12 février 2018 | Local, Aérospatial

La quadrature du cercle de Trudeau

ÉDITORIAL / Gouverner, c'est choisir. Ça ne fait pas que des heureux. Ça commence à donner des soucis à Justin Trudeau. Il n'y a pas d'issue facile à certains des litiges auxquels son gouvernement est confronté. L'exercice du pouvoir nourrit les rangs des mécontents ; à un moment donné, ils deviennent assez nombreux pour vous battre aux élections. Les libéraux n'en sont pas encore là, mais le premier ministre doit faire attention à l'accumulation d'accusations contre son gouvernement.

Hier, le Canada a vu un contrat de 233 millions $ lui filer entre les doigts ; les Philippines ont annulé l'achat de 16 hélicoptères de l'usine québécoise Bell Helicopter. Ottawa hésitait à les vendre au régime de Manille qui s'en servirait pour mater des mouvements terroristes. Quand le président Rodrigo Duterte, un adepte de la ligne dure, a senti les craintes du Canada, il a demandé à ses dirigeants militaires de rompre l'entente et de trouver un autre fournisseur.

Ces questions de principe sont difficiles à arbitrer. D'un côté, cette vente aurait assuré du travail à 900 personnes à Mirabel.

Les Canadiens ignorent l'importance du commerce des armes au pays. Il fournit de l'emploi à plus de 100 000 travailleurs au pays et discrètement, le Canada s'est faufilé parmi les 10 premiers exportateurs au monde. C'est que les statistiques officielles ne disent pas tout. Une part des ventes consiste en des équipements d'appoint ou technologique. Ainsi, le Canada a déjà vendu des hélicos à la Colombie pour sa lutte contre des groupes révolutionnaires, mais seulement après avoir été modifiés. Ainsi, la vente n'apparaissait pas publiquement comme une de type militaire, même si c'était un secret de Polichinelle.

Une autre transaction du genre, avec l'Arabie saoudite, continue de faire couler l'encre. Sous les conservateurs de Stephen Harper, Ottawa a permis en 2014 la vente de tanks légers pour 15 milliards $ et assurent de l'emploi à 3000 personnes de General Dynamics à Newmarket. En campagne électorale, M. Trudeau a diminué la portée de l'affaire, arguant que le Canada vendait « des Jeeps ». Mais personne ne reconnaîtrait un Jeep devant une photo de ces tanks légers, mais lourdement armés.

Des organisations comme Amnesty International font pression contre ce contrat parce que selon leurs prétentions, le régime de Riyad se servirait de ces véhicules pour réprimer sa minorité chiite. La ministre des Affaires globales, Chrystia Freeland, a soutenu hier que des preuves vidéo de 2016 n'étaient pas concluantes, sans rendre public le rapport à cet effet.

Les « Jeeps » de Justin Trudeau, puis cette vente avortée d'hélicoptères aux Philippines : le Canada est-il trop vertueux ? Se met-il la tête dans le sable ?

Différents sondages indiquent que la population est partagée.

Ajoutons au dossier l'approbation du pipeline Kinder Morgan entre l'Alberta et la Colombie-Britannique. Difficile de réconcilier les prétentions vertes du gouvernement Trudeau et le feu vert qu'il offre aux oléoducs...

Comment rétablir la quadrature du cercle ? En fait, c'est impossible. Ottawa doit arbitrer entre les intérêts des uns et des autres, d'une province contre l'autre, d'une question de principe contre des emplois et une économie florissante. Les conservateurs penchaient systématiquement pour l'économie. Ils pratiquaient une forme d'aveuglement volontaire. Quant aux libéraux..., au moins disent-ils avoir soupesé le tout ; croyons-les sur parole, jusqu'à preuve du contraire. Parfois, les circonstances peuvent faire pencher d'un côté ou de l'autre. C'est l'arbitrage difficile du pouvoir.

https://www.ledroit.com/opinions/pierre-jury/la-quadrature-du-cercle-de-trudeau-feba1bdc2307d1b066a537683911da28

