! ? http://www.45enord.ca/2019/02/du-plomb-dans-laile-ou-plutot-de-la-rouille-sur-les-ailes-et-le-moral-dans-les-talons-f-18-australiens-canada/

  • ANALYSIS | New defence spending goals, timing of Ukraine's admission to NATO expected to dominate summit | CBC News

    10 juillet 2023 | Local, Autre défense

    ANALYSIS | New defence spending goals, timing of Ukraine's admission to NATO expected to dominate summit | CBC News

    As Prime Minister Justin Trudeau and other NATO leaders head east to Lithuania this week for their annual summit, they'll be accompanied by some pretty pumped-up language and high expectations.

Toutes les nouvelles