16 novembre 2017 | Local, Aérospatial

Mise à jour et nouveau nom du projet de système interarmées de surveillance et d’acquisition d’objectifs au moyen de véhicules aériens sans pilote

Article de nouvelles / Le 14 novembre 2017

Aviation royale canadienne

Le projet de système interarmées de surveillance et d’acquisition d’objectifs au moyen de véhicules aériens sans pilote (JUSTAS) de l’Aviation royale canadienne a été mis sur pied en vue de l’achat d’un système d’aéronef sans pilote (UAS) pour les Forces armées canadiennes (FAC). Le projet en est actuellement au stade de l’analyse des options.

Cet automne, le nom du projet a été changé pour celui de système d’aéronef télépiloté (SATP). Ce changement correspond aux modifications apportées aux lexiques et aux systèmes de classification de nos alliés et reflète plus précisément le mode d’utilisation des systèmes.

Comme le précise la politique de défense Protection, Sécurité, Engagement, publiée en juin 2017, les systèmes d’aéronefs télépilotés (SATP) font maintenant partie intégrante des opérations militaires modernes. Des aéronefs télépilotés (ATP), comme le CU-170 Heron de l’ARC et d’autres aéronefs sans pilote, ont été déployés au cours d’opérations militaires canadiennes et offrent plusieurs avantages, notamment la capacité de rester en vol beaucoup plus longtemps que les véhicules de surveillance stratégique actuels. L’utilisation d’aéronefs télépilotés réduit aussi les risques courus par les militaires des FAC qui font fonctionner l’appareil à distance et à partir d’un endroit moins dangereux, et permet de déterminer les menaces potentielles qui pourraient peser sur les militaires des FAC qui se trouvent dans la zone des opérations.

Les aéronefs télépilotés seront munis d’une large gamme de charges utiles et de capteurs qui détecteront les sujets d’intérêt au cours d’opérations tous temps, y compris dans l’Arctique canadien, et qui pourront apporter leur concours à une large gamme de missions, de la surveillance continue aux missions de combat en passant par le soutien aux missions de recherche et de sauvetage.  Les responsables du projet SATP prévoient que les aéronefs télépilotés peuvent, en fait, être employés dans le cadre des huit missions essentielles décrites dans la politique de défense Protection, Sécurité, Engagement, au pays et à l’étranger. Le projet SATP appuie directement les initiatives 91 et 92, qui indiquent que le gouvernement « investira dans divers systèmes télépilotés » et « fera de la recherche et du développement pour les capacités terrestres, maritimes et aériennes télépilotées ».

Le projet SATP

Bien que le nom ait changé, l’objectif du projet SATP reste d’offrir une capacité de renseignement, de surveillance, d’acquisition d’objectifs et de reconnaissance persistante à long rayon d’action. Le projet fera partie d’un réseau de systèmes de systèmes et pourra fournir des renseignements en temps quasi réel aux commandants tactiques, opérationnels et stratégiques, en soutien aux opérations au pays et aux opérations de déploiement. Au besoin, il pourra aussi fournir une capacité de frappe de précision en soutien aux opérations. Le projet vient compléter les capacités existantes des FAC, comme l’aéronef de patrouille à long rayon d’action CP-140 Aurora. Le projet SATP ne vise pas à remplacer des véhicules.

Phases du projet

Le projet SATP en est actuellement au stade de l’analyse des options :

L’analyse des options permet à la haute direction du ministère de prendre une décision éclairée quant à la meilleure façon de mettre en œuvre un projet afin de tenter d’atteindre la capacité indiquée d’une façon acceptable aux yeux du gouvernement. Au cours de cette phase, les options sont formulées, les coûts et les avantages sont évalués et une analyse de rentabilité est développée pour chacune des options.

La phase de définition d’un projet marque la transition entre la détermination de ce qui devrait être fait pour combler une insuffisance de capacité et la détermination de la façon dont l’option privilégiée sera mise en œuvre.

C’est au cours de cette phase que le projet est planifié. Les activités incluent notamment : l’exécution d’un examen détaillé des exigences du projet et d’une évaluation des risques, l’établissement des coûts et la planification de la phase de mise en œuvre et le choix de la stratégie d’approvisionnement privilégiée.

Les projets qui se trouvent en phase de mise en œuvre ont reçu les approbations nécessaires pour la conclusion de contrats et l’engagement des fonds et des ressources nécessaires pour que le projet soit mené à terme.

