Back to news

August 3, 2020 | Local, Aerospace

Government of Canada receives proposals to replace its fighter jets

Government of Canada receives proposals to replace its fighter jets

NEWS PROVIDED BY

Public Services and Procurement Canada

Jul 31, 2020, 12:49 ET

GATINEAU, QC, July 31, 2020 /CNW/ - The Government of Canada is committed to providing members of the Royal Canadian Air Force (RCAF) with the aircraft they need to do their jobs, while ensuring the best possible value for Canadians.

Today marked a significant milestone in the process to replace Canada's fighter aircraft fleet. In response to the formal Request for Proposals released last summer, the following eligible suppliers have submitted proposals:

  • Swedish Government—SAAB AB (publ)—Aeronautics with Diehl Defence GmbH & Co. KG, MBDA UK Ltd., and RAFAEL Advanced Defence Systems Ltd.
  • United States Government—Lockheed Martin Corporation (Lockheed Martin Aeronautics Company) with Pratt & Whitney
  • United States Government—The Boeing Company with Peraton Canada Corp., CAE Inc., L3 Technologies MAS Inc., GE Canada and Raytheon Canada Limited Services and Support Division

The proposals will be rigorously evaluated on elements of capability (60%), cost (20%) and economic benefits (20%).

During the evaluation, a phased bid compliance process will be used to ensure that bidders have an opportunity to address non-compliance related to mandatory criteria in their proposals.

The initial evaluation of proposals is anticipated to be completed by spring 2021, at which point Canada may choose to enter into dialogue with two or more compliant bidders and request revised proposals.

Canada will finalize terms with the preferred bidder prior to the contract award, which is anticipated in 2022. Delivery of the first aircraft is expected as early as 2025.

Quotes

"I am extremely proud of the hard work and dedication in reaching this important milestone in the fighter fleet procurement process. I am confident that we will deliver on the government's commitment to provide the Royal Canadian Air Force with the right fighter jet, at the right price, with the right social and economic benefits for Canadians."

The Honourable Anita Anand
Minister of Public Services and Procurement

"Through our fully costed and funded defence policy, Strong, Secure, Engaged, our government committed to purchasing a full fleet of 88 aircraft to be able to meet our NORAD and NATO obligations simultaneously. Efficient and modern fighter jets are an integral part of any air force and we continue to work diligently to make sure that we provide the members of the Royal Canadian Air Force the tools they need to protect Canada, both at home and abroad."

The Honourable Harjit S. Sajjan
Minister of National Defence

"This project represents a once-in-a-generation opportunity to support the competitiveness and growth of Canada's aerospace and defence industries. Our government will evaluate each of these proposals based on their plans to invest in Canada's economy and to support high-value Canadian jobs."

The Honourable Navdeep Bains
Minister of Innovation, Science and Economic Development

Quick facts

  • As part of its defence policy, Strong, Secure, Engaged, the government is acquiring 88 advanced fighter jets. This is the most significant investment in the RCAF in more than 30 years and is essential for protecting the safety and security of Canadians and meeting international obligations.
  • Officials have conducted extensive engagement with Canadian aerospace and defence industries to ensure that they are well positioned to participate in the procurement.
  • Canada's Industrial and Technological Benefits Policy, including Value Proposition applies to this procurement. This is expected to generate high-value jobs and economic growth for Canadian aerospace and defence businesses for decades to come. Bidders were required to demonstrate how they will fulfill the Government of Canada's economic benefits requirements. Those providing contractual guarantees will receive higher points in the evaluation of the Value Proposition.
  • An independent fairness monitor is overseeing the entire process, to ensure a level playing field for all potential bidders.
  • An independent third-party reviewer was also engaged to assess the quality and effectiveness of the procurement approach.

Associated links

Future Fighter Capability Project
National Defence: Fighter jets
Integrating Australian jets into the current Royal Canadian Air Force fighter fleet

Follow us on Twitter
Follow us on Facebook

SOURCE Public Services and Procurement Canada

For further information: Cecely Roy, Press Secretary, Office of the Honourable Anita Anand, 343-549-7293, cecely.roy@canada.ca; Media Relations, Public Services and Procurement Canada, 819-420-5501, media@pwgsc-tpsgc.gc.ca

Related Links

www.tpsgc-pwgsc.gc.ca

https://www.newswire.ca/news-releases/government-of-canada-receives-proposals-to-replace-its-fighter-jets-801677231.html

On the same subject

  • Le défi de rapiécer nos vieux CF-18 jusqu’en 2028 coûtera 3 milliards et probablement beaucoup plus

