Back to news

June 12, 2018 | International, Aerospace

Défense : dernière chance pour la vente du Rafale à la Belgique

C'est une course contre la montre quasiment désespérée. Ce lundi 11 juin, le Premier ministre Charles Michel et ses ministres de l'Intérieur et de la Justice vont rencontrer leurs homologues français sous le patronage d'Édouard Philippe. À l'agenda de cette visite, le remplacement des avions de chasse belges de type F-16, comme le révèle la RTBF.

Depuis des mois, le dossier empoisonne la politique de défense belge. Initialement, le gouvernement avait reçu trois offres pour remplacer son avion de chasse américain vieillissant. En plus du Rafale, l'Eurofighter, construit par un consortium britannico-germano-italiano-espagnol, et le F-35 américain de Lockheed Martin étaient sur les rangs.

Mais la proposition française faite par Dassault était assez différente sur la forme. Dénonçant dans un biais de l'appel d'offres, qui, selon le PDG de l'avionneur à Challenges, aurait favorisé le F-35 américain, Dassault a décidé d'agir directement à l'échelle intergouvernementale. Plutôt qu'une simple offre respectant l'appel lancé par le gouvernement belge, la France, par la voix de sa ministre des Armées Florence Parly, a proposé en octobre dernier un partenariat stratégique. Face au refus du ministre belge de la Défense, Steven Vandeput, l'affaire semblait très mal engagée pour le fleuron de l'aéronautique français.

Accès aux porte-avions français pour les avions belges

Cependant, les atermoiements et les divisions politiques sur ce sujet – les francophones du Mouvement réformateur (MR) étant les plus fervents partisans de l'offre française –, ont permis à la France de conserver des chances. « Notre proposition couvre les demandes faites par la Belgique dans le cadre de l'appel d'offres, a expliqué à la RTBFl'ambassadrice de France en Belgique, Claude-France Arnoult. En plus, depuis septembre, l'offre française s'est développée à la lumière des événements : vous trouverez des propositions comme celle de donner aux Belges l'accès aux porte-avions français, s'ils prennent la version navale du Rafale. C'est un partenariat global pour un système de combat qui a été proposé en septembre, et qu'on affine depuis, qui est sur la table et qu'on est prêt à discuter plus en profondeur ».

Après des mois de tergiversations, le dénouement est imminent.

http://www.lepoint.fr/monde/defense-derniere-chance-pour-la-vente-du-rafale-a-la-belgique-11-06-2018-2225992_24.php

On the same subject

All news