La capacité opérationnelle initiale, le moment où la capacité d’emploi de la ressource est d’abord atteinte, est prévue pour l’année financière 2025-2026, selon la directive présentée dans la politique de défense Protection, Sécurité, Engagement.

Coûts du projet

Les coûts sont évalués dans le cadre de la phase d’analyse des options et se préciseront au cours de la phase de définition. Le coût estimatif dépendra de la stratégie d’approvisionnement approuvée, de l’infrastructure et du type de véhicule choisi. Les coûts comprendront les capteurs, les éléments au sol et l’infrastructure connexes.

Nombre d’appareils

Aucune décision n’a été prise relativement au nombre d’appareils. Le nombre de SATP sera suffisant pour répondre simultanément à trois lignes de missions et pourrait être touché par la stratégie d’approvisionnement, l’infrastructure, et les véhicules précis choisis.

Retombées économiques

La politique relative aux retombées industrielles et technologiques, proposition de valeur comprise, s’appliquera à la présente activité d’approvisionnement, et exige que l’entrepreneur principal du projet investisse 100 % de la valeur du contrat dans l’économie canadienne. 

La proposition de valeur est l’engagement économique que le soumissionnaire prend initialement envers le Canada au moment de la soumission, et est un facteur noté et pondéré lors du choix de l’adjudicataire. Elle devient un engagement contractuel pour l’adjudicataire. Les exigences de la proposition de valeur sont adaptées à chaque approvisionnement afin de permettre au gouvernement de canaliser les investissements et de profiter des occasions économiques uniques offertes par chaque projet. 

Utilisations des SATP

Au pays, les SATP renforceront la capacité de surveillance des approches maritimes et nordiques du Canada et appuieront les opérations de recherche et de sauvetage. Les SATP permettront aux FAC d’aider d’autres ministères gouvernementaux en offrant du soutien à la sécurité lors d’événements spéciaux, comme les sommets internationaux, en apportant de l’aide aux autorités civiles, comme lors des incendies de forêt ou d’inondations, ainsi qu’en offrant du soutien aux opérations des autorités policières. 

À l’étranger, les SATP pourront détecter, reconnaître, identifier et poursuivre des cibles d’intérêt dans des milieux complexes et s’intégrer aux systèmes nécessaires pour traiter et fusionner les informations recueillies en renseignement donnant un droit d’action.

Capacité de frappe de précision des SATP

La politique de défense Protection, Sécurité, Engagement indique que les SATP auront une capacité de frappe de précision – ils pourront être armés. La capacité de cibler et d’exécuter des frappes de précision assure que si une menace est détectée, elle pourra aussi être neutralisée à ce moment.

Comme lors de l’utilisation de tout autre système d’armes, les aéronefs télépilotés seront utilisés par les FAC conformément aux lois nationales et internationales. Les opérations seront exécutées dans le strict respect des contrôles, procédures et règles d’engagement qui régissent l’utilisation de la force ou de toute autre arme. Tous ces systèmes seraient télépilotés par des militaires des FAC participant directement au processus de prise de décision de l’exécution d’une frappe. Cependant, les SATP ne seront armés que si cela est nécessaire pour la tâche attribuée.

Milieux opérationnels

Le SATP pourra être utilisé partout dans le monde, dans toutes les conditions météorologiques, à tout moment de la journée, et aura le rayon d’action et l’autonomie pour atteindre tout endroit dans l’espace aérien du Canada à partir de tout emplacement d’opérations adéquat. Le système devra aussi pouvoir fonctionner dans des milieux de faible à moyen risque, dans des contextes de collaboration avec d’autres ministères gouvernementaux et dans le cadre d’une coalition avec nos alliés.

L’ARC assure la souveraineté du Canada au moyen de sa capacité de répondre rapidement à toute menace. L’investissement dans le projet SATP, comme il est indiqué dans la politique de défense Protection, Sécurité, Engagement, permet d’augmenter la capacité de l’ARC de continuer à fournir une puissance aérienne de façon agile et intégrée tout en disposant de la portée nécessaire pour répondre à toute demande formulée par le gouvernement du Canada.

Tout fournisseur intéressé devrait adresser toute question liée à ce projet au Responsable de l’approvisionnement de Services publics et Approvisionnement Canada (SPAC).