Sur le même sujet

  • Airbus songe à b'tir deux nouvelles usines au Québec

    15 janvier 2019 | Local, Aérospatial

    Airbus songe à b'tir deux nouvelles usines au Québec

    JEAN-FRANÇOIS CODÈRE La Presse Le géant Airbus pourrait, s'il décroche deux importants contrats canadiens dont l'octroi doit se faire au cours des prochaines années, b'tir deux nouvelles usines d'assemblage au Québec, probablement à Mirabel, a laissé entendre ce matin Simon Jacques, chef d'Airbus Défense au Canada. Le premier de ces contrats doit être octroyé cette année par Télésat, un opérateur canadien de satellites de télécommunication. Celui-ci souhaite lancer quelques centaines de nouveaux satellites à orbite basse pour un réseau d'accès à l'Internet. Selon M. Jacques, l'usine qui fabriquerait ces satellites pourrait employer environ 200 personnes. L'entreprise affirme mener des discussions avec les gouvernements provincial et fédéral en vue de l'installer au Québec, si elle obtient le contrat. « Ce serait un game changer pour l'aérospatiale au Canada », estime M. Jacques. Avions de chasse L'autre contrat, plus important, est celui du remplacement des avions de chasse canadiens. Airbus est l'une des quatre entreprises, avec Boeing, Lockheed et SAAB, qui manifeste toujours son intérêt pour l'obtention de cet important contrat concernant 88 chasseurs, qui devront remplacer la flotte de F18 actuels. L'une des conditions de cet appel d'offres, qui doit normalement être lancé avant la prochaine campagne électorale fédérale, imposera du contenu canadien. Dans ce contexte, Airbus étudie l'option de construire une usine d'assemblage final au Canada, probablement au Québec, a aussi indiqué M. Jacques. Airbus a par ailleurs confirmé que la Société en commandite C Series, où elle est associée à Bombardier et au gouvernement du Québec, investit présentement 30 millions de dollars américains (40 millions de dollars) pour améliorer ses installations de Mirabel. Des dômes permettant d'héberger des avions en construction seront ajoutés au printemps. Ils sont déjà en construction. Un nouveau centre de livraison sera aussi ajouté au quatrième trimestre. https://www.lapresse.ca/affaires/economie/transports/201901/14/01-5210974-airbus-songe-a-batir-deux-nouvelles-usines-au-quebec.php

  • Irving Shipbuilding Hands Over HMCS Montreal to Royal Canadian Navy

    17 octobre 2019 | Local, Naval

    Irving Shipbuilding Hands Over HMCS Montreal to Royal Canadian Navy

    Irving Shipbuilding Inc. handed over Halifax-class frigate HMCS Montréal (FFH 336) to the Royal Canadian Navy (RCN) following the completion of a 53-week docking work period on August 22. The vessel arrived at Halifax Shipyard on Aug. 13 last year for the docking work period (DWP). The DWP was completed on schedule and included preventive and corrective maintenance, ship system upgrades including new diesel generators and chillers to name a few, as well as installation of new equipment providing enhanced combat capabilities to ensure the longevity of HMCS Montreal. More than 400 of Halifax Shipyard's 2,000 employees worked on HMCS Montreal's docking work period, including many shipbuilders who are members of Unifor Local 1. Dozens of Nova Scotia-based suppliers worked with ISI on the Montreal, including Maritime Pressure Works, MacKinnon & Olding, CMS Steel Pro, and Pro-Insul, among others. Since 2010, all seven of the Navy's east coast Halifax-class frigates– HMCS Halifax, HMCS Fredericton, HMCS Montreal, HMCS Charlottetown, HMCS St. John's, HMCS Ville de Quebec, and HMCS Toronto – have been consecutively modernized and maintained at Halifax Shipyard. Halifax Shipyard is continuing its legacy as the Halifax-class In-Service Support Centre of Excellence, with HMCS Charlottetown currently in the graving dock for a docking work period. In addition to its Halifax-class ship maintenance work, Halifax Shipyard is building six Arctic and Offshore Patrol Ships (AOPS) and 15 Canadian Surface Combatants (CSC) over the next 25 years as part of Canada's National Shipbuilding Strategy (NSS). The Halifax class underwent a modernization program, known as the Halifax Class Modernization (HCM) program, in order to update the frigates' capabilities in combatting modern smaller, faster and more mobile threats. This involved upgrading the command and control, radar, communications, electronic warfare and armament systems. Further improvements, such as modifying the vessel to accommodate the new Sikorsky CH-148 Cyclone helicopter and satellite links will be done separately from the main Frigate Equipment Life Extension (FELEX) program. https://www.navyrecognition.com/index.php/news/defence-news/2019/october/7593-irving-shipbuilding-hands-over-hmcs-montreal-to-royal-canadian-navy.html

  • US Navy eyes two-submarine delivery rate in 2024 after schedule upset

    9 novembre 2023 | Local, Aérospatial

    US Navy eyes two-submarine delivery rate in 2024 after schedule upset

    After trying to deliver 2 subs this year but facing delays over the summer, the Navy hopes 2024 will be the year to get back to 2-a-year deliveries.

Toutes les nouvelles