23 juillet 2018 | International, Aérospatial

Remplacement des F-16 : quels impacts pour l’économie belge ?

par Eurasiatimes

La Belgique choisira-t-elle de remplacer ses avions de combat par les F-35 américains, sans aucune garantie de retombées économiques, ou fera-t-elle le choix de constructeurs européens qui s'engagent, au contraire, à créer des emplois et vivifier le tissu économique et industriel belge ?

La Belgique doit prochainement remplacer sa flotte d'avions de combat, et son secrétaire d'Etat en charge du Commerce extérieur a sa petite idée sur la question. Pour Pieter de Crem, seuls les F-35 de l'Américain Lockheed Martin seraient à même de prendre le relai des antiques F-16 de la flotte belge, au motif que la Belgique doit « réaliser le meilleur achat en termes militaires et économiques. L'argument géographique ne compte pas. Ainsi, le fait d'être »un bon Européen » ne suffit pas », expédie le ministre.

Les F-35 américains auraient « un très faible impact sur l'économie belge »

L'argument des retombées économiques – un passage obligé dans ce type de négociations – du programme américain ne convainc pourtant pas. En témoigne une note interne des services de la Région de Bruxelles-Capitale, obtenue début juin par l'agence AFP. Un document selon lequel le gouvernement bruxellois suggère d'écarter la candidature du F-35 au profit de l'un de ses deux concurrents, le Typhoon d'Eurofighter, un consortium réunissant le Royaume-Uni, l'Allemagne, l'Italie et l'Espagne, et le Rafale de l'avionneur français Dassault.

La note des services de Bruxelles évalue le « retour industriel possible » à « 4 milliards d'euros sur 20-30 ans », dont l'économie de la région bruxelloise profiterait à hauteur de « 5-10% ». « Le choix du partenaire sera important sur les retours économiques », poursuit le document, qui torpille les F-35 : « En effet, les experts aéronautiques avancent que l'avionneur américain, partenaire jusqu'ici semblant être privilégié par le gouvernement fédéral, n'est pas connu pour être très volontariste ni même actif en termes de retours économiques ». « Cela fait craindre un très faible impact sur l'économie belge ainsi que sur l'économie bruxelloise », conclut la note.

Dans un paysage politique aussi complexe que celui de la Belgique, l'achat de nouveaux avions est décidé au niveau fédéral, mais les retombées économiques le sont au niveau régional. Mais au-delà de la sempiternelle opposition entre Flandre et Wallonie, « la première erreur du gouvernement belge est d'avoir dit qu'il voulait un avion sans obliger le marché à garantir des retombées économiques », estime le député Benoit Hellings, vice-président de la Commission de la Défense à la Chambre.

De fait, seules de très hypothétiques collaborations en matière de recherche sont évoquées par l'Américain. « Il serait anormal qu'un contrat de plusieurs milliards ne débouche pas sur des emplois durables », s'inquiète le député Sébastien Pirlot, qui met aussi en garde contre l'explosion des coûts habituellement constatée avec les avions de Lockheed Martin. Alors qu'un F-35 coûte entre 80 et 100 millions de dollars, « les pays qui ont déjà eu le F-35 ont vu la facture monter jusqu'à 125 millions », ajoute le député.

Typhoon, Rafale : des milliers d'emplois et des dizaines de milliards de retombées à la clé

Au contraire du F-35, ses concurrents britanniques et français promettent des retombées économiques non négligeables pour la Belgique. Les Britanniques de BAE Systems promettent ainsi quelque 19 milliards d'euros de retombées et pas moins de 6 000 emplois créés localement. Le gouvernement anglais propose également d'installer deux centres de fabrication, l'un en Flandre et l'autre en Wallonie – malin –, ainsi que la construction de centres de formation, d'innovation et de cybersécurité.

Quant au groupement français d'intérêt économique (Dassault Aviation, Thales et Safran), il évoque la création de 5 000 emplois « à haute valeur technologique » en Belgique, assortie de 20 milliards d'euros de retombées économiques sur une période de 20 ans. La France propose aussi à la Belgique un partenariat comprenant, outre la fourniture de 34 Rafales, « une coopération approfondie » dans les domaines militaire et industriel – et évoque la nécessité d'un geste hautement symbolique, à l'heure où l'Europe de la Défense, véritable serpent de mer, est en passe d'être relancée.

