7 novembre 2018 | International, Aérospatial, Naval, Terrestre, C4ISR, Sécurité

Coopérations dans l'armement : la France peut-elle vraiment faire confiance à l'Allemagne ? (1/3)

Par Michel Cabirol

La France et l'Allemagne ont à l'évidence des enjeux et des objectifs différents. La coopération franco-allemande est-elle assise sur des bases saines ? Pas sûr.

La France peut-elle vraiment faire confiance à l'Allemagne en matière de politique de défense et d'armement? Pas sûr si l'on en croit le député LREM du Finistère, Jean-Charles Larsonneur, qui jette un pavé dans la mare avec son rapport sur le programme 146 (Equipement des forces et dissuasion) : "L'approfondissement, sans grande publicité et, pour ainsi dire, à bas bruit, du concept de nation-cadre de l'OTAN, consiste à fédérer autour de l'Allemagne les capacités de 17 « petits » pays, ce qui risque de réduire l'intérêt des Allemands pour nos coopérations bilatérales", a-t-il expliqué le 24 octobre à l'Assemblée nationale.

L'Allemagne se place dans une volonté de leadership en Europe dans le domaine de la défense, qu'elle a très clairement exprimé dans son Livre Blanc de 2016 et dans sa stratégie dans le domaine des technologies clés. D'ailleurs, l'un des plus influents think tank d'Allemagne, la Stiftung für Wissenschaft und Politik (SWP), synthétise parfaitement la stratégie allemande. Il préconisait en août 2017 que Berlin prenne le leadership militaire de l'Union européenne, et de devenir le pilier européen de l'OTAN en raison du futur désengagement américain. "La Bundeswehr pourrait devenir une épine dorsale de la sécurité européenne à long terme, affirmait la SWP.  (...) Cela exige de la volonté du futur gouvernement fédéral d'accepter un leadership politique et militaire dans l'alliance".

Un avantage puissant pour l'industrie allemande

L'Allemagne a effectivement su se saisir du concept de nation-cadre ("Framework Nation Concept"- FNC) élaboré par l'OTAN à son initiative à partir de 2012. De fait, l'Allemagne, qui a mis en œuvre ce concept, s'est entourée, en tant que nation-cadre, de 19 États membres pour mettre en œuvre des projets de coopération très approfondis, tendant à une véritable intégration pour certains d'entre eux (Pays-Bas notamment). Et pour de nombreux observateurs, ce concept va se révéler être un rouleau compresseur en faveur des intérêts industriels germaniques. C'est un "instrument stratégique qui pourrait servir puissamment les intérêts de l'industrie allemande", a confirmée Jean-Charles Larsonneur.

Pourquoi ? Selon Antoine Bouvier, cité dans le rapport du député, l'interpénétration des enjeux capacitaires et opérationnels est profonde. Ainsi, les États partenaires de l'Allemagne ont souscrit l'engagement de porter au standard le plus élevé leurs capacités des chars de combat, ce qui constitue une "formidable opportunité pour KMW ". Cette opportunité est par nature d'autant plus grande que l'intégration des capacités militaires concernées est poussée. Ainsi, l'armée de terre néerlandaise ne pourrait désormais plus être déployée sans la Bundeswehr, tant leur intégration capacitaire est profonde. L'Allemagne, dans ce schéma, tient un rôle d'intégrateur des capacités européennes. Cette ambition s'appuie sur des ressources budgétaires à la hausse : augmentation de 34,3 milliards d'euros en 2016 à 42,9 milliards en 2019 (soit 1,31% du PIB).

"Le concept de nation-cadre se constitue de fait comme le pilier européen de l'Alliance ‒ aux yeux d'Américains, mieux vaut voir l'Europe de la défense se constituer dans un cadre de l'OTAN, bien connu, plutôt que dans des constructions européennes moins maîtrisées par eux", a expliqué Jean-Charles Larsonneur dans son rapport.

Le SCAF en danger?

Un accord politique a été trouvé au plus haut niveau le 13 juillet 2017, formalisé par des lettres d'intention au printemps 2018. Il est convenu que la France aura un rôle prééminent dans la conduite du programme SCAF. Symétriquement, il est entendu que l'Allemagne en aura un dans la conduite du projet de char du futur tout comme elle a obtenu le leadership sur le futur drone MALE européen. Selon Jean-Charles Larsonneur, les industriels français et allemands ne disposent toujours pas d'un cadre réglementaire, ne serait-ce que pour échanger des informations. "Il ressort de mes travaux que la DGA attend des réponses de son équivalent allemand", a-t-il révélé.

"Il est donc urgent de poser des jalons aussi irréversibles que possible dans la coopération franco-allemande, tant que le contexte politique le permet", a-t-il affirmé.

Jean-Charles Larsonneur est inquiet sur la coopération franco-allemande. "La coopération franco-allemande présente en ce moment quelques signes de flottement", a-t-il estimé à l'Assemblée nationale. Il a cité en exemple la décision des Allemands de décliner la proposition française de développer en commun un missile européen pour le nouveau standard du Tigre, au profit d'un missile israélien, le Spike, comme l'avait révélé La Tribune. Mais selon Antoine Bouvier, le nouveau Spike LR2 n'est qu'au début de son développement et comporte donc des risques technologiques. "Le choix des Allemands pour une joint venture entre Rafael, fabricant israélien du Spike, et RheinMettall ‒ dont le rôle dans ce programme ne paraît d'ailleurs pas être dominant ‒ ne s'explique donc pas principalement par des considérations techniques", a précisé le rapport du député du Finistère.