    December 7, 2018 | Local, Aerospace

    Le défi de rapiécer nos vieux CF-18 jusqu’en 2028 coûtera 3 milliards et probablement beaucoup plus

    Par Stéphane Parent | francais@rcinet.ca Le gouvernement canadien de Justin Trudeau prévoit investir 3 milliards au cours de la prochaine décennie pour maintenir en service ses avions de chasse CF-18 jusqu'à l'achat de nouveaux chasseurs. La facture ne tient pas compte cependant de la mise à niveau des systèmes électroniques de ces avions qui n'ont pas été modernisés depuis 2008. Nos CF-18 auront 50 ans en 2032, l'année où le gouvernement prévoit les retirer. Leur technologie de combat accusera alors un retard de 15 ans si elle n'est pas modernisée. Croyant qu'elle allait pouvoir les remplacer en 2020, la Défense nationale canadienne n'a pas préparé de plan pour mettre à jour leur capacité de combat. Le vérificateur général du Canada, Michael Ferguson, a critiqué le gouvernement libéral, le mois dernier, en soulignant que les montants prévus pour le maintien opérationnel de la flotte ne comprenaient en fait aucune mise à niveau réelle des systèmes de combat des avions, qui n'ont pas été revus depuis 2008. Des avions capables de voler, mais pourront-ils réellement nous défendre? Des représentants de la Défense ont affirmé à un comité de la Chambre des communes, lundi après-midi, qu'ils s'attendaient à avoir une idée d'ici le mois de mai du type de mises à niveau nécessaires. Des améliorations qui, selon des analystes, coûteront des centaines de millions, voire des milliards de dollars. Selon les données de la défense nationale du printemps dernier, 22 % des postes de techniciens dans les escadrons de CF-18 à Bagotville au Québec et à Cold Lake en Alberta étaient vacants ou occupés par des techniciens peu qualifiés. Un autre défi qui attend l'armée canadienne sera de trouver une façon de remédier à la pénurie de techniciens expérimentés pour réparer et entretenir les vieux avions. Elle cherche à sous-traiter certaines t'ches de maintenance des avions de combat vieillissants CF-18. Des responsables de la Défense estiment qu'ils sauront le printemps prochain quels capteurs, armes et autres mises à niveau seront nécessaires pour que les avions de combat CF-18 vieillissants du pays puissent encore effectuer des missions de combat jusqu'à leur remplacement. De moins en moins d'avions et de plus en plus d'argent Pas moins de 19 chasseurs F-18 se sont écrasés depuis l'acquisition de cette flotte de 138 appareils par l'Aviation royale canadienne au tout début des années 1980 au prix de 5 milliards de dollars. Dix pilotes ont perdu la vie dans ces écrasements. Seuls 76 des 138 CF-18 achetés dans les années 80 sont toujours en service. Craignant de ne plus être en mesure de maintenir le nombre de chasseurs qui doivent être prêts à décoller en tout temps comme l'exige son alliance militaire avec les États-Unis au sein du NORAD, le Canada a décidé l'an dernier d'acheter 18 avions de chasse usagés CF-18 de l'aviation militaire australienne. En septembre, les États-Unis ont finalement donné le feu vert à l'achat par le Canada des CF-18 australiens usagés. L'approbation des Américains était nécessaire parce que ces avions ont été construits aux États-Unis avec la technologie américaine. Si toutes les négociations et approbations se déroulent comme prévu, les avions commenceraient à arriver au Canada en 2019. De nouveaux avions attendus depuis près de 10 ans d'ici 7 ans et plus Les CF-18 mis en service dans les années 1980 devaient être retirés d'ici 2020, mais leur remplacement s'est transformé en une longue saga. Il y a six ans, le gouvernement conservateur de Stephen Harper a abandonné dans la controverse son projet d'acheter des avions de chasse américains F-35 sans appel d'offres pour remplacer cette flotte vieillissante. Le gouvernement Trudeau, qui avait par la suite décidé d'acheter 18 avions Super Hornet à Boeing également sans appel d'offres, a annulé cet achat en 2017 dans la foulée du conflit commercial entre Boeing et Bombardier. Il a donc fini par se tourner vers l'Australie pour acheter des avions de chasse provisoires et a lancé un appel d'offres pour acheter 88 avions de chasse permanents. On s'attend maintenant à ce qu'il faille de cinq à sept ans pour réunir un nombre suffisant de pilotes et de techniciens à temps pour commencer à faire la transition des CF-18 vers de nouveaux avions ultramodernes. La livraison du premier avion est prévue en 2025, et celle du dernier en 2031. http://www.rcinet.ca/fr/2018/12/04/modernisation-vieux-cf-18-canada-verificateurs-avion-chasse-australien/

