Back to news

November 25, 2019 | International, Aerospace

Guerre électronique : Le ministère des Armées lance la réalisation du programme ARCHANGE

PAR LAURENT LAGNEAU

En février 2018, la ministre des Armées, Florence Parly, avait annoncé le lancement du programme « CUGE » pour « Capacité universelle de guerre électronique », destiné à remplacer les deux avions C-160 Gabriel actuellement en service au sein de l'Escadron électronique aéroporté 00.054 « Dunkerque ».

Il était question d'équiper non pas deux mais trois avions avec cette nouvelle charge de guerre électronique. La seule indication donnée était qu'ils appartiendraient à la gamme « Falcon » de Dassault Aviation.

Il fallut attendre le dernier salon de l'aéronautique et de l'espace du Bourget pour apprendre qu'il s'agirait de trois Falcon 8X, capables de franchir la distance de 6.450 nautiques [11.945 km] et de voler à la vitesse maximale de Mach 0,9 à l'altitude de 51.000 pieds [15.545 m]. Le tout en étant 30% plus « éco-efficient » que les autres appareils de mpeme catégorie.

Restait alors à lancer le développement et l'acquisition de ces trois Falcon 8X adaptés à recevoir cette capacité universelle de guerre électronique. Ce qui vient d'être fait, à l'issue d'un comité ministériel d'investissement réuni le 18 novembre.

« Le renseignement est indispensable à nos opérations militaires. Fruit de 10 ans d'études, le programme ARCHANGE équipera l'armée de l'air dès 2025. Sa mission : la guerre électronique, soit l'interception d'émissions radio et radar », a commenté Mme Parly, via Twitter.

Pour rappel, ARCHANGE signifie « Avions de Renseignement à CHArge utile de Nouvelle GEnération. »

« Résultat de dix années d'études sur des technologies de pointe, l'ensemble des capteurs constituant la charge utile sera développé par Thales. Cette charge utile, basée sur des technologies innovantes [antennes multi-polarisation, intelligence artificielle pour améliorer les traitements automatiques], permettra de détecter et d'analyser les signaux radar et de communication gr'ce à des capteurs intégrés sur un avion d'affaire Falcon 8X construit par Dassault Aviation », a expliqué le ministère des Armées.

Outre la livraison des trois Falcon 8X « ARCHANGE », il est prévu de mettre en place une plateforme d'entraînement pour leurs futurs équipages sur la base aérienne d'Évreux.

« Les systèmes ARCHANGE accroîtront significativement les capacités de renseignement électromagnétique aéroporté français et contribueront à l'effort particulier sur la fonction stratégique ‘connaissance et anticipation', gage de l'autonomie de décision de la France et de sa supériorité en opération », fait encore valoir le ministère des Armées.

Mis en service il y a maintenant 30 ans, le remplacement des deux C-160 Gabriel est une priorité, d'autant plus que la flotte de Transall C-160 ne tardera pas à s'éteindre. Ces appareils sont essentiels pour le renseignement militaire français dans la mesure ils permettent de collecter et d'analyser des signaux électromagnétiques, et donc de pouvoir évaluer les forces d'un adversaire et d'adapter, par exemple, les contre-mesures électroniques à ses moyens de protection.

http://www.opex360.com/2019/11/22/guerre-electronique-le-ministere-des-armees-lance-la-realisation-du-programme-archange/

On the same subject

  • Dassault Aviation poursuit sa collaboration avec l'ISAE-SUPAERO sur la chaire de recherche « Conception et Architecture de Systèmes Aériens Cognitifs »

    March 23, 2022 | International, Aerospace, C4ISR

    Dassault Aviation poursuit sa collaboration avec l'ISAE-SUPAERO sur la chaire de recherche « Conception et Architecture de Systèmes Aériens Cognitifs »

    DÉFENSE Dassault Aviation poursuit sa collaboration avec l'ISAE-SUPAERO sur la chaire de recherche « Conception et Architecture de Systèmes Aériens Cognitifs » Suite à de premiers résultats prometteurs, Dassault Aviation et l'ISAE-SUPAERO annoncent le renouvellement de leur partenariat pour trois années supplémentaires pour la chaire de recherche et de formation « Conception et Architecture de Systèmes Aériens Cognitifs » (CASAC). Cette chaire, créée en 2016, vise à repenser la relation entre les équipages et les systèmes utilisés dans l'aviation. Les principaux axes de recherche concernent « la neuroergonomie, l'autonomie décisionnelle des systèmes automatisés et l'ingénierie système ». La chaire a pour objectif « d'étudier différents aspects de la collaboration entre l'homme et la machine. L'enjeu est de rendre les opérations aériennes civiles et militaires plus sûres, plus robustes et plus efficaces, tout en garantissant une maîtrise complète aux équipages », précise Dassault Aviation. « Dassault Aviation se sent tout particulièrement concerné par les problématiques d'interaction Homme-Machine car l'aviation militaire est très exigeante en raison de la diversité et de l'imprévisibilité des missions, qui induisent une gestion tactique complexe. L'enjeu est de fournir à l'Humain tous les services lui permettant d'assurer la responsabilité de cette gestion. C'est pour cela que nous collaborons avec l'ISAE-SUPAERO afin d'identifier les phénomènes qui vont jouer sur la performance de la collaboration entre les équipages et leurs machines », affirme Jean-Louis Gueneau, coordinateur des aspects scientifiques de la chaire chez Dassault Aviation. Zone-Bourse.com du 22 mars

  • Sweden's Saab plans new US munitions facility to strengthen supply chain
  • CISA Publishes Encrypted DNS Implementation Guidance to Federal Agencies | CISA
All news