Article: http://www.rcaf-arc.forces.gc.ca/fr/nouvelles-modele-standard.page?doc=mise-a-jour-et-nouveau-nom-du-projet-de-systeme-interarmees-de-surveillance-et-d-acquisition-d-objectifs-au-moyen-de-vehicules-aeriens-sans-pilote/j9u7rzyf

Sur le même sujet

  • RCAF implements new bio-containment capability to transport infectious patients

    24 mars 2021 | Local, Aérospatial

    RCAF implements new bio-containment capability to transport infectious patients

    February 1, 2021 Royal Canadian Air Force Public Affairs Click on the photo under “Image Gallery” to see more photos.  With the world still dealing with the threats posed by the COVID-19 pandemic, the Royal Canadian Air Force (RCAF), in collaboration with Canadian Forces Health Services Group, is implementing a new bio-containment capability for the…

  • Airbus veut croître en Amérique du Nord en visant la défense

    4 février 2019 | Local, Aérospatial

    Airbus veut croître en Amérique du Nord en visant la défense

    DJALLAL MALTI Agence France-Presse Airbus veut profiter de son implantation industrielle croissante en Amérique du Nord pour accélérer dans la défense aux États-Unis et au Canada, avec comme argument clé d'être un acteur local qui investit et crée des emplois sur place. « Pour n'importe quel acteur du secteur aéronautique et défense, jouer aux États-Unis, c'est aujourd'hui pratiquement incontournable », relève Philippe Plouvier, directeur associé au cabinet de conseil Boston Consulting Group. « Parce que dans la défense, les États-Unis, c'est 50 % des budgets mondiaux. » Mais « jouer en Amérique du Nord, c'est avoir une base industrielle sur place. Il n'y a pas de grand acteur là-bas qui n'ait pas une base importante », souligne ce spécialiste de l'aéronautique et de la défense. Airbus a renforcé son empreinte industrielle outre-Atlantique ces dernières années. Déjà présent aux États-Unis depuis 2004 avec une usine d'hélicoptères à Columbus, il a inauguré en 2015 une ligne d'assemblage finale (FAL) destinée à l'A320 à Mobile. Mais avec la prise de contrôle du programme CSeries de Bombardier, il a encore accru cette présence. Au Canada, il a « hérité » de la ligne d'assemblage de l'A220 à Mirabel et aux États-Unis, il a décidé d'en implanter une seconde, à Mobile, ce qui fait du géant européen un acteur local. Airbus se targue d'avoir dépensé 48 milliards de dollars aux États-Unis ces trois dernières années, ce qui se traduit par 275 000 emplois américains soutenus par l'avionneur. « Lorsqu'un industriel de la défense veut vendre ses produits dans un autre pays que le sien, il y a généralement trois étapes à franchir », relève Stéphane Albernhe, du cabinet Archery Consulting. Les deux premières sont les compensations au transfert de technologies. « La troisième, qui est particulièrement importante aux États-Unis, c'est la capacité à être perçu comme un actual good US citizen, qui consiste à mettre les conditions pour que l'industriel soit considéré par les Américains comme pleinement américain. » « Pour réussir cela, beaucoup de leviers peuvent être activés », mais « ce qui compte pour remporter un contrat au-delà du respect des spécifications techniques et du prix, c'est véritablement de s'intégrer pleinement dans le paysage américain. » « Le meilleur avion pour l'armée la plus puissante » Huit ans après avoir perdu celui des avions ravitailleurs face à Boeing, Airbus s'est allié à Lockheed Martin pour répondre aux besoins de l'armée de l'air américaine en termes de ravitaillement en vol. Le géant européen propose son A330 MRTT, qu'il a déjà vendu à une douzaine de pays. « Je ne comprends toujours pas pourquoi l'armée de l'air la plus puissante du monde ne volerait pas avec le meilleur avion ravitailleur sur le marché ? Parce que c'est clairement ce qu'est le MRTT », a lancé le président exécutif d'Airbus, Tom Enders, récemment à Mobile. « Nous avons remporté toutes les compétitions à part les États-Unis », a-t-il poursuivi. « Alors tout ce que nous voulons faire est d'amener l'avion ravitailleur le plus performant à la plus grande armée de l'air du monde. Cela fait sens, non ? » Airbus vise également un appel d'offres de la marine américaine pour 130 hélicoptères, alors qu'il fournit déjà l'armée américaine avec des UH-72A Lakota. Au Canada, il est en lice avec l'Eurofighter Typhoon pour l'appel d'offres qu'Ottawa doit lancer en mai pour remplacer sa flotte d'avions de combats : 88 appareils à livrer en 2025, un contrat estimé à 19 milliards de dollars. Tom Enders a laissé entendre qu'une partie de l'assemblage pourrait se faire sur place. « Quatre-vingt huit appareils, c'est important pour le Canada, ce serait important pour nous aussi », a-t-il lâché. À plus long terme, Airbus vise le remplacement des ravitailleurs de l'armée de l'air canadienne, à l'horizon 2021-2022. Restent les enquêtes qui le visent : Airbus, qui coopère avec les autorités judiciaires en France, au Royaume-Uni et aux États-Unis, espère vite tourner cette page qui ternit son image. « C'est généralement très long et dure plusieurs années », souligne Stéphane Albernhe. « Une fois que l'instruction a démarré, il y a deux objectifs pour l'industriel : faire en sorte de converger le plus rapidement possible pour réduire les impacts "réputationnels", et négocier afin que la sanction financière soit raisonnable. » https://www.lapresse.ca/affaires/economie/transports/201902/01/01-5213165-airbus-veut-croitre-en-amerique-du-nord-en-visant-la-defense.php