Le concept de nation-cadre permet également à l'Allemagne d'avancer discrètement ses pions dans le domaine des sous-marins. Après avoir fait céder la Norvège (membre du FNC), Berlin tente désormais de séduire la Pologne et les Pays-Bas en vantant un cluster européen sous-marin sous tutelle allemande. Ce qui marginaliserait clairement la France en Europe. En février 2017, la Norvège a commandé quatre U-212 et doit développer avec Berlin un partenariat à vocation mondiale dans le domaine des missiles mer-mer et des systèmes de traitement de l'information. La décision d'Oslo d'interrompre l'appel d'offres et de choisir une évolution du sous-marin en service dans la Marine allemande dans le cadre d'une coopération opérationnelle et industrielle renforcée, risque de faire tâches d'huile en Europe... La France est en danger.

https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/cooperations-dans-l-armement-la-france-peut-elle-vraiment-faire-confiance-a-l-allemagne-1-3-795987.html

Sur le même sujet

  • Lockheed Martin Receives First F-16 For Depot Sustainment Program

    17 mars 2021 | International, Aérospatial

    Lockheed Martin Receives First F-16 For Depot Sustainment Program

    Lockheed Martin received its first F-16 from the U.S. Air Force as part of the $900 million IDIQ contract to provide sustainment support and depot-overflow services for F-16 aircraft.

  • 12 à 20 Airbus H225M de plus pour l'Armée de l'Air ?

    4 octobre 2019 | International, Aérospatial

    12 à 20 Airbus H225M de plus pour l'Armée de l'Air ?

    Airbus Helicopters continue de trouver preneur pour ses H225 initialement destinés au marché de l'off-shore. Cette fois, il s'agit de l'Armée de l'Air puisqu'un avis de pré-information ayant pour objet la "location-vente et le soutien de 12 à 20 hélicoptères EC-225 (ndlr: H225) d'occasion à modifier sous agrément au profit de l'armée de l'air et prestations associées" vient d'être diffusé. Ces Airbus Helicopters H225 seront reconvertis pour réaliser des missions spécifiques de type SAR (Search and Rescue) et de type FSI (Forces de Sécurité et d'intervention). La future implantation des futurs H225M sera des "bases aériennes en France métropolitaine et outre-mer ainsi qu'à l'étranger (Djibouti)". La procédure sera lancée en 2020. Airbus Helicopters a déjà réussi à replacer plus de la moitié de la centaine de H225 initialement destinés au marché de l'off-shore avec notamment deux gros contrats : celui passé par l'Ukraine en juillet 2018 pour un total de 21 exemplaires, l'autre par l'opérateur américain Air Center Helicopters qui a signé pour 17 H225 pour notamment le ravitaillement des navires de l'US Navy au large des côtes https://www.air-cosmos.com/article/12-20-airbus-h225m-de-plus-pour-larme-de-lair-21801

  • Britain orders Airbus H145 helos amid scramble to fix pilot shortage

    22 janvier 2020 | International, Aérospatial

    Britain orders Airbus H145 helos amid scramble to fix pilot shortage

    By: Andrew Chuter  LONDON — Rotary pilot and rear crew training capabilities for the British military have been given a lift with an order for additional Airbus helicopters in part of a wider boost to a package of improvements announced Jan. 21 by the Ministry of Defence. The £183 million (U.S. $238 million) deal will see Airbus supply four of its H145 helicopters to the rotary wing element of the U.K. Military Flying Training System program. UKMFTS is run by the Babcock-Lockheed Martin joint venture Ascent Flight Training Management in partnership with the MoD. Aside from the H145 helos, known in Britain as Jupiters, the MoD has funded the acquisition of another simulator, made by Canadian vendor CAE, and infrastructure improvements at Royal Air Force Shawbury, the headquarters of Britain’s tri-service helicopter training effort. “The new H145 helicopters and simulator will enable students to learn how to fly a range of missions, covering expected scenarios on operational deployment. In addition, the H145s enable students to practice winching tasks and rear crew activities,” the MoD said in a statement announcing the deal. “It is part of a wider program to increase training capacity for UK military pilots overall, as part of the £3.2 billion UKMFTS program and helps address the increased demand for pilot training identified in the 2015 Strategic Defence and Security Review,” the statement added. The helicopter element of MFTS currently operates 29 Airbus H135s for basic training, and three H145s for more advanced pilot training and particularly for rear crew work like winching. The H135 is known in Britain as the Juno. All four aircraft are expected to be delivered to the MFTS program by the end of this year. The more than doubling of the H145 fleet reflects the increasing number of rotary rear crew and pilots required by the British military. Crew shortages in fixed- and rotary-wing sectors have caused concern at the MoD, with Defence Secretary Ben Wallace saying late last year that fixing the problem is a top priority. To help meet demand, additional fixed-wing aircraft may also be added to a fleet that already includes T-6 Texans, Phenon multi-engine trainers and King Air rear crew trainers. https://www.defensenews.com/training-sim/2020/01/21/britain-orders-airbus-h145-helos-amid-scramble-to-fix-pilot-shortage/

Toutes les nouvelles