18 novembre 2020 | Local, Aérospatial, C4ISR, Sécurité

Des génies d’ici protègent les avions de chasse

Des génies d’ici protègent les avions de chasse

Une équipe québécoise d’élite d’une vingtaine d’employés en cybersécurité a inventé un outil informatique pour protéger les avions de chasse de l’armée.

« Lorsqu’il y a intrusion, les dégâts sont majeurs. Ça peut conduire à des écrasements ou à de l’interception d’information très sensible », explique calmement au bout du fil le PDG de StreamScan, Karim Ganame.

Fondée en 2011, l’entreprise montréalaise compte parmi ses clients de gros noms des secteurs manufacturier et pharmaceutique connus que son grand patron préfère taire pour des raisons de sécurité.

Ces dernières années, StreamScan a travaillé en étroite collaboration avec le Centre de la sécurité des télécommunications (CST) et le ministère de la Défense sur de nombreux projets à l’abri des regards.

En gros, son outil détecte des anomalies. Par exemple, lorsqu’il y a des cyberattaques dans les avions, les systèmes informatiques vont se comporter différemment et la firme peut alors les alerter qu’une attaque est en cours.

« Confiance en personne »

Récemment, la PME a décroché un juteux contrat avec la Défense, qui s’intéresse à son puissant outil d’intelligence artificielle capable de sauver des vies, mais aussi de prévenir le vol d’informations ultras confidentielles.

« On s’attend à ce que les alliés collaborent entre eux, mais on est quand même dans la Défense, et les intérêts peuvent varier en fonction de certaines circonstances ou de réalités géopolitiques. Bref, en cybersécurité, on a confiance en personne. Ça peut venir de n’importe où », analyse-t-il.

 

Quand on lui demande si le Québec tire bien son épingle du jeu dans ce domaine, Karime Ganame en a long à dire sur les vice-présidents de grandes compagnies d’ici qui doutaient de sa capacité à fonder une entreprise.

« On me disait que l’innovation en cybersécurité vient des États-Unis. J’ai dû leur dire : “Les États-Unis n’ont pas le monopole de la connaissance. Au Québec, on est capable de le faire”. Et on l’a fait », conclut-il.

https://www.journaldemontreal.com/2020/11/09/des-genies-dici-protegent-les-avions-de-chasse