  • CAF inks deal with Bombardier to replace two 30-year-old Challenger aircraft

    8 juin 2020 | Local, Aérospatial

    CAF inks deal with Bombardier to replace two 30-year-old Challenger aircraft

    The Government of Canada recently announced it is replacing two Bombarder Challenger 601 utility aircraft with two Challenger 650s for the Canadian Armed Forces (CAF) to allow for continuation of mission critical roles. The retiring aircraft that entered service in the 1980s fall short of operational requirements and are nearly obsolete due to new rules in the United States and Europe that will restrict their ability to fly internationally before the end of this year. The replacement ensures CAF can continue to operate a modern and flexible utility flight service fleet that serves a variety of roles — including reconnaissance and liaison missions with international partners, and the speedy deployment of specialized capabilities and expertise, including the Disaster Assistance Response Team. Without this needed replacement, the Royal Canadian Air Force’s operational effectiveness for missions would be limited. The aircraft are used for the medical evacuation of military personnel serving overseas and the safe transport of CAF medical personnel and specialized equipment in the critical first few hours and days of someone being wounded. They are also used for the safe extraction and repatriation of personnel and citizens. The fleet further provides the ability to transport specialized teams from Canada to operational theatres around the world. Earlier this month, a Challenger quickly brought Royal Canadian Navy search experts to Naples, Italy, to support the search for the Cyclone helicopter lost in the Ionian Sea. This fleet provides critical abilities here at home. It has been used in the whole-of-government effort to support Northern, Indigenous and remote communities during COVID-19. In May 2020, it supported the delivery of COVID-19 testing supplies to Nunavut. The aircraft have been at the ready to help provincial and territorial partners with medical evacuations, if required. This fleet is also critical in facilitating the travel of senior government officials, as well as Parliamentarians from all parties due to security and safety considerations. The CAF’s existing Challenger fleet consists of four aircraft, two purchased in the early 1980s and two purchased in the early 2000s. With the implementation of new international regulatory and interoperability requirements in 2020, only half of the fleet is fully compliant with international standards. That is why the Department of National Defence has been working on this consolidation initiative since 2018, and why the government entered into a contract with Bombardier this week, after negotiating the most cost-effective option for these capabilities, which were accounted and paid with existing funds in SSE’s fiscal framework. The Challenger 650 aircraft is the current production version of the model that the CAF currently operates. This commonality will result in significant benefits in efficiency, cost, and interoperability, both in terms of training and support to operations. “This purchase is another example of our government’s commitment to provide the Canadian Armed Forces with the modern equipment they need to carry out the critical work we ask of them. This fleet is a crucial operational capability and ensuring its continuity is another important investment in our women and men in uniform,” said Harjit S. Sajjan, minister of National Defence. “While helping to fulfill the Royal Canadian Air Force’s (RCAF) operational requirements, this purchase also demonstrates our commitment to Canada’s world-class aerospace industry. Having this ready, off-the-shelf option also offers long-term value to the RCAF and to Canada,” said Anita Anand, minister of Public Services and Procurement Canada. https://www.skiesmag.com/news/caf-inks-deal-with-bombardier-to-replace-two-30-year-old-challenger-aircraft

Toutes les nouvelles