12 août 2020 | International, Naval

US Navy commissions another Littoral Combat Ship amid renewed push to fix the program

By:

WASHINGTON – The U.S. Navy Saturday commissioned its latest littoral combat ship amid a top-level push to fix the ship's nagging reliability issues and forge a path to make the small surface combatants useful in the years ahead.

The monohull Freedom-variant LCS St. Louis was commissioned at a private event in its namesake city, the 22nd LCS and 10th Freedom variant to join the fleet. There will be 35 LCS in the fleet once all are commissioned.

Change is in the wind for LCS once again, which has already seen several shakeups to its system. A high-level effort is underway to address problems with its complicated drive train built for high speeds that have limited the ships availability for tasking as well as to finally field its long-delayed mission packages. Mission packages will make the ships either a surface warfare hull, a mine hunter or an antisubmarine ship.

Chief of Naval Operations Adm. Michael Gilday told Defense News in a July 16 interview that he was preparing to increase LCS deployments by two-and-a-half times over the next two years to finally shake out how to best employ the ships, as well as develop a plan to finally field the mine and ASW mission modules.

“There are things in the near term that I have to deliver, that I'm putting heat on now, and one of them is LCS,” Gilday said. “One part is sustainability and reliability. We know enough about that platform and the problems that we have that plague us with regard to reliability and sustainability, and I need them resolved.

“That requires a campaign plan to get after it and have it reviewed by me frequently enough so that I can be sighted on it. Those platforms have been around since 2008 — we need to get on with it.

Experts who spoke to Defense News in July said the Navy would most likely need to accept less capability than they had planned for the ships to have if the service is to get the most out of the ships.

https://www.defensenews.com/naval/2020/08/10/us-navy-commissions-another-littoral-combat-ship-amid-renewed-push-to-fix-the-program/

Sur le même sujet

  • Le Brexit déjà en marche dans la politique européenne de défense

    28 janvier 2019 | International, Aérospatial, Naval, Terrestre, C4ISR, Sécurité, Autre défense

    Le Brexit déjà en marche dans la politique européenne de défense

    (B2 – exclusif) Peu importe les émois à Westminster et les tourments de Downing Street, ou la conduite sans ceinture du Prince Philippe, dans le domaine des opérations de stabilisation menées par l'Union européenne (au titre de la PSDC), le départ des Britanniques est désormais bien engagé et devrait se terminer bientôt Un mouvement engagé Le transfert du QG de l'opération anti-piraterie Première concernée, la plus emblématique, l'opération anti-piraterie de l'UE (alias EUNAVFOR Atalanta) va déménager de Northwood (près de Londres) à la Rota et à Brest, le commandant britannique cédant sa place au commandant espagnol avec un second français. Le QG de La Rota est en pleine préparation, le QG secondaire de Brest — qui accueille la liaison avec la marine marchande — également. Les officiers ont commencé à rejoindre leur poste. Le « tuilage » est en cours, selon nos informations (lire : La revanche de Trafalgar). Le changement de commandement en Bosnie-Herzégovine Deuxième concernée, l'opération EUFOR Althea en Bosnie-Herzégovine. Plus discrète, après avoir été l'opération phare (de l'OTAN sous le nom IFOR) et de l'Union européenne, elle ne rassemble plus aujourd'hui que 600 hommes maximum. Elle n'en est pas moins importante, car un « poste d'observation » important de ce qui se passe dans les Balkans, notamment en matière de retour des combattants étrangers. Un Français va prendre la tête de l'opération, à partir du QG de l'OTAN à Mons (le SHAPE). Un petit noyau de Français est aussi prévu à Sarajevo au sein de l'état-major de la force (lire : Le retour de la France dans l'opération de l'UE en Bosnie-Herzégovine). L'abandon d'un poste de numéro 2 en Somalie Enfin, au sein de la mission civile EUCAP Somalia chargée d'assurer le conseil et la formation des Somaliens pour la sécurité maritime, le poste de numéro 2 assuré par un Britannique est en voie de changer de main, selon nos informations. Les Britanniques ne pouvant assurer de poste de commandement des opérations européennes. Le retrait du planning des battlegroups De même, en matière de force de réaction rapide de l'UE, les Britanniques se sont retirés du tour d'astreinte des battlegroups (lire : La prise d'astreinte française au battlegroup 2019 se prépare). Du personnel détaché au titre d'un pays tiers Des Britanniques resteront dans quelques unes de ces missions et opérations qu'ils estiment ‘stratégiques', en particulier celles déployées en Somalie et dans l'Océan indien. Mais en tant que pays tiers, dès que le Brexit sera consommé. Un officier britannique de la marine marchande devrait ainsi être positionné à Brest, chargé d'assurer le lien (précieux) avec toutes les structures britanniques de la marine marchande. Et dans la mission EUCAP Somalia, Londres entend détacher un de ses officiers pour occuper le poste de chef des opérations. Une transition en douceur Dans toutes ces opérations et missions, le départ des Britanniques est désormais non seulement acté, mais leur remplacement est assuré, sans difficulté. Il est difficile désormais, voire quasi impossible, de faire machine arrière. Les Britanniques ont perdu leur tour. Difficile de faire machine arrière Si le Brexit devait être repoussé, il ne changera pas les changements opérés dans les commandements : la relève est déjà en place. Les Britanniques qui occupaient ces positions ont déjà (ou vont) retrouver d'autres fonctions dans l'armée britannique, l'OTAN ou d'autres opérations multinationales. Et dans les générations de force actuelles, ce serait un pari insensé pour les planificateurs britanniques de miser sur une possible annulation ou prolongation longue du Brexit pour faire de nouvelles offres de participation importante. Quelques leçons du départ A cette transition en douceur, si en douceur qu'elle passe inaperçue, on peut tirer d'ores-et-déjà quelques leçons. Premièrement, contrairement à ce qu'avaient affirmé certains dignitaires britanniques, assis confortablement dans leurs sièges en cuir dans des ministères londoniens, et quelques observateurs, peu au fait du fonctionnement réel de l'Union européenne, l'apport britannique dans les missions et opérations de l'Europe de la défense reste modeste. Il peut être facilement compensé, avec juste un peu de bonne volonté de quelques pays membres. Deuxièmement, le départ britannique consacre en fait le retour français dans des opérations et missions qu'ils avaient, ces dernières années, un peu délaissées. Au final, il reste tout de même un pincement au cœur. Les officiers de sa Royale Majesté, croisés durant ces années, m'ont toujours fait bonne impression, avec ce mélange de courtoisie, de rudesse, d'ironie et d'enthousiasme qui fait le charme et l'efficacité de l'armée outre-Manche. Dommage... (Nicolas Gros-Verheyde) https://www.bruxelles2.eu/2019/01/28/le-brexit-deja-en-marche-pour-la-defense/

  • U.S. Air Force flags plans to buy 26 E-7 planes from Boeing

    28 février 2023 | International, Aérospatial

    U.S. Air Force flags plans to buy 26 E-7 planes from Boeing

    The U.S. Air Force plans to buy 26 Boeing Co E-7A airborne early warning and control (AEW&C) planes to replace its ageing fleet of E-3s, the Department of the Air Force said on Tuesday, as it announced a contract worth up to $1.2 billion.

  • Here's why the US Army just bought an electric GMC Hummer

    22 juillet 2022 | International, Terrestre

    Here's why the US Army just bought an electric GMC Hummer

    The U.S. Army has purchased a GMC Hummer EV for evaluation. The electric pickup is equipped with a 1,000 horsepower drivetrain and four-wheel steering system.

Toutes les nouvelles