  • CYBERSECURITY - BEST PRACTICES SHARING CIRCLES

    April 4, 2023 | Local, Aerospace, C4ISR

    CYBERSECURITY - BEST PRACTICES SHARING CIRCLES

    YOU WANT TO STRENGTHEN YOUR CYBER-RESILIENCE AND LEARN MORE ABOUT BEST PRACTICES FROM YOUR COLLEAGUES IN THE AEROSPACE INDUSTRY, COME AND PARTICIPATE IN OUR BEST PRACTICES SHARING CIRCLES. GOALS The aerospace industry attaches paramount importance to the sector's cyber resilience. Security and continuity issues are at the heart of concerns. Help companies obtain information on best practices in cybersecurity Promote the sharing of best practices between participants Discuss the challenges of the sector For more details and to register, please download the attached file

  • AU CANADA, LES POLICIERS VONT UTILISER LES RÉSEAUX SOCIAUX POUR PRÉDIRE LES DISPARITIONS AVANT QU’ELLES NE SE PRODUISENT

    April 25, 2019 | Local, Security

    AU CANADA, LES POLICIERS VONT UTILISER LES RÉSEAUX SOCIAUX POUR PRÉDIRE LES DISPARITIONS AVANT QU’ELLES NE SE PRODUISENT

    Avec une base de données suffisante et une intelligence artificielle, il est parfois possible d'anticiper certains incidents. Certaines plateformes, comme Facebook, travaillent sur des algorithmes permettant de repérer les adolescents suicidaires et d'intervenir dans le cas où ils risquent de passer à l'acte. Au Canada, les forces de l'ordre vont utiliser des modèles prédictifs pour prédire les disparitions avant qu'elles n'aient lieu. Selon un rapport du gouvernement, les modèles prédictifs seront basés sur des publications sur les réseaux sociaux, les dossiers de la police et les services sociaux. Les algorithmes se référeront à une dizaine de facteurs de risques communs, comme des antécédents de fugue ou de violence à la maison, afin d'identifier les personnes susceptibles de disparition. L'initiative fait toutefois l'objet de nombre de critiques. Certains experts pensent que l'utilisation de modèles prédictifs à cette fin pourrait conduire à de faux positifs. Le type d'informations à utiliser n'a pas été dévoilé Le document a été publié le mois dernier par la RDDC (Defence Research and Development Canada), une agence rattachée au ministère de la Défense nationale. Selon le rapport, la conception des modèles prédictifs sera assurée par SPPAL (Saskatchewan Police Predictive Analytics Lab). Ce laboratoire est le fruit d'un partenariat entre la police, le ministère provincial de la Justice et l'Université de la Saskatchewan. La police canadienne utilise déjà les réseaux sociaux pour repérer des cas d'infraction, trouver des suspects et résoudre des enquêtes. Toutefois, le rapport n'indique pas les types d'informations qui seront recueillies sur les médias sociaux. Des risques de faux positifs Tamir Israel est avocat à CIPPIC (Canadian Internet Policy and Public Interest Clinic). Il a reconnu que les modèles prédictifs de SPPAL pourraient être utilisés pour trier les cas suspects selon leur ordre de priorité. Il est en effet nécessaire de distinguer, par exemple, une éventuelle victime d'enlèvement d'une fugueuse habituelle. « Les forces de l'ordre seront invitées à s'appuyer sur les résultats du modèle prédictif » pour décider de la sérieuse prise en charge d'un cas de personne disparue », a-t-il déclaré à Motherbord. Toutefois, il a souligné que ces modèles prédictifs sont souvent opaques dans leur fonctionnement, en s'appuyant sur des facteurs que les policiers eux-mêmes ne peuvent pas évaluer ou deviner. Il a noté que les informations sur les réseaux sociaux ne sont pas toujours fiables et augmentent les risques de faux positifs. Il a également noté que cette méthode pourrait conduire à des résultats faussés lorsque les modèles sont appliqués à des groupes minoritaires. Il craint qu'ils ne fassent pas de différences entre les cultures. « Nous savons que les modèles prédictifs sont loin d'être infaillibles dans des situations réelles et qu'il y aura des faux positifs », a-t-il rappelé. « Les conséquences d'une intervention basée sur un faux positif peuvent être très graves. » http://www.fredzone.org/au-canada-les-policiers-vont-utiliser-les-reseaux-sociaux-pour-predire-les-disparitions-avant-quelles-ne-se-produisent-998 http://cradpdf.drdc-rddc.gc.ca/PDFS/unc335/p809812_A1b.pdf

All news