Des promesses trop belles pour être vraies ? « On ne demande pas de nous croire les yeux fermés, explique Eric Trappier, le PDG de Dassault Aviation. On apportera les garanties de ce que nous affirmons aujourd'hui ». Autant d'arguments dont on espère qu'ils parviendront aux oreilles du gouvernement fédéral et du ministre Pieter de Crem.

http://www.eurasiatimes.org/20/07/2018/remplacement-des-f-16-quels-impacts-pour-leconomie-belge/

Sur le même sujet

  • Airbus crée un dispositif de surveillance du trafic aérien pour les... drones

    10 décembre 2018 | International, Aérospatial

    Airbus crée un dispositif de surveillance du trafic aérien pour les... drones

    Par Alexandre Boero La division Airbus Defence and Space a collaboré pour mettre au point Drone-it!, un dispositif de surveillance des drones, de plus en plus présents dans l'espace aérien. Aviation, sécurité, cinéma, télévision, maintenance, surveillance : les domaines dans lesquels on les utilise à tout-va ne manquent pas. Voilà pourquoi Airbus a décidé de se concentrer sur le développement d'un appareil, via sa branche Airbus Defence and Space, qui viendra diminuer le risque de collision de drones dans le ciel. Une technologie qui rend les drones visibles sur un radar Souvent délicats à détecter sur radar dans un espace aérien toujours plus massif, les drones peuvent causer des situations de danger, pour les autres et pour eux-mêmes. La technologie Drone-it! vise à résoudre ce problème et permet un suivi en temps réel des drones. Pour cela, l'appareil Drone-it! est équipé d'un récepteur et d'un émetteur GNSS (Global Navigation Satellite System ou Système mondial mondial de navigation par satellite), ainsi que d'un chipset, un jeu de puces qui rend les drones bien visibles sur un radar spécifiquement développé. Le jeu de puces possède la capacité de communiquer directement avec les réseaux au sol ou alors être relayé par satellite à orbite géostationnaire. Des essais menés avec succès Avec 40 vols et six scénarios différents, la technologie a été testée avec succès lors de démonstrations menées au Royaume-Uni en octobre 2018. Sous le nom de code « Class », ce projet a été mené par Airbus Defence and Space en étroite collaboration avec l'École nationale de l'Aviation civile (ENAC), l'Université norvégienne des sciences et technologies (NTU) et Unify, une filiale du géant français Atos, spécialisée dans les communications unifiées. https://www.clubic.com/drone/actualite-848333-airbus-cree-dispositif-surveillance-trafic-aerien-drones.html

  • CISA Unveils New Public Service Announcement – We Can Secure Our World | CISA
  • Raytheon Rheinmetall Land Systems submits bid for US Army combat vehicle competition

    2 octobre 2019 | International, Terrestre

    Raytheon Rheinmetall Land Systems submits bid for US Army combat vehicle competition

    DETROIT, October 1, 2019 /PRNewswire/ - Raytheon Rheinmetall Land Systems, a joint venture formed by Raytheon Company (NYSE: RTN) and Rheinmetall Defence, has submitted its bid for the U.S. Army's new Optionally Manned Fighting Vehicle, or OMFV, program. The team will offer the next-generation Lynx Infantry Fighting Vehicle. Lynx is a next-generation, tracked armored fighting vehicle designed to address the critical challenges of the future battlefield. The vehicle provides ample growth capacity to support new technologies over its lifetime, and features lower life-cycle costs. "U.S. Army soldiers deserve the best possible fighting vehicle when they go into battle and that's exactly what this team is offering," said Sam Deneke, Raytheon Land Warfare Systems vice president. "Lynx provides unparalleled troop protection and features advanced technology that will keep our men and women in uniform ahead of the threat." Scheduled for fielding in 2026, the OMFV is expected to replace the Bradley fighting vehicle. "Our team has spent the last year assembling a U.S. supply chain to ensure that Lynx will be built in America by American workers," said Ben Hudson, global head of Rheinmetall's Vehicle Systems division. "This next-generation combat vehicle will help save lives on the battlefield and further bolster the U.S. industrial base - now that's a win-win." Raytheon technology earmarked for the Lynx includes the company's advanced weapons, Active Protection System, third-generation thermal sights, Coyote® unmanned aircraft system and cyber protection. About Rheinmetall Headquartered in Düsseldorf, the publicly traded Rheinmetall AG is a high-tech enterprise dedicated to the twin modern imperatives of mobility and security. Founded in 1889, the group today consists of two operational components: Rheinmetall Defence and Rheinmetall Automotive. One of the world's leading suppliers of military systems and equipment, Rheinmetall's Defence arm comprises three divisions: Vehicle Systems, Electronic Solutions and Weapon and Ammunition. The group's 23,000-strong global workforce generated sales last year of $6.9 billion. Follow us on Twitter. About Raytheon Raytheon Company, with 2018 sales of $27 billion and 67,000 employees, is a technology and innovation leader specializing in defense, civil government and cybersecurity solutions. With a history of innovation spanning 97 years, Raytheon provides state-of-the-art electronics, mission systems integration, C5I(®) products and services, sensing, effects and mission support for customers in more than 80 countries. Raytheon is headquartered in Waltham, Massachusetts. Follow us on Twitter. Media Contacts Raytheon John B. Patterson +1.520. 440.2194 rmspr@raytheon.com Rheinmetall Oliver Hoffmann Head of Public Relations, Rheinmetall AG +49-(0)211-473 4748 oliver.hoffmann@rheinmetall.com http://www.prnewswire.com/news-releases/raytheon-rheinmetall-land-systems-submits-bid-for-us-army-combat-vehicle-competition-300929126.html

Toutes les